études-coloniales

lundi 29 mai 2017

accueil et sommaire de ce site

6909334723243478270840637X9782035848321FS9782916385563FS37658182La-France-coloniale-sans-fard-ni-déni-JP-Rioux

 

le site le plus visité et le plus commenté

sur l'histoire coloniale et ses controverses

@ écrire à Études Coloniales  Répertoire des historien(ne)s du temps colonial

DERNIER ARTICLE PUBLIÉ : smedi 25 mars 2017               blog : PIONNIERS du TONKIN (1872-1894)Slide0001_1

une certaine rhétorique algérienne "anti-coloniale" (Michel Renard)
Algérie coloniale : un génocide ? (Claude Liauzu et Gilbert Meynier)
l'aphasie des idéologues de la fracture (Michel Renard)couv_Essai_colonisation_positive
 
Le FLN et les prélèvements sanguins en Algérie, 1962 (Grégor Mathias)
 Algérie coloniale : génocide culturel ? Michel Renard * NOUVEAUTÉ *
 ESSAI SUR LA COLONISATION POSITIVE - un ouvrage de Marc VISAGE_FEMME_MAYOTTEMichel (Perrin, 2009)
Lounis Aggoun, La colonisation française en Algérie. Deux cents ans d'inavouable. Rapines & péculats
Gregor Mathias : les prélèvements sanguins forcés à la fin de la guerre d'Algérie
Les victimes du 17 octobre 1961 (liste Jean-Luc Einaudi)

Mayotte : entretien avec Jean Martin
(par Ismaïl Mohammed Ali, RFO)

 

97735839_o  101313482_o  98156527_o  101322362_o

le religieux musulman et l'armée française (1914-1920), Michel Renard

le sacrifice monumentalisé, autour de la Première Guerre mondiale : mosquées et kouba, Michel Renard

Antoine AbibouTirailleurs sénégalais août 1944Fargettas couv

 la tragédie du camp de Thiaroye, décembre 1944 : Lettre ouverte au Président de la République, par Julien Fargettas

 la "Force Noire" n'a-elle été que de la "chair à canon" ? Mise au point de Marc Michel

Marc Michel 2007   Marc Michel couv (1)    Marc Michel couv (2)  Marc Michel couv (3)

 

______________________________

4 novembre 2013 : disparition de l'historien Daniel Lefeuvre

biographie - iconographie - hommage - réactions

Daniel 2007

    24 juin 2008

9782859700195FS9782082104401FS9782082105019FS9782081234857FS

- lire l'article de Guy Pervillé

 ____________________

9782717845662FS 2951953976 de-quoi-fut-fait-l-empire 9782706816109FS 9782916385440FS 9782717851489FS
quelques ouvrages de Jacques Frémeaux, professeur à la Sorbonne, en histoire coloniale

le livre de Daniel LEFEUVRE au programme de l'IEP de Grenoble (2012) ** NOUVEAUTÉ **
La fin de la guerre d'Algérie, Guy PERVILLÉ (article censuré par la Direction des Archives de France) ** NOUVEAUTÉ **
la supériorité scientifique et technique de l'Europe au XVIIIe siècle (Michel Devèze, 1970)
site : Histoire du Droit des Colonies (université Montpellier)69019950_p
La Mosquée de Paris sous l'Occupation : critique du film "Les hommes libres"
HOMMAGE À CLAUDE LIAUZU (1940-2007)

Liauzu_photo_1

23 mai 2008 : Claude Liauzu nous a quittés il y a un anAgeron_portrait_1

 

 

- Charles-Robert Ageron (1923-2008)
- in memoriam, par Guy Pervillé
historien de l'Algérie coloniale

un des articles les plus
commentés de ce blog
- les oubliés de l'histoireill_delacroix_sultancouv_Daniel_new
coloniale du Pacifique
Mélica Ouennoughi

** listes des déportés algériens en Nouvelle-Calédonie **

Débats spéciaux
* Pour en finir avec la repentance coloniale
** Enjeux du passé colonial et usages publics de l'histoire
***
Critique du livre Coloniser, exterminer
**** Débats sur le DICTIONNAIRE DE LA COLONISATION FRANÇAISE (Larousse)Alg_rie_magazine_Aur_s_Nementchas

Spécial : collèges et lycées Repères
-
fiches/articles destinés aux élèves - Les indépendances de l'Afrique
- quelle histoire coloniale au Bac ? (Jules Ferry raciste ?)

Initiative : kouba de Nogent
- APPEL et SOUSCRIPTION pour la RECONSTRUCTION de la KOUBA de Nogent-sur-Marne

Sarkozy et l'Afrique : le discours de Dakar
- Le discours de Nicolas Sarkozy, prononcé à l'université de Dakar - critiques

Guerre d'Algérie magazine - Le magazine d'histoire de la guerre d'Algérie

Catégories
1 - RÉPERTOIRE DES HISTORIEN(NE)S DU TEMPS COLONIAL
2 - Définitions et causes de la colonisation + repères
FRCAOM08_9FI_00637R_P
3 - Cultures et colonisations

4 - Histoire économique
5 - Figures coloniales et anti-coloniales

6 - Afrique-histoires
7 - Algérie-Maghreb-histoires
8 - Indochine-Asie-histoires
9 - Océanie, Nouvelle-Calédonie, Amérique, Pacifique Sud
10 - Textes et interventions
11 - Judaïcités dans le monde colonial
12 - Colonies d'Ancien Régime
13 - Les guerres coloniales
14 - Révoltes dans espaces colonisés
15 - Le monde colonial en métropole
16 - Chronologies
17 - Personnages et institutions
18 - Idéologies mémorielles

19 - Bibliographies et archives
20 - Historiens du temps colonial
21 - L'histoire coloniale à l'école
22 - Colloques, journées d'étude
23 - Varia, initiatives
24 - Spécial collèges et lycées
25 - Nouvelles de ce site
26 - Objectifs d'Études Coloniales
9782213661674
27 - Direction "Études Coloniales"
28 - LIENS

29 - CORRESPONDANTS11744493_p

Domination coloniale
et administration
- colloque mai 2008 - Samya El Mechat

 

Réseau des correspondants
d'Études Coloniales

- liste des correspondants

Liste de tous les articles
publiés sur Études Coloniales
- liste de tous les articles
Diapositive1 30509529
- liste des auteurs 2006
- toutes les archives

Images coloniales
- blog Images Coloniales

- images d'Oujda à l'époque coloniale (article très commenté) *

- Saint-Louis du Sénégal à l'époque coloniale6873142_p

La naissance du monde moderne
- un livre de Christopher A. Bayly
- la mondialisation, une vieille histoire
- les errements de l'histoire "post-coloniale"

supercherie_coloniale_JP_Renaud Supercherie coloniale : un livre démystifiant de Jean-Pierre Renaud sur la réalité de la propagande coloniale
- "Y a-t-il eu vraiment propagande coloniale ?" Jean-Pierre Renaud

Revue Études Coloniales
- revue Études Coloniales n° 1

 

Diapositive2- Répertoire des historien(ne)s du temps colonial
225 notices, 599 images, 1129 liens
Martine_Cuttier_Archinard_couv

pour y figurer, cliquer ici

Portrait du colonialisme triomphant. Louis Archinard, 1850-1932, un livre important de Martine Cuttier, préface de Marc Michel

391838239782846542807FS couv-ratonnadesBD_306872 48 40

* les commentaires anonymes et dotés d'une
adresse email non valide seront supprimés

blog ouvert depuis le 28 février 2006

nombre de visiteurs : 1 356 746 ( le million dépassé le 27 août 2013)
nombre de pages lues : 2 430 760 (les 2 millions dépassés le 27 janvier 2014)
nombre d'articles : 706
nombre de commentaires : 5055

 

 

hist plantes coloniales couv

daniel_repentance_couv

 de-quoi-fut-fait-l-empire

9781421407661_p0_v1_s600 9782916385112 copie t_2213023689 20177523_p 20176671_p
9782296025707r


@ écrire à Études Coloniales

quelques livres recommandés :

- Léopold Justinard, missionnaires de la tachelhit, 1914-1954, Rachid Agrour, 20079782845864177FS
- Pour en finir avec la repentance coloniale, Daniel Lefeuvre, Flammarion, 2006-2008
- Histoire de l'anticolonialisme en France, Claude Liauzu, A. Colin, 2007
- Les Africains et la Grande Guerre, Marc Michel, Karthala, 2003
- Le Dê Tham (1853-1913), un résistant vietnamien..., Claude Gendre, 2007
- Gallieni, Marc Michel, Fayard, 1989
- Un silence d'État. Les disparus civils européens de la guerre d'Algérie, Jean-Jacques Jordi, Soteca, 2011

shapeimage_14 site sur le fonds Émile-Louis Abbat
                                            officier au Soudan français

 

péroz1  40
deux ouvrages récents d'histoire coloniale à faire connaître
- contact avec éditions Jean-Pierre Renaud pour achat du livre de Péroz
- contact avec les éditions Atlantis pour l'achat du livre de Jean-Pierre Lledo

 

 9782738492234FS9782296038462FS9782702510698FS9782702513149FS9782915960464FS9782747573047FS
 quelques ouvrages du général Maurice Faivre, Vice-Président de la Commission française d'Histoire militaire

 

9782213023687FS9782845864177FS9782011456977FS9782200267315FS9782262024864FS9782035848321FS-1
 quelques ouvrages du professeur Marc Michel (université de Provence), spcécialiste de l'Afrique coloniale

 

blog Marie-Hélène Degroise
le blog de Marie-Hélène Degroise : http://photographesenoutremer.blogspot.fr/

 

Posté par michelrenard à 00:01 - Commentaires [55] - Permalien [#]


vendredi 26 mai 2017

Algérie, l'histoire à l'endroit, de Bernard Lugan (Roger Vétillard)

Algérie Lugan couv

 

 

une histoire de l'Algérie sans légendes

un livre de Bernard Lugan

 

L’africaniste Bernard Lugan s’intéresse ici à l’histoire officielle de l’Algérie. Il y décèle beaucoup de légendes et d’inexactitudes. Il en fait un inventaire très argumenté et précis. Tout au long des dix études qu’il mène en autant de chapitres, il explique clairement les raisons qui l’ont fait exposer ses analyses.

Au fil des pages, on se souvient que le peuple algérien, en dépit des affirmations de ses responsables, est avant tout berbère. Génétiquement, démographiquement l’imprégnation arabe est très marginale. Pourtant les revendications «berbérisques» furent toujours présentées en Algérie comme une conspiration séparatiste dirigée contre l’Islam et la langue arabe.

 

islamisation

En fait, à travers la religion musulmane, l’identification aux peuples issus de la péninsule moyen-orientale a été imposée et a finalement été plus ou moins acceptée. Et l’islamisation succéda à la christianisation qui était pourtant jusqu’au VIe siècle un fait important dans ces régions où il existait, dans l’actuel Maghreb, plus de 900 diocèses, dont près de la moitié avaient une référence donatiste.

Si l’islam a ainsi pu s’imposer en moins de deux siècles à la Chrétienté, c’est en partie à cause des querelles religieuses et sociales du monde berbéro-romano-chrétien et à la conversion imposée par les nouveaux colons arrivés du Moyen-Orient.

Et puis, l’Algérie n’a pas été créée avant que la France décide d’en faire un pays. Les «principautés» de Bougie et de Tlemcen n’eurent d’existences qu’éphémères, elles furent souvent plus ou moins soumises à l’influence du Maroc ou de Tunis, puis à l’administration ottomane. Les différentes révoltes au moment de la présence turque ne peuvent, pour Lugan, être considérées comme des mouvements pré-nationaux.

À aucun moment, elles ne menacèrent le pouvoir ottoman. En fait, les menaces européennes, voire marocaines et tunisiennes entrainèrent une mainmise ferme des Turcs sur la Régence d’Alger, notamment parce que cette dernière affirmait protéger le caractère musulman de ces contrées. La tempête qui décima en 1541 la flotte de Charles Quint en rade d’Alger fut considérée comme une intervention divine et conforta cette assertion.

 

la résistance d’Abd el-Kader

Ailleurs, l’auteur montre que la résistance d’Abd el-Kader n’a concerné qu’une partie de l’actuelle Algérie, tout comme celle de Mokrani en 1871 ne fut qu’un soulèvement des zones berbérophones. Il met à mal les légendes et contre-vérités qui s’attachent en Algérie, et même en France, au soulèvement de Mai 1945 dans l’Est algérien, à Guelma et Sétif. Il s’oppose à celles qui présentent le soulèvement de novembre 1954 comme celui de tout un peuple uni dans la lutte contre la puissance coloniale. Il confirme que l’armée française n’a pas été vaincue par le FLN, mais que c’est la volonté politique des gouvernants de la France qui a permis l’indépendance de l’Algérie.

Quant au 17 octobre 1961 à Paris, là où des gens comme Jean-Luc Einaudi et les auteurs britanniques Jim House et Neil Master évoquent plus de 100 morts parmi les manifestants sollicités par le FLN, il établit en s’appuyant sur les enquêtes rigoureuses d’historiens come Jean-Paul Brunet ou celles des rapports diligentés par le gouvernement de Lionel Jospin (Rapports Mandelkern et Géronimi) que le nombre de morts de cette journée est faible voire quasiment inexistant.

Et enfin, comme l’a démontré Daniel Lefeuvre, et confirmé Jacques Marseille, «la France a plutôt secouru l’Algérie qu’elle ne l’a exploitée».

En 132 années de présence, elle a créé ce pays, l’a unifié, lui a offert un Sahara qu’elle n’avait jamais possédé, a drainé ses marécages, bonifié ses terres, soigné sa population qui a ainsi pu se multiplier.

C’est un travail de synthèse remarquable, auquel on peut reprocher certains manques concernant par exemple le poids des préceptes musulmans dans la guerre d’Algérie et dans la société d’aujourd’hui, mais qui permet à chaque lecteur intéressé par l’histoire de ce pays, de trouver des arguments pas souvent convoqués pour éclairer ou contredire certains moments et certaines affirmations présentées comme des consensus qui ne concernent pas les historiens rigoureux. Ce livre devrait permettre de revenir aux débats, mais beaucoup ne le souhaiteront peut-être pas.

Roger Vétillard

 

Bernard Lugan, Algérie, l’histoire à l’endroit, éd., Panissières, 243p, 2017, 25 €.
ISBN 2-916393-83-8

 

_____________________

 

Algérie Lugan couv

 

Présentation par l'éditeur

Depuis 1962, l’écriture officielle de l’histoire algérienne s’est appuyée sur un triple postulat :

- celui de l’arabité du pays nie sa composante berbère ou la relègue à un rang subalterne, coupant de ce fait, l’arbre algérien de ses racines. 

- celui d’une Algérie préexistant à sa création par la France à travers les royaumes de Tlemcen et de Bougie présentés comme des noyaux pré-nationaux.

- celui de l’unité d’un peuple prétendument levé en bloc contre le colonisateur alors qu’entre 1954 et 1962, les Algériens qui combattirent dans les rangs de l’armée française avaient été plus nombreux que les indépendantistes.

En Algérie, ces postulats biaisés constituent le fonds de commerce des rentiers de l’indépendance. En France, ils sont entretenus par une université morte du refus de la disputatio et accommodante envers les falsifications, pourvu qu’elles servent ses intérêts idéologiques. Dans les deux pays, ces postulats ont fini par rendre le récit historique officiel algérien aussi faux qu’incompréhensible.

Cinquante ans après l’indépendance, l’heure est donc venue de mettre à jour une histoire qui doit, comme l’écrit l’historien Mohamed Harbi, cesser d’être tout à la fois «l’enfer et le paradis des Algériens».

Ce livre répond donc aux interrogations fondamentales suivantes : l’essence de l’Algérie est-elle Berbère ou Arabe ? Avant la conquête française, ce pays fut-il autre chose qu’une province de l’Empire ottoman ? Les résistances d’Abd el-Kader et de Mokrani furent-elles des mouvements pré-nationaux ?

Que s’est-il véritablement passé à Sétif et à Guelma en mai 1945 ? La France a-t-elle militairement perdu la guerre d’Algérie ? Quelle est la vérité sur le «massacre» du 17 octobre 1961 à Paris ? Enfin, peut-on raisonnablement affirmer que la France ait «pillé» l’Algérie comme le prétendent certains ?

 

 

Algérie Lugan couv

 

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 19:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

samedi 25 mars 2017

l'insurrection malgache, 1947-2017 : Inalco, Paris, 29 mars 2017

insurrection malgache Inalco 29 mars 2017 (1) - 1

 

 

l'insurrection malgache :

1947-2017

Inalco, Paris, 29 mars 2017

 

insurrection malgache Inalco 29 mars 2017 (2) - 1

 

insurrection malgache Inalco 29 mars 2017 (3)

 

insurrection malgache Inalco 29 mars 2017 (4)

 

insurrection malgache Inalco 29 mars 2017 (1) - 1

 

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 27 février 2017

Jean Monneret, Histoire cachée du Parti Communiste Algérien, compte rendu par Roger Vétillard

Monneret PCA couv

 

 

Jean Monneret,

Histoire cachée du Parti Communiste Algérien

compte rendu par Roger Vétillard

 

Jean Monneret est un historien spécialiste de la guerre d’Algérie, de ses causes et de ses conséquences. Il publie une nouvelle étude sur un sujet peu abordé par ses confrères, sinon par Henri Alleg qui fut un des dirigeants du PCA, Emmanuel Sivan et l’historienne britannique Drew Allison : le Parti communiste Algérien, qui n’était en fait, qu’une succursale du PCF.

En fait, le projet initial de Monneret était de tenter d’éclaircir ce qu’il est convenu d’appeler «l’affaire Audin» du nom de ce doctorant communiste algérois qui a disparu pendant la Bataille d’Alger en juin 1957 après son arrestation par l’armée française. Et en historien rigoureux, il va replacer cet épisode dans le contexte historique de l’époque, celui de la guerre d’Algérie.

Le Parti Communiste Algérien, comme son grand-frère français a défendu des positions successivement contradictoires dictées par la stratégie imposée par les dirigeants soviétiques. Ainsi, sans revenir sur la position ambiguë de ses délégués lors des travaux de la commission des réformes de 1944 qui a siégé à Constantine, il n’est pas souvent rappelé qu’il a en 1945, après l’insurrection de Mai 1945 qui a commencé à Sétif, condamné ce soulèvement, participé à la répression à Guelma et demandé le châtiment exemplaire des insurgés qualifiés de suppôts de l’hitlérisme demandant qu’ils soient passés par les armes, avant quelques temps plus tard de dénoncer la répression…

De la même façon, les communistes tentent d’accréditer qu’ils auraient été dès le 1er novembre 1954, des défenseurs de l’indépendance de l’Algérie, alors que le Bureau Politique a publié, le lendemain de la «Toussaint Rouge», un communiqué qui réclame une «solution démocratique» respectant «les intérêts de tous les habitants de l’Algérie sans distinction de race ni de religion» et «qui tiendra compte des intérêts de la France». Affirmation qui suffit, dit Monneret, à montrer la distance séparant les vœux du FLN et ceux des communistes algériens. Et l’auteur n’hésite pas à souligner (p. 72) que la vérité est claire : le Parti Communiste fut plus que réservé envers le FLN à ses débuts, et même longtemps après. Les dirigeants algériens le lui ont bien rendu, en l’interdisant dès 1964.

Un autre point important est souligné par l’auteur : la guerre d’Indochine s’est terminée trois ans avant «l’affaire Audin» et les officiers qui servent en Algérie en sont revenus particulièrement «anti-communistes». Ils ont vu, en Indochine, des communistes très organisés, soumis à une discipline de fer, d’une implacable cruauté avec leurs opposants, bénéficiant de soutiens internationaux puissants (URSS, Chine).

 

guerre subversive internationale
source

Dès lors ils vont surestimer la puissance du PCA et celle des Combattants de la Libération (CDL) organisme qui a tenté de mettre en place des «maquis rouges» pour montrer sa différence avec l’ALN. Et enfin, Monneret rappelle que la bataille d’Alger est survenue quelques mois après l’écrasement par les chars russes de l’insurrection de Budapest qui ne pouvait que renforcer l’anticommunisme de l’Armée. Pour elle, lutter contre le FLN, c’est également lutter contre le communisme, d’autant que les pays de l’Est ne cachaient pas leur sympathie pour les indépendantistes.

Les deux derniers chapitres sont consacrés à l’affaire Audin pour laquelle Monneret tente de démêler les témoignages, les écrits plus ou moins engagés et les exploitations politiques qui ont été faites. Il constate que beaucoup a été entrepris pour cet homme disparu et il déplore que l’hommage de François Hollande à Audin en novembre 2012 à Alger ne soit pas allé également à toutes les victimes du conflit mais uniquement à celles causées – dans un seul camp - par les activités de l’Armée française.

Enfin les quatre annexes méritent d’être lues : une rencontre avec le général Aussaresses, l’antagonisme parachutistes-communistes, François Hollande et l’affaire Audin, qui précèdent l’analyse du livre du journaliste Jean-Charles Deniau sur cette affaire.

Roger Vétillard

 

Jean Monneret, Histoire cachée du Parti Communiste Algérien, de L’Étoile nord-africaine à la bataille d’Alger – Via Romana éd., Versailles 2016. 18€

 

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:28 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

samedi 25 février 2017

Un regard sur la guerre d'Algérie, un livre de Roger Vétillard

Vétillard 2016 couv

 

 

Un regard sur la guerre d'Algérie,

un livre de  Roger Vétillard

 

Un livre qui a certains égards pourra paraître polémique, mais qui offre l'inestimable avantage d'aller au-delà des idées reçues et des dogmes établis.

Partant du double constat exprimé par Kader Benamara dans sa préface ("Les deux communautés qui vivaient en Algérie aimaient passionnément cette terre", mais aussi que "la cohabitation n'a jamais été chose aidée en Algérie"), Roger Vétillard ne nous propose pas un simple récit chronologique de la guerre dans son ensemble, mais un certain nombre de coups de projecteur sur des événements particuliers replacés dans leur contexte (avec de nombreuses références à des témoignages des acteurs), mais aussi avec un regard personnel qu'il reconnaît et revendique.

Des événements de mai 1945 à Sétif et Guelma aux derniers "incidents" en 1962, l'auteur aborde les questions de la "Toussaint rouge", des embuscades (celle de Palestro mais aussi bien d'autres, avec la question de la mutilation des corps au sujet de laquelle il remet en cause les analyses de Raphaëlle Branche), la bataille d'Alger avec la torture ("Elle a été autorisée et employée. Mais beaucoup de renseignements importants sont obtenus sans aucune violence. Lancer une campagne contre les tortures, c'est de bonne guerre de la part des amis du FLN, mais ces derniers ne se sont jamais émus du sort réservé par le FLN aux Français d'Algérie et aux Algériens eux-mêmes qui ne suivaient pas ses consignes"), etc.

 

photo-datee-de-1956-de-militaires-inspectant-les-decombres-d-une-briqueterie-incendiee-par-des-independantistes-algeriens-pendant-la-guerre-d-algerie-debutee-en-octobre-1954-la-guerre-d-algerie-s-achevera-quelques-mois-

 

Au fil des chapitres, nous retrouvons ainsi la bataille des frontières, le coup du 13 mai 1958 (avec cette question a priori étonnante - et peu convaincante - sur un éventuel "complot gaulliste" et surtout la position de Debré qui écrit alors : "Le combat pour l'Algérie française est le combat légal, l'insurrection pour l'Algérie française est l'insurrection légitime"...), les opérations et l'efficacité du plan Challe dans ses différentes facettes ("Il faut convenir que cette stratégie est essentiellement militaire et ne tient pas assez compte du côté humain en déracinant des populations entières"), la longue et lancinante question de l'OAS, aussi bien sur le territoire qu'en métropole, dans le domaine de l'action violente comme dans les efforts (finalement infructueux) en matière de communication et de propagande.

Les événements souvent dramatiques qui précèdent, accompagnent et suivent les Accords d'Évian (non respectés on le sait), sont au coeur des derniers chapitres, jusqu'à la "Naissance difficile du nouvel État" marqué par le drame du 5 juillet 1962 à Oran.

 

france-2-film-le-bomin_906065

 

On apprécie la chronologie assez complète qui ouvre le volume et on en vient à espérer qu'effectivement il est désormais possible de travailler sur la guerre d'Algérie sans oeillères ni a priori idéologiques. Un volume très intéressant, par les précisions qu'il apporte et l'effort de prise en compte de tous les paramètres (même si cela reste difficile) dont il témoigne. Une publication qui fera indiscutablement date pour l'histoire de la guerre d'Algérie.

Rémy Porte
source : mensuel Guerres et conflits
12 novembre 2016

 

Riveneuve éditions, Paris, 2016, 324 pages, 22 euros

 

 

Vétillard 2016 couv

 

 

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 21:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]