jeudi 12 février 2015

Mémoires, histoire des déplacements forcés (Mélica Ouennoughi, dir.)

Melica couv

 

 

déplacements forcés dans l'histoire coloniale

Mélica OUENNOUGHI

 

Cet article intègre des contributions de chercheurs sur leurs travaux respectifs portant sur les héritages des composantes en migration.

Ces textes réunis ont été dirigés sous la forme d'un fil conducteur que j'ai pu conduire depuis ma thèse autour des marqueurs, legs et résistances politico-culturelles des déplacés depuis la fin du XIXe siècle (époque coloniale) jusqu'à nos jours. Il s'agit dans ce travail collectif de rapporter l'existence de biens immatériels préservés par des populations déplacés en dépit du dénigrement de leur oasis ou leur lieu d'origine.

Ce travail intègre un article inédit que m'a transmis le fils de Pierre Bourdieu, connaissant mes travaux sur les migrations forcés suite aux déportations d'Algériens et Maghrébins en Nouvelle-Calédonie poursuivant le déracinement d'un système paysan qui venait en amont des migrants des années 1945-50.

L'article de Pierre Bourdieu et Loïc Wacquant s'intitule "l'ethnologue organique" en mémoire au sociologue Abdelmalek Sayad. Il ouvre en quelque sorte le lien permettant de réunir les contributions dans une même dynamique scientifique interdisciplinaire dont la base est l'anthropologie qui fournit un canevas de recherche thématique.

L'un des auteurs Michel Renard apporte sa contribution sur le politique et le religieux des années 1910-1940. Comment sont les Algéro-berbères sont-ils parvenus en France à organiser entre autres, une structure politique visant la séparation d'avec la puissance coloniale...

Les lecteurs pourront également découvrir une contribution d'un chercheur kanak en sciences de l'éducation, en effet Eddy Wadrawane, apporte une contribution scientifique sur "Emplacement et déplacement des écoles en milieu kanak... Les lecteurs pourront découvrir ainsi que le déplacement d'un objet « L’école » a tout son sens dans l'exemple kanak.

Ils pourront enfin poursuivre sur le déplacement des arts de la littérature véhiculés par des artistes primo-arrivants depuis les années 1990 à aujourd’hui, et cet ouvrage marqueur des anciennes migrations souligne comment la vision négativiste de l'ancienne migration avait pourtant permis de faire naître une dynamique culturelle et scientifique qui, bien que non visible dans  la société, se perpétue par la voie de legs immatériels et sans signe apparent.

Son seul fondement repose sur les vieux dictons en rappel à Bourdieu, une dynamique séculaire qui prend tout son sens aujourd'hui puisqu'elle s'est véhiculée autour de vieux cimetières. Depuis mes anciens travaux et mon retour de Nouvelle-Calédonie, je pose la question des vieilles assemblées d'une vieille coutume léguée dans des affinités provoquées dans des alliances mixtes.

Un des exemples les plus marquants de la fin du  XIXe siècle, est le lien fraternel entre les Algériens et Communards durant leur exil dans les territoires politiques des iles Loyauté, la Presqu’île Ducos et l’île de Maré de Nouvelle-Calédonie ; lien entretenu par des alliances dont le vieux cimetière de l’île des Pins entre 1873 et 1885 en porte la mémoire, puis lors de leur libération ou leur évasion pour certains vers Bourail. Ce fut le cimetière de Bourail qui prit le relais dans l’instauration d’une vieille assemblée de type djemâa, tajmâat  (autour du saint patron soufi sidi Moulay).

Les lecteurs pourront découvrir également deux contributions sur le formidable lien d'une ancienne résistance issue d'une mixité des années 1950 en Argentine mais également au Canada, grâce à la transmission de vieux dictons.

J'ai intégré les suites d'un de mes travaux sur l'implication des arabo-berbères dans la gestion des conflits kanaks. En effet la vieille coutume des anciens se rapproche pour régler des litiges dans la mixité. Ainsi par ces formes de réunions informelles, les anciens indigènes, qu'ils aient été kanaks ou d'Afrique du Nord, participent au destin commun dans les questions du "Vivre ensemble" du Préambule de Nouméa de 1998.

Par ces chemins coutumiers informels des anciens, les nouvelles générations mixtes sont devenues des Calédoniens à part entière. C'est près des legs culturels qu'ils vivent naturellement dans l'espace républicain français. Une attention particulière sur les conditions du "vivre ensemble" a été porté sur un autre article rédigé avec Alain Montlouis sur l'échec scolaire avec, comme alternative, l'anthropologie...

Enfin les lecteurs pourront lire des contributions de chercheurs agronomes algériens sur les espaces oasiens depuis la colonisation et les réformes agraires aux complexités des espaces oasiens au niveau habitat, aménagement des oasis, maintien des typologies et d'une tradition séculaire en dépit des dénigrements de la mondialisation...  En rappel aux travaux scientifiques sur le colloque Histagro (2005) sur la thématique «Histoire et Agronomie. Entre Rupture et Durée» et aux travaux des journées d’étude du CRSTRA Biskra (2005) sur les oasis et steppes sahariennes.

Un article de Ahmed Rouadjia porte sur la question de la «mémoire» comme enjeu plus symbolique et politique en Algérie, que scientifique, en apportant un esprit critique sur l’obsession de la mémoire révolutionnaire algérienne et les questions d’appropriation scientifique.

Et puis en annexe de l'ouvrage, les lecteurs découvriront un écrit inédit de Louise Michel qui a fait l'objet d'une conférence sur Paris que Alex Laupeze, Anthropologie, avait dirigé, autour de  deux conférenciers dont Nicolas Rey sur l'histoire des esclaves en Amérique Latine et moi-même sur Algériens et Communards en 1871.

En dernier lieu, 12 fiches matricules inédites en annexe tirées des 2000 fiches de mes rushs et qui feront  l'objet d'un répertoire généalogique entre les Nords-africains de la Nouvelle-Calédonie et ceux de Guyane, À paraître en complément du premier fourni sur la Nouvelle-Calédonie, entre les Nords-africains de la Nouvelle-Calédonie et ceux de Guyane.

Mélica Ouennoughi

6988999

 

les auteurs de cet ouvrage et leurs contributions

Mélica OUENNOUGHI - Cultures et traditions arabo-berbères en Océanie. Implication dans la gestion coutumière kanak des conflits interethniques.

Pierre BOURDIEU et Loïc WACQUANT - L'ethnologue organique de la mogration algérienne.

Ahmed ROUADJIA - Souvenirs de la Révolution et mémoire de la migration algérienne.

Mohamed CHABANE - Fellahs algériens face à la dépossession coloniale des terres agricoles.

Salah CHAOUCHE - L'oeuvre coloniale en Algérie : quel impact sur la fabrique de la ville.

Michel RENARD - Migrations algéro-berbères en France : le politique et le religieux, années 1910-1940.

Alain MONLOUIS et Mélica OUENNOUGHI - Une vision de l'échec scolaire en France.
Une alternative : l'anthropologie.

Eddy WADRAWANE - Emplacement et déplacement des écoles en milieu kanak. Un analyseur anthropologique de la place faite aux institutions de savoir occidental dans une situation coloniale.

Abdelhakim SENOUSSI, Bachir KHENE, Slimane HANNACHI - Lecture de l'espace oasien en Algérie :
décadence ou renouveau ? Cas du pays de Ouargla et de la vallée du M'Zab.

Souad BABAHANI et A. H. SENOUSSI - Coutumes oasiennes : un aliment et un "médicament".

Marie VIROLLE - Création littéraire de la migration algérienne (1996-2013) dans la revue Algérie/Littérature/Action.

Lynda CHOUITEN - Algerian songs of exile. From manicheism to hybridy.

Marion CAMARASA - L'immigration algérienne au Canada : 50 ans d'une histoire atypique.

Paula SOMBRA - Influence et legs de l'expérience algérienne dans l'Argentine des années 1960-70.

Annexe I - Louise MICHEL, sur l'insurrection kanak (1878).

Annexe II - Extrait du Répertoire généalogique des déplacés algériens et maghrébins condamnés au bagne de Guyane.

 

compte rendu de cet ouvrage

- compte rendu de cet ouvrage par Ahmed Rouadjia sur Le Matin.dz (15 novembre 2014).

ahmed-Rouadjia

 

* sur ce site

- Les oubliés de l’Histoire coloniale du Pacifique : Mélica Ouennoughi

- Les déportés Maghrébins en Nouvelle-Calédonie : Mélica Ouennoughi

- Algériens et Maghrébins en Nouvelle-Calédonie, de 1864 à nos jours : Mélica Ouennoughi

 

* sur le site setif.info

- Dr Mélica Ouennoughi, anthropologue et historienne spécialisée sur les migrations maghrébines et sahariennes en Océanie

 

marion-camarasa-bellaube
Marion Camarasa

 

maxresdefault
Loïc Wacquant

 

43995711_200
Eddy Wadrawane

 

virolle
Marie Virolle

 

419YIlAjF1L
Lynda Chouiten

 

______________________

 

images de l'espace oasien à l'époque de l'Algérie coloniale

 

FRANOM16_8FI_088_V039N057
oasis, 1901-1903 (source)

 

FRANOM16_8FI_088_V039N057-1
oasis, 1901-1903 (source)

 

FRANOM16_8FI_428_V042N038
palmiers, oasis de Biskra, Sahara, 1856 (source)

 

FRANOM16_8FI_428_V045N041
palmiers et tentes, oasis de Biskra, Sahara, 1856 (source)

 

______________________

 

déportés arabes en Nouvelle-Calédonie

 

FRANOM16_8FI_052_V042N035
camp des déportés arabes à la presqu'île Ducos, 1887-1895 (source)

 

 

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 10:58 - - Commentaires [23] - Permalien [#]


vendredi 10 février 2012

"civilisations supérieures"

 claude-gueant-et-les-civilisations-un-1576825

 

civilisations supérieures ou non ?

positions contradictoires :

civilisation ou régime politique ?

Bernard LUGAN

 

Avec ce qu'il faut désormais appeler l'«affaire Guéant», nous nageons en plein confusionnisme. D'abord parce que Monsieur Guéant a confondu «Civilisation» et régime politique, ce qui, convenons-en, n’est pas tout à fait la même chose…

Ensuite, parce que la gauche dénonce des propos inscrits dans l'exacte ligne de ceux jadis tenus par Victor Hugo, Jules Ferry, Léon Blum ou encore Albert Bayet. Pour ces derniers, il existait en effet une hiérarchie entre, d'une part les «peuples civilisés», c'est-à-dire ceux qui se rattachaient aux Lumières et à l'«esprit de 1789», et d'autre part ceux qui vivaient encore dans les ténèbres de l'bscurantisme. Jules Ferry déclara ainsi devant les députés le 28 juillet 1885 :

«Il faut dire ouvertement qu'en effet, les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures ; mais parce qu’il y a aussi un devoir. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures».

Quant à Léon Blum, le 9 juillet 1925, toujours devant les députés, il ne craignit pas de prononcer une phrase qui, aujourd'hui, le conduirait immédiatement devant les tribunaux :

«Nous admettons le droit et même le devoir des races supérieures d'attirer à elles celles qui ne sont pas parvenues au même degré de culture et de les appeler aux progrès réalisés grâce aux efforts de la science et de l'industrie.»

Reconnaissons que Monsieur Guéant est bien loin d’avoir tenu de tels propos clairement racistes. La gauche ferait donc bien de balayer devant sa porte et si les représentants de la «droite» avaient eu un minimum de culture, ils auraient pu, en utilisant ces citations et bien d’autres encore, renvoyer le député Letchimy au passé de son propre parti.

Le problème est que Monsieur Guéant est un universaliste pour lequel l'étalon maître de la «Civilisation» est, selon ses propres termes, le respect des «valeurs humanistes qui sont les nôtres».

À ce compte là, effectivement le plus qu'un milliard de Chinois, le milliard d'Indiens, les centaines de millions de Japonais, d'Indonésiens etc., soit au total 90% des habitants de la planète, vivent en effet comme des «Barbares» ou des «Sauvages». Barbares et sauvages donc les héritiers de Confucius, des bâtisseurs des palais almohades et de ceux du Grand Moghol puisqu'ils n'ont pas encore adhéré à nos «valeurs humanistes», ces immenses marques du progrès humain qui prônent l'ndividu contre la communauté afin que soient brisées les solidarités, la prosternation devant le «Veau d'Or» afin d'acheter les âmes, la féminisation des esprits contre la virilité afin de désarmer les peuples, les déviances contre l'ordre naturel afin de leur faire perdre leurs repères.

Face à cette arrogance et à cet aveuglement qui constituent le socle de la pensée unique partagée par la «droite» et par la gauche, se dresse l'immense ombre du maréchal Lyautey qui, parlant des peuples colonisés, disait : «Ils ne sont pas inférieurs, ils sont autres». Tout est dans cette notion de différence, dans cet ethno différentialisme qui implique à la fois respect et acceptation de l'évidence.

Or, c'est cette notion de différence que refusent tous les universalistes. Ceux de «droite», tel Monsieur Guéant, au nom des droits de l'Homme, ceux de gauche au nom du cosmopolitisme et du «village-terre».

Bernard Lugan
8 février 2012
Bernard-Lugan-281p


 

____________________________________________

 

Civilisations, esclavage, nazisme :

les réponses de Roucaute, la plume

de Guéant

 

L'information a été révélée par Europe 1, et confirmée au Monde par l'intéressé : c'est le philosophe Yves Roucaute qui a fourni à Claude Guéant la formule qui enflamme, depuis le week-end dernier, le débat politique.

Samedi, lors d'un colloque organisé par le syndicat étudiant de droite Uni, le ministre de l'Intérieur avait appelé à «protéger notre civilisation» :

«Contrairement à ce que dit l'idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas. Celles qui défendent l'humanité nous paraissent plus avancées que celles qui la nient. Celles qui défendent la liberté, l'égalité et la fraternité, nous paraissent supérieures à celles qui acceptent la tyrannie, la minorité des femmes, la haine sociale ou ethnique

Un communiste devenu néoconservateur


Yves Roucaute

Yves Roucaute, professeur à l'université de Nanterre, est lui-même un rescapé du «relativisme de gauche» : dans les années 70, il avait été un des dirigeants de l'Unef et de l'Union des étudiants communiste. Un égarement de jeunesse. Le philosophe a finalement évolué vers un néoconservatisme à l'américaine, en apportant au passage ses lumières à plusieurs figures de droite, comme Alain Madelin, Alain Carignon et, donc, Claude Guéant.

Si son discours écrit pour le ministre de l'Intérieur restera dans les mémoires, c'est aussi parce qu'il a été à l'origine d'un incident de séance historique à l'Assemblée nationale. Mardi, lors des questions au gouvernement, le député de Martinique Serge Letchimy, apparenté socialiste, a évoqué le nazisme pour dénoncer les propos de Claude Guéant :

«Vous nous ramenez, jour après jour, à ces idéologies européennes qui ont donné naissance aux camps de concentration, au bout du long chapelet esclavagiste et colonial

Le gouvernement et l'UMP ont immédiatement quitté l'Hémicycle. Pourtant, Claude Guéant aurait pu trouver des réponses prêtes à l'usage dans les œuvres de sa plume (on n'ose pas écrire «son nègre», sans doute par relativisme de gauche).

Le nazisme «inventé par la gauche»

Par exemple, dans cette tribune publiée dans Le Figaro le 3 septembre, expliquant «ce qui ne peut plus durer au PS». Yves Roucaute veut en finir avec «les accusations de collusion de la majorité avec le FN» et les «attaques ad hominem contre un ministre de l'Intérieur» :

«Le Tartuffe Harlem Désir le sait bien : ce sont ses amis d'extrême gauche qui inventèrent le fascisme avec le socialiste Mussolini, numéro deux du Parti socialiste italien, le national-socialisme avec Hitler, leader du Parti ouvrier allemand, tout autant que le goulag et le laogai. Il faut avoir le verbe plus fin que le nez pour oublier qu'en France même le parti nazi a été construit par Jacques Doriot, numéro deux du Parti communiste, et le parti fasciste par Jacques Déat, député socialiste [il s'agit en fait de Marcel Déat, ndlr]. Et pour oublier que celui qui lança le Front national s'appelle François Mitterrand

Des esclavagistes noirs ou arabes

Et si, mardi à l'Assemblée, Serge Letchimy s'était contenté d'évoquer l'esclavage ? On ignore si Claude Guéant aurait aussi quitté l'Hémicycle, mais là encore, il aurait pu se plonger dans l'œuvre d'Yves Roucaute.

Le ministre de l'Intérieur aurait ainsi pu piocher dans La Puissance de la liberté, publié en 2004. Le Figaro en avait offert un extrait à ses lecteurs, justement consacré à l'esclavage :

«Comment peut-on continuer à prétendre attribuer aux Blancs, Américains en tête, l'origine et le goût de l'esclavage ? [...]

Comment ignorer que depuis la plus haute antiquité, tous les peuples ignorant l'inaliénabilité des droits fondamentaux pratiquèrent l'esclavage ? En Afrique, avant même la traite des Noirs par les Blancs, il y eut celle des Noirs par les Noirs et celle des Blancs par les Arabo-Berbères et les Turcs [...]. L'esclavagisme, reconnu par la Charia, était une pratique courante des Arabes, avant d'influencer le monde musulman d'Afrique et d'Orient [...].

Leur traitement ? L'ignominie atteint des sommets inconnus chez les Européens. La mutilation génitale infligée aux garçons de 8 ans pour fabriquer des eunuques était courante. Les femmes noires (et blanches) étaient systématiquement violées. Si elles devenaient enceintes, elles étaient avortées ou leurs enfants se trouvaient réduits en esclavage s'ils n'avaient pas été tués à la naissance par les concubines arabes [...]

Yves Roucaute avait déjà beaucoup réfléchi à l'histoire de l'esclavage : il y avait consacré une tribune dans Le Figaro (non disponible en ligne) en 2001, avec Jean-Jacques Roche, professeur à l'université Paris-Assas. Les auteurs dénonçaient «la repentance à sens unique», alors que se déroulait la conférence de Durban contre le racisme.

Défendre les minorités «sans idéologie»

Le racisme, justement : voilà une autre de ces accusations que Claude Guéant, avec l'aide d'Yves Roucaute, devrait pouvoir écarter facilement. Le ministre n'aurait qu'à relire ce que le philosophe écrivait en 2008, à propos de Barack Obama.

Dans La Tribune, Yves Roucaute renvoyait les admirateurs du nouveau président américain à leurs contradictions :

«Faut-il au moins saluer le recul de l'anti-américanisme via l'élection d'un “Président noir”  ? Recul momentané. Aurais-je d'ailleurs la cruauté de noter la myopie  ? Le rêve de Martin Luther King, celui de tout humaniste, de ne plus voir la couleur de la peau en regardant un enfant, où est-il  ?»

«L'intérêt de la France et de l'Europe», c'était l'élection du républicain John McCain, avait averti Yves Roucaute dans Le Figaro quelques mois plus tôt. Au passage, il refusait l'idée «que Barack Obama réconcilierait l'Amérique avec elle-même, Blancs et Noirs».

Selon lui, la «réconciliation raciale» était déjà terminée. Grâce aux Républicains, d'Abraham Lincoln à George W. Bush, de celui qui avait aboli l'esclavage à celui qui avait recruté Condoleezza Rice, à la fois «une femme et une Afro-Américaine» :

«Il ne suffit donc pas de dire que la gauche démocrate n'a pas le monopole de la défense des femmes et des minorités, il faut ajouter que la droite républicaine, fidèle à ses valeurs judéo-chrétiennes de liberté, les défend mieux et sans idéologie

Remplacez George W. Bush par Nicolas Sarkozy, Condoleezza Rice par Rachida Dati ou Rama Yade : grâce à Yves Roucaute, voilà Claude Guéant prêt à répliquer «sans idéologie» aux prochaines attaques des relativistes de gauche.

 

François Krug | Journaliste Rue89
10 février 2012

 

____________________________________________

 

images 

 

"Toutes les civilisations ne se valent pas"

André COMTE-SPONVILLE cité par Luc FERRY

 

Le philosophe et ancien ministre de l'Éducation, Luc Ferry, se moquait hier de "l'effervescence proprement stupide" autour des propos de Claude Guéant. À ses yeux, les civilisations ne se valent "évidemment pas" et il n'est nullement scandaleux de le dire. "Toutes les civilisations se valent-elles? Evidemment non. Est-il scandaleux de le dire? Pas davantage", écrit-il dans une tribune au Figaro .

"Les cris d'orfraie poussés par les bien-pensants touchant les propos de Guéant sont d'autant plus ridicules que ces derniers relèvent plus de l'évidence que de la provocation".
L'écrivain se dit "prêt à parier qu'en leur for intérieur, nos éléphants du PS pensent exactement la même chose". "Au nom de quoi pourrait-on refuser à quiconque le droit de préférer les traditions qui ont engendré une grande littérature à celles qui commandent les sociétés sans écriture?"

Quant à vouloir distinguer civilisation et régime politique, "l'argument est spécieux : de toute évidence les deux sont inséparables". L'ex-ministre fournit à Claude Guéant un argumentaire qu'il tire d'un autre philosophe, André Comte-Sponville, défini comme "l'un des plus éminents penseurs se réclamant aujourd'hui de la gauche" et qui écrit, cite Luc Ferry : "Toutes les civilisations ne se valent pas, ni tout dans chacune d'elles". Il salue "une Europe qui eut le génie de développer une civilisation laïque de liberté et de bien-être à nulle autre pareille". "Pour combien de temps encore si nous n'y croyons plus nous-mêmes?", s'interroge-t-il en conclusion.

Le Figaro, 9 février 2012
source

 

 

____________________________________________

 

6a00d8341ce44553ef0120a6a2113c970b-320wi
Claude Lévi-Strauss (1908-2009)

 

les cultures attachées chacune à un style de vie,

à un système de valeurs,

doivent veiller sur leurs particularismes

Claude LÉVI-SRAUSS

 

"À la fin de Race et histoire, je soulignais un paradoxe. C'est la différence des cultures qui rend leur rencontre féconde. Or ce jeu en commun entraîne leur uniformisation progressive : les bénéfices que les cultures retirent de ces contacts proviennent largement de leurs écarts qualitatifs ; mais, au cours de ces échanges, ces écarts diminuent jusqu'à s'abolir. N'est-ce pas ce à quoi nous assistons aujourd'hui ?

(…) Que conclure de tout cela, sinon  qu'il est souhaitable que les cultures se maintiennent diverses, ou qu'elles se renouvellent dans la diversité ?  Seulement il faut consentir à en payer le prix : à savoir, que des cultures attachées chacune à un style de vie, à un système de valeurs, veillent sur leurs particularismes ; et que cette disposition est saine, nullement - comme on voudrait nous le faire croire - pathologique.

Chaque culture se développe grâce à ses échanges avec d'autres cultures. Mais il faut que chacune y mette une certaine résistance, sinon, très vite, elle n'aurait plus rien qui lui appartienne en propre à échanger. L'absence et l'excès de communication ont l'un et l'autre leur danger."

C. Lévi-Strauss, De près et de loin,
Paris, Points, Seuil, 1990, p. 206-207.

 

9782738121400FS

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 16:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 2 janvier 2012

médecins de brousse au temps colonial

CAILLAT_Francois_2011_Medecinsdebrousse_00_Arte 

 

médecins de brousse à l'époque coloniale

 un documentaire d'Arte mardi 3 janvier 2012

 

Mardi 3 janvier 2012 de 22h55 au mercredi 4 janvier 2012 00h20 sur Arte

Synopsis de Médecins de brousse

Pendant toute l'époque coloniale, des médecins militaires français ont accompagné l'armée dans ses périples. Le rôle de ces «médecins de brousse» n'était pas seulement de soutenir les troupes, ils voulaient aussi soigner les populations et se considéraient comme des humanistes. Ainsi ont-ils endigué, notamment en Afrique centrale, la lèpre, la peste ou encore la maladie du sommeil. Cette action impliqua parfois de s'opposer à l'administration et à l'armée, dont ces praticiens faisaient partie. Le réalisateur François Caillat s'attache plus particulièrement à l'action du docteur Léon-Clovis-Eugène Jamot, durant les années 1930.

rec1-6461e94b33ba17598d37bf490f6981702be704c1


La critique TV de télérama du 24 décembre 2011

1T

Ils étaient en premier lieu chargés de soigner les troupes. Au fil des années, les médecins militaires envoyés dans les colonies se sont aussi mis à soigner les populations autochtones. Par humanisme ? Curiosité médicale ? Mission civilisatrice ? C'est à cette ambivalence que s'intéressent les réalisateurs François Caillat et Silvia Radelli.

Entre Brazzaville et Yaoundé, ils retracent l'histoire d'Eugène Jamot, «médecin de brousse» connu pour avoir vaincu, dans les années 1920, la maladie du sommeil. On est sidéré par son art de la communication, à l'époque de la grande ­Exposition coloniale de 1931 : photos et films étalaient ses prouesses médicales sur les populations du Cameroun.

Au début du siècle, beaucoup des épidémies qui ­décimaient les populations africaines (fièvre jaune, ­variole) étaient ironiquement aggravées par les colons eux-mêmes - en faisant voyager des travailleurs locaux, ils mélangeaient les tribus. Prévenir ces maladies infectieuses, qui mettaient en péril le commerce des colonies, devenait une nécessité économique. Le médecin blanc imposait alors microscopes et seringues au sein d'une culture de médecine traditionnelle où les maladies étaient l'oeuvre des «génies».

Le film donne la parole à des médecins militaires et à des historiens africains. On s'agace du corporatisme des uns et de la parole partisane des autres. S'y ajoutent un montage lent et une réalisation sans relief, qui rendent l'ensemble beaucoup trop long. Dommage : les images d'archives inédites sont riches et glaçantes, et le sujet passionnant.

Perrine Dutreil
source

 

 muraz

jamot_microscopie1

________________________________________

 

DAFANCAOM01_30FI104N045_P
maternité de brousse, province de Bien Hoa en Cochinchine - source

 

 DAFANCAOM01_30FI025N021_P
Datkar, école de médecine, 1930/1960 - source

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

lundi 10 novembre 2008

stéréotypes coloniaux : une thèse non scientifique

Diapositive1



les stéréotypes coloniaux existent-ils

encore en France ?

Jean-Pierre RENAUD

 

Dans le livre intitulé Supercherie coloniale, j’ai contesté la thèse d’un collectif de chercheurs d’après laquelle, sans aucune preuve scientifique, et sans étude d’opinion sérieuse sur une mémoire coloniale éventuelle de la France, cette dernière aurait eu une culture coloniale qui produirait encore, par je ne sais quel processus inconscient, des effets stéréotypés de nature à expliquer la génération spontanée de nouveaux indigènes de la République.

Le Journal du Dimanche du 2 novembre dernier vient de publier un sondage de l’IFOP d’après lequel 80% des Français se disent prêts à «voter un jour pour un candidat noir», mais seulement 47% d’entre eux pensent qu’un candidat noir «aurait des chances» d’être élu à la Présidence de la République… Les femmes se montrent plus enclines que les hommes à opter pour un tel choix.

Une première réponse donc à la question : la France nourrit-elle des stéréotypes coloniaux qui expliqueraient l’existence des nouveaux indigènes de la République, thèse partagée par le texte de présentation de la dernière exposition de la Cité de l’Immigration. Le lecteur pourra se reporter au bref commentaire que j’ai fait de ma visite.

Mais les mêmes chercheurs diront peut être que ce sondage traduit précisément une pulsion inconsciente de repentance coloniale chez les Français.

Il est donc grand temps de faire une étude d’opinion sérieuse sur le sujet, ce qu’avait d’ailleurs proposé il y a bien longtemps l’historien Charles-Robert Ageron, récemment décédé.

Jean Pierre Renaud

26165890
un ouvrage démystifiant : Supercherie coloniale


- de Jean-Pierre Renaud, lire l'article : "La parabole de la propagande coloniale et du grain de riz"

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 09:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 28 mai 2008

Supercherie coloniale

Diapositive1


Supercherie coloniale

présentation du livre par l'auteur

Jean-Pierre RENAUD


Le livre compte 294 pages, 18 illustrations et 9 chapitres intitulés : les livres de la jeunesse, la presse, les expositions coloniales et les zoos humains, les cartes postales, le cinéma, les affiches, la propagande coloniale, et le ça colonial.

supercherie_coloniale_JP_RenaudL’ouvrage analyse en effet, vecteur par vecteur d’information et de culture, le discours que tient un collectif de chercheurs (1) sur une culture coloniale et impériale qui aurait existé sous la IIIe République, et plongé la France dans un bain colonial. Cette culture se serait prolongée sous les IVe et Ve République et, à travers la voie d’un inconscient collectif évoqué dans le chapitre Le ça colonial, serait aujourd’hui la cause d’une fracture coloniale et d’une crise des banlieues qui en résulterait.

En décortiquant page par page, et ouvrage par ouvrage, leur discours, comme cela a été fait à titre d’exemple, dans le chapitre "La propagande coloniale pour le décorticage du riz de Sandrine Lemaire", un riz destiné à plus de 95% à la volaille et au bétail, en contradiction complète avec son slogan "Du riz dans les assiettes", de l’Empire dans les esprits (CI/p.82), l’ouvrage a l’ambition d’examiner le bien fondé de ce discours eu égard aux sources historiques qu’il est possible d’avancer pour soutenir la thèse qu’ils défendent.

Le lecteur se rendra compte que la démonstration de ce discours est loin d’être faite. La conclusion de l’ouvrage en résume les faiblesses et les dangers, aussi bien pour les descendants français de peuples colonisés que pour la communauté nationale toute entière. L’analyse proposée par ce livre suggère une autre lecture de l’histoire coloniale, une autre hypothèse de travail, laquelle reste à démontrer tout autant que celle encore contestée de ce collectif de chercheurs. Celle d’un déchiffrage historique des rapports entre la France, les Français, et les colonies, fondés beaucoup plus sur le goût des Français pour l’exotisme et la gloire, plus que sur la supériorité raciale, la discrimination, la violence coloniale, ou La sueur du burnous de Vigné d’Octon.

Jean-Pierre Renaud


(1) Culture coloniale (CC) Culture impériale (CI) La République coloniale (RC) La Fracture coloniale (FC) L’Illusion coloniale (Ilc)

9782271066664FS 9782746702998FS9782746704855FS9782707149398FS

9782012793002FS 





 

supercherie_coloniale_JP_Renaud
Jean-Pierre Renaud, Supercherie coloniale,
éd. Mémoires d'hommes, février 2008

- pour commander ce livre : Mémoires d’Hommes, 9 rue Chabanais, 75002 Paris - France 20 euros par chèque, le port est compris


- du même auteur, sur ce site : La parabole de la propagande coloniale et du grain de riz [y a-t-il vraiment eu propagande coloniale ?]

Diapositive1

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


mercredi 21 mai 2008

thèse de Marie Chominot

Diapositive1
source des photos


Guerre d’indépendance de l’Algérie

l’image, source

et objet de recherche historique

la thèse de Marie Chominot


Étudier une période historique donnée par la photographie, c’est le choix novateur fait par Marie Chominot pour sa thèse de doctorat en histoire, sous la direction de Benjamin Stora, professeur à l’Institut national des langues et civilisations orientales, qu’elle a soutenue mercredi dernier [14 mai 2008].

La photo est en effet encore une source inhabituelle dans l’univers de l’historien. La jeune chercheuse, qui a étudié «la photographie pour la guerre» et non «la photo de la guerre», a présenté le résultat de six ans d’investigations, de consultations, de collecte et d’analyse d’archives photographiques en France et en Algérie sous l’intitulé de «Guerre des images, guerre sans images. Pratiques et usages de la photographie pendant la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962)».

Un travail salué par l’ensemble du jury présidé par Omar Carlier, professeur à l’université Paris VII, comme «un travail exceptionnel», «d’une très grande honnêteté», «rigoureux». Dans un résumé succinct de sa thèse, - trois volumes dont un consacré à 1200 photos dont certaines sont inédites - Marie Chominot explique que «pendant la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962), conflit qui n’a pas officiellement le statut de guerre, les deux camps en présence incluent la photographie dans des stratégies de légitimation et de communication complexes, mettant en œuvre une véritable politique images… La photographie se trouve au cœur d’une vaste entreprise de maîtrise de la guerre : elle sert à faire la guerre (comme auxiliaire du renseignement), elle sert aussi à la dire».

«Dans le but de maîtriser le récit confié à l’opinion publique par les médias, l’armée a organisé une forme de monopole de production et de diffusion des images photographiques, s’efforçant de tarir à la source la réalisation de photographies par des journalistes civils, tout en alimentant régulièrement le système de Diapositive1diffusion médiatique qui se fait par conséquent le relais, consentant mais forcé, d’une vision univoque».

Directeur de thèse de Marie Chominot, l’historien Benjamin Stora a rappelé que 200 000 clichés ont été pris par l’armée française, représentant une «source considérable». Sans compter les archives privées en France, mais aussi en Algérie, que Marie Chominot a pu consulter lors de deux séjours en Algérie et dont plusieurs sont inédites. Marie Chominot «a croisé de manière judicieuse des archives officielles, des archives dissidentes, marginales», a précisé son directeur de thèse.

Relevant les différents intérêts du travail de Marie Chominot, Benjamin Stora a souligné que «cette thèse participe du renouvellement de la recherche sur cette période». Elle a permis de «dévoiler cette guerre invisible et sans nom». Et participe donc de «la reconnaissance de cette guerre». Son deuxième intérêt est de montrer que l’image est source et objet de recherche historique, ajoute le professeur d’histoire.

la société française a construit sa cécité,

le régime algérien a produit de l’amnésie sur cette période

De son point de vue encore, le troisième intérêt réside dans le fait qu’un travail d’enquête a été mené en Algérie. «Ce travail permet de sortir d’un système de représentation hégémonique», «le détour par l’Algérie est essentiel». Un autre intérêt est que le travail de Marie Chominot «montre pour la première fois comment la reproduction photographique par l’armée française alimentait les circuits médiatiques, intégrant ceux qui seront les précurseurs des journalistes embarqués».

«Cette façon de faire, novatrice, nous conduit à réfléchir sur l’actualité d’aujourd’hui. La guerre d’Algérie a inauguré une période, celle du contrôle des images mis en œuvre par les États», précise encore Benjamin Stora. Pour sa part, Abdelmadjid Merdaci, maître de conférences à l’université Mentouri de Constantine, a observé que cette thèse permettrait de réfléchir à des champs inexplorés en Algérie.

Elle montre aussi «le caractère inégalitaire» du conflit tel qu’il apparaît à travers la production et la mise en circulation des images, «met en lumière ce que Marie Chominot appelle pragmatisme algérien, qui utilise des images de toutes origines pour organiser un système de confrontation à l’État français, au discours français», «redéfinit la nature du conflit du point de vue de ceux qui parlaient au nom du FLN», «la question de la multiplicité des acteurs et des territoires de cetteDiapositive1 guerre». Selon l’universitaire algérien, «la société française a construit sa cécité, elle ne voit pas, ne veut pas voir, ne doit pas voir». «Il est important aussi de dire comment le régime algérien a produit de l’amnésie sur cette période».

la thèse de Marie Chominot

La thèse de Marie Chominot se compose de deux parties :
- des photographies dans l’Algérie en guerre ;
- des photos pour faire la guerre, des photos pour la dire.

Et de sept chapitres :
- vers un monopole militaire ?
- l’infrastructure photographique de l’armée en Algérie ;
- la photo auxiliaire du renseignement ;
- en Algérie, conquérir les cœurs ou terroriser les esprits ;
- maîtriser le(s) récit(s) de la guerre ;
- dans le camp français une production hors des cadres ;
- le versant algérien de la «guerre des images».

Photographier au maquis ; une stratégie de visibilité maximale : témoigner, publier, communiquer ; faire feu de tout bois. La création des services spécialisés (photographie et cinéma) auprès du GPRA, les journalistes étrangers, collecter, archiver.

Nadjia Bouzeghrane
El Watan (Alger), édition du 19 mai 2008


Marie_Chominot













- présentation de la thèse de Marie Chominot


Elmain
source de la photo


- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 19:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 10 avril 2008

Guerre des images, guerre sans image ? (Marie Chominot)

Diapositive1
source de la photographie



Guerre des images, guerre sans image ?

Pratiques et usages de la photographie pendant la guerre


d’indépendance algérienne (1954-1962)


Marie CHOMINOT



thèse de doctorat préparée sous la direction de


Benjamin STORA, Professeur d’Histoire contemporaine à l’INALCO.

La soutenance se déroulera le

Mercredi 14 mai à 9 heures,

Université de Paris 8 – Saint-Denis,

Salle des thèses, Bâtiment A Salle 010


photo_ONAC__1_

source


Le jury sera composé de :


- Stéphane Audouin-Rouzeau, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales

- Omar Carlier, professeur à l’université Paris VII

- Christian Delage : maître de conférences HDR à l’université Paris VIII

- Abdelmajid Merdaci, maître de conférences à l’université Mentouri de Constantine

- Michel Poivert, professeur à l’université Paris I

- Benjamin Stora, professeur à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales

 


résumé succinct


Pendant la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962), conflit qui n’a pas officiellement le statut de guerre, les deux camps en présence incluent la photographie dans des stratégies de légitimation et de communication complexes, mettant en œuvre une véritable politique des images. Dans le cadre de l’internationalisation du conflit, la communication française est dans une perpétuelle logique de riposte aux initiatives des nationalistes algériens. Pourtant, lorsque l’on se rapproche géographiquement du cœur du conflit, le rapport de forces s’inverse et l’on voit pleinement fonctionner un système d’information mis en place par l’armée française et assumé par le pouvoir politique, qui est aussi un système hégémonique de représentation du conflit.


La photographie se trouve au cœur d’une vaste entreprise de maîtrise de la guerre : elle sert à faire la guerre (comme auxiliaire du renseignement), elle sert aussi à la dire. Dans le but de maîtriser le récit confié à l’opinion publique par les médias, l’armée a organisé une forme de monopole de production et de diffusion des images photographiques, s’efforçant de tarir à la source la réalisation de photographies par des journalistes civils, tout en alimentant régulièrement le système de diffusion médiatique qui se fait par conséquent le relais, consentant mais forcé, d’une vision univoque. Le fonctionnement du système d’information français révèle des failles dont la moindre ne fut pas de générer une «guerre sans image». L’invisibilité du conflit est la conséquence d’un système de représentation qui se veut hégémonique et qui, par l’application de filtres successifs, engendre une banalisation de la vision.


photo_ONAC__2_

source


présentation détaillée


Pendant la guerre d’indépendance algérienne (1954
1962), conflit qui n’a pas officiellement le statut de guerre, les deux camps en présence incluent la photographie dans des stratégies de légitimation et de communication complexes, mettant en œuvre, selon des modalités différentes, une véritable politique des images. Le conflit franco-algérien fut bien une guerre des images, et, si cette dernière fut marquée du sceau de l’inégalité en termes de production, la conclusion est tout autre si l’on déplace le curseur vers la question de la diffusion et que l’on élargit l’échelle géographique. L’enquête en terrain algérien révèle que le camp nationaliste a mis en œuvre, dès 1955-1956, une véritable stratégie de communication qui passe par une utilisation raisonnée de l’image photographique et, dans une moindre mesure filmique.


Peu importe que les Algériens n’aient pas les moyens de produire massivement des images du conflit, ils se donnent tous les moyens d’assurer la diffusion maximale de toutes celles qui leur parviennent, quelle que soit la filière empruntée. La question du déséquilibre est en effet à interroger dans une perspective multiscalaire. Si l’activité d’information par l’image menée par le camp algérien parvient à mettre en échec le système hégémonique de représentation de la guerre qu’ont tenté de construire les Français, c’est à l’échelle mondiale (dans le monde arabe, en Europe, mais surtout sur le front des pays non-alignés et à la tribune de l’ONU).


Dans le cadre de l’internationalisation du conflit, la communication française est dans une perpétuelle logique de riposte aux initiatives algériennes. Pourtant, lorsque l’on resserre la focale, que l’on se rapproche géographiquement du cœur du conflit (le territoire algérien, lieu des affrontements et la France métropolitaine, siège des décisions politiques et de l’opinion publique nationale), le rapport de forces s’inverse et l’on voit pleinement fonctionner un «système d’information» mis en place par l’armée française (et assumé par le pouvoir politique), qui est aussi un système hégémonique de représentation de cette guerre.

L’expression «système d’information» permet de décrire les différents usages de la photographie par l’armée française en Algérie et rend compte d’une soldat_karkitendance globalisante de cette armée qui tend, dans le domaine de l’information comme dans bien d’autres, à s’arroger des pouvoirs qui ne sont habituellement pas les siens. La photographie se trouve au cœur d’une vaste entreprise de maîtrise de la guerre par l’armée : elle sert à faire la guerre et à la dire, à maîtriser le faire et le dire. Le terme d’ «information» doit dès lors être entendu dans trois acceptions différentes. Dans son sens le plus classique, il renvoie à la question de la médiatisation d’un événement, à la manière dont il est mis en récit et transmis à un public. [source photo ci-contre]

Dans le but de maîtriser le récit confié à l’opinion publique par les médias, l’armée a organisé (avec l’accord plein des autorités civiles) une forme de monopole de production et de diffusion des images photographiques relatives au conflit, s’efforçant de tarir à la source la réalisation de photographies par des journalistes civils, tout en alimentant régulièrement en images le système de diffusion médiatique (agences photographiques et journaux), qui se fait par conséquent le relais, consentant mais forcé, d’une vision univoque.
Par «information», il faut aussi entendre «renseignement» car ce dernier permet, en l’informant, de maîtriser le faire de la guerre. En amont et en aval des opérations militaires, la photographie intervient pour repérer, identifier, contrôler des objectifs terrestres et humains. Aux usages proprement stratégiques de la photographie en temps de guerre (photographie aérienne, cartographie), l’armée ajoute ici des pratiques qui relèvent de l’utilisation policière et judiciaire de la photographie (fichage et identification des individus, vivants comme morts). Les populations civiles algériennes, tout comme les combattants algériens, sont pris dans les rets d’un vaste système d’images qui sert à la fois à les contrôler et à les persuader de rejoindre le camp de la France.


Pour ce faire, certains services de l’armée mettent en œuvre une forme particulière d’information, qui s’applique directement sur les publics ciblés (d’abord, exclusivement en son sein, les appelés, puis les populations civiles et les combattants algériens), sans emprunter le canal des médias civils. Cette «action psychologique», forme de propagande ouvertement inspirée de l’agit-prop de tradition marxiste,
s’inscrit dans le cadre d’une interprétation théorique de la guerre pensée, à partir de la fin de l’année 1956, sur le modèle de la «guerre révolutionnaire», issu de l’expérience indochinoise. La conquête des populations (par la persuasion, la séduction ou la terreur) est alors considérée comme un élément fondamental pour gagner la guerre.

Il s’agit d’asseoir sa domination à la fois sur un territoire et sur les esprits de ceux qui le peuplent, afin que l’Algérie reste française. Outil pour garder la maîtrise du conflit, autant dans sa dimension stratégique que dans sa dimension politique, la photographie est réellement utilisée par les Français comme un instrument pour gagner la guerre. Or, malgré le déploiement de considérables moyens humains et matériels, malgré la mise en place d’un système d’information qui se veut verrouillé, les Français perdent la guerre sur le terrain médiatique.

Cet échec médiatique ne saurait être exclusivement imputé à l’activisme du FLN sur la scène internationale. Analysé de l’intérieur, le fonctionnement du système d’information français révèle des failles dont la moindre ne fut pas de générer une «guerre sans image». L’invisibilité du conflit, en effet, n’a pas été élaborée a posteriori par une occultation volontaire, elle a émergé dès l’époque. Elle est la conséquence d’un système de représentation qui se veut hégémonique et qui, par l’application de filtres successifs, engendre une banalisation de la vision.

Au regard de l’océan de photographies produites par l’armée française, la proportion des images effectivement diffusées est minime. Soigneusement choisies et filtrées à toutes les étapes (production, exploitation, diffusion), les mêmes photographies sont destinées à toutes les catégories de publics (soldats, opinion publique française et internationale, populations civiles et combattants algériens). Pendant toute la guerre, seul un petit nombre de figures photographiques, fortement stéréotypées, circule. L’armée a organisé la pauvreté visuelle de l’événement. L’impact relatif des propagandes française et algérienne doit aussi être étudié, au-delà de la question des moyens mis en œuvre de part et d’autre, à la lumière de cette opposition : invisibilité versus dévoilement.


Marie CHOMINOT 

 

algerie_rebelle


_____________________________________________________________________

 

Pour vous rendre à l’université Paris VIII, 2, rue de la Liberté à Saint-Denis :

- Par le Métro, descendez à la station de métro Saint-Denis Université (ligne 13).

- Par la route en provenance de Paris, prenez l’autoroute A1 (dite du Nord) à la Porte de la Chapelle, sortie N°3 direction St-Denis Universités – Pierrefitte ; après le 4e feu tricolore, tournez à droite dans la 2e rue, direction Stains – Saint-Denis Universités – Vélodrome. Après le carrefour, un parking payant se trouve sur votre gauche.

Pour rejoindre la salle A 010, empruntez l’entrée principale de l’université, prenez les escalators sur votre gauche, direction bâtiment A. Ensuite, traversez la passerelle qui franchit la rue de la Liberté et longe la bibliothèque universitaire. Descendez les escalators puis continuez tout droit. Vous arrivez dans le hall du bâtiment A. La salle A 010 se trouve juste sur votre gauche.

Dans le hall principal, des agents d’accueil peuvent vous aider.



contact : chominot@wanadoo.fr

gendarmerie_militaire_Alg_rie
source

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 07:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 3 janvier 2008

les arabisants et la France coloniale (vers 1830 - vers 1930)

Diapositive1
 


Savants, conseillers, médiateurs :

les arabisants et la France coloniale

(vers 1830 - vers 1930)

Alain MESSAOUDI


Alain Messaoudi soutient sa thèse
Savants, conseillers, médiateurs : les arabisants et la France coloniale (vers 1830 - vers 1930)

thèse d'histoire dirigée par Monsieur Daniel Rivet (Paris I-Sorbonne)
jury composé de Kmar Bendana-Kchir, Nadine Picaudou, Luc-Willy Deheuvels et Claude Lefébure

La soutenance se tiendra le samedi 9 février à partir de 9 h 30
salle Denys et Maurice Lombard, rez-de chaussée, 96 bd Raspail, 75006 Paris (métro Notre-Dame des Champs ou Saint-Placide).


2ae0_1_sbl


dict_franco_arabe_Tunis_1911
Dictionnaire arabe-français, Alfred Nicolas,
professeur au Lycée de Tunis, 1911, imprimeur
éditeur Frédéric Weber, 11 rue de Constantine, Tunis.


Colomb_Bechar_AI
Colomb-Béchar, bureau des Affaires indigènes


Touggourth_AI
Touggourth, place du Marché et bureau des Affaires indigènes

- cf. séminaire de Claire Fredj et Alain Messaoudi


- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 09:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

mercredi 28 novembre 2007

Colonisation - évangélisation

Diapositive1



Colonisation - évangélisation

les relations entre les pouvoirs coloniaux,

les pouvoirs locaux et les missions :

des Grandes Découvertes à la décolonisation


missionnaire_broyant


- colloque à la Sorbonne, les jeudi 13, vendredi 14 et samedi 15 décembre 2007

- programme colloque colonisation-évangélisation


Haut_Cameroun


missionnaire_et_3_Abyssinie



Jeudi 13 décembre 2007

Président de séance : Alain Tallon

9h00 Alain Tallon (Paris IV), Introduction

9h20 Luiz-Felipe de Alencastro (Paris IV), Colonisation – Évangélisation ou Civilisation – Évangélisation ?

9h45 Giovanni Pizzorusso (Chieti), Évangélisation des peuples et pouvoirs coloniaux : les initiatives de la Congrégation de la Propaganda Fide face aux États (XVIIe siècle).

10h10 débat

10H40 Benoit Pierre (Tours), Apostolat et affirmation de l’État sous le règne de Louis XIII : les missions capucines du père Joseph

11H00 Claude Prudhomme (Lyon II), Le rôle de Rome dans la conception et la régulation des relations entre pouvoirs coloniaux et autorités missionnaires catholiques.

11h30 débatC_te_d_Ivoire

12h00 déjeuner

14h00 Jean-François Zorn (Montpellier III), Internationalisme missionnaire et nationalisme colonial : la mission protestante de Paris au XIXe siècle.

14h30 James P. Daughton, (Stanford) The relationship of French and British missionaries to their respective imperial projects, c. 1880-1914.

15h00 débat

Président de séance : Jacques Frémeaux

15h30 Géraud Poumarède (Paris IV), La monarchie française et l’essor missionnaire en Méditerranée orientale dans la première moitié du XVIIe siècle.

16h00 Bernard Heyberger (Tours-EPHE), Pouvoirs et missions en Syrie à l’époque moderne.

16h30 débat

17h00 Daniel Lefeuvre (Paris VIII), La conquête religieuse de l’Algérie : les premières implantations catholiques, l’évangélisation et le prosélytisme.

17h30 Oissila Saaïdia (IUFM Strasbourg), Le dialogue interreligieux entre Oulémas et clercs en situation coloniale en Algérie.

18h00 débat

18h30 fin de la première journée



le_on_cat_chisme


Vendredi 14 décembre 2007

Président de séance : Jacques Frémeaux

9h00 Colette Zytnicki (Toulouse II), L’Alliance israélite universelle au Maroc : les "hussards noirs" juifs de la République en contexte précolonial et colonial (1862-1939).

9h30 Christophe Réveillard (Paris IV), Contradictions de la politique religieuse au temps des lois laïques entre métropole et Algérie.

10h30 Jérôme Bocquet (IUFM Orléans-Tours), Les missions à l’heure du nationalisme arabe : pouvoirs et allégeances au Proche-Orient (1925-1967).

11h00 débat

Président de séance : Déjanirah Couto (EPHE)

11h30 Alain Forest (Paris VII-Denis Diderot), Missions et expansion coloniale en Asie du Sud-Est entre les XVIIe et XIXe siècles.

12h00 Xavier Huetz de Lemps (Casa Velasquez), Pouvoirs et missions aux Philippines du XVIe au XIXe siècle.

12h30 débat

13h00 déjeuner

14h30 Ronnie Po-chia Hsia (Pennsylvanie), Les missionsp_re_L_on_Bourjade catholiques, les pouvoirs européens et l’Empire de Chine aux XVIe-XVIIIe siècles.

15h00 Nathalie Kouamé (INALCO), Missionnaires chrétiens et samurais, ou l’impossible colonisation du Japon pendant son "siècle chrétien" (1549-1640).

15h30 débat

16h00 Jacques Weber (Nantes), Les rapports entre les pouvoirs et les missions dans les établissements français de l’Inde de la Restauration au Second Empire.

16h30 Sarah Mohammed-Gaillard (INALCO), Administration coloniale, missionnaires et populations autochtones : alliances et conflits politico-religieux en Nouvelle-Calédonie.

17h00 débat

17h30 Jean-François Klein (INALCO), À l’origine du mythe du Yunnan. Missions catholiques en Chine méridionale et intérêts impériaux franco-britanniques au XIXe siècle.

18h00 Claire Tran Thi Liên (Paris VII-Denis Diderot), Les catholiques vietnamiens pendant la guerre d’indépendance (1945-1954). Entre la reconquête coloniale et la résistance communiste.

18h30 débat

19h00 fin de la deuxième journée



soeur___cheval


Samedi 15 décembre 2007

Président de séance : Luiz-Felipe de Alencastro (Paris IV)

9h00 Philippe Evanno (Paris IV), Les pouvoirs locaux, les comptoirs et les missions de Dakar à Ouidah entre 1680 et 1797.

9h30 Laurick Zerbini (Lyon II), L’Afrique, une terre de mission pour Augustin Planque.

10h00 débat

10h30 Markus Roser (Église évangélique luthérienne de Saxe), Connections between powers and missions in the Royal domain of Congo.

11h00 Félix Iroko (Abomey-Calavi), Les missions, les esclaves affranchis revenus du Brésil et les différents pouvoirs.maison_m_re_Lavigerie

11h30 débat

12h00 déjeuner

Président de séance : Annie Moliné-Bertrand (Paris IV)

14h00 Charlotte de Castelnau (Paris X), Pouvoir et missions au Brésil à l’époque moderne.

14h30 Paolo Broggio (Roma Tre), Ordres missionnaires et politiques indigènes dans la Vice-Royauté du Pérou aux XVIe et XVIIe siècles.

15h00 débat

15h30 Karl-Heinz Arenz (Paris IV), Pouvoirs et missions jésuites en Amazonie au XVIIe siècle.

16h00 Dominique Deslandres (Montréal), "Les puissances", jésuites, sulpiciens et autorités coloniales en Nouvelle-France.

16h30 débat

17h00 Philippe Delisle (Lyon III), Les missionnaires catholiques, l’administration coloniale et la question du travail sur les plantations en Guyane française au XIXe siècle.

17h30 Nelly Schmidt, (Paris IV) et Oruno D. Lara, (Centre de Recherches Caraïbes-Amériques), Religion et colonisation en 1848-1852.

18h00 débat

18h30 Jacques Frémeaux (Paris IV) : conclusion

19h00 fin du colloque.

missionnaire_en_voyage

____________________________________________________




maison_m_re_NDA


vieux_missionnaire


village_mission


dominicain_Lang_Son


missionnaire_et_l_preux


orphelinat_en_Alg_rie


__bord_d_un_navire





- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 07:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 22 novembre 2007

Professer l’Empire. La construction des sciences coloniales en France sous la IIIe République (Pierre Singaravelou)

Diapositive1



Professer l'empire :

la construction des sciences coloniales

en France

sous la IIIe République

Pierre SINGARAVELOU

 
Mardi 11 décembre 2007, à la Sorbonne, à 14 heures

Pierre Singaravelou soutiendra publiquement sa thèse de doctorat d'histoire :

Professer l'empire : la construction des sciences coloniales

en France sous la IIIe République

préparée sous la direction du professeur Christophe Charle, université Paris I Panthéon-Sorbonne

jury

M. Jean-François Chanet, professeur à l’Université Lille-III

M. Christophe Charle, professeur à l’Université Paris-I 

M. Richard Drayton, reader à l’Université de Cambridge

M. Jacques Frémeaux, professeur à l’Université Paris-IV

Mme Sylvie Guillaume, professeur à l’université Bordeaux 3



- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 07:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]