Georges Yver, photo

 

Georges Yver, 1870-1961

un grand technicien du savoir historique sur l'Algérie coloniale

Michel RENARD *

 

Georges Yver (1870-1961) est un historien français. Ancien élève de l'École française de Rome, il se consacre d'abord à l'histoire économique de l'Italie médiévale et publie sa thèse en 1903.

À la suite de son installation à Alger, à l'automne 1903, il se tourne vers l'étude de la conquête coloniale de l'Algérie et l'histoire de l'Afrique du Nord française. Il fait partie des universitaires auxquels la faculté des lettres d'Alger doit son rayonnement (1) (a).

________________________

Passage_des_Portes_de_Fer,_1839,_détailsommaire
Biographie
     1 - Origines
     2 - Études
     3 - Une carrière de professeur
     4 - Dernières années
Apport à l'histoire : commerces et marchands de l'Italie méridionale
      1 - L'histoire économique en question
Apport à l'histoire : l'Afrique du Nord
     1 - Histoire de la conquête et histoire de la société musulmane
Combat de l'Ahbrah, Horace Vernet
     2 - Correspondances de chefs militaires
           A - Les dépêches de Daumas, consul à Mascara, 1837-1839
           B - Correspondance du maréchal Valée, 1837-1840
Publications
     1 - Auteur
     2 - Éditeur scientifique
     3 - Articles
Bibliographie
Notes et références
     1 - Notes
     2 - Références
_____________________


Biographie

Origines

Georges Octave Théodore Yver est né le 22 septembre 1870 à Caen, dans le Calvados (2) (3). Fils aîné de Louis Georges Yver et de Louise Le Corsu, il passe son enfance à Caen, au n° 30 de la rue des Carmes (4) (b). Son oncle maternel, Octave Victor Le Corsu5, était éditeur maritime (6).

Études

Le jeune Georges Yver est admis à l'École normale supérieure en 1890 (7). Mais il effectue d'abord son service militaire. Engagé pour trois ans le 16 octobre 1890, il passe une année, jusqu'au 23 septembre 1891, au 5e régiment d'infanterie alors en garnison à Caen (7).

Le 28 juillet 1892, il obtient sa licence ès lettres (7) et deux ans plus tard, il est reçu à l'agrégation d'histoire (1894) (8). Il est ensuite pensionnaire de l'École française de Rome de 1894 à 1896 (9) ; celle-ci occupait le deuxième étage du palais Farnèse.

Le 25 février 1903, il soutient ses deux thèses en Sorbonne (10) : thèse latine : De Guadagniis (les Gadagne), mercatoribus Florentinis Lugduni, XVIe. P. CHRN. sæculo, commorantibus (c) (11) ; thèse française : Le commerce et les marchands dans l'Italie méridionale aux treizième et quatorzième siècles.

 

Rome,_palais_Farnèse,_vers_1900
Rome, palais Farnèse, vers 1900

 

Une carrière de professeur

De retour en France, il est nommé professeur dans différents lycées : à Tours (12) d'octobre 1896 à mai 1897 ; puis à Bourges de mai 1897 à septembre 1898 (7). À cette date, il est envoyé au lycée Carnot de Tunis et y reste cinq ans (7).

Georges Yver est arrivé à Alger au début de l'automne 1903 (7). Il se marie le 24 octobre 1907, au Mans, avec Alice Berthe Lucie Guillet3.

Pendant la Première Guerre mondiale, il appartient au 3e bataillon territorial de Zouaves et est affecté au dépôt des prisonniers de guerre à Tizi-Ouzou, de mai 1916 à octobre 1917 (7).

Après avoir été chargé de cours à l'École supérieure des lettres d'Alger (1903-1904), il occupe la chaire d'histoire moderne de l'Afrique dans cette même faculté, de 1904 à la fin des années 1930. Il habite d'abord au n° 21 de la rue Clauzel (1903-1909) puis au n° 8 de la rue Monge (1909-1914), et enfin à partir de 1914 au n° 23 de la rue Michelet (7) (13), proche de la faculté où il enseigne.

1280px-Alger,_rue_Michelet,_vers_1910
Alger, rue Michelet

Il quitte cette ville au moment de la Seconde Guerre mondiale, pour s'installer à Nice puis à Paris (1).

Georges Yver était membre de la Société historique algérienne (14), il en a même été un moment secrétaire général (15) ; et membre de la Société de géographie d'Alger et d'Afrique du Nord (16).

Il est mort le 26 juin 1961, à Caen (3).

 

Dernières années

L'historien Fernand Braudel a été son collègue et a témoigné des dernières années de Georges Yver :

«Les jeunes historiens qui travaillent autour de moi et m'écoutent à l'occasion, au Collège de France ou à l'École des Hautes Études, auront bien connu Georges Yver durant ces quinze dernières années. Il était leur ami. Plus encore, nous étions ses amis ; nous lui donnions la seule raison qu'il avait encore de sortir d'une vie austère et d'échapper à des ennuis et à des tourments sans nombre.

Après un long enseignement à la Faculté des Lettres d'Alger, puis une halte à Nice pendant la Seconde Guerre Mondiale, il avait dû tout vendre ou mettre au garde-meuble, se séparer d'une magnifique installation, puis faire hospitaliser sa femme dans une maison de santé ; et il était venu vivre seul à Paris, à soixante-quinze ans passés, dans une simple chambre d'hôtel du quartier de la gare Saint-Lazare, au milieu du bruit et du mouvement qu'il aimait et qui lui permettaient, sans doute, d'oublier sa solitude. Une vie difficile. Il l'accepta avec ce courage discret qui fut toujours le sien.

Dix années durant, l'amitié l'amena, chaque mercredi et chaque samedi, à mes cours du Collège : ils étaient sa sortie, sa prise de contact avec le monde des vivants. Ensuite, nous retournions à pied jusqu'à la Cité Universitaire, d'où il regagnait alors en métro son lointain hôtel. L'amitié, aussi, l'avait entraîné, en 1958, à faire en ma compagnie ce voyage jusqu'à Venise qui fut peut-être sa dernière grande joie.

Jusqu'au dernier jour, il aura travaillé, publié, lu avec passion ; il aura raconté d'exquis souvenirs sur le Paris de sa jeunesse, sur l'École normale où il avait été l'ami et le compagnon de Georges Fedel, de Zimmerman, de René Lespès (17), d'Édouard Herriot, sur l'Algérie si proche et si lointaine... Nul, par contre, ne l'entendit parler de ses propres succès, jadis, au Concours général, à l'entrée de l'École, à l'agrégation d'histoire. Pour y penser, il était bien trop préoccupé de faire l'éloge des autres et surtout de ses maîtres : Vidal de la Blache, G. Monod, plus encore Émile Bourgeois, à l'égard de qui, comme l'auteur de ses lignes, il avait conservé un attachement indéfectible (1)

1280px-Collège_de_France_@_Paris_(30932782685)
«l'amitié l'amena, chaque mercredi et chaque samedi, à mes cours du Collège»


1280px-France_Paris_Cite_Universitaire_Maison_internationale
«nous retournions à pied jusqu'à la Cité Universitaire»

 

1280px-École_normale_supérieure,_rue_d'Ulm,_Paris,_vers_1900
«ses propres succès... à l'entrée à l'École...»

 

 

Apport à l'histoire : commerce et marchands

de l'Italie méridionale

Avec sa thèse sur Le commerce et les marchands dans l'Italie méridionale au XIIIe et au XIVe siècle, publiée en 1903, Georges Yver est devenu, selon Fernand Braudel, le «premier des historiens économistes de son temps» (1).

L'histoire économique en question

Ce ne fut pas le jugement de certains de ses pairs à l'époque, rapporte Maurice Prou, professeur à l'École des chartes : «La tentative faite par M. Georges Yver de tracer le tableau de la vie économique dans l'Italie méridionale aux XIIIe et XIVe siècles, a paru à quelques-uns prématurée. Un savant professeur en Sorbonne a même prétendu, si nous avons bien compris sa pensée, qu'une pareille entreprise était condamnée à l'avortement, car l'établissement d'une série de statistiques serait nécessaire pour faire l'histoire économique» (18).

«Mais l'on peut se demander si l'histoire économique repose toute sur la statistique. (...) L'histoire économique est plus compréhensive. La faire, c'est reconstituer les manifestations de la vie matérielle d'un groupe social en ses phases successives, le mode d'exploitation de la terre, la mise en valeur et la consommation des richesses, et aussi les mesures prises par les gouvernements à l'égard de l'industrie et du commerce. Autant de points qu'on peut éclairer sans recourir à la statistique. (...)

Aussi bien, M. Yver n'a pas intitulé son livre Histoire économique du royaume de Sicile. Puisque c'est presque uniquement des registres de la chancellerie de Charles Ier, de Charles II et de Robert qu'il a recueilli la plupart des documents qu'il a mis en œuvre, il ne pouvait guère prétendre qu'à examiner les questions sur lesquelles ces registres fournissent des renseignements, et tout d'abord la "politique économique des Angevins". À dire vrai, c'est là le titre qui eût le mieux convenu à son livre. Cette politique ressort clairement de la lecture des mandements royaux insérés dans les registres de la chancellerie et des comptes des trésoriers. Nous n'avons qu'un choix d'actes royaux, mais qui suffisent à déterminer la ligne de conduite suivie par les princes angevins en Italie (18)

1280px-Palermo_BW_2012-10-09_11-45-35
Palerme, palais des rois de Sicile

 

 

Apport à l'histoire : l'Afrique du Nord

À la suite de ses nominations au lycée Carnot de Tunis en 1898, puis à Alger en 1903, Georges Yver a modifié le cours de ses recherches.

Son arrivée en Afrique du Nord «l'avait amené dans un pays qu'il allait passionnément aimer, mais elle l'avait aussi détourné de sa vraie vocation et jeté en pleine histoire corrosive, celle de la conquête de l'Algérie par les Français, où tout était à élaborer et d'abord la trame des événements, le rôle des individus, la place des institutions» (1).

Georges Yver y contribue par la publication de nombreux articles, par des livres de synthèse (en 1927 et en 1937), mais surtout par l'édition scientifique de correspondances de grandes figures militaires : le capitaine Daumas, le général Damrémont et le maréchal Valée.

Il a montré, dans l'exploration des archives de la conquête, toute la rigueur méthodique de l'investigation historienne acquise à l'École française de Rome et dans les recherches ayant abouti à sa thèse.

Université_d'Alger,_années_1920
université d'Alger, années 1920

 

Histoire de la conquête et histoire de la société musulmane

Selon l'historien Alain Messaoudi (19), la désignation de Georges Yver à la chaire d'histoire moderne de l'Afrique, vacante depuis la mort d'Édouard Cat en 1903, a donné lieu à une controverse :

«À Georges Yver, un jeune historien ancien élève de l'École normale supérieure, René Basset aurait préféré Edmond Doutté, bien que ce dernier n'ait pas encore soutenu ses thèses. En effet selon lui : "(...) l'histoire moderne de l'Algérie ne doit pas être uniquement le récit de la conquête du pays, mais elle doit avoir aussi pour but l'étude de la société musulmane, de son passé, de son avenir, de sa civilisation : or cette étude n'est possible que pour quiconque connaît l'arabe et a vécu parmi les indigènes". Mais Yver, docteur, soutenu par le "parti normalien", l'emporte : l'enseignement de l'histoire contemporaine de l'Algérie reste jusqu'après la décolonisation confié à des professeurs qui ne connaissent pas l'arabe ni le berbère - ce qui conduit à une étude de la conquête coloniale qui fait la plus grande part aux Européens (20)

Notables_musulmans,_Guelma,_1856
notables musulmans, Guelma, 1856-1857

Ce reproche n'est pas complètement fondé. Dans le chapitre X du recueil collectif édité en 1931, Histoire et historiens de l'Algérie, Georges Yver appelle à «considérer les événements du point de vue indigène aussi bien que du point de vue français» :

«Les Français ont eu comme adversaires, non les Turcs, dont la puissance s'était effondrée avec la prise d'Alger, mais les indigènes, Arabes et Kabyles que les Turcs eux-mêmes n'avaient qu'incomplètement soumis. Ces populations ne formaient pas une masse homogène, mais se partageaient en une multitude de groupements sans cohésion et souvent en lutte les uns contre les autres. Le seul lien qu'il y eût entre eux, la religion, ne fut pas assez fort pour les unir contre l'étranger.

Les Français trouvèrent parmi eux des partisans et des alliés. Il suffit de rappeler les Douair et les Smela de la province d'Oran qui furent, à partir de 1833, les auxiliaires fidèles des Français. Bien d'autres tribus une fois vaincues suivirent cet exemple et n'hésitèrent pas à combattre avec les chrétiens contre leurs coreligionnaires. Ces revirements ne sont pas dus seulement à la supériorité militaire de la France. Les ambitions des chefs, les rivalités d'influence, les querelles de famille ou de çof (d) ont, en maintes circonstances, déterminé l'attitude des populations et contribué, autant que l'emploi de la force, à la soumission du pays.

Une histoire vraiment complète de la conquête devra donc considérer les événements du point de vue indigène aussi bien que du point de vue français. Les éléments de cette étude sont dispersés dans les archives des Bureaux arabes. Les officiers de ces bureaux étaient tenus, en effet, de rechercher ls renseignements de tout ordre concernant "l'histoire des tribus" et d'y joindre ceux qu'ils pourraient recueillir peu à peu "sur toutes les familles et sur les hommes politiques qui s'y trouvent" (circulaire de Bugeaud, 1er février 1844). Une masse énorme d'informations a été ainsi rassemblée mais les "historiques" rédigés en exécution de ces prescriptions sont pour la plupart inédits. Ils n'en ont pas moins fourni la matière de publications assez nombreuses parues le plus souvent dans les revues locales et dont certaines ont été réunies en volumes (21)

Notables_musulmans,_Oran,_1856
notables musulmans, Oran, 1856-1857

 

Correspondances de chefs militaires

Le 4 décembre 1910, le gouverneur général de l'Algérie institue une commission (e) pour assurer la publication d'une collection de documents inédits sur l'histoire du pays conquis depuis 1830 (22). La commission décide qu'il y aurait deux sortes de publications ; la correspondance générale des commandants en chef de l'armée d'Afrique et des gouverneurs généraux : des documents se rapportant à des sujets divers comme les négociations ou les épisodes de la conquête.

Les dépêches de Daumas, consul à Mascara, 1837-1839

Dès 1912, Georges Yver publie les 119 dépêches du capitaine Daumas à ses supérieurs hiérarchiques. En vertu du traité de la Tafna (30 mai 1837) entre les autorités françaises et l'émir Abd el-Kader, la France pouvait entretenir des agents auprès de ce dernier. Daumas est envoyé par Bugeaud comme résident, ou consul, auprès de l'émir à Mascara. Cette imposante correspondance (660 pages du livre) a été appréciée par le ministère de la Guerre dans une analyse des dépêches du consulat de Mascara :

«Sous les rapports de l'observation du pays et de la constitution intérieure des tribus, de la connaissance de la province d'Oran, hommes et choses, la mission française à Mascara a certainement fait faire un grand pas. La correspondance du consul abonde en détail curieux et bien observés sur le mouvement des tribus, sur leurs intérêts politiques et commerciaux, sur le rôle que chacune d'elles sera nécessairement appelée à jouer dans une lutte contre la France. Elle fait connaître, par un ensemble de petits faits, qu'elle révèle à mesure qu'ils se produisent, l'organisation administrative et militaire qu'Abd el-Kader cherche à imposer au pays qu'il occupe.

L'impression générale, qui résulte des observations recueillies par M. Daumas et des réflexions qui les accompagnent, nous semble celle-ci, c'est que la puissance d'Abd el-Kader, établie d'ailleurs sur des bases fragiles, repose surtout sur la valeur propre de l'homme qui en est le dépositaire ; que ses éléments, une fois le chef disparu, pourraient être dispersés facilement et ne pourraient guère se réunir à nouveau ; qu'en un mot, le grand obstacle à l'introduction parmi les tribus de l'intérieur d'un commencement de civilisation européenne, réside bien plutôt dans les idées propres d'Abd el-Kader que dans la manière d'être des Arabes ou dans leurs mauvaises dispositions à notre égard (23)

800px-Tagdemt_1838
Tagdempt, camp fortifié d'Abd el-Kader, 1838 ;
consulat de France à Mascara

 

Correspondance du maréchal Valée, 1837-1840

Cette édition compte cinq volumes : d'octobre 1837 à mai 1838, de juin à décembre 1838, 1839, de janvier à août 1840, de septembre 1840 à mars 1841. Le maréchal Valée a été gouverneur général de l'Algérie d'octobre 1837 à décembre 1840. Le travail de Georges Yver conduit à revaloriser la politique et les idées de Valée contre celles de Bugeaud.

Statue_du_maréchal_Valée,_Constantine_(Algérie)
statu du maréchal Valée, à Constantine

Dans la Revue historique, Henri Brunschwig rend compte de ces ouvrages qui fournissent une masse d'informations sur la conquête de l'Algérie à la fin des années 1830 :

«La publication de la correspondance du maréchal Valée conduit à préciser la notion d'occupation restreinte et à réhabiliter le maréchal calomnié par Bugeaud. Valée s'y révèle intelligent, actif, décidé. Sa personnalité, qui jusqu'à présent ne tranchait guère sur celle de ses prédécesseurs et dont le rôle essentiel semblait être de servir de repoussoir à Bugeaud, s'impose. Il ne cesse de protester contre le traité de la Tafna, dont il ne voit pas l'utilité. (...)

D'autre part, s'il a gouverné l'Algérie pendant l'occupation restreinte, il ne s'en est certes pas montré partisan. Dans ses rapports, il affirme à plusieurs reprises la nécessité de la conquête totale. Il est convaincu que cette solution seule amènera la paix en Afrique du Nord. Il n'accepte de différer la guerre, à laquelle il ne cesse de se préparer, que sur l'ordre du gouvernement. Et ce dernier partage son opinion. Ce qui amène à réviser les idées répandues dans nos manuels. Le ministère de la Guerre ne doutait pas que la France serait amenée à la conquête totale. Dans le premier volume de près de cinq cents pages, le terme d'occupation restreinte n'apparaît qu'une fois. (...)

Tous ces textes conduisent à réhabiliter l'homme que calomnia Bugeaud. Ce dernier ne pouvait pas ignorer les fréquentes protestations de Valée contre le traité de la Tafna. Il ne pouvait pas davantage réfuter les arguments du maréchal. Mais il était député ; il était l'ami du roi, son complice même, depuis l'accouchement de la duchesse du Berry au château de Blaye. Il savait faire de beaux discours et savait que ses auditeurs ne se souviendraient pas des harangues précédentes, où il avait soutenu aussi brillamment des opinions différentes. Il savait écrire et savait mentir.

Il rendit Valée responsable de l'occupation restreinte qu'il avait lui-même défendue devant la Chambre, puis rendue impossible en conférant au seul Abd el-Kader une puissance telle que la France ne se trouva plus en présence seulement d'une poussière de tribus divisées. Bugeaud conserve cependant son renom militaire. Mais Valée, ou tout autre vétéran de l'Empire, n'aurait-il pas aussi bien réussi la conquête, ne l'aurait-il pas opérée à moindres frais, sans tant de razzias, si on l'y avait autorisé et si on lui avait donné les gros moyens dont Bugeaud disposa ? (24)

Monts_Bibans,_près_des_Portes_de_Fer,_vers_1905
monts Bibans, près des Portes de Fer, vers 1905

Georges Yver a consacré plusieurs années à la correspondance de Valée. Les derniers ouvrages paraissent de 1954 à 1957. C'est toujours Henri Brunschwig qui commente ce travail :

«M. Georges Yver achève la publication de la correspondance du maréchal Valée. Les trois derniers tomes ne le cèdent pas, en intérêt, aux précédents. Le maréchal jouit, en 1839, de l'entière confiance du roi et des gouvernements. Il précise son système, en insistant davantage sur son hostilité foncière à la guerre. Il y a là sans doute une concession à l'opinion publique française, qui n'exprime pas les convictions intimes du gouverneur. Car, après avoir encore insisté sur la nécessité d'une colonisation restreinte au sein d'une domination universelle (t. III, p. 167 sq.), après s'être appuyé sur le succès de l'expérience dans la province de Constantine, après avoir, une fois de plus, judicieusement, critiqué le principe de la colonne mobile qui ne s'appuie pas sur des établissements coloniaux (t. III, p. 184-185), il est bien obligé de rappeler que le traité de la Tafna autorisait Abd el-Kader à certaines prétentions et que l'émir n'avait jamais ratifié la convention rectificative du 4 juillet 1838, qui faisait triompher l'interprétation français. Dès lors, la guerre menaçait toujours. (...)

Profitant du voyage du duc d'Orléans en Algérie, il établit la liaison entre Constantine et Alger à travers les Biban. La fameuse traversée du défilé des Portes de Fer du 25 octobre au 1er novembre [1839] fut presque imposée par le maréchal au prince. Valée affirma que l'opération ne déclencherait pas la guerre. Mais, le 3 novembre, Abd el-Kader la lui déclara (25)

800px-Adrien_Dauzats_001
passage des Portes de Fer, octobre 1839 (tableau d'Adrien Dauzats, 1840)

 

Publications

Auteur

  • Esquisse d'une histoire du bassin de la Méditerranée, conférences faites à l'Hôtel des Sociétés françaises à Tunis, Impr. française, Sousse, 1900 (f).
  • Le commerce et les marchands dans l'Italie méridionale au XIIIe et au XIVe siècle, Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome, Fontemoing, Paris, 1903.
  • La Commission d'Afrique (7 juillet-13 décembre 1833, éd. Fontana, Alger, 1905.
  • Documents relatifs au traité de la Tafna, 1837, éd. J. Carbonel, Alger, 1924.
  • Histoire d'Algérie, avec Stéphane Gsell et Georges Marçais, éd. Boivin, Paris , 1927 et 1929.
  • L'Afrique du Nord française dans l'histoire, Paris-Lyon, 1937 et 1955.

Éditeur scientifique

  • Correspondance du capitaine Daumas, consul à Mascara (1837-1839), Impr. de A. Jourdan, Alger, 1912. [lire]
  • Correspondance du général Damrémont, gouverneur général des possessions françaises dans le nord de l'Afrique (1837), H. Champion, Paris, 1928.
  • Correspondance du maréchal Valée, gouverneur général des possessions françaises dans le Nord de l'Afrique, 5 vol., éd. Larose, Paris, 1949-1957.

Articles

Annales de géographie

  • «L'émigration italienne», Annales de Géographie, t. 6, n° 26, 1897, p. 123-132 [lire].

Société de géographie d'Alger

  • «Paysages et gens du Nord. Les îles Lofoten», Bulletin de la Société de géographie d'Alger et de l'Afrique du Nord, 1905, p. 152-165 [lire].
  • «En Bosnie», Bulletin de la Société de géographie d'Alger et de l'Afrique du Nord, 1909, p. 66-78 [lire].
  • «La mort du commandant Ménonville», Bulletin de la Société de géographie d'Alger et de l'Afrique du Nord, 1907, p. 32-36 [lire].
  • «Note sur un projet de colonisation suisse en Algérie, 1832», Bulletin de la Société de géographie d'Alger et de l'Afrique du Nord, 1910, p. 76-83 [lire].
  • «Le traité Desmichels, d'après un ouvrage récent», Bulletin de la Société de géographie d'Alger et de l'Afrique du Nord, 1925, p. 43-51 [lire].

800px-Bulletin_de_la_Société_de_géographie_d'Alger_et_d'Afrique_du_Nord,_1925
Bulletin de la Société de géographie d'Alger

Revue africaine

  • «Si Hamdan ben Othman Khodja», Revue africaine : journal des travaux de la Société historique algérienne, 1913, p. 96-138 [lire].
  • «Lettres de Ben Allal au maréchal Valé», Revue africaine : journal des travaux de la Société historique algérienne, 1914, p. 6-8 [lire].
  • «Enfantin et l'émigration étrangère en Algérie», Revue africaine : journal des travaux de la Société historique algérienne, 1918, p. 249-265 [lire].
  • «Abd el-Kader et le Maroc, en 1838», Revue africaine : journal des travaux de la Société historique algérienne, n° 298, 1919, p. 93-111 [lire].
  • «Les Irlandais en Algérie», Revue africaine : journal des travaux de la Société historique algérienne, 1919, p. 170-223 [lire].
  • «Les maronites et l'Algérie», Revue africaine : journal des travaux de la Société historique algérienne, 1920, p. 165-211 [lire].
  • «Les préliminaires de la négociation de la Tafna», Revue africaine : journal des travaux de la Société historique algérienne, 1923, p. 529-543 [lire].

Revue africaine, 1913, couv
Revue africaine, 1913

 

Questions nord-africaines

  • «L'Algérie de 1830 à nos jours», Questions nord-africaines : revue des problèmes sociaux de l'Algérie, de la Tunisie et du Maroc, 25 juin 1935, p. 3-29 [lire].

Annales E. S. C.

  • «L'Algérie à l'époque d'Abd-el-Kader», Annales. Économies, sociétés, civilisations, 7ᵉ année, n° 4, 1952, p. 562-564 [lire].
  • «Méthodes et institutions de colonisation : les bureaux arabes», Annales. Économies, sociétés, civilisations, 10ᵉ année, n° 4, 1955. p. 569-574 [lire].
  • «Xavier Yacono. "Les débuts de la Franc-Maçonnerie à Alger (1830-1852)"», extrait de la Revue africaine, t. CIII, année 1959, Annales. Économies, sociétés, civilisations, 16ᵉ année, n° 2, 1961. p. 396 [lire].

Encyclopédie de l'Islam

  • articles «Alger» et «Algérie».

 

Bibliographie

  • Fernand Braudel, «Georges Yver (1870-1961), nécrologie», Annales E.S.C., 1963, n° 2, p. 407-408 [lire].

Michel Renard
mai 2019

* Je reprends la matière d'un article rédigé pour une encyclopédie en ligne. Je l'ai un peu modifié et en ai enrichi l'iconographie. 

 

Yver, Correspondance Damrémont, couv
Georges Yver,
Correspondance du général Damrémont

 

Notes et références

Notes

a - Dans la nécrologie qu'il lui consacre, Fernand Braudel écrit : «Avec Georges Yver se clôt pour la Faculté des Lettres d'Alger, que j'ai admirée au temps de ma jeunesse, aussi belle, sinon aussi vantée, que celle de Strasbourg, le cortège de tous ceux que nous y avons connus ou aimés : Eugène Albertini, Émile-Félix Gautier, Louis Leschi, Louis Gernet, Jean Alazard, Pierre Martino...»
b - Le recensement de 1881 fait apparaître que la famille était composée, outre son père et sa mère, de la grand-mère paternelle (Marie Yver) et de ses frères et sœurs : Gabrielle, Léon, Hélène et Louis.
c - Les Gadagne, marchands florentins à Lyon au XVIe siècle.
d - Le çof est une ligue, un parti qui divise les clans kabyles eux-mêmes.
e - La commission était composée de : Jean-Dominique Luciani, directeur des Affaires indigènes ; René Basset, doyen de la faculté des lettres d'Alger ; Georges Yver et Stéphane Gsell, professeurs à la même faculté ; Léon Paysant, président de la Société historique algérienne ; Gabriel Esquer, archiviste du Gouvernement général.
f - Fernand Braudel raconte qu'il doit à Georges Yver son orientation vers l'étude de la Méditerranée : «Avant que Lucien Febvre n'intervienne dans ma vie, il a été le meilleur de mes conseillers et de mes maîtres. C'est grâce à lui, en premier lieu, qu'un beau jour je me suis décidé à saisir pour elle-même, et non de biais, la vie entière de la Méditerranée. J'hésitais devant son immensité. Il eut l'audace qui me manquait» ; cf. nécrologie de Georges Yver.

Références

1 - a b c d et e Fernand Braudel, «Georges Yver (1870-1961), nécrologie», Annales, 1963, n° 2, p. 407-408 [lire].
2 - École française de Rome, Annuaire des membres, 1873-2011, 2010 [lire].

3 - a b et c Archives départementales du Calvados, état civil numérisé de la ville de Caen, 1870 [lire].
4 - Archives départementales du Calvados, recensement numérisé de la ville de Caen, 1881 [lire].
5 - Généalogie d'Octave Victor Le Corsu, frère de la mère de Georges Yver [lire].
6 - Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, 1898, p. 941 [lire].
7 - a b c d e f g et h Archives départementales du Calvados, registre matricule numérisé [lire].

8 - Les agrégés de l'enseignement secondaire. Répertoire 1809-1950 [lire].
9 - Liste des membres de l'École française de Rome depuis sa fondation, Mélanges de l'école française de Rome, 1920, n° 38, p. 325 [lire].
10 - Journal officiel de la République française, 21 février 1903, p. 1090 [lire].
11 - Victor-Louis Bourrilly, compte rendu, Revue d'histoire moderne et contemporaine, tome 4 n° 9, 1902. p. 623-624 [lire].
12 - Georges Yver, «L'émigration italienne», Annales de Géographie, t. 6, n° 26, 1897, p. 123-132 [lire].
13 - Revue africaine : journal des travaux de la Société historique algérienne, 1927, p. 12 [lire].
14 - Bureau de la Société historique pour 1906, Revue africaine : journal des travaux de la Société historique algérienne, 1906 [lire].
15 - Revue africaine : journal des travaux de la Société historique algérienne, 1922, p. 5 [lire].16 - Bulletin de la Société de géographie d'Alger et de l'Afrique du Nord  [archive], 1908, p. LXXIV [lire].
17 - René Lespès, data.bnf [lire].
18 - a et b Maurice Prou, compte rendu, Le Moyen âge : bulletin mensuel d'histoire et de philologie , 1904, p. 215-220 [lire].
19 - Alain Messaoudi, maître de conférences à l'université de Nantes [lire].
20 - Alain Messaoudi, Les arabisants et la France coloniale, 1780-1930, éd. ENS Lyon, 2015, p. 457.
21 - Histoire et historiens de l'Algérie, «La conquête et la colonisation de l'Algérie» par Georges Yver, 1931, p. 286-287 [lire].
22 - Comité de l'Afrique française, L'Afrique française : bulletin mensuel du Comité de l'Afrique française et du Comité du Maroc, janvier 1913, p. 176 [lire].
23 - Correspondance du capitaine Daumas, consul à Mascara (1837-1839), par Georges Yver, Alger, 1912, p. XXII-XXIII [lire].
24 - Henri Brunschwig, «Histoire de la colonisation (1945-1951)», Revue historique, 1952, p. 281-284 [lire].
25 - Henri Brunschwig, «Bulletin historique. Colonisation française», Revue historique, 1859, p. 132 [lire].

 

  • sur ce blog, voir son article : «L'établissement de la domination fançaise en Algérie» (1937) [lire]

 

- retour à l'accueil