Diapositive1

 

 

quelle histoire coloniale au Bac ?

 

Le mercredi 13 juin 2007, les candidats au Baccalauréat, série S, ont trouvé dans le sujet de l'épreuve d'Histoire-Géographie, le texte suivant à expliquer.

_______________________________________________

 

Explication d'un document d'histoire
Sujet I

Georges Clemenceau répond

au discours de Jules Ferry sur la colonisation
(1)

M. Georges Clemenceau :

Messieurs, à Tunis, dans l'Annam, au Congo, à Madagascar, partout… et ailleurs, nous avons fait et nous ferons des expéditions coloniales ; nous avons dépensé beaucoup d'argent et nous en dépenserons plus encore ; nous avons fait verser beaucoup de sang français et nous en ferons verser encore. On vient de nous dire pourquoi. Il était temps ! (…)

Au point de vue économique, la question est très simple ; pour Monsieur Ferry (…) la formule court la rue : "Voulez-vous avoir des débouchés ? Eh bien, faites des colonies!, dit-on. Il y aura là des consommateurs nouveaux qui ne se sont pas encore adressés à votre marché, qui ont des besoins ; par le contact de votre civilisation, développez ces besoins, entrez en relations commerciales avec eux ; tâchez de les lier par des traités qui seront plus ou moins bien exécutés." Voilà la théorie des débouchés coloniaux. (…)

Lors donc que pour vous créer des débouchés, vous allez guerroyer au bout du monde, lorsque vous faites tuer des milliers de Français pour ce résultat, vous allez directement contre votre but : autant d’hommes tués, autant de millions dépensés, autant de charges nouvelles pour le travail, autant de débouchés qui se ferment (Nouveaux applaudissements) (…).

"Les races supérieures ont sur les races inférieures un droit qu'elles exercent, ce droit, par une transformation particulière, est en même temps un devoir de civilisation".
Voilà en propres termes la thèse de M. Ferry, et l'on voit le gouvernement français exerçant son droit sur les races inférieures en allant guerroyer contre elles et les convertissant de force aux bienfaits de la civilisation. Races supérieures ! Races inférieures, c'est bientôt dit ! Pour ma part, j'en rabats singulièrement depuis que j'ai vu des savants allemands démontrer scientifiquement que la France devait être vaincue dans la guerre franco-allemande parce que le Français est d'une race inférieure à l'Allemand. Depuis ce temps, je l'avoue, j'y regarde à deux fois avant de me retourner vers un homme et vers une civilisation, et de prononcer : homme ou civilisation inférieurs. (…)

"Ma politique, c'est la théorie, non pas du rayonnement pacifique, mais du rayonnement par la guerre. Ma politique, c'est une succession d'expéditions guerrières aux quatre coins du monde. Ma politique, c'est la guerre !" (Ferry)
Non pas la guerre en Europe – je ne veux pas donner aux paroles de monsieur Jules Ferry un sens et une portée qu'elles n'ont pas -, mais enfin, la politique qu'il nous a exposée, c'est une série d'expéditions guerrières en vertu desquelles on fera plus tard des actes commerciaux profitables à la nation conquérante. (…) Mais nous dirons, nous, que lorsqu'une nation a éprouvé de graves, très graves revers en Europe, lorsque sa frontière a été entamée, il convient peut-être, avant de la lancer dans des conquêtes lointaines, fussent-elles utiles – et j'ai démontré le contraire – de bien s'assurer qu'on a le pied solide chez soi et que le sol national ne tremble pas.

Source : Discours prononcé par Georges Clemenceau à la Chambre des députés
30 juillet 1885.

(1) En juillet 1885, les deux députés, G. Clemenceau et J. Ferry, s'opposent à la Chambre des députés, dans un débat sur la question coloniale.

 

 

Questions

1. À quel moment de l'histoire de la colonisation se situe ce débat parlementaire ?

2. Selon Georges Clemenceau, quels sont les arguments de Jules Ferry pour justifier les expéditions coloniales ?

3. Quelles sont les positions défendues ici par Georges Clemenceau ?

4. Comment peut-on qualifier les positions de Jules Ferry et de Georges Clemenceau dans le débat sur la question coloniale ?

sujet_Bac_Ferry_1

sujet_Bac_Ferry_2

sujet_Bac_Ferry_3
cliquer sur l'image pour l'agrandir

 

_______________________________________________




Diapositive1

 

quelques remarques sur un sujet de Bac

quand l'Inspection Générale "bidouille" un texte historique

 

Les lycéens, candidats au baccalauréat, ont peut-être été désappointés par ce document. Il en va ainsi pour tout examen ou concours... Mais leurs professeurs, et tout honnête historien, ont quelques bonnes raisons de se sentir offensés. Car le rédacteur de ce sujet (l'Inspection Générale...?) a "bidouillé", comme dit l'un de mes collègues, un texte dont la nature est pourtant largement connue.

On a donné à expliquer un discours de Clemenceau, typographiquement arrangé pour en inférer une interprétation politiquement correcte, du genre : la colonisation, c'est raciste, guerrier, égoïste et méchant... Ferry est un vilain, Clemenceau un gentil...

L'étude scolaire de l'histoire est censée former à l'esprit critique. Elle ne vise ici, par ce genre d'exercice, qu'à la restitution d'une "bouillie" de bons sentiments.

Analyse de ce sujet

 

1) Sur la forme du texte.

Il est curieux d'avoir adopté une typographie non conforme à l'édition originelle. Dans le sujet de Bac, on a ajouté des guillemets qui encadrent les propos de Ferry tels que les rapporte Clemenceau. Or, ces guillemets n'existent pas. Clemenceau ne s'astreint pas à une citation exacte. Il résume, à sa manière et en les exagérant, les propos de Ferry.

Diapositive1
cliquer sur l'image pour l'agrandir... et la reproduire

Ainsi, l'ancien Président du Conseil et ministre des Affaires étrangères n'a jamais dit "ma politique, c'est la guerre". D'ailleurs, à ce moment du discours de Clemenceau, deux députés prennent la parole dont le bonapartiste Paul de Cassagnac qui lance : "Oui, M. Jules Ferry a fait la théorie de la guerre !". À quoi, Ferry réplique : "Vous poussez ma théorie aux derniers excès, Monsieur, vous en faites une caricature".
En greffant des guillemets au texte de Clemenceau, on fait croire au candidat que Ferry est bien l'auteur des propos évoqués. On l'induit donc en erreur et on oriente à dessein son commentaire.

- le discours (avec coupures) prononcé par Jules Ferry
à la Chambre des députés, le 28 juillet 1885.

 

 

2) Sur le contenu du texte

Il existe deux transcriptions du discours de Clemenceau qui diffèrent. Notamment à propos de la formule "races supérieures, races inférieures" citée de cette manière dans le sujet de Bac, c'est-à-dire par la succession de deux termes distincts ("supérieures, inférieures"). Or il existe une autre transcription.
Pour Gilles Manceron, peu suspect de complaisance pour la politique coloniale de Ferry..., qui vient de publier 1885 : Le tournant colonial de la République (La Découverte, fév. 2007) avec l'édition (non complète) des débats parlementaires, la formule est : "Races supérieures, races supérieures ! C'est bientôt dit !" (redondance du mot "supérieures"). Il précise que ces textes sont "tels qu'ils ont été publiés à l'époque dans le Journal Officiel" (p. 25-26).
L'historien Raoul Girardet, dans son livre L'idée coloniale en France de 1871 à 1962 (1972, Poche-Pluriel, 1979, p. 92) évoque la même formulation : "Races supérieures, races supérieures, c'est bientôt dit !".
Mais Charles-Robert Ageron écrit : "Races supérieures, races inférieures ! C'est bientôt dit !" (L'anticolonialisme en France de 1871 à 1914, Puf, "dossier clio", 1973, p. 59). Alors... quelle est la bonne version... et comment les rédacteurs du sujet ont-ils choisi une version plutôt qu'une autre ?

Diapositive1
deux versions du même texte... quelle est la bonne ?

Mais, cela fait-il une différence ? En réalité, le discours de Clemenceau du 30 juillet 1885 révèle des appréciations qui relativisent son "anticolonialisme" et la profondeur de son désaccord avec Ferry (mais elles ne figurent pas dans le sujet de Bac) :

- certes, sa condamnation du distinguo "civilisations supérieures/civilisations inférieures" est nette ; mais s'adresse-t-elle vraiment à Jules Ferry ? Celui-ci utilise la distinction sans hétérophobie, sans penser qu'il y a, par essence, des peuples supérieures et d'autres, par essence, inaptes au progrès, voire même à éliminer pour cette raison ;

- le député républicain radical partage, avec Ferry et beaucoup d'autres, une vision du développement de la civilisation inévitablement inégalitaire, processus dont il faut tempérer les effets par l'action morale et politique : "il y a la lutte pour la vie qui est une nécessité fatale, qu'à mesure que nous nous élevons dans la civilisation, nous devons contenir dans les limites de la justice et du droit" ;

- dans sa critique de l'abus de la force, il établit lui-même une démarcation hiérarchique entre la "civilisation scientifique" et les "civilisations rudimentaires" ;

- enfin, on connaît sa réplique : "mon patriotisme est en France" ; ce qui autorise à penser son désaccord avec les républicains opportunistes (Ferry, Paul Bert...) en termes de conflit d'opportunité justement : "avant de me lancer dans des expéditions militaires, qui sont la caractéristique de votre politique, M. Jules Ferry, j'ai besoin de regarder autour de moi. (...) N'est-ce pas triste de penser que c'est en 1885, quinze ans après 1870, que nous sommes obligés de venir rappeler ces choses à la tribune française."

Les extraits choisis du discours de Clemenceau ne laissent pas apparaître toutes ces contradictions. Les candidats risquent d'opposer les deux personnages d'une manière caricaturale, plus inspirés par certaines modes intellectuelles que par la confrontation avec une réalité historique dont l'altérité dans le temps et la singularité ne seront pas appréhendées.

 

Ferry va apparaître comme un colonialiste "raciste"...

Ferry va apparaître comme un colonialiste "raciste" alors que l'un de ses arguments justifiant l'expansion coloniale est le pendant de son action scolaire en France. C'est la même logique qui préside à la politique d'éducation gratuite et obligatoire pour tous, et au "devoir de civilisation des races inférieures".

Le passage sur les débouchés coloniaux, sans être examiné à la lumière de références économiques réelles, sera réduit à une vulgaire politique de "trafiquant"... Le qualificatif de "néo-mercantilisme" qui pourrait lui être accolé est pourtant démenti par la chronologie :

- "La politique expansionniste de Ferry, qui s'affirme dès 1880, est chronologiquement très antérieure à l'adoption par la France d'une législation protectionniste, qui ne date que de 1892, et les débats qu'elle a suscités, aussi bien au Parlement que dans l'opinion, continuent à se situer dans des perspectives libre-échangistes. De surcroît, aucune concordance significative ne peut être relevée entre la courbe du commerce extérieur et le développement de la politique de conquête coloniale : “l'expédition de Tunisie eut lieu en 1881 au moment où le commerce général atteignit les chiffres les plus élevés depuis 1871“ ; plus tard la conquête de Madagascar de 1895, les interventions au Maroc en 1905 “se situèrent à des moments où le commerce était en pleine expansion“ (Henri Brunschwig, Mythes et réalités de l'impérialisme français, 1960). Dans la pensée de Ferry et des hommes de son école, les considérations politiques, les préoccupations de rang et de puissance, doivent être considérées comme prioritaires. En l'occurence ce n'est pas l'argumentation patriotique qui doit être considérée comme l'alibi des impératifs économiques, mais bien davantage la théorisation économique qui sert à légitimer les desseins nationalistes" (Raoul Girardet, L'idée coloniale en France de 1871 à 1962, éd. Pluriel, 1979, p. 87.

L'historien Charles-Robert Ageron développe les mêmes arguments dans son livre France coloniale ou parti colonial ? (Puf, 1978).

 

3) Sur les questions

Il est méthodologiquement contestable de tenter d'évaluer (question n° 2) les positions d'un personnage tel que Ferry à l'aune de leur seul résumé polémique par son contradicteur Clemenceau. Pourquoi ne pas avoir offert à la perspicacité du candidat le discours de Ferry lui-même...? Bien sûr, le résumé-déformation des positions de Ferry par Clemenceau peut présenter un intérêt. Mais est-ce une analyse appropriée à l'examen du baccalauréat, pour des élèves qui auront consacré quelques courts instants seulement à l'étude de cette période...?

Il en va de même de la question n° 4. Qualifier les positions de Ferry alors qu'elles ne sont pas directement connues n'est pas de grande rigueur historienne. On imagine le résultat : Ferry est un raciste (il parle de "races"...) doublé d'un militariste et Clemenceau est un humaniste antiraciste et pacifiste...

Or, l'usage du vocable "races", en 1885, n'est pas automatiquement l'indice d'une pensée raciste. Le terme est synonyme de peuple, de famille, de nation... Parler de "races inférieures", n'implique pas de jugement péjoratif sur les individus, c'est la conséquence d'une théorie évolutionniste du progrès de la civilisation, c'est tout simplement prendre acte de l'avance des sociétés européennes en matière technologique, intellectuelle, économique, sociale (accès d'un nombre croissant d'individus à des moyens d'existence garantissant la dignité et l'émancipation). Et cette avance crée, dans l'esprit d'un républicain, les devoirs de l'étendre. Le 28 juillet 1885, c'est ce que déclare Ferry :

- "Ces devoirs, messieurs, ont été souvent méconnus dans l'histoire des siècles précédents, et certainement, quand les soldats et les explorateurs espagnols introduisaient l'esclavage dans l'Amérique centrale, ils n'accomplissaient pas leur devoir d'hommes de race supérieure. (Très bien ! très bien !)  Mais, de nos jours, je soutiens que les nations européennes s'acquit­tent avec largeur, avec grandeur et honnêteté, de ce devoir supérieur de civilisation. (...) Est-ce que vous pouvez nier, est-ce que quelqu'un peut nier qu'il y a plus de justice, plus d'ordre matériel et moral, plus d'équité, plus de vertus sociales dans l'Afrique du Nord depuis que la France a fait sa conquête ? Quand nous sommes allés à Alger pour détruire la piraterie, et assurer la liberté du commerce dans la Méditerranée, est-ce que nous faisions œuvre de forbans, de conquérants, de dévastateurs ?"

On peut, aujourd'hui, critiquer les illusions de cette vision et noter qu'une grande partie de la réalité coloniale échappait à cet horizon. On peut aussi ajouter qu'elle accompagnait une politique de puissance et que les moyens employés pouvaient se retourner contre l'objectif proclamé. Mais on ne peut la qualifier de raciste, dans le sens que ce terme a revêtu au XXe siècle.

D'ailleurs, si on prend le soin de lire l'intégralité du discours de Clemenceau, on verra que sa protestation véhémente à l'évocation des "races supérieures" s'accommode chez lui-même d'un usage du mot "race". La "race jaune" est dite compétente en matière de diplomatie ; la "race française" est dite avoir du génie...

Michel Renard
professeur d'histoire
au lycée de Saint-Chamond (Loire)
blog "Études Coloniales"

 

- voir : des professeurs d'histoire parlent du sujet de Bac sur la colonisation

_______________________________________________

 

la_politique_coloniale_en_afrique_apres_1879_31
Jules Ferry en 1883 (© Arch. dép. Vosges)

 

quelques erreurs glanées sur internet

Sur un site dénommé lewebpedagogique, et animé par un professeur d'histoire-géographie, on trouve cet élément de correction du sujet Clemenceau/Ferry sur la colonisation :

Le risque majeur ici est celui de la paraphrase. Il fallait pour chaque question utiliser une citation courte (quelques mots), pas plus, mais aller jusqu’au fond de votre réflexion : en 1885 la France veut accentuer sa présence en Afrique et développer sa colonisation de l’Indochine (le Tonkin notamment).
Jules Ferry était ministre des colonies (il n’était plus ministre de l’Instruction publique) et demandait alors au Parlement une rallonge budgétaire pour la conquête de l’Indochine. L’occasion d’un échange passionné entre une vision du genre «fardeau de l’homme blanc» (Kipling), celle de Ferry et d’une grande partie des élites et de la population, et une vision plus modérée, hostile au développement plus avant de la colonisation perçue comme facteur de troubles en France et en Europe, celle de Clemenceau (qui siège alors à gauche, il était maire de Montmartre pendant la Commune de Paris en 1871 et appartient au groupe des Républicains radicaux, ceux qui veulent aller plus vite dans la républicanisation du pays).
La position de Jules Ferry est bien sûr coloniale et impérialiste, celle de Clemenceau n’est pas totalement anticoloniale mais hostile à la manière dont se développe l’impérialisme colonial officiel, et ses arguments sont assez nationalistes («bien s’assurer qu’on a le pied solide chez soi, et que le sol national ne tremble pas») : l’idée de Revanche contre l’Allemagne prédomine dans le discours anticolonial, et assez peu encore le discours moral antiraciste.

Tout n'est pas faux... mais.. :

1) Jules Ferry n'est pas "ministre des Colonies" en juillet 1885, seulement député.

2) Ferry ne demandait pas "une rallonge budgétaire pour la conquête de l'Indochine" - n'étant plus ministre, il ne le pouvait... L'ordre du jour de la séance débutée le samedi 25 juillet 1885 était l'ouverture d'un crédit extraordinaire pour les dépenses occasionnées par les événements de Madagascar.

3) "L'idée de Revanche contre l'Allemagne domine dans le discours anticolonial"... Non, c'est un élément, mais pas le principal. L'hostilité à la colonisation, à cette époque, est avant tout le fait des économistes, des libéraux. En 1885, l'économiste Charles Gide résume les objections des libéraux  l'égard des colonies : "Au point de vue financier, la fondation des colonies ne peut donc être une bonne affaire : elle sera une opération toujours coûteuse, souvent ruineuse, surtout si l'on considère que l'époque à laquelle la colonie atteint sa maturité et termine la période improductive de son existence est justement celle où elle songe à se séparer de la métropole" ("À quoi servent les colonies", Revue de Géographie, 15 octobre 1885, cité par Charles-Albert Ageron, L'anticolonialisme en France de 1871 à 1914, Puf, "dossier clio", 1973, p. 46).

Michel Renard

Jules_Ferry
Jules Ferry

 

 

- retour à l'accueil