Principales productions d'origine végétale, Georges Michel, dit Géo Michel, vers 1930, quai Branly

 

 

la colonisation en 6 questions

par Daniel Lefeuvre (2013)

 

 

sommaire

1 - La conquête de l'Afrique a-t-elle été particulièrement meurtrière ?
2 - La colonisation a-t-elle reposé sur l'exploitation des indigènes ?
3 - La France a-t-elle apporté la civilisation ?
4 - Les soldats africains ont-ils servi de chair à canon ?
5 - La France a-t-elle «pillé» ses colonies ?
6 - Les colonies ont-elles été le moteur de la croissance française ?

__________________________

 

1 - La conquête de l'Afrique a-t-elle été particulièrement meurtrière ?

Pour la France, la conquête de l'Afrique noire a été peu coûteuse en hommes. Pour une part, d'ailleurs elle s'est faite sans combat. Ainsi, sans avoir tiré un seul coup de feu, Brazza, par le traité conclu le 10 septembre 1880, avec le Makoko (roi) des Batékés, place-t-il sous «protectorat» français un vaste territoire couvrant une partie du Congo et du Gabon, embryon de la future Afrique équatoriale franiase. Bien d'autres traités - on en dénombre plusieurs centaines - permirent d'étendre à moindre frais la domination française en Afrique.

Certes, il fallut aussi, mener de véritables campagnes militaires pour vaincre les résistances à la conquête. Mais au cours de ces opérations, les tués au feu furent généralement peu nombreux et ne représentent qu’une faible part des pertes totales dues aux maladies : la conquête du Dahomey, qui exigea 17 combats, livrés en trois mois contre une armée africaine nombreuse et bien armée, coûta la vie à 220 soldats français sur les 3 600 hommes engagés.

La guerre menée au puissant empire Toucouleur fit moins de 30 tués parmi les soldats français. Contre Samory, les Français perdirent 120 militaires blancs – dont 100 d la fièvre jaune. Si la campagne menée en 1895 à Madagascar entraîna la mort de 6 000 hommes du corps expéditionnaire, seulement 19 furent tués lors des combats et 6 des suites de blessures, tous les autres ont été victimes de maladies. Au total, les pertes strictement françaises, pour toute la phase de la conquête, se comptent en centaines, en une dizaine de milliers, si on ajoute aux tués lors des combats, les soldats emportés par les maladies.

Autrement plus considérables furent celles subies par les Africains, sans qu’on puisse cependant en donner une estimation d’ensemble fiable. Ces pertes ont deux origines. Il faut, en effet, distinguer, d’une part, celles qui ont affecté les soldats – notamment les tirailleurs «sénégalais» - ou les alliés noirs de l’armée française et, d’autre part, celles – militaires et civiles – dues aux résistances à la conquête coloniale.

Les premières se comptent en quelques milliers de tirailleurs, mais aucun recensement ne permet d’évaluer précisément le nombre des alliés, des porteurs et des auxiliaires ayant suivi ou participé à la conquête.

Les secondes, beaucoup plus nombreuses, se mesurent en dizaines de milliers de militaires et de civils. Les combats entre Français et Africains ont été inégaux du fait de la supériorité manœuvrière des armées européennes auquel s’est ajouté, à la fin du XIXe siècle, un armement nettement supérieur. Cela explique la disproportion des pertes qui peut, parfois, être effarante : en 1881, la prise de Goubanko, une forteresse d’Amadou, a fait au moins 300 morts du côté des assiégés pour seulement 7 du côté français. Le 22 avril 1900, le combat de Kousseri, sur les bords du lac Tchad, qui mit fin à l’empire de Rabah, fit 19 morts et 43 blessés du côté français, un millier au moins du côté africain.

Kousseri, mort de Lamy, mort de Rabah
bataille de Kousseri : mort du comanndant Lamy, mort du chef Rabah

Les populations civiles, si tant est qu’une distinction puisse être opérée entre combattants et civils africains, ont été durement affectées par les guerres qui ont affaibli leur capacité de résistance aux maladies. Mais les données dont on dispose sont tellement aléatoires et contradictoires qu’il faut bien avouer notre incapacité actuelle à proposer une évaluation du recul démographique. Il faudrait cependant tenir compte, par les facteurs de ce recul, des guerres intestines et des catastrophes climatiques qui frappèrent périodiquement le Sahel et conduisirent à la propagation de famines meurtrières de la fin du XIXe siècle jusqu’aux lendemains de la Première Guerre mondiale, au moins. Au total, si l’on a pu soutenir qu’il y eut un recul démographique durant la période, il serait imprudent de l’attribuer uniquement à la conquête coloniale.

 

 

2 - La colonisation a-t-elle reposé sur l'exploitation des indigènes ?

Se greffant sur des pratiques locales anciennes, mais lui donnant une ampleur jusque-là inégalée, les colonisateurs développèrent le travail forcé – ce qui ne veut pas dire gratuit -, en particulier pour le portage, les chantiers de chemin de fer ou le développement des cultures obligatoires. Au prix, parfois, d’une mortalité effrayante.

Dans une Afrique aux cours d’eau partiellement navigables et pour des petits tonnages, dépourvue de vraies routes et où les animaux de bât étaient victimes de la mouche tsé-tsé, le portage fut longtemps la seule solution pour acheminer les impedimenta nécessaires aux expéditions militaires – celle de Marchand mobilisa plusieurs milliers de porteurs – ou pour transporter, vers les ports de la côte, les produits de l’intérieur ; comme le caoutchouc ou les produits palmistes.

porteurs à Bangui
porteurs à Bangui

La charge «normale» d’un porteur s'élève à 25 voire 30 kg à transporter sur 25 à 30 km par jour. Prestation harassante et nourriture souvent insuffisante favorisent la propagation des maladies – du sommeil notamment – qui entraînent une forte mortalité. Rien d’étonnant donc à ce que les populations résistent, par la fuite et la désertion, à ces réquisitions.

Après le portage, les chemins de fer sont les plus gros consommateurs de main-d’œuvre. Et, comme le recrutement de travailleurs volontaires s’est révélé insuffisant, le recours à la contrainte devient systématique. Ainsi, en 1900, sur les 3 600 manœuvres employés à la construction du chemin de fer de Guinée, les deux tiers sont-ils des captifs.

chemin de fer Konakry-Niger
chemin de fer Conakry-Niger

Le chantier de la ligne Congo-Océan est resté tristement célèbre pour ses conditions de travail épouvantables. Sur les 127 500 travailleurs qu’il mobilise, entre 1921 et 1932, au moins 14 000, peut-être 20 000, périssent de la fièvre jaune pour la plupart.

Les cultures obligatoires, puis, pendant la Première Guerre mondiale, les réquisitions de produits nécessaires à l’effort français de guerre sont deux autres formes de travail forcé. Enfin, la mise en place des régimes de l’indigénat et de législation forestières contraignantes crée de nouvelles et souvent humiliantes sujétions.

Si le partage recule à mesure de l’avancée des moyens modernes de communication, il faut attendre la loi du 11 avril 1946, dite loi Houphouët-Boigny, pour que le travail forcé, sous toutes ses formes, soit définitivement interdit dans les colonies françaises.

 

 

3 - La France a-t-elle apporté la civilisation ?

Souvent réduite à une entreprise de pillage et d’exploitation, la colonisation doit pourtant être aussi saisie comme une rencontre, souvent violente, mais jamais réduite à ce seul aspect : la colonisation s’est aussi accompagnée, pour les populations dominées, d’effets «positifs».

Une fois passées les violences des conquêtes – au demeurant très inégales d’un territoire à l’autre, voire localement inexistantes -, la colonisation met fin aux guerres et aux révoltes internes qui ravageaient l’Afrique à un rythme soutenu. Ainsi, au Fouta-Djalon (Guinée), entre 1747 et 1896, l’Empire peul musulman n’avait probablement pas connu une seule décennie sans bataille ni campagne militaire. On pourrait multiplier de tels exemples. La paix coloniale apporta aux populations une sécurité jusque-là inconnue dans la vie quotidienne et les déplacements.

C’est également au crédit de la colonisation qu’il faut porter la suppression de certains pratiques barbares, tels le cannibalisme et les sacrifices humains, comme ces « grandes coutumes», en usage lors des funérailles des rois au Dahomey, à l’occasion desquelles des centaines de victimes étaient immolées.

«Fille de la politique industrielle», la colonisation est aussi fille des Lumières et la plupart des «colonistes» sont convaincu que la mission de la France est de faire triompher partout dans le monde les idéaux de 1789. Cette mission civilisatrice, qu’il serait erroné de réduire à un habillage hypocrite de visées mercantiles, est assumée aussi bien par Jules Ferry ; le bourgeois libéral, que par Jean Jaurès, le tribun socialiste. Trois verbes peuvent en définir les principaux domaines : libérer, soigner, éduquer.

La colonisation, qui a largement contribué au développement de la traite négrière, a été ultérieurement un outil de libération des hommes. Le décret du 27 avril 1848, abolissant l’esclavage dans toutes les colonies françaises s’inscrit explicitement dans l’héritage des Lumières. En Afrique, la lutte contre ce «fléau» ; auquel le nom de Savorgnan de Brazza reste attaché, associe l’interdiction, au fur et à mesure des progrès de la «pacification», à l’essor de productions réclamées par l’industrie métropolitaine, comme l’huile de palme puis les arachides, afin de remplacer le commerce des hommes par celui des produits, offrant ainsi aux esclavagistes africains des revenus de substitution.

Cameroun, vieille esclave
Cameroun, vieille esclave

Certes, l’abolition s’est révélée fort ardue à mettre en œuvre et non exempte de compromissions et d’ambiguïtés sur le terrain. Pour ne pas s’aliéner les notables indigènes, on renonce à l’affranchissement de leurs «captifs» et on va même, parfois, jusqu’à leur restituer les fugitifs.

De même, les nécessités de la «guerre à l’africaine» conduisent à maintenir la tradition du partage des prisonniers entre les tirailleurs africains, butin qui constitue le gros de leur solde.

Encore faut-il rappeler que tous ces abus sont dénoncés en France, non seulement par la presse mais jusqu’à la tribune du Parlement.

Visant d’abord à protéger les Européens des maladies africaines - l’espérance de survie d’un missionnaire n’est que de deux ou trois ans en Afrique -, l’action sanitaire s’est étendue aux populations indigènes.

Elle s’est attachée à combattre les épidémies tropicales, en particulier le paludisme, la fièvre jaune et la maladie du sommeil. Pour y parvenir, le corps des médecins et pharmaciens des colonies a associé la recherche fondamentale, la diffusion des soins et l’assainissement des territoires.

C’est à Jean Laigret, de l’Institut Pasteur de Dakar, que l’on doit la mise au point, en 1932, du vaccin antiamaril, qui, en quelques années, fait disparaître la fièvre jaune en A.O.F.

Eugène Jamot, directeur de l’Institut Pasteur de Brazzaville en 1916, s’est entièrement consacré à lutter contre la maladie du sommeil. En poste au Cameroun, à partir de 1922, il organise des équipes médicales mobiles qui dépistent les foyers d’infection et soignent les malades. À son départ de la colonie, en 1931, la maladie est en voie d’extinction.


Congo, ravages de la maladie du sommeil

Contre le paludisme, dont l’agent pathogène fut découvert en 1880, à Constantine, par le Dr Laveran, une chasse systématique aux eaux croupissantes est engagée en Afrique occidentale française (A.O.F.), tandis qu’une intense propagande promeut l’usage de la moustiquaire. Dakar est débarrassée de ce fléau ainsi que partout où ces dispositions ont été appliquées avec continuité.

Les services de l’Assistance médicale indigène (AMI), créés en 1896 à Madagascar, en 1905 en AOF et en 1908 en AEF, permirent une diffusion à grande échelle des soins et des règles élémentaires d’hygiène : pour la seule AOF, le nombre de consultations est passé de 171 000 en 1905 à 13 millions en 1938. La chute du taux de mortalité des populations africaines, sensible dès les années 1930, atteste du succès de l’œuvre médicale entreprise par la France dans ses colonies, malgré l’insuffisance chronique de moyens humains et budgétaires dont elle a disposé.

Le manque de moyens est également criant dans le domaine scolaire, abandonné, durant presque tout le XIXe siècle, au zèle des œuvres missionnaires dont le renouveau se manifeste, dès 1815, par la réouverture à Paris du séminaire des Missions étrangères et par la fondation de nouvelles congrégations (Missions africaines de Lyon en 1856, des Pères blancs de Lavigerie en 1868). Au Sénégal, jusqu’en 1904, ce sont les frères de Ploërmel et les sœurs de Saint-Joseph de Cluny qui assurent l’enseignement primaire.

Ce n’est qu’au début du XXe siècle que l’État met en place, à côté des écoles missionnaires, une armature scolaire hiérarchisée, sur le modèle élaboré à Madagascar en 1899 : écoles de villages confiées à des maîtres indigènes, écoles régionales où exerce un personnel européen, écoles supérieures professionnelles (Pinet-Laprade à Dakar, Terrasson de Fougères à Bamako), école des médecine adjointe à Dakar et écoles normales d’instituteurs, dont la première ouvre ses portes en 1903 à Saint-Louis, avant d’être transportée en 1913 à Gorée, où, en 1915, elle prend le nom de William Ponty.

école aux colonies
écoles dans le domaine colonial français en Afrique

En assurant aux élèves un enseignement «adapté» s’appuyant sur les réalités locales (l’apprentissage de «Nos ancêtres des Gaulois» est un mythe inventé par les milieux coloniaux hostiles à la scolarisation des «indigènes» et repris par les anticolonialistes). Il s’agissait d’abord de répandre progressivement l’usage du français, de dispenser ensuite les règles d’hygiène et le goût du progrès matériel, de former, enfin, les cadres intermédiaires dont les administrations coloniales avaient besoin. Dans les années 1930, la scolarisation des populations colonisées reste encore faible : 3 à 4% des enfants en AOF, mais déjà 33% à Madagascar. Un effort vigoureux est entrepris, après 1945, grâce aux investissements du Fides qui ont permis de faire passer de 1938-1939 à 1958-1959, les effectifs de l’enseignement primaire en Côte d’Ivoire, de 9 600 élèves à 165 000 ; au Sénégal, de 15 400 à 80 500 ; en Guinée, de 7 800 à 42  500 ; à Madagascar, de 185 500 à 321 500.

DAFANCAOM01_30FI047N050_P
Côte d'Ivoire, Une classe de l'école de Ferkessedougo, 1959 (source)

Au lendemain de la conférence de Brazzaville (30 janvier – 8 février 1944), le général De Gaulle exaltait la mission civilisatrice menée par la France dans ses colonies, dont les agents avec été «nos administrateurs, nos soldats, nos colons, nos instituteurs, nos médecins, nos missionnaires». Glorification peut-être excessive, mais point dépourvue de justifications comme le souligne Marc Michel dans son Essai sur la colonisation positive : «L’installation coloniale (…) est à l’évidence un acte violent (…). Elle n’est pas que cela (…). Il va sans dire qu’il y eut des deux, du bien et du mal». Cédant aux humeurs du temps, il faut prendre garde d’oublier l’un ou l’autre versant. Et peut-être faut-il se souvenir que c’est au nom des valeurs portées par la France que les leaders nationalistes, tous issus des écoles françaises, ont justifié, à l’heure des indépendances, la légitimité de leur combat. 

 

 

4 - Les soldats africains ont-ils servi de chair à canon ?

Le 16 avril 1917, à 6 heures de matin, le général Nivelle, qui a remplacé Joffre à la tête des armées françaises lance la grande offensive qui doit percer les lignes allemandes et offrir une victoire décisive aux Alliés. Un million d’hommes sont massés sur un front de 40 km qui s’étend de Soissons à Reims.

Au cœur du dispositif d la Vie armée, des bataillons de tirailleurs sénégalais, placés sous les ordres du général Mangin, sont chargés de s’emparer du Chemin des Dames, un plateau aux pentes escarpées, qui s’élève jusqu’à 150 et 200 mètres. Des conditions atmosphériques épouvantables rendent la progression particulièrement éprouvante et les mitrailleuses allemandes camouflées dans les «creutes», font des ravages parmi les assaillants. L’échec, cuisant, tourne au désastre : Mangin lui-même doit reconnaître que sur les 16 000 à 16 500 «Sénégalais» engagés, 7 415 ont été mis hors de combat (dont la moitié tués ou disparus), soit entre 45 et 46% des effectifs. Mangin devient le «broyeur de Noirs», qui aurait engagé ses soldats «un peu comme du bétail», selon l’expression du député du Sénégal Blaise Diagne.

Sans trouve-t-on là l’origine du mythe de la «chair à canon» qui s’alimente, par ailleurs, à certaines déclarations. Ainsi, celle de Nivelle lui-même, dans la lettre qu’il adresse le 14 février 1917, à Lyautey, alors ministre de la Guerre, dans laquelle il demande que le nombre des unités noires mises à [sa] disposition soit aussi élevé que possible (tant) pour donner de la puissance à notre effectif (que pour permettre d’épargner dans la mesure du possible du sang français)». Ce fragment entre parenthèses, qui apparaît dans le brouillon, a été rayé dans la version finale. Il est néanmoins révélateur des intentions d’un certain nombre d’officiers supérieurs.

Cependant, si l’on élargit à l’ensemble de la guerre cette macabre comptabilité, les pertes des «Sénégalais» ne sont pas, proportionnellement, plus élevées que celles des fantassins métropolitains : entre 21,6% et 22,4% contre 22,9%

Ce constant vaut-il pour la Seconde Guerre mondiale ?  90 000 soldats coloniaux, de toutes origines, se trouvent en métropole lors de l’offensive allemande de mai 1940. Les unités de tirailleurs sénégalais, engagées dans les combats, subissent des pertes considérables, de l’ordre de 38% des effectifs. Ce bilan effroyable témoigne de la vaillance de ces soldats qui ne furent pas sacrifiés dans des combats de retardements. Il résulte aussi de la barbarie des troupes allemandes qui assassinèrent, par milliers, les prisonniers de guerre noirs, comme à Chasselay-Montluzin, le 17 juin 1940.

En 1943, la reconstitution d’une armée française rentrant en guerre aux côtés des Alliés doit beaucoup à la mobilisation des populations d’outre-mer : 233 000 soldats maghrébins, dont 134 000 Algériens et 100 000 tirailleurs africains viennent grossir les rangs des 700 000 soldats issus de métropole et des 170 000 Français d’Afrique du Nord (ceux qu’on a appelés ultérieurement les «pieds-noirs») mobilisés.

Les statistiques démentent une nouvelle fois, que les troupes africaines, et plus généralement coloniales, aient servi de chair à canon. De 1943 à mai 1945, les pertes pour les soldats métropolitains ont été de 6%, de 6% également pour les soldats maghrébins, de 5% pour les tirailleurs et de 8% parmi les combattants «pieds-noirs».

Bien entendu, dire que les soldats coloniaux n’ont pas été utilisés comme «chair à canon» pour épargner le sang des Français ne retire rien au courage de ces soldats et aux sacrifices que beaucoup ont consentis.

Reste évidemment une question, de nature morale, mais qui ne concerne pas l’historien, celle de la légitimité d’engager des hommes dans des guerres qui ne les concertaient pas directement.

L'appel à l'Afrique, Marc Michel couv

 

 

5 - La France a-t-elle «pillé» ses colonies ?

Jacques Marseille, il y a déjà presque trente ans, a démontré combien la notion de pillage, chargée de connotation morale, est impropre pour qualifier les rapports économiques entre la France et ses colonies. Certes, l’Afrique noire française a fourni à l’industrie métropolitaine une partie des matières premières dont elle avait besoin, en particulier du bois, du caoutchouc, des arachides et autres oléagineux ainsi que du café et du cacao. Inversement, l’Afrique a constitué un débouché important pour un certain nombre de secteurs industriels français : les tissus et les vêtements de coton, les sucres raffinés, le savon, le ciment, les outils et ouvrages en métaux.

S’il y avait eu pillage, ce que les économistes nomment «les termes de l’échange» auraient dû évoluer en faveur de la métropole : autrement dit, le prix des marchandises vendues aux colonies aurait dû augmenter plus que ceux des produits africains livrés en France, entraînant ainsi une baisse du pouvoir d’achat des producteurs d’arachide, de café, de bananes ou de cacao. En a-t-il été ainsi ? La réponse est non. En «longue durée», on constate, au contraire, que le pouvoir d’achat des produits coloniaux a, au pire stagné ; au mieux, il s’est amélioré.

Lors de la crise des années 1930, le recul des importations depuis l’Afrique française entre 1932 et 1934 est suivi d’une vigoureuse reprise, tant en valeur qu’en volume, grâce à la politique de préférence impériale qui a réservé, à des prix d’achats très supérieurs aux cours mondiaux, le marché métropolitain aux produits de l’empire. Système qui s’est prolongé dans les années 1950, et même au-delà des indépendances africaines : les bananes coloniales sont alors payées 20% au-dessus des cours mondiaux ; les oléagineux d’Afrique française coûtent 8 120 F le quintal ; soit un surprix de 32% ; l’huile de palme achetée 104-105 F le kilo au Dahomey ou au Cameroun coûte 86 F à Anvers.

Grâce aux financements publics et au marché protégé, le produit national brut réel de l’AOF a augmenté chaque année entre 1947 et 1956 de 8,5%, celui de l’AEF, de 10%.

Les populations colonisées – à des degrés divers selon les différents groupes sociaux – ont trouvé un intérêt dans ce que certains persistent à nommer le «pillage» colonial. Cet avantage se manifeste, d’abord, au niveau du produit intérieur brut par habitant : calculé en dollar constant (valeur 1990), celui de la Côte d’Ivoire s’élève à 1 041 $ en 1950 et à 1 259 $ à 1 445 $ ; celui du Niger, de 813 $ à 940 $. C’est beaucoup mieux que ceux de la Chine (439 $ en 1950, 673 en 1950, de la Corée du Sud (770 $ en 1950 ; 1 150 en 1960) ou de l’Égypte (718 $ en 1950 ; 783 en 1960).

Quant aux Éthiopiens, pourtant pratiquement indemnes de toute domination coloniale, ils disposent seulement, en 1950, d’un peu moins de 420 $ par personne !

Les progrès de la consommation sont indiscutables. Par rapport à 1938, qui fut une bonne année, l’AOF importe, en 1954, deux fois plus de cotonnades, trois fois plus de sucre, quatre fois plus de lait en conserve et de machines diverses, quatre fois et demie plus d’automobiles et de pièces détachées, cinq fois plus de farine et de froment. Dans des proportions variables, cette hausse de la consommation est également vraie en AEF et au Cameroun.

Certes, ces sociétés son traversées par des inégalités sociales considérables, mais il serait tout à fait inexact d’en tirer la conclusion que seuls les «colons» et une partie des élites indigènes auraient été les bénéficiaires des progrès réalisés. Comment expliquer autrement la croissance démographique de ces territoires, sinon par cette amélioration d’ensemble – ce qui ne veut pas dire identique pour tous – des conditions de vie de leurs populations ?

D’ailleurs, certains leaders africains, tel Léopold Sédar Senghor, loin de se réjouir de la tentation du «repli cartiériste» qui, de jour en jour, gagnait en influence dans l’opinion publique métropolitaine, exhortait notre pays, en 1958, à poursuivre ses efforts pour l’équipement et le développement de l’Afrique : «Non, la France ne saurait avoir la même vocation que la Suisse ou la Hollande. Elle ne peut se contenter d’être heureuse à l’intérieur de son Hexagone, car elle trahirait sa vocation véritable qui est de libérer tous les hommes aliénés de leurs vertus d’hommes»

Georges Michel, dit Géo Michel, Produits minéraux, pour l'expo coloniale de 1930
Georges Michel, dit Géo Michel, Produits minéraux, pour l'expo coloniale de 1930

 

 

6 - Les colonies ont-elles été le moteur de la croissance française ?

Le 17 juillet 1885, devant la Chambre des députés, Jules Ferry, «le Tonkinois», légitime sa politique coloniale en assurant que «la fondation d’une colonie», c’est «la création d’un débouché». Généralement admise, cette argumentation mérite pourtant d’être reconsidérée.

De la fin du XIXe siècle à l’achèvement des décolonisations, l’importation de six à sept produits (houille, laine, coton, soie, oléagineux, bois) a représenté le gros des besoins en matière premières de la France. Qu’est-ce que nos colonies africaines ont livré ? Ni charbon, ni laine, ni soie. Quant au coton, tous les espoirs, en particulier celui de faire du Niger un «Nil français», se sont progressivement dissipés : en 1960, la production ne s’élevait qu’à 4 595 tonnes, soit 1,85% des importations françaises. Piètre résultat qui a quand même englouti de 1946 à 1961, 22 milliards de francs CFA de fonds publics métropolitains.

Seules les livraisons de bois et d’arachides ont fini par devenir importantes.

Quel était, par ailleurs, l’intérêt d’acheter aux colonies ? La rareté des produits, la sécurité des approvisionnements, des prix avantageux ? Sous ces trois aspects, l’Afrique coloniale n’a offert aucun avantage et, pour qu’elle devienne le fournisseur principal de la métropole pour ces produits, il a fallu doper ses exportations à coups de primes ou en imposant à ses concurrents les handicaps de droits de douanes très lourds ou de contingentements. Le seul intérêt a été, pour la France, de régler ses achats en francs et d’épargner ainsi ses réserves en devises.

Si l’offre coloniale s’est révélée décevante, comment nier que l’empire a été, pour l’industrie française, un marché protégé essentiel dans la mesure où :

- le débouché colonial a rempli une fonction régulatrice face aux vicissitudes des marchés extérieurs, comme ce fut le cas pendant la crise des années 1930.

- certaines branches d’activité (les huiles d’arachides, les sucres, les tissus de coton, les ciments et les ouvrages en métaux, et) n’ont trouvé qu’aux colonies un marché extérieur important.

- les colonies payaient plus cher que l’étranger les marchandises françaises.

La colonisation afficherait donc un bilan économique globalement positif.

Mais avec quel argent l’Afrique a-t-elle réglé ses achats ? De la fin du XIXe siècle jusqu’à l’heure des indépendances, les balances commerciales de l’AOF et de l’AEF sont restées très largement déficitaires. Si l’Afrique française a pu «vivre à découvert» aussi longtemps, c’est parce que l’État français, à coups de subventions et de prêts, a assuré ses fins de mois.

Alors qu’elle était confrontée aux défis de la reconstruction d’après-guerre, puis de la construction européenne, tandis que des besoins essentiels de la population métropolitaine, comme le logement, demeuraient dans solution, la France a consacré une part importante de ses ressources à accroître la consommation et l’équipement de ses colonies.

Cet effort a constitué un frein à la modernisation du pays, en sevrant de crédits des secteurs essentiels d’activité qui, de ce fait, ont été placés en situation de faiblesse par rapport à leurs concurrents étrangers.

Au plan financier, les colonies ont donc été pour la métropole un gouffre. Gustave Molinari ne se trompait pas lorsqu’il affirmait, à la fin du XIXe siècle, que «de toutes les entreprises de l’État, la colonisation est celle qui coûte le plus cher et qui rapporte le moins».

Au début des années 1950, le miracle hollandais, qui suivit l’indépendance de l’Indonésie, fournit la preuve a contrario que les colonies sont un boulet traîné par les métropoles. En 1956, Raymond Cartier popularise les thèses de ce «complexe hollandais» dans une série d’articles publiés dans Paris-Match. La Hollande, demande-t-il, serait-elle dans la même situation, «si, au lieu assécher son Zuyderzee et de moderniser ses usines, elle avait dû construire des chemins de fer à Java, couvrir Sumatra de barrages, subventionner les clous de girofle des Moluques et payer des allocations familiales aux polygames de Bornéo ?» Dès lors, «il est impossible de ne pas se demander s’il n’eût pas mieux valu construire à Nevers l’hôpital de Lomé, à Tarbes le lycée de Bobo-Dioulasso et si l’asphalte de la route réalisée par l’entreprise Razel au Cameroun ne serait pas plus judicieusement employé sur quelque chemin départemental à grande communication ?»

Certes, ce pacte colonial renversé a assuré les profits de certains sociétés métropolitaines, qui ont été de bonnes affaires pour leurs actionnaires. Mais la rentabilité de quelques-unes ne doit pas être généralisée, et, à côté de succès brillants, combien d’échecs et de désillusions ! Loin d’être un eldorado, le placement colonial a conduit souvent aux mêmes infortunes que celui de Panama.

Une autre interrogation naît du rapprochement entre les performances des entreprises françaises au lendemain de la Seconde Guerre mondiale qui montre que le débouché colonial, «compagnon des mauvais jours» pendant les années 1930, devient après 1946, la béquille des branches déclinantes du capitalisme français. Au surplus, ce marché perd de son importance. De 1952 à 1959, les exportations à destination de l’étranger augmentent de 131% et la consommation des ménages de 72%. Avec la zone franc, la croissance est de seulement 47%.

Preuve du caractère désormais globalement secondaire des débouchés coloniaux ; en queue de peloton, des pays de l’OCDE pour son rythme de croissance jusqu’en 1962, la France rejoint le trio de tête après cette date.

Ainsi, le rôle de la colonisation dans le développement économique de la France peut-il «être réévalué à la lumière du paradoxe suivant», emprunté au grand économiste et historien Paul Bairoch : il n’est pas exclu que l’entreprise coloniale ait nui au développement économique de la France,  plus qu’il ne l'aurait favorisé.

Daniel Lefeuvre
Le Figaro Histoire,
avril/mai 2013, p. 60-67

 

Michel Georges Dreyfus, dit Géo Michel, Principales productions d’origine végétale, vers 1930
Michel Georges Dreyfus, dit Géo Michel, Principales productions d’origine végétale, vers 1930

 

____________________

 

la critique de la thèse simpliste du «pillage» des colonies :

 

Marseille et Lefeuvre, couv

 

 

- retour à l'accueil