vendredi 14 septembre 2018

la France au Cameroun, 1919-1960 : un livre de Marc MICHEL

bureau de vote, Yaoundé, Anom
bureau de vote, Yaoundé, 1947, Archives nationales d'outre-mer, base Ulysse

 

 

la France au Cameroun, 1919-1960

un livre de Marc MICHEL

 

 

La France au Cameroun, couv


Le Cameroun faisait partie d’une ancienne colonie de l’Empire allemand confisquée à l’issue de la Première Guerre mondiale, et «confiée» aux vainqueurs par les nouvelles instances internationales mises en place par la Conférence de la Paix en 1919 (la Société des Nations, ancêtre de l’ONU).

La France avait obtenu une partie du Togo et une partie du Kamerun. L’histoire de la France au Cameroun abordée ici est celle du Cameroun oriental, le «Cameroun français» et c’est l’histoire de la politique qu’elle a suivie dans ce pays qui ne fut jamais une colonie «comme les autres».

Après la Seconde Guerre mondiale, dans les débats et les oppositions au colonialisme, la France l’emporta dans le bras de fer engagé contre ses adversaires et elle gagna la bataille d’opinion et d’influence sur le plan international, comme aussi sur place où elle trouva des alliés et des collaborateurs à qui elle transféra finalement le pouvoir.

Aux yeux de ses opposants, elle illustra au Cameroun la politique consistant à «partir pour mieux rester» en laissant l’autorité entre les mains d’une «marionnette» à la tête d’un régime «fantoche» en 1960.

C’est de cette histoire, de ses réalités, de ses ambiguïtés et de sa fin violente dont il est question ici.

Marc Michel, professeur émérite de l’université de Provence, spécialiste de l’histoire contemporaine de l’Afrique, l’histoire coloniale et la décolonisation, a écrit de nombreux ouvrages sur ces sujets. Il a été directeur de la revue Outre-Mers. Revue d’histoire et co-fondateur du site Études Coloniales.

 

affiche Du Congo au Cameroun, Expo, 1922, Anom
affiche Exposition nationale coloniale de Marseille, 1922, Anom, base Ulysse

 

tirailleurs soudanais, Anom
tirailleurs soudanais au Cameroun, 1905-1907, Anom, base Ulysse

 

Yaoundé, bâtiment CFAO, Anom
Yaoundé, bâtiment de la CFAO, Anom, base Ulysse

 

Cameroun, carte, Anom
le Cameroun, après 1946, Anom, base Ulysse

 

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 17:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


samedi 18 août 2018

la traite esclavagiste n'est pas à l'origine de la révolution industrielle, Bernard Lugan

Bernard Lugan, 7 avril 2018 (1)

 

 

la traite esclavagiste n'est pas

à l'origine de la révolution industrielle

Refuser la repentance coloniale

Bernard LUGAN

 

 

 

Extrait de l'intervention de Bernard Lugan au colloque "Fiers d'être Européens"

 

Que nous dit l’école de la culpabilisation européenne ? Elle nous dit que c’est grâce aux profits de la traite européenne que la révolution industrielle européenne s’est produite ; donc la substance volée à l’Afrique est à l’origine de la richesse de l’Europe ; dans ces conditions nous sommes redevables aux Africains d’aujourd’hui qu’il nous faut accueillir… puisque nous les avons pillés et que nous avons bâti notre richesse sur leur dos.

 

l'Europe ne s'est pas enrichie sur la traite

L’histoire, et notamment l’école anglo-saxonne, a fait litière de cela. L’avantage du libéralisme, au sens anglo-saxon, est qu’il n’a pas de tabou. Les découvertes scientifiques faites dans le monde anglo-saxon passent dans la réalité de tous les jours. Alors qu’en France, nous avons de grands chercheurs – Pétré-Grenouilleau, par exemple – qui ont traité la question mais qui n’arrivent pas à franchir le mur du silence parce qu’il y a le cercle de feu.

Pourquoi ? Parce que tous les programmes du Secondaire sont faits par des bolcheviks ou des post-bolcheviks ; parce que les livres du Secondaire sont faits par des gens qui sont partisans de l’école de la culpabilisation, parce que le corps enseignant est décérébré et parce que nos hommes politiques manquent de volonté.

Donc ce que nous savons, nous historiens, c’est que l’Europe ne s’est pas enrichie sur la traite. Je vais prendre l’exemple des Britanniques, de l’Angleterre, du monde britannique. Nos collègues d’Oxford et de Cambridge ont publié depuis vingt ans des sommes considérables, d’énormes livres que personne, malheureusement, ne lit en France…

L’esclavage a-t-il été à l’origine de la révolution industrielle britannique ? Non. Pour trois grandes raisons. Au XVIIIe siècle, à l’époque de l’apogée de la traite, les navires négriers anglais représentaient seulement 1,5% de la flotte commerciale anglaise, moins de 3% de son tonnage. Deuxième point, les historiens britanniques ont montré que la contribution de la traite esclavagiste à la formation du capital anglais se situe annuellement à 0,11%. Et troisième point, les bénéfices tirés de la traite ont représenté moins de 1% de tous les investissements liés à la révolution industrielle anglaise. Alors, certes, des Anglais s’enrichirent, mais pas l’Angleterre.

En France, nous avons les mêmes études. Pétré-Grenouilleau a démontré cela. Il a démontré que la traite n’est pas à l’origine de la révolution industrielle française.

 

Bernard Lugan, 7 avril 2018 (2)

 

comment expliquer...?

Prenons le problème par l’absurde. Comment expliquer, si la traite avait été à l’origine de la révolution industrielle française – qui n’a pas eu lieu au XVIIIe siècle, à l’époque de l’apogée de la traite et alors que le commerce colonial français était supérieur au commerce colonial anglais – comment expliquer que la France n’a pas fait sa révolution industrielle à cette époque ? Pourquoi la révolution industrielle française s’est produite après l’abolition de la traite ? Et enfin, pourquoi cette révolution industrielle s’est-elle faite non pas à Nantes, non pas à Bordeaux mais en Lorraine, dans la région lyonnaise, loin des ports négriers des siècles précédents ?

Si, véritablement, la traite esclavagiste avait été à l’origine des révolutions industrielles européennes, le Portugal constituerait un contre-exemple. Ce pays occupait une place énorme dans la traite sur toute la zone du golfe de Guinée jusqu’en Angola : 60% de la traite provenait de cette région et le Portugal détenait 45% de ces 60%. Si les profits de la traite expliquaient la révolution industrielle, aujourd’hui le Portugal devrait être une grande puissance. D’autant qu’il a décolonisé beaucoup plus tard. Or, le Portugal n’a jamais fait sa révolution industrielle et, jusqu’à son entrée dans l’Europe, était une sorte de tiers-monde.

Que dire, enfin, de l’industrialisation de pays qui n’ont jamais pratiqué la traite – ou seulement d’une manière anecdotique ? Que dire de l’industrialisation de l’Allemagne ? De la Tchécoslovaquie ? De la Suède ? Pays qui n’ont pas pratiqué la traite. Nous sommes donc face à un pur mensonge.

Et ce mensonge a évolué pour dire nous dire aujourd’hui que nous avons introduit la traite en Afrique, provoqué la vente des hommes. Là encore, nous sommes dans le mensonge le plus total.

 

la traite a toujours existé en Afrique

La traite a toujours existé en Afrique. Elle a existé d’une manière traditionnelle mais aussi d’une manière arabo-musulmane. C’est nous qui avons mis fin à cette traite. La réalité, c’est qu’une partie de l’Afrique s’est enrichie en vendant l’autre partie de l’Afrique. La réalité, c’est que la traite des Noirs a été faite par d’autres Noirs, des Noirs qui ont vendu leurs «frères» noirs.

 

traite Atlantique, carte Bernard Lugan

 

Toutes les taches rouges sur la carte montrent les royaumes esclavagistes partenaires des Européens. En effet, les Européens n’allaient pas chasser les esclaves. Pourquoi prendre le risque des maladies, le vomito-negro, les tribus… ? On attendait dans les bateaux, en bonne pratique commerciale, que les partenaires – maîtres du marché et des flux du marché – viennent livrer les hommes qu’ils avaient capturés ou qu’ils avaient achetés à ceux qui les avaient capturés plus au Nord.

Tous ces royaumes ont tiré une fortune considérable de la traite. D’ailleurs, cette zone s’est appauvrie après l’abolition qui a fait disparaître leurs ressources. Ces royaumes ont été rayonnants aux XVIIe, XVIIIe et début du XIXe siècles puis ont disparu au cours du XIXe quand les Européens ont aboli la traite. C’est le moment de la décadence de la zone côtière et de la renaissance de la zone sahélienne. C’est un phénomène parfaitement connu des historiens, qui a fait l’objet de dizaines de thèses. Mais, à la différence de l’Angleterre, ces idées ne passent pas dans la grand public.

 

nous avons libéré les Africains de la traite

Pourquoi l’Angleterre ne connaît-elle pas ce phénomène de la repentance ? Tout simplement parce que les découvertes des universitaires ne sont pas censurées par la doxa officielle. En France, nous sommes dans une Albanie mentale et dans le dernier pays post-marxiste.

Un exemple. En 1750, Tegbessou, le roi du Dahomey – grand royaume esclavagiste – vend chaque année plus de 9 000 esclaves, que ses forces capturaient plus au Nord, aux négriers européens. Les revenus qu’il en tirait – calculés par les historiens britanniques – infiniment supérieurs à ceux des armateurs esclavagistes de Liverpool ou de Nantes.

Ces points autorisent à dire que nous n’avons pas pillé l’Afrique à l’époque de la traite. Non seulement nous ne l’avons pas pillée mais c’est nous qui avons libéré les Africains de la traite.

Bernard Lugan
historien, universitaire
directeur de la revue L'Afrique réelle
7 avril 2018, source

 

Bernard Lugan, 7 avril 2018 (3)

 

- retour à l'accueil

lundi 4 septembre 2017

le génocide voilé, de Tidiane N'Diaye : enquête historique sur la traite négrière arabo-musulmane

Génocide voilé Folio couv

 

 

Le génocide voilé, de Tidiane N'Diaye :

enquête historique sur

la traite négrière arabo-musulmane

compte rendu de lecture : Michel RENARD

 

 

Paru une première fois en 2008, l’ouvrage de Tidiane N’Diaye, connaît une deuxième vie avec son édition en poche depuis février 2017.

Son sujet ? La traite négrière arabo-musulmane qui dévaste l’Afrique depuis les tout débuts de l’expansion de l’islam (VIIe siècle de l’ère chrétienne) jusqu’au XXe siècle, voire jusqu’à nos jours avec ses ultimes métamorphoses au Darfour ou dans certaines zones du Proche-Orient, de la Libye et de l’Afrique sahélienne particulièrement en Mauritanie.

Cette traite s’étend donc sur une histoire longue (quatorze siècle, contre deux siècles intenses pour la traite transatlantique menée par les Européens) et couvre deux régions géographiques selon un axe nord-sud : la traite transsaharienne et la traite orientale (de l’archipel de Zanzibar jusqu’à la mer Rouge).

La thèse est catégorique : «Des millions d’Africains furent razziés, massacrés ou capturés, castrés et déportés vers le monde arabo-musulman. Cela dans des conditions inhumaines, par caravanes à travers le Sahara ou par mer, à partir des comptoirs à chair humaine de l’Afrique orientale. Telle était en réalité la première entreprise de la majorité des Arabes qui islamisaient les peuples africains, en se faisant passer pour des piliers de la foi et les modèles des croyants […] La plupart des millions d’hommes qu’ils ont déportés ont disparu du fait des traitements inhumains et de la castration généralisée» (p. 9 et 10).

 

traite_arabp_musulmane

 

un esclavage inter-africain ?

Pour sa part, Tidiane N’Diaye récuse les notions d’esclavage et de traite pour l’Afrique elle-même notamment avant la venue de l’islam: «Ainsi, les griots, historiens oraux et véritables mémoires vivantes des civilisations négro-africaines, nous apprennent-ils qu’avant l’arrivée des Arabes le système d’asservissement préexistant en Afrique subsaharienne, qualifié à tort de "traite" ou d’"esclavage interne", était plutôt du servage sous forme agricole, domestique ou militaire. Ce système était une institution de domesticité aussi diversifiée que répandue et distincte de l’esclavage de plantation américain» (p. 28-29).

Ce n’est pas une négation de la hiérarchisation sociale ni de l’existence de couches matériellement et symboliquement dévalorisées : «Il serait donc difficile de soutenir que les sociétés du continent noir ne connaissaient pas l’asservissement ou les travaux forcés. De temps immémoriaux, un système de servage sévissait en Afrique» (p. 36).

 

DAFANCAOM01_30FI024N018_P
arrachage de l'arachide au daramba (nom de l'outil en peul) (source Anom)

 

Mais cette institution se distinguait de celles qui avaient précédé : «Le servage, dans les sociétés lignagères africaines, était différent de l’esclavage antique parce que le captif y était intégré à la famille. Il avait le statut d’un adopté, voir d’un "parent". Il n’était pas comparable à un "automate" au sens grec, ni à un "bien" au sens romain ou à une "chose mobilière" au sens français.» (p. 36).

Tidiane N’Diaye récuse une comparaison aussi bien dans le mécanisme que dans sa dimension : «Le servage interne africain n’existait que comme institution quasi patriarcale, sans cruelles chasses à l’homme ni ventes publiques. Dans ce système, les griots gardiens de la mémoire ne rapportent pas de cas de tortures ou d’autres cruautés. Guerrier ou domestique, le captif ne faisait l’objet d’aucun acte de sadisme gratuit comme le fouet à tout bout de champ ou l’ablation des parties génitale, pratiques courantes chez les Arabo-Musulmans» (p. 37 ; voir aussi, p. 44-45).

Certains pourraient être tentés de dire que l’auteur euphémise les «défauts» propres aux peuples noirs pour reporter sur l’extérieur (Arabo-musulmans puis Européens) les responsabilités des retards et vices des sociétés du continent africain. Il n’en est rien.

N’Diaye est très lucide sur la complicité d’une partie des Africains dans l’esclavage : «Ainsi, la triste réalité est bien que des Noirs ont livré d’autres Noirs. Parce qu’aucun peuple n’est différent d’un autre dans les vertus ou dans le crime. Quand les chasseurs d’hommes arabes ne faisaient le travail eux-mêmes, la plupart des rabatteurs qui livraient des captifs noirs aux négriers étaient bien des Noirs» (p. 137 ; voir aussi p. 116).

Mais il refuse une responsabilité collective : «Aussi convient-il de prendre en compte, de reconnaître et d’accepter un postulat évident, quant à l’implication des Africains dans le chapitre douloureux de leur histoire que fut la traite arabo-musulmane, à savoir que ne peut être objectivement retenue que la responsabilité de monarques despotiques, sanguinaires – loin d’être majoritaire à l’époque -, complices des négriers, non celle des peuples. […] Ces chefs et leurs auxiliaires militaires ou civils ont été les seuls alliés objectifs des trafiquants. Pour autant les effectifs composant ce ramassis de renégats "collaborateurs" furent sans commune mesure avec les dizaines de millions de morts ou déportés» (p. 139).

 

traite_arabe

 

la traite arabo-musulmane, asservissement et racisme

La grande affaire de Tidiane N’Diaye est de redonner se véritable dimension à la traite arabo-musulmane. Et de renvoyer à leurs études ceux qui prétendent qu’en réalité il y a eu un «échange» entre peuples de l’Afrique et empire islamique : «si la traite a sans nul doute enrichi les Arabo-Musulmans et quelques roitelets locaux "collaborateurs", l’échange était réellement inégal. Ces pacotilles qui servaient à acheter la complicité des renégats africains n’ont joué aucun rôle productif ou commercial dans l’organisation des sociétés du continent. D’autant que l’ignoble système d’échange de la traite n’a fait que faciliter les chasses à l’homme, qui ont dépeuplé le continent noir et ravagé son environnement. Les peuples africains arrachés à leur terre continuaient au XIXe siècle à faire la richesse de sociétés arabo-musulmanes qui, réduites à elles-mêmes, sans une population servile nécessaire au bon fonctionnement de leurs systèmes économiques et sociaux, auraient été condamnées à dépérir» (p. 223).

Pour Tidiane N’Diaye, cet asservissement s’est accompagné d’un racisme plus ou moins explicite mais nettement affirmé : «Bien avant que le Nouveau Monde ou l’apartheid en Afrique du Sud, on avait inventé dans le monde arabe une ségrégation raciale excluant les Noirs, à côté de qui on ne marchait jamais dans la rue. La traite négrière arabo-musulmane a donc été l’une des plus anciennes ouvertures vers la hiérarchisation des "races". Convertis ou non, les Noirs y étaient toujours traités en inférieurs» (p. 67).

 

le bakht de 652

Tidiane N’Diaye cite, comme premier texte connu légiférant l’esclavage des Noirs par les musulmans, le traité appelé bakht (ou baqt) datant de 652 conclu entre le chef de guerre arabe Abdallah ben Saïd et le roi nubien Khalidurat.

Cet «accord» imposait aux Nubiens la livraison annuelle de trois cent soixante esclaves des deux sexes prélevés sur les populations du Darfour : «le bakht conclu en 652 fut le point de départ d’une énorme ponction humaine, qui sera effectuée non seulement dans toute la bande soudanaise mais aussi de l’Atlantique à la mer Rouge en passant par l’Afrique orientale […] Les Arabes, bien avant les Européens, allaient ainsi opérer une interminable guerre sainte avec ses razzias sanglantes, ruiner les populations, pour la plus grande gloire des harems d’Orient […] (ils) avaient ainsi ouvert une voie balisée d’humiliations, de sang et de morts, qu’ils seront les derniers à refermer officiellement au XXe siècle, longtemps après les Occidentaux» (p. 26 et 27).

 

ob_ceb7f2_mrmatopvfnxzpyry8mam-768x432

 

Le bakht de 652 est également cité par l’historien médiéviste Jacques Heers dans Les négriers en terre d’islam. La première traite des Noirs, VIIe-XVIe siècle, (Perrin , 2003, p. 27-28).

Jacques Heers fournit deux références pour ce texte (note, p. 267) provenant des œuvres de l’historien arabe Ahmad al-Maqrîzî (1364-1442) : Cornevin, Histoire de l’Afrique, 1956, p. 132 ; et Bernard Lewis, Race et couleur en pays d’Islam, 1992, p. 127-128. Ces deux citations sont elles-mêmes tirées de l’ouvrage de Muhammad Hamidullah, Corpus des traités diplomatiques de l’islam à l’époque du prophète et des khalifes orthodoxes (1935), ouvrage qui se trouve, d’après mes recherches, en un exemplaire à la BnF (voir ici) et en deux exemplaires à la bibliothèque du Collège de France (voir ici).

À ce sujet, l’inconvénient, si l’on peut se permettre, du livre de Tidiane N’Diaye est un défaut de construction : il ne suit pas une chronologie évolutive, revenant plusieurs fois sur les mêmes épisodes, même évoqués sous d’autres termes, et il ne fournit pas les références citatives précises au cours de la lecture.

 

une traite plus dévastatrice que la transatlantique

D’un point de vue historiographique, Tidiane N’Diaye bouscule ce qu’il faut bien nommer l’indulgence de fait des historiens à l’égard de la traite arabo-musulmane par la quasi exclusivité accordée à l’étude la traite transatlantique.

Or N’Diaye leur dit, indirectement : «Bien qu’il n’existe pas de degrés dans l’horreur ni de monopole de la cruauté, on peut soutenir sans risque de se tromper que le commerce négrier et les expéditions guerrières provoquées par les Arabo-Musulmans furent, pour l’Afrique noire et tout au long des siècles, bien plus dévastateurs que la traite transatlantique» (p. 250).

Il secoue les facilités de pensée des historiens de la repentance en affirmant : «c’est la colonisation européenne qui mit entièrement fin à la traite arabo-musulmane» (p. 261).

 

ob_56f113_traite-noir-4

 

un génocide ?

La dernière question à envisager est celle de l’usage du terme de «génocide». L’auteur justifie le mot en référence à la pratique de la castration : «en castrant la plupart de ces millions de malheureux, l’entreprise ne fut ni plus ni moins qu’un véritable génocide, programmé pour la disparition totale des Noirs du monde arabo-musulman, après qu’ils furent utilisés, usés, assassinés. Le mot n’est pas trop fort, car non seulement l’horrible opération pour transformer des esclaves en eunuques provoquait la mort de 80% des "patients", mais les rares survivants voyaient leur possibilité d’assurer une descendance annihilée, ce qui, à terme, aboutit bien à une extinction ethnique» (p. 224-225).

N’Diaye applique le mot de génocide à la traite arabo-musulmane mais le récuse pour la traite européenne : «Le terme de génocide est souvent employé pour qualifier la traite et l’esclavage pratiqués par l’Occident. Alors qu’il convient de reconnaître que dans la traite transatlantique un esclave, même déshumanisé, avait une valeur vénale pour son propriétaire. Ce dernier le voulait d’abord efficace, mais aussi rentable dans le temps, même si son espérance de vie était des plus limitées» (p. 262-263).

Il fait une différence entre les deux traites par rapport à leur descendance : «Dans le Nouveau Monde la plupart des déportés ont assuré une descendance. De nos jours, plus de soixante-dix millions de descendants ou de métis d’Africains y vivent. Voilà pourquoi nous avons choisi d’employer le terme "d’holocauste" pour la traite transatlantique. Car ce mot signifie bien sacrifice d’hommes pour le bien–être des autres hommes, même si cela a pu entraîner un nombre incalculable de victimes» (p. 263-264).

Michel Renard

 

 

Tidiane N’Diaye, Le génocide voilé. Enquête historique, Gallimard, 2008 ; Folio, 2017.

 

ob_5a0ccb_la-razon-274586-214953

 

117235427_o

 

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 14:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 25 mars 2017

l'insurrection malgache, 1947-2017 : Inalco, Paris, 29 mars 2017

insurrection malgache Inalco 29 mars 2017 (1) - 1

 

 

l'insurrection malgache :

1947-2017

Inalco, Paris, 29 mars 2017

 

insurrection malgache Inalco 29 mars 2017 (2) - 1

 

insurrection malgache Inalco 29 mars 2017 (3)

 

insurrection malgache Inalco 29 mars 2017 (4)

 

insurrection malgache Inalco 29 mars 2017 (1) - 1

 

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 7 janvier 2017

photos retrouvées, années 1930

 img304cc

 

 

photos retrouvées

 

Ces photos nous ont été confiées par Enric Pareto i Valls et appartiennent à sa collection "Images abandonnées". Enric a trouvé des négatifs sur verre de 6x9 au "marché aux puces" de Barcelone (Les Encantes) et en a effectué des tirages. Elles ne sont accompagnées d'aucune information relative aux noms des personnes, aux dates ni aux lieux.

Après recherche de notre côté, on identifie le port de Rouen, la ville de Tunis. Les vues d'avions Potez 25 TOE (théâtre d'opérations extérieures) sont très probablement prises à Madagascar, peut-être à Tsihombe (sud de l'île). L'escadrille à laquelle ils appartenaient était basée à Ivato, à proximité de la capitale Tananarive, comme l'établit un article de La Revue diplomatique du 31 octobre 1934 (voir en bas de page).

Il est possible que les images de groupes proviennent également de Madagascar. À confirmer.

Michel Renard

 

 

img302cc
un Potez 25 TOE (théâtre des opérations extérieures) à Madagascar

 

img328c
trois Potez 25 TOE (théâtre des opérations extérieures) à Madagascar

 

La localisation de ces avions à Madagascar est établie sur la base d'indices assez forts. On retrouve les mêmes avions, par exemple le Potez 25 n° 2375 sur plusieurs clichés, tel celui ci-dessous, en 1934 (source). Ou encore, à Ivato en 1937 (source).

 

Tsihombe 1935 Potez
région de Tsihombe, 1934 (source)

 

carte sud île Madagascar
le sud de Madagascar, avec Tsihombe

 

______________

 

 

img350C
pont transbordeur du port de Rouen

 

famille sur le quai
quai du port de Rouen (?)

 

img304cc
moto Terrot 350 cc, modèle année 1927

 

img306cc
De Dion Bouton, type IS, 1923 (?)

 

img307cc(1)

 

img309cc

 

img310cc

 

img311cc

 

img312c

 

img314c

 

img316cc
femmes Soalala, ouest de Madagascar (?)

 

img347C

 

img353C

 

img318c

 

img320c
au milieu, une boite sur laquelle on peut lire Cocos...

 

img321C

 

img343C
relais hertzien (Madagascar ?)

 

img345C
grande mosquée de Tunis

 

img346C
minaret de Sidi ben Arous à Tunis

 

img352C
Tunis, imprimerie générale J. Picard et Cie,
son siège principal était rue Al-Jazira

 

légende des photos :
Michel Renard

 

 ______________

 

 

La Revue diplomatique 31 octobre 1934

 

La Revue diplomatique, 31 octobre 1934

 

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 23:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


dimanche 28 décembre 2014

un "vaccin" colonial empoisonneur ?

DAFANCAOM01_30FI001N060_P
bâtiment du service de la trypanosomiase en 1955 à Bobo-Dioulasso
(Haute-Volta - actuel Burkina Faso) source :
base Ulysse Anom

 

 

Un vaccin dangereux a-t-il été administré à

des Africains par les médecins coloniaux

français entre 1948 et 1960 ?

communiqué de l'Académie française de Médecine

 

022092014151153000000JA2802p031_2

 

A-t-on délibérément caché un «scandale pharmaceutique aux colonies» ? L'Académie française de Médecine a répondu le 14 novembre 2014 par un communiqué de presse.

L’Académie de médecine souhaite rétablir la vérité scientifique à ce sujet.

En ce qui concerne la lomidine, précisons d’emblée qu’il ne s’agit pas d’un vaccin. C’est un médicament antiparasitaire développé dans les années 1940, utilisé encore aujourd’hui pour le traitement de la maladie du sommeil, de la leishmaniose et de la pneumocystose. La maladie du sommeil (trypanosomiase humaine africaine) est une parasitose difficile à traiter, mais son évolution est toujours fatale sans traitement.

C’est pourquoi la lomidine a été utilisée en chimioprophylaxie, à titre protecteur ou préventif contre cette maladie transmissible, à partir de 1946 à Nola (RCA), puis au Congo, au Gabon et au Cameroun. Dans le prolongement des mesures de lutte mises en œuvre par Eugène Jamot et ses collaborateurs, les campagnes de lomidinisation menées à partir des années 1950 ont joué un rôle majeur dans le recul spectaculaire de la maladie du sommeil en interrompant la transmission du parasite dans les zones endémiques. Elles ont cependant été abandonnées parce qu’elles pouvaient masquer certaines infections débutantes.

Ces campagnes de traitement de masse ont pu avoir des effets négatifs. Ce sont notamment des infections au site de l’injection qui témoignent des difficultés à appliquer les bonnes pratiques d’hygiène sur le terrain. De tels incidents n’avaient alors rien d’exceptionnel. Le rapport bénéfice/risque des campagnes de lutte menées par les médecins du corps de santé colonial est tout autre puisque la maladie du sommeil était contrôlée dans toute l’Afrique centrale lorsque les pays affectés ont accédé à l’indépendance.

Certains aspects de la médecine coloniale peuvent être soumis aujourd’hui à une analyse critique rétrospective. Depuis toujours, la médecine progresse en tirant les leçons de ses erreurs. Mais, les effets positifs ne doivent pas être occultés.

L’Académie, qui compta parmi ses membres des pionniers et des novateurs éminents de cette médecine tropicale, ne saurait laisser ainsi dénigrer la mémoire de ces hommes qui choisirent, le plus souvent par idéal humanitaire, de s’exiler à des milliers de kilomètres de chez eux, et qui bravèrent les fièvres et les épidémies, souvent au péril de leur vie, pour soigner et faire progresser la médecine.

L’Académie de médecine exprime publiquement son indignation devant une instrumentalisation de l’histoire qui ne saurait  effacer une des périodes de l’histoire de la médecine où la France s’est particulièrement illustrée par les soins prodigués sur le terrain, la prévention des épidémies et d’aussi grandes découvertes que celle du parasite du paludisme par Laveran et du bacille de la peste par Yersin.

 

Communiqué de presse du 12 novembre 2014
source

 

* Le médicament qui devait sauver l’Afrique. Un scandale pharmaceutique aux colonies, de Guillaume Lachenal, éd. La Découverte, octobre 2014.

 

022092014151153000000JA2802p031_2

 

guillaume-lachenal-2851606-jpeg_2488480
Guillaume Lachenal, auteur de Le médicament qui devait sauver l'Afrique

 

 

réponse à l'article de Catherine Simon

(Le Monde, 24 octobre 2014), refusée par

Le Monde

 Jean-Marie MILLELIRI, médecin

Milleliri 1

Milleliri 2

 

Jean-Marie Milleliri est français, médecin militaire ; spécialiste  d’épidémiologie  et  de  santé  publique ; il  a travaillé  pour l’ONUSIDA à Dakar. Il est aujourd'hui secrétaire général du G.I.S.P.E. (Groupe d'intervention en santé publique et épidémiologie).

 

Milleliri_photo_2014
Jean-Marie Milleliri, médecin

 

Milleliri couv livre
Jean-Marie Milleliri, La médecine militaire en cartes postales, 1880-1930

 

 

article de Catherine Simon, Le Monde, 24 octobre 2014

 

arrticle Le Monde sur virus bêtise coloniale
article de Catherine Simon dans Le Monde du 24 octobre 2014

 

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 20:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 21 août 2014

droit de réponse d'Armelle Mabon

Armelle Mabon couv

 

 

Commentaires sur la lettre ouverte

de Julien Fargettas au président

de la République (4 juillet 2014) ayant pour

objet le 70e anniversaire de la tragédie

de Thiaroye

(Sénégal, 1er décembre 1944)

 Armelle MABON

 

Le 6 juillet 2014, Julien Fargettas, chercheur associé à l'unité de recherche «Croyance, Histoire, Espace, Régulation politique et administrative» (CHERPA) de l'Institut d’études politiques d'Aix-en-Provence, m'a transmis un retour sur «la synthèse sur le massacre de Thiaroye» du 27 mai 2014. Il m’a prévenue qu'il avait également écrit au président de la République, sans me transmettre toutefois une copie de ce courrier. C'est par hasard que je l'ai découvert ce jour sur le site internet Études Coloniales.

Dans ma synthèse, j'ai fait état de mes travaux sans attaquer quiconque. Julien Fargettas, dans sa lettre publique, s'autorise à violemment dénigrer mon travail d'historienne. Je souhaite, par la présente, apporter quelques commentaires pour défendre tout à la fois mon travail et mon métier.

Julien Fargettas fait-il allusion à ses propres travaux quand il affirme que «L'Histoire scientifique n'a pu que très sommairement s'emparer du sujet » (sic) ? Pour ma part, j'ai bénéficié d'un congé pour recherche de six mois, consacré presque exclusivement à des investigations sur Thiaroye.

J'avais déjà mené des recherches préalables, reprises par mes soins après la publication de mon livre Les prisonniers de guerre "indigènes" : visages oubliés de la France occupée (Paris, La Découverte, 2010). J'ai, ensuite, publié un article sur Thiaroye, «Le massacre des ex-prisonniers de guerre coloniaux le 1er décembre 1944 à Thiaroye (Sénégal)», dans l’ouvrage collectif Nouvelle histoire des colonisations européennes (XIXe-XXe siècles) : sociétés, cultures, politiques, dirigé par Amaury Lorin et Christelle Taraud (Paris, presses universitaires de France, 2013). J'ai, depuis, inlassablement poursuivi les fouilles d’archives, collecté et recoupé le plus d'informations possibles dans des divers fonds, en France et à l’étranger.

 

archives consultées

Je considère, dans ces conditions, que je ne me suis pas emparée de ce sujet «sommairement» (sic). C'est la raison pour laquelle je me suis sentie autorisée à alerter le président de la République et les ministres concernés sur les nombreuses et fâcheuses erreurs entourant Thiaroye. Il est faux de déclarer que j'ai saisi le président de la République en octobre 2012 : je l'ai fait en mai 2014 après un patient travail de longue haleine. Mise à part une circulaire retrouvée par les archivistes du Service historique de la Défense (SHD), aucune pièce n'a été mise à ma disposition. J'ai dû demander au bureau des archives des victimes des conflits contemporains (BAVCC) les dossiers individuels qui m'avaient été signalés par le ministre de la Défense lui-même.

Julien Fargettas mentionne l'omission d'autres archives, sans préciser lesquelles. Outre les archives du SHD, j'ai consulté, en France, les Archives nationales d’outre-mer (ANOM) ; le dépôt central des archives de la Justice militaire (DCAJ) ; les archives de l'Assemblée nationale ; les Archives nationales ; plusieurs fonds d'archives départementales ; et les archives de l'Académie des sciences d'outre-mer. J'ai également interrogé le Centre d’histoire et d’étude des troupes d’outre-mer (CHETOM). Ces recherches archivistiques en France ont été complétées, à l’étranger, par des recherches auprès des Archives nationales sénégalaises et des Archives nationales britanniques. J'ai, en outre, consulté de très nombreuses archives privées. Je poursuis actuellement les investigations auprès des Archives nationales américaines et du Centre des archives économiques et financières (CAEF).

En revanche, si je me réfère aux notes du chapitre consacré à Thiaroye dans l'ouvrage Les tirailleurs sénégalais : les soldats noirs entre légendes et réalités (1939-1945) de Julien Fargettas (Paris, Tallandier, 2012), seules les archives du SHD et des ANOM sont référencées à partir de la note 104, avec un doute sur la côte 5D302 et les «Ibid.» qui suivent.

Il est particulièrement étonnant de constater qu'un historien prétendant travailler sur Thiaroye n’ait pas consulté par exemple le carton DAM 3 aux ANOM, contenant la cruciale enquête Mérat et d'autres informations indispensables pour comprendre Thiaroye. Il existe également des données importantes dans les centaines de télégrammes échangés, dès lors que l’on veut bien prendre le temps de les dépouiller.

Quant à mes prétendus «conclusions hâtives» (sic) et autres «raccourcis incohérents» (sic), ainsi que ma supposée «partialité» (sic), il conviendrait, avant de se permettre de formuler des jugements aussi graves, de prouver que je n'ai pas confronté les sources, base méthodologique du métier d’historien. J'ai mené ce travail minutieusement, en sollicitant des personnes ressources si nécessaire, qui peuvent d’ailleurs en témoigner le cas échéant.

En octobre-novembre 2006, dans un article publié dans la revue Vingtième siècle, revue d'Histoire, Julien Fargettas jugeait : «Le travail d'Armelle Mabon semble aujourd'hui le plus complet. [...] Certaines interrogations s'apparentent toutefois à des prises de position et contribuent à nuire à l'indéniable qualité de ce travail».

 

télégramme sur les soldes de captivité

En effet, je m'interrogeais alors déjà sur l'absence, dans les archives, d'un télégramme du 18 novembre 1944 sur les soldes de captivité. Avec la découverte de la circulaire du 4 décembre 1944, faisant croire a posteriori que les rapatriés avaient perçu avant l'embarquement l'intégralité de leurs soldes, on comprend mieux, dès lors, pourquoi ces documents officiels ont disparu des cartons d'archives dédiés à Thiaroye au SHD, la spoliation des rappels de solde pouvant apporter une explication au massacre.

À aucun moment, dans ses travaux publiés sur Thiaroye, Julien Fargettas n'a émis le moindre doute sur la  véracité des informations contenues dans les rapports, courriers et télégrammes déposés aux archives. Être historien, c'est pourtant questionner la source et son statut, ainsi que les circonstances et les conditions de sa production.

Quant à la demande opportuniste de créer un comité pour «faire le point sur les sources, les traiter, les analyser» (sic), je regrette de signaler qu'une grande partie de ce travail a déjà été accompli par plusieurs historiens.

Que faut-il comprendre, enfin, par «la volonté de s'affranchir des controverses qui, jusque-là, n'ont pas permis à la connaissance de l'événement de s'établir» (sic), si ce n'est, précisément, le refus de Julien Fargettas de voir la réalité de la spoliation, des falsifications, des mensonges, du massacre et du procès mené à charge ?

Arrivée au terme de cette longue recherche et après avoir étudié en détail l'instruction du procès, ce que n'a pas fait Julien Fargettas alors que ces archives sont accessibles, j'ai pu clairement établir le doute sur la culpabilité des condamnés. C'est pourquoi il me paraît judicieux que la commission de révision de la cour de Cassation soit saisie à l’occasion du 70e anniversaire du massacre de Thiaroye en décembre prochain. C'est par ce chemin honorable que la France parviendra à faire œuvre de justice pour ces ex-prisonniers de guerre venus d’Afrique défendre la France.

Armelle Mabon
Maître de conférences des Universités en Histoire contemporaine
Université de Bretagne-Sud
Centre de Recherches historiques de l'Ouest, CERHIO CNRS UMR 6258
28 juillet 2014

775382_6832723-indigenes1-t114a

 

nouvhistoirecolo

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 13:07 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

jeudi 10 juillet 2014

les Attachés de Défense français n'ont pas le droit d'écouter Bernard Lugan...!

Diapositive1

 

 

l'africaniste Bernard Lugan invité par l'Armée...

et censuré par l'Élysée !

 

Le 24 juin 2014, à la demande des Armées, je devais présenter "L'interaction religieuse, culturelle, historique et géopolitique entre les cinq pays de l'Afrique du Nord et ceux de la bande sahélo-tchadienne" aux Attachés de Défense français en poste dans la quinzaine de pays concernés, plus le Nigeria. Le but de cette intervention très spécialisée était de donner à nos Attachés de Défense une nécessaire vision globale ainsi que des clés de lecture dépassant les frontières de leurs affectations respectives.

Quelques jours avant la date prévue, un ordre comminatoire téléphoné depuis l'Elysée contraignit les organisateurs à décommander la prestation bénévole qui m'avait été demandée dans l'urgence et pour laquelle, compte tenu de l'actualité et des enjeux, j'avais annulé des engagements prévus de longue date.

Alors que la complexité des situations locales et régionales nécessite une connaissance de plus en plus "pointue", non idéologique et basée sur le  réel, la présidence de la République, avec un sectarisme d'un autre temps, a donc privé les Attachés de Défense français d’une expertise à la fois internationalement reconnue et nécessaire à la bonne compréhension des zones dans lesquelles ils servent...

J'ai attendu des explications. Comme elles ne sont pas venues, j'ai donc décidé de publier ce communiqué afin que le public sache que des héritiers de la "section des piques" gravitent dans l'entourage immédiat du chef de l'État d'où ils lancent les "colonnes infernales" de la pensée sur les esprits libres.

Le prochain numéro de l’Afrique Réelle que les abonnés recevront au début du mois d'août contiendra le texte de mon intervention censurée qui sera naturellement amputé des éléments confidentiels que je réservais à l'auditoire spécifique auquel elle était destinée. Les "tchékistes" de l'Elysée le découvriront en primeur puisque la présidence de la République est abonnée à l'Afrique Réelle et qu'elle reçoit mes communiqués...

Ce communiqué est destiné à être repris et largement diffusé.

Bernard Lugan

 

Pour vous abonner à l’Afrique Réelle :

http://bernardlugan.blogspot.fr/p/abonnement-reabonnement.html

 

____________________

 

carte Sahel et conflits
source, janvier 2014

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 13:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mercredi 9 juillet 2014

70e anniversaire de la tragédie de Thiaroye

Tirailleurs sénégalais août 1944
tirailleurs sénégalais du 8e RTS partis de Tunis le 11 août 1944 (source ECPAD)

 

lettre ouverte au Président de la République

sur la tragédie de Thiaroye (1944)

 Julien FARGETTAS, historien

 

Julien Fargettas                                                                                                                     
Lucenay, le 4 juillet 2014

 

Monsieur le Président de la République
Palais de l'Élysée


Objet : 70ème anniversaire de la tragédie de Thiaroye

 

Monsieur le Président,

Lors de votre dernier discours prononcé à Dakar, vous avez évoqué la question de Thiaroye, ce mouvement de revendications de tirailleurs dits «sénégalais» sortant des camps de prisonniers de guerre allemands et tragiquement réprimé dans le sang au matin du 1er décembre 1944.

L'année 2014 marque le centenaire du déclenchement de la Grande Guerre mais également le soixante-dixième anniversaire de cette tragédie. Alors qu'une série d'initiatives à caractère historique et mémoriel est prochainement organisée par le Sénégal et la France, la question de Thiaroye sera immanquablement au cœur des discussions et ne manquera pas de susciter de nouvelles controverses.

Devenue un symbole en Afrique, la tragédie de Thiaroye est aujourd'hui encore sujette à polémiques et discussions. L'Histoire scientifique n'a pu que très sommairement s'emparer du sujet.

Ne serait-il pas temps qu'un véritable travail historique et scientifique sur le sujet puisse voir le jour ?

Vous avez été ainsi saisi en octobre 2012 du sujet des archives de l'événement par Madame Armelle Mabon. Depuis, de nouvelles pièces ont été retrouvées et mises à sa disposition, lui permettant de rédiger une «synthèse» de l'événement récemment remise à vos services. Si effectivement de nouveaux faits apparaissent, l'omission d'autres archives et témoignages, des conclusions hâtives et autres raccourcis incohérents, témoignent de la partialité de ce travail.

Docteur en Histoire et chercheur associé à l'unité de recherche CHERPA de l'Institut d’Études Politiques d'Aix-en-Provence, spécialiste reconnu internationalement de l'Histoire des soldats africains de l'armée française, je vous propose la constitution d'un comité d'historiens franco-africains chargé de travailler sur le sujet.

Ce comité devra faire le point sur les sources aujourd’hui existantes en France, en Afrique, aux États-Unis ou en Grande-Bretagne, les traiter, les analyser, les vulgariser, les rendre publiques. Ce comité devra rendre publics ses travaux, mais également ses questionnements, ses désaccords et les limites de ses conclusions. Car l’Histoire est ainsi faite, indispensable mais imparfaite, pleine de trous et source illimitée de réflexion.

L'annonce de la création d'un tel comité prouvera l'ouverture d'une France qui accepte de regarder et d'étudier son Histoire, y compris la plus douloureuse. Elle démontrera également sa volonté de s'affranchir des vaines controverses qui jusque-là n'ont pas permis à la connaissance de l'événement de s'établir.

Les bases scientifiques qui seront ainsi établies par ce comité pourront permettre la création d'instruments de vulgarisation et de connaissance accessibles au plus grand nombre, Français comme Africains.

Je suis aujourd'hui à votre entière disposition afin que cette initiative puisse voir le jour à brève échéance.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de mes sentiments les plus respectueux.

Julien Fargettas
julienfargettas@gmail.com

 

Copies :

  • Monsieur le Premier Ministre
  • Monsieur le Ministre de la Défense
  • Monsieur le Ministre des Affaires Étrangères
  • Monsieur le Président de l'Assemblée nationale
  • Monsieur le Président du Sénat
  • Madame la Présidente de la Commission de la Défense nationale et des forces armées
  • Monsieur le Président de la Commission des Affaires Étrangères et de la Défense et des Forces Armées du Sénat
  • Monsieur le Secrétaire Général de L'Organisation internationale de la francophonie
  • Monsieur le général commandant le Service Historique de la Défense

 

Pièces jointes :

  • «Synthèse» de Madame Mabon
  • Commentaires de la «Synthèse»
  • Article de la revue 20ème Siècle
  • C.V. Julien Fargettas

 

camp Thiaroye auj
camp de Thiaroye aujourd'hui (Google Maps)

 

- droit de réponse de Madame Armelle Mabon.

 

_________________

 

Fargettas couv

 

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 13:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

dimanche 20 avril 2014

Jean Fremigacci, Madagascar à l'époque coloniale

inspecteur indigène en tournée

 

Jean FREMIGACCI

État, économie

et société coloniale à Madagascar

(fin XIXe siècle - 1940)

 

Fremigacci couv - Version 2

 

Madagascar est secoué par des crises politiques récurrentes depuis plus de 40 ans. Cette instabilité traduit un problème de gouvernance qui n’a rien de conjoncturel, mais qui résulte du fossé qui s’est constamment creusé depuis deux siècles entre les populations et les oligarchies successives qui ont monopolisé le pouvoir et les richesses du pays. De ce point de vue, l’État royal du XIXe siècle, l’État colonial du XXe puis l’État post-colonial ont été en continuité. L’ère coloniale (1895-1960) a été un moment essentiel dans cette évolution.

Elle a mis en place en effet un État autoritaire et bureaucratique dont le modèle s’inspirait beaucoup plus de celui de la France d’Ancien Régime que de l’État moderne capable de mettre en oeuvre un processus de développement.

L’administrateur est bien l’héritier de l’Intendant royal de police, justice, finances, et ses moyens au service de la «mise en valeur» se résument au recours à différentes formes de travail forcé (Prestations, réquisition, travail pénal) qui pèsent d’autant plus lourdement que, assez contradictoirement, le pouvoir se lance dans des entreprises de modernisation avec des moyens archaïques, et que la croissance économique est fortement freinée par les contraintes du pacte colonial.

Facteur aggravant, le Fanjakana frantsay, le gouvernement des Français, a dû assumer le fardeau d’une société coloniale déjà largement constituée à la veille de la conquête française, et dont celle-ci a consolidé les cloisonnements, les mentalités et des comportements hérités de l’âge de l’esclavage et du mercantilisme.

Une oligarchie coloniale et un petit colonat surtout créole ont pu ainsi, malgré leur faible dynamisme économique, peser d’un poids très lourd dans le sens d’une accentuation de la contrainte sur les populations. L’insurrection de 1947 devait montrer que le fossé entre le Fanjakana, les gens du pouvoir, et la masse de la population était plus profond que jamais.

Jean Fremigacci est historien de la colonisation. Il a enseigné à l’université de Tananarive puis à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Ses recherches actuelles portent sur l’insurrection de 1947 et la décolonisation de Madagascar. Il a récemment co-dirigé Démontage d’Empires (Ed. Riveneuve, 2013).

 

la guerre à Madagascar

 

__________________________

 

Madagascar à l'époque coloniale : le reflet des cartes postales

anciennes

 

Sakaramy eau
Sakaramy, rivière aux approvisionnements d'eau

 

Tamatave la douane
Tamatave, la Douane

 

transports à Finanarantsoa
Madagascar, transports à Fianarantsoa

 

chercheurs d'or
chercheurs d'or dans la région de l'Imame

 

construction voie ferrée
construction de la voie ferrée du lac Alaotra

 

extraction mica
extraction du mica

 

femmes pilant du riz
dans un vala, femmes pilant du riz

 

groupe d'officiers
groupe d'officiers du Commandement supérieur du Sud

 

Majunga anc quai Cie Havraise
Majunga, ancien quai de la Compagnie Havraise

 

Majunga rue de Roves
Majunga, la rue de Roves

 

personnel imprimerie Mission
les directeurs (PP. Genievs et Daniel) et les employés de l'imprimerie de la Mission à Tananarive

 

__________________________

 

Fremigacci couv

 

__________________________ 

 

cartes de Madagascar, 1888 et 1895

 

carte 1888
La France coloniale illustrée, 1888 (source)

 

carte 1895
Madagascar, carte de 1895

 

__________________________

 

liens

- Jean Fremigacci insurrection à Madagascar du 29 mars 1947 (sur France Inter du 2 avril 2007)

- "Madagascar, colonie française et l'Afrique du Sud" (extraits)

- Histoire et organisation de l'espace à Madagascar de Jean Fremigacci (1989) ; compte-rendu par Jacques Faublée

- Jean Fremigacci : "1947 : l'insurrection à Madagascar" sur Études Coloniales

- Jean Fremigacci : "Madagascar, insurrection de 1947 : ce que révèlent les reconstitutions historiques"

 

Fremigacci couv - Version 2

 

- le livre chez l'éditeur Karthala

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 10:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]