vendredi 24 août 2012

la littérature historique sur les Juifs du Maghreb

vieux juif marocain



juifs d'Afrique du Nord

un livre de Colette ZYTNICKI

- Colette Zytnicki, Les Juifs du Maghreb. Naissance d'une historiographie coloniale, éd. Pups (La Sorbonne), septembre 2011.

Comment a été écrite l’histoire des Juifs d’Afrique du Nord ? L’ouvrage répond à cette question – qui n’a jamais été réellement posée jusqu’à présent – en s’intéressant à ceux qui ont fait l’historiographie des Juifs du Maghreb, aux méthodes et aux sources qu’ils ont utilisées, ainsi qu’au public touché. L’étude se déroule précisément dans le contexte de la société coloniale.

Du fait de la mainmise française au sud de la Méditerranée, les Juifs entrent progressivement dans la modernité occidentale. Si l’on doit admettre que les récits historiques ne sont pas absents de la littérature traditionnelle, il n’en reste pas moins que l’histoire, en tant que genre savant tel qu’il était en train de se développer en France, se diffuse à partir du XIXesiècle dans le monde juif.

Le passé juif devient donc objet d’histoire, une histoire écrite en français, à destination d’un public varié, juif ou non. Les premiers historiens avaient été d’abord des membres des élites juives, venus de France ou formés dans la métropole. Si les auteurs juifs avaient été nombreux, ils ne furent pas pour autant les seuls à s’intéresser au destin des israélites en terre maghrébine.

la curiosité des savants coloniaux

Du fait de leur position singulière, les Juifs ne manquèrent pas de susciter la curiosité des savants coloniaux qui s’étaient penchés sur leurs origines et plus spécifiquement sur leurs liens avec les populations berbères. Ainsi le passé juif entra-t-il dans la bibliothèque coloniale, par le biais d’ouvrages érudits ou d’articles parus dans des revues publiées à Alger ou à Rabat.

L’ouvrage embrasse donc la littérature historique sur les Juifs du Maghreb disponible en langue française depuis le milieu du XIXe siècle jusqu’aux années 1950. Au-delà de l’aspect historiographique, il propose une réflexion sur l’évolution du monde juif maghrébin au temps de la domination française et sur les modalités de son inscription dans une modernité importée par les puissances de l’heure. Il interroge également le regard porté par le monde non juif sur les judaïcités d’Afrique du Nord. Ainsi ce livre se présente-t-il comme leur histoire culturelle et sociale à la période coloniale.

présentation du livre

 

9782840507826_1_75

 

- sur France Culture

- note de lecture, Ewa Maczka sur le site La vie des idées

- Archives juives, n° 38/2, "Juifs du Maghreb entre Orient et Occident"

 

Colette Zytnicki

Colette Zytnicki est professeur d’histoire contemporaine à l’université Toulouse-Le Mirail et membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136). Ses travaux portent sur l’histoire des Juifs de France et du Maghreb aux XIXe et XXe siècles. Elle a notamment publié Les Juifs à Toulouse, entre 1945 à 1970. Une communauté toujours recommencée (Presses universitaires du Mirail, 1998). Elle a co-dirigé avec Jean-Marc Chouraqui et Gilles Dorival, Les Usages du passé juif (Éditions de la MMSH, 2006), et assuré la direction de Terre d’exil, terre d’asile. Migrations juives en France, XIXe-XXe siècles (Éditions de l’Éclat, 2010). Elle a également travaillé sur la construction de l’histoire en contexte colonial et a dirigé avec Sophie Dulucq Décoloniser l’histoire ? De l’histoire coloniale aux histoires nationales en Afrique et en Amérique Latine (XIXe-XXesiècles) (Publications de la Société française d’histoire d’Outre-Mer, 2003).

3642





 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


lundi 20 août 2012

répertorier les victimes du 20 août 1955

9782360130955

 

 

première réponse à Michel Mathiot sur

les victimes du 20 août 1955

Roger VÉTILLARD

 

Merci à Michel Mathiot de cette recension qu'il m'a d'ailleurs fait parvenir il y a plusieurs semaines avec plus de détails encore. Merci à lui d'attirer mon attention sur des points précis que j'ai commencé à vérifier. Il n'est pas le seul à m'avoir fait part de ses commentaires. J'ai reçu également de nouveaux documents.

Tout cela me conduit avec l'accord de mon éditeur à préparer une seconde édition revue et corrigée. Car un ouvrage d'histoire n'est jamais définitif, et l'historien doit sans cesse réviser ses publications.

Pour le 20 août 1955, les questions importantes auxquelles il reste à répondre sont au nombre de 3 au moins :

  1. Zighoud Youcef a-t-il, comme je le pense, programmé les assassinats de civils européens comme beaucoup le pensent ou ces morts sont-ils le fruit d'incidents collatéraux ? Les éléments que j'apporte au débat me paraissent assez clairs et notamment le fait qu'il y a eu des victimes dans plusieurs dizaines de localités d'une part, les témoignages des anciens de l'ALN d'autre part qui sont autant d'arguments en faveur de la première hypothèse.
  2. L'armée française était-elle informée de cette action et dans ce cas pourquoi n'a-t-elle anticipé ? Je pense que les arguments que je donne en faveur d'une réponse positive sont convaincants, en tous cas ils m'ont convaincu.
  3. Pourquoi donc en 1955 n'a-t-on pas publié un bilan humain précis ? Seul le bilan du 2ème bureau d'octobre 1955 parait avoir été établi sérieusement mais il reste difficile d'accès.

Le nombre de morts dans la communauté européenne continue à faire débat. Je pense qu'il ne sera jamais clos. Jusqu'à celui que je publie, 2 chiffres étaient avancés : 71 et 171 victimes européennes. Les plus grandes difficultés se retrouvent à El Halia.

Pour ma part j'ai additionné 174 noms et depuis la publication de mon livre on m'a signalé 3 oublis. Mais l'un d'entre eux ne peut être retenu car survenu à Jemmapes en août 1956. Un autre pose problème car si la disparition est bien survenue le 20 août 1955, je dois vérifier qu'elle s'est produite dans le territoire de la zone 2.

Mais les difficultés auxquelles je me heurte sont multiples : des morts identifiés, retrouvés dans les archives et confirmées par des témoins dignes de foi, ne sont consignées dans aucun document officiel, des femmes peuvent être portées sous leur nom de naissance ou celui d'épouse, les patronymes étrangers peuvent être notablement modifiés, etc.…

Pour ma part j'ai retenu tous les noms qui figurent dans au moins un document officiel, sinon ceux qui sont cités par au moins 3 sources différentes (presse, témoins, avis de décès ou de remerciements explicites, documents professionnels, documents de l'ALN, etc.). J'aurai l'occasion de revenir sur ce point dans quelques temps.

Enfin Michel Mathiot critique le texte de mon préfacier. Je lui rappelle que Guy Pervillé n'est pas le seul à avoir émis un avis réservé sur l'ouvrage de Claire Mauss Copeaux : Maurice Faivre, Gilbert Meynier et Jean-Charles Jauffret ont également été plutôt dubitatifs sur ses conclusions.

Roger Vétiilard

- Mon commentaire "à chaud" manque de précision. J'ai effectivement retrouvé 174 noms dans les sources consultées (documents officiels, articles de presse, témoignages, rapports de magistrats, de gendarmerie, de police....). Je n'en ai retenu que 133 en conservant tous les noms qui figuraient dans les rapports officiels et en soumettant les autres à un examen et une enquête. D'où les 41 noms supprimés pour diverses raisons. Ceci dit je reprends mon enquête à d'autres sources et je publierai son résultat.

Roger Vétillard
21 août 2012, 18 h 48

 

massacre

 

- vidéo : Roger Vétiilard, le 20 août 1955 en Algérie

 

vetillard

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 18:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

samedi 18 août 2012

à l’occasion de l’anniversaire du 20 août 1955

20aout

 

 

critique du livre de Roger Vétillard,

20 août 1955 dans le Nord-Constantinois

Michel MATHIOT

 

Ce livre (1) passe en revue l’ensemble des thématiques que peut inspirer au chercheur l’insurrection du 20 août 1955 ; à une exception près, par exemple, celle des origines sur une plus longue durée. On a le loisir de pouvoir cheminer assez facilement dans l’ouvrage, de par le plan adopté.

On pourrait bien sûr en imaginer d’autres, davantage problématisés historiquement, mais il me semble que le lecteur grand-public s’y retrouve plus aisément ; surtout s’il est néophyte ; ce qui est – il faut bien le dire – le cas de la quasi-totalité des lecteurs sur ce sujet.

J’ai apprécié des chapitres tels que, par exemple, celui sur la genèse de l’opération, ou "Séparer les différentes communautés", ainsi que celui sur les intellectuels et sur Camus. Il en va de même du travail sur les conséquences du 20 août. L’ensemble est de mon point de vue propice à éveiller l’intérêt du chercheur, ne serait-ce que pour sa propre remise en question. La partie consacrée à la presse internationale méritait, à mon avis, davantage d’analyses qui auraient d’ailleurs pu s’étendre à la presse en général (algérienne et métropolitaine).

Etant spécialisé sur Philippeville et les environs, je reste un peu sur ma faim devant les développements qui en ont été faits, faute de place sans doute, et faute d’approfondissement de certaines sources.

J’ai souvent regretté de voir reprises des hypothèses rebattues, sans pouvoir ni les démontrer ni les invalider. Peut-être n’est-ce effectivement pas possible.

En résumé sur le fond, je crois que ce livre est une bonne synthèse documentaire, qui devrait intéresser un public curieux, sans le lasser comme le font souvent des livres d’histoire érudits. Notamment, l’absence de nombreuses références et justifications qui alourdiraient la présentation, va dans ce sens même si elle peut décevoir le chercheur scientifique.

Cette synthèse se suffit-elle à elle-même ? Un livre n’a jamais suffi à traiter un sujet. Il faut alors se mettre en perspective et je pense que différents auteurs pourraient se compléter au lieu de s’opposer. J’apprécie d’ailleurs assez modérément à ce sujet la préface de M. Guy Pervillé que j’estime par ailleurs. Il y avait d’après moi d’autres choses à dire avant de se livrer à une attaque peu élégante de Mme Mauss-Copeaux (Algérie, 20 août 1955, Insurrection, répression, massacres, Payot, 2011). Avec elle, nous formons un trio improbable, le seul en France à travailler sur le sujet. Mieux vaudrait capitaliser et ne pas s’opposer, voire le faire avec élégance.

 

les décédés européens de Philipeville

Je me suis donc penché sur l’étude faite par R. Vétillard des décédés européens de Philippeville (et quartiers rattachés), puisque c’est le sujet que je connais le mieux. Le but étant de retenir les noms véritablement historiquement attestés et de reporter peut-être dans une deuxième liste ceux qui resteraient néanmoins possibles, mais non publiables. Soit pour El-Alia une diminution de 15 noms, ramenant le chiffre qui serait le plus sûr de 51 à 36 tués.

Pour Philippeville au sens large (il faut préciser que tout comme El-Alia, les petites agglomérations humaines de Filfila, Carrières romaines, ainsi que le Béni-Melek ne sont pas des localités, mais des quartiers de la commune de Philippeville, certes excentrés), la liste de noms passerait ainsi de 12 à 7. Sans préjuger de l’ensemble des tués du Nord-Constantinois, au sujet desquels R. Vétillard, son préfacier et quelques commentateurs annoncent avoir fait le tour de la question, le chiffre de tués de Philippeville et agglomérations rattachées passe de 63 à 43.

Peut-être R. Vétillard dispose-t-il de justificatifs probants et dont il n’a pas mentionné la méthode. Des noms apparaissent en doublon dans plusieurs listes, des fautes de typographies (bien compréhensibles à l’époque entre les journalistes, les opérateurs telex, les transmissions téléphonées, les pratiques coutumières, etc) n’ont pas été critiquées à leur juste mesure, une bonne connaissance du milieu familial d’El-Alia aurait pu éliminer des doublons, parmi les enfants notamment ou entre conjoints, beaucoup de noms ne sont pas justifiés autrement que par un témoignage ou un écrit unique non convainquant, des personnes blessées ne sont pas décédées, etc.

J’ai également signalé à l’auteur quelques erreurs ne touchant pas au fond (forme, références douteuses, citations illicites, typographie, orthographe, style, répétitions, etc.) à qui la localisation peut être utile.

Cette fiche de lecture ne peut être prolongée sans devenir trop lourde et ennuyeuse. Mes textes s’en feront l’écho dans le détail, mais – par souci d’éthique intellectuelle - je l’ai communiquée à l’auteur il y a deux mois et demi, accompagnée d’une lecture critique détaillée, patronyme par patronyme, concernant les tués d’El-Alia et de Philippeville, ainsi que quelques erreurs de forme qui peuvent être corrigées dans une édition ultérieure.

Je ne comptais pas rendre ce texte public pour le moment, mais une remarque suivie d’une suggestion de M. M. Renard vient de m’y conduire, à la veille de cet anniversaire. Pour autant je réserve – par discrétion, par respect et peut-être aussi par prudence – la publication d’une liste de morts pour une édition en bonne et due forme.

Michel Mathiot
18 août 2012

 

- (1) Roger Vétillard, 20 août 1955 dans le Nord-Constantinois, un tournant dans la guerre d’Algérie ? Riveneuve Editions, 2012.

_________________________________________

 

monactu1p
enterrement des victimes européennes du 20 août 1955

 

- Michel Mathiot sur le site Skikda magazine

- article de Michel Mathiot sur Études Coloniales (30 décembre 2011)

- article de Michel Mathiot sur Études Coloniales (4 août 2011)

76920513_o
Roger Vétillard

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 21:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

vendredi 17 août 2012

Algérie, référendum 1er juillet 1962 : gigantesque fraude électorale

bulletin-referendum-algerien-big

 

 1962, arithmétique électorale algérienne

général Maurice FAIVRE


Lors des élections de 1951 à l'Assemblée nationale (ou algérienne?), les candidats du docteur Bendjelloul, partisan de l'intégration, l'avaient emporté. Les nationalistes algériens, et leurs amis, avaient alors parlé de fraude électorale, dont le journal Le Monde du 3 avril 1952 donna l'explication suivante :
"Le choix n'était pas entre des élections libres et des élections fabriquées. Il était entre des élections fabriquées par des meneurs messalistes, et des élections fabriquées par le Gouvernement Général. nous avons choisi les secondes ".
Cette tradition ne s'est pas perdue, et l'on sait qu'en novembre 1995, les islamistes modérés, et les autres, ont porté plainte pour le même motif.

images
référendum du 1er juillet 1962

Mais le record en matière de trucage des urnes s'est produit le 1er juillet 1962. "Il est évident, écrit l'historien Xavier Yacono dans un article de 1982, que les résultats de ce référendum sont erronés ". Comme il n'en précise pas l'importance, nous avons repris les calculs.

Monsieur Kaddour Sator, Président de la Commission de contrôle du referendum, a proclamé les résultats suivants :

Inscrits       6.549.736 Nuls             25.565
Votants      6.017.800 Oui          5.975.581
Exprimés   5.992.115 Non              16.534

Il convient de retirer du total des inscrits les électeurs européens, environ 600.000, dont la plupart n'ont d'ailleurs pas participé au vote. Il reste alors 5.950.000 inscrits musulmans.
Or la population musulmane résidant en Algérie, qui était de 8,47 millions au recensement de 1954, et 12,017 millions au recensement de 1966, a progressé d'environ 3% par an pendant la guerre d'Algérie, malgré les pertes dues au combat, aux attentats, aux disparitions et à l'émigration. Elle est estimée en juillet 1962 à 10,6 millions par l'Union médicale algérienne (chiffre repris per El Moudjahid du 1-2 mai 1981).
Sachant qu'environ 55% de cette population avait moins de 21 ans et ne pouvait donc voter, le nombre des inscrits aurait dû être :

10,6 x 45/100 = 4,77 millions, et le bourrage des urnes est égal à :
5,99 - 4,77 =  1,18 million, soit 24,7% du nombre des électeurs réels.

 Un record inégalé !
On pourra contester la précision de ces chiffres, dont il faut retenir l'ordre de grandeur, et reconnaître que  "L'Algérie, ajoute Yacono, a pris un mauvais départ dans le domaine de la régularité électorale ".
Maurice Faivre
décembre 1995

 

referendum-01juillet62

Il faut rappeler que le délégué du FLN Mostefai avait imposé à l'Exécutif provisoire, contre l'avis de B. Tricot, une question unique au référendum, et avait souligné : "le résultat est connu d'avance". On peut penser qu'une 2ème question sur le maintien de la coopération aurait été majoritaire et aurait imposé au FLN le respect des accords d'Évian. Mais ceci est de l'uchronie.
Maurice Faivre
août 2012

c_Marc_Riboud_rec-c8fa4

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 19:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

jeudi 16 août 2012

au sujet d'un article de Chantal Morelle sur les harkis

slide-harkis

 

questions sur l'accueil des harkis

général Maurice FAIVRE

 

J'ai lu cet article de Vingtième siècle, que je ne connaissais pas : "Les pouvoirs publics français et le rapatriement des harkis en 1961-1962", revue Vingtième siècle, 2004, n° 83, p. 109-119.

morelleweb

Chantal Morelle note que les pouvoirs ont été débordés, que la logique gaulliste de respect des accords d'Évian a prévalu, mais que sa vision n'était pas accordée à la réalité du terrain.
La référence aux directives de Joxe est bonne, mais elle ignore les directives des wilayas et se réfère aux seuls articles d'Ageron, favorables à de Gaulle et à la modération du FLN,  et qui comportaient des erreurs flagrantes !
L'accueil était prévu sur le papier ! Or il n'a commencé que le 12 juin ! Selon Chantal Morelle, la responsabilité est collective (Joxe, Messmer, Frey). Ils étaient d'accord pour sauver le maximum de supplétifs (sic).
Elle ne parle pas de l'intervention de Pompidou.
La situation provisoire aurait perduré ! Elle n'avait donc rien de provisoire ?
Maurice Faivre

camp_harkis_1962-bb607
camp de harkis en 1962

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 11:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


mardi 14 août 2012

la caricature anti-coloniale, nouveau discours d'État (Jean Monneret)

100_ans_de_colonisation
la caricature anti-coloniale, nouveau discours d'État

 

Face à l’anticolonialisme d’État

Jean MONNERET, historien

 

L’anticolonialisme est désormais la doctrine officielle de la République. Lors de sa visite en Algérie, au début de son quinquennat, Nicolas Sarkozy y avait déjà affirmé à l’Université de Mentouri, que le système colonial était basé sur l’injustice. [sur François Hollande, cf. ici - note de la rédaction]

L’exposition qui a eu lieu récemment, au musée de l’Armée, aux Invalides à Paris, sur la conquête et sur la guerre d’Algérie est allée plus loin. Conçue sous Sarkozy et faisant appel à un célèbre trio d’historiens anticolonialistes, elle avalisait la version FLN du conflit.

Mettant gravement en accusation l’Armée française, elle minimisait les crimes de la rébellion comme les souffrances des Pieds-Noirs et des Harkis. Nous sommes donc en présence désormais d’un anticolonialisme d’État. On peut compter sur les socialistes au pouvoir pour le porter à de nouveaux sommets.

L’anniversaire du 5 juillet 1962 a été présenté dans les médias audiovisuels (sauf un) sous l’angle de l’accession de l’Algérie à l’Indépendance. Les massacres d’Oran ont été totalement occultés sauf dans l’émission de Robert Ménard  (lequel a vu depuis son émission supprimée sur I Télé ).

img122

 

Que signifie tout cela ?

La France tourne le dos à son passé, alors même que l’Empire colonial, la colonisation et la départementalisation de l’Algérie furent pour l’essentiel une œuvre républicaine. Elle fut longuement exaltée comme telle par les plus hauts dirigeants de la IIIe République en particulier. Or, depuis deux décennies, la Ve du même nom a décidé de stigmatiser cette période de notre histoire.

Ainsi, concernant la guerre d’Algérie qui eut lieu de1954 à 1962, les médias ont pu, avec l’appui des gouvernants de droite comme de gauche, cautionner une version de ce conflit fort analogue à celle du FLN, à peine distincte de ce qui se diffuse an Algérie depuis un demi-siècle. Il n’y a pas eu de repentance de la France comme le réclamaient les hiérarques d’Alger. Il y a eu acceptation par la France officielle de leur version falsifiée de l’histoire coloniale et du conflit algérien.

tumblr_m6pfr9gbfT1qeki0ho1_500

Il y a quelques années M. de Villepin avait répondu aux demandes de repentir venues d’Alger qu’il convenait de laisser les historiens débattre de ces problèmes.

Depuis c’est tout l’inverse qui s’est produit. Nous avons vu s’installer un système de propagande soviétoïde qui a martelé à satiété la version anticoloniale officielle. Ce système n’a pas hésité à censurer des universitaires de renom et même à retirer à d’autres des responsabilités déjà attribuées. Il a favorisé jusqu’à la caricature la pensée unique, voire l’omniprésence d’un historien unique et la ghéttoïsation complète des opinions dissidentes.

Ce système totalitaire domine largement les médias. Il est la honte d’un pays qui, urbi et orbi, s’affirme démocratique. En plaçant la France en position d’accusée permanente, il crée dans les banlieues «sensibles» une atmosphère négative hostile au pays d’accueil.

En choisissant de faire de certaines victimes du conflit algérien de «bonnes» victimes, tandis que celles causées par le FLN sont oubliées, ce système bafoue la morale et l’Histoire. Des centaines de milliers de victimes de la rébellion il fait une sous-catégorie de la population française. Ceux qui dirigent la France seraient bien inspirés d’y réfléchir.

L’objectif idéologique

Il s’agit de discréditer les nations européennes. Pour cela, on les charge de responsabilités historiques toujours plus pesantes : l’esclavage depuis longtemps tenu pour crime contre l’humanité, et la colonisation que certains s’efforcent de mettre sur le même plan. Cet objectif fut révélé par M. Stora dans un entretien du 14 novembre 2006 publié par le Figaro : «Il faut reconstruire nos mémoires nationales, comme nous l’avons fait, en d’autres registres avec l’esclavage et la période vichyste.»

Tout est dit. Reconstruire nos mémoires nationales, si l’on traduit ce charabia, signifie réécrire l’Histoire. Stora est spécialiste de la période coloniale et de l’Algérie. Il veut mettre le signe égale entre la colonisation, l’esclavage et Vichy. (Que nous laisserons de côté dans le cadre de cet article).

Ce vers quoi nous nous dirigeons est de plus en plus clair : une vaste culpabilisation des nations européennes, France en tête. En effet, notre pays fut par excellence un pays colonisateur. L’objectif ultime est non moins clair : il s’agit ainsi de discréditer puis d’abolir ces nations européennes. Elles devront à l’avenir s’effacer au profit du conglomérat multiculturel concocté à Bruxelles. Ce magma informe, sans âme et sans épine dorsale sera un protectorat américain où l’Islam politique (on nous l’annonce de toute part), jouera un rôle croissant.

Bon vingt-et-unième siècle !

Jean Monneret

monneret

 

19973840

 

large

 

9782841863082_1_75

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 16:39 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

lundi 13 août 2012

notes critiques, par le général Maurice Faivre

arton57

 

notes et remarques de lecture

général Maurice FAIVRE

 

1. Le livre d’Alain Michel, historien franco-israélien, Vichy et la Shoah, souligne les erreurs énoncées par le Président de la République dans son discours sur la rafle du Vel d'Hiv.

La décision était celle des autorités d'occupation et le crime celui des nazis. Ceci remet en cause la position de Chirac sur le même sujet.

2012

2. Le Président Chirac a commis une autre erreur au sujet de la répression de Madagascar en 1947, contrairement à ce que dit Gilles Manceron au colloque du Sénat du 30 juin-1er juillet.

Cette erreur a été relevée lors d'un débat que l'on peut consulter à l'Académie des sciences d'outre-mer ; elle est confirmée par le Contrôleur général des Armées Duval dont voici le résumé :

9782747523363

Eugène-Jean Duval, La révolte des sagaies, Madagascar 1947, L’Harmattan 2002, 363 pages.

Dans cet ouvrage très documenté, le Contrôleur des armées Duval remet en question les ouvrages et articles tendancieux publiés sur l’insurrection de Madagascar. Replaçant cette révolte dans le contexte d’une France affaiblie par les crises sociales et le conflit d’Indochine, il décrit la montée du nationalisme qui, avec le soutien du parti communiste, se réclame de la Charte de l’ONU.

Dans un territoire immense et sous-équipé, des centaines de Malgaches attaquent les fermes et les garnisons le 29 mars à minuit, sans réussir à récupérer plus de 360 armes à feu. Persuadés par les sorciers de leur invincibilité, ils s’enfuient aux premiers coups de feu et entraînent dans la forêt plus d’un million d’habitants. 150 européens, 120 militaires et 1.700 autochtones sont victimes de la tuerie. 485 villages sont incendiés.

Ne disposant que de 6.500 hommes dont 4.000 Malgaches, les autorités circonscrivent la zone insurgée en attendant les renforts de métropole, qui n’arrivent que fin juillet. Après destruction des campements, des postes militaires sont implantés dans la forêt et éliminent les chefs rebelles. Fin 1948 la population a regagné les villages.

5.100 rebelles ont été tués, et 5.400 civils sont morts de faim et de froid. Sur 44 condamnés à mort par les tribunaux militaires, huit sont exécutés. On est loin de l’accusation de génocide lancée par les anticolonialistes.

Peu à peu pacifié, le peuple malgache vote pour la Communauté française en août 1958 et devient indépendant, avec le soutien de la France, en juin 1960.

9782747523363

9782747523363_4_75

 

3. Gilles Manceron a commis d'autres erreurs dans son exposé. S'agissant du 8 mai 1945 et du 20 août 1955 en Algérie, il semble ignorer les ouvrages récents qui font autorité : ceux de Roger Vétillard, qui contredisent les erreurs de Jean-Louis Planche, Mauss-Copeaux, Lalaoui et Boumaza.

S'agissant de l'OAS, les travaux d'Olivier Dard devraient être cités.

Quant aux écrits de Denoix de Saint-Marc, ils sont d'une portée intellectuelle et morale qui ridiculisent les absurdités émises à son égard dans le bulletin de la LDH.

63438313

4. La lecture par Gilles Manceron du Livre blanc de l'armée française en Algérie (Contrepoint 2001) dont le manifeste a été approuvé par 520 généraux, est manifestement tronquée, comme le montre l'extrait ci-dessous. Le Livre blanc reconnaît en effet que l'élimination du terrorisme urbain a eu recours à des procédés moralement condamnables.

Le général Gillis l'a rappelé  :

«Certains, pendant la bataille d'Alger en particulier, ont été confrontés à un dilemme : se salir les mains en interrogeant durement de vrais coupables, ou accepter la mort certaine d'innocents. S'il y eut des dérives, elles furent marginales».

Il faut donc rappeler que cette pratique n'a pas été généralisée, et qu'à l'été 1957, le renseignement sur le terrorisme a été obtenu par pénétration des réseaux adverses. C'est ce qu'a reconnu Zohra Driff : «ces méthodes n'avaient plus cours quand j'ai été prise».

Maurice Faivre

9782262034993
Olivier Dard, publications

 

6337598_3567361

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 14:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 12 août 2012

une exposition idéologique, au détriment de la réalité historique

bandeau

affiche_algerie

 

une exposition iconoclaste

le général de Corps d'Armée FOURNIER

 

Si j’avais été un ancien «fell», j’aurais particulièrement apprécié l’exposition intitulée «Algérie 1830–1962» que le Musée de l’Armée a offert au public du 16 mai au 29 juillet, au cœur de l’Hôtel des Invalides.

Car c’est dans ce haut-lieu de la mémoire des soldats de France, où l’on ne pénètre jamais sans émotion, que l’on a osé présenter, sous couvert d’objectivité, une rétrospective de la guerre d’Algérie, dont le moins que l’on puisse dire est qu’elle est conforme à la «bien-pensance» intellectuelle et médiatique. Les organisateurs ont voulu, disent-ils, faire œuvre de pédagogie en s’inscrivant dans le «temps long» de l’histoire pour éclairer ce drame de l’histoire de notre pays.

affiche-algerie

S’appuyant sur les réflexions d’un comité scientifique qualifié, et on le regrette, d’informel par les organisateurs eux-mêmes, cette exposition s’appuie notamment, dans ce temple de l’histoire militaire, sur une bande dessinée qui est loin d’être une œuvre d’historien, mais qui, au siècle de l’image, incruste dans la mémoire du visiteur et notamment des plus jeunes, auxquels elle est visiblement destinée, des idées fausses ou pour le moins sommaires.

Le spectateur averti découvre, quant à lui, de nombreuses contre-vérités, accentuées par des jugements exprimés sans aucune modération ni respect pour la mémoire des victimes de cette époque. Car si les organisateurs affichent le souci de ne pas prendre parti, ils en arrivent pour cela à présenter l’histoire de la guerre d’Algérie en plaçant l’armée française sur un même plan que l’armée de libération nationale algérienne.

Dès les premières salles, consacrées à la période antérieure à 1954, le visiteur est pris en main : l’Algérie était, avant le débarquement français de 1830, un pays, avec ses traditions et ses chefs, tels qu’Abd-el-Kader, qui ne pouvait que se rebeller contre cette invasion. Il est même précisé que celui-ci disposait d’une armée régulière et qu’il avait jeté les bases d’un État moderne. Sans doute les organisateurs ont-ils puisé leurs informations auprès du gouvernement algérien qui martèle ce message depuis cinquante ans.

parcours-abd-el-kader
Abd el-Kader (1807-1883)
par Godefroid Marie Eleonore (1778-1849),
peint vers 1830-1844 à Paris

On va même jusqu’à transformer en «victoire» remportée par Abd-el-Kader le combat de Sidi-Brahim, à 1 contre 20. Les mânes du capitaine Dutertre, du 8ème bataillon de Chasseurs, qui eut la tête tranchée après avoir été fait prisonnier, apprécieront, tandis que, dans le lointain, on entend désespérément résonner la charge du clairon Rolland.

Pour confirmer ce point de vue de l’existence d’un État, on insiste lourdement sur le «royaume arabe» imaginé par Napoléon III, mais qui n’a jamais connu la moindre réalité… puisqu’il n’existait pas !

Mais ceci n’est encore qu’anecdotique et seuls les historiens y verront malice. Le plus grave est ailleurs.

Car dans la volonté de démontrer le bien-fondé de l’insurrection conduite par le F.L.N., on n’hésite pas à employer, sans l’habituelle objectivité des historiens, des termes qui ne peuvent que choquer lorsque l’on connaît la réalité des faits.

Ainsi parle-t-on de «sanglante» répression lors des événements de Sétif, qui entraîne un «bain de sang», en mai 1945. Ainsi baptise-t-on d’emblée de «début de la guerre d’indépendance» la date du 1er novembre 1954, plus connue, côté français, sous le nom de «Toussaint rouge».

63438313

Ainsi évoque-t-on à nouveau une «contre-terreur sanglante» à la suite des massacres de Philippeville en août 1955.

Ainsi chiffre-t-on à 200 les victimes du fameux 17 octobre 1961 à Paris.

Le souci de placer l’ALN sur le même plan que l’armée française conduit également à quelques raccourcis d’autant plus surprenants qu’ils figurent sur l’un des panneaux destinés aux enfants, qui jalonnent le parcours de l’exposition : l’armée française torture et exécute, le FLN, lui, ne commet que des attentats et des assassinats d’opposants.

Guerre-d-algerie
armée française en Algérie

On ne renonce pas non plus à quelques approximations purement militaires : ainsi, l’attaque dite des «1000 djounouds» qui tentèrent, à une seule reprise, un franchissement de force du barrage tunisien devient-elle, cinquante ans après, «des percées en masse du barrage par l’ALN». Sans oublier quelques images complaisantes d’unités de l’A.L.N., défilant ou s’entraînant, à l’abri de la frontière tunisienne, loin des combats, sous les objectifs de quelques photographes étrangers.

Toujours pour donner une allure de troupe «régulière» aux bandes de fellaghas, on présente une note de service du F.L.N. précisant la (bonne) conduite à tenir vis-à-vis des «prisonniers de guerre» français capturés par l’A.LN. Les fantômes des 600 disparus de l’armée française en Algérie apprécieront.

Certes, par souci de paraître objectif, on présente aussi une note du chef rebelle Amirouche ordonnant de torturer systématiquement les captifs avant de les abattre : enfin une vérité !

Vérité aussitôt atténuée par divers commentaires d’une vaste salle consacrée à la torture (par l’armée française) où l’on explique savamment, en se référant à la conquête, que «la violence exacerbée du F.L.N. répond à la violence coloniale initiale» (sic), que «les mutilations spectaculaires renvoient le pouvoir colonial à ses propres violences» (re-sic).

On y présente d’ailleurs des photographies d’un Jean-Philippe Charbonnier, publiées sous le titre de «torture ordinaire», en précisant quand même, par un scrupule tardif, que l’on ne connaît pas l’origine ni les circonstances de ces photos !

Le tout conforté par une interview télévisée, tournant en boucle, de Mme Raphaëlle Branche, qui répète à l’infini ses thèses sur la torture et ses accusations, pourtant déniées par des décisions de justice.

Enfin, insiste-t-on sur le rôle des médias officiels de l’époque, qui «donnent une image négative et caricaturale du F.L.N.».

D’autant plus que les malheureux combattants du F.L.N. sont dix fois moins nombreux que l’armée française, qu’ils vont pourtant tenir en échec, malgré les impressionnants moyens de celle-ci.

charnier
armée française en Algérie

Le terme de «rebelle» est d’ailleurs relativisé par les guillemets dont il est systématiquement accompagné, puisqu’il s’agit, dans l’esprit des organisateurs, de véritables résistants. De même, la «pacification» est également encadrée de guillemets, puisqu’elle n’est en fait que le fruit de la propagande déployée par l’armée française.

En revanche, l’utilisation par le F.L.N. de véritables films de montages (tel que celui de la Fox Movietone, par exemple, où l’on voit un gendarme français abattre tranquillement un algérien, tel un perdreau) relève des opérations d’information réalisées par le F.L.N. pour défendre sa cause.

D’ailleurs, comme il convient d’accréditer l’idée d’un soulèvement général, bénéficiant du soutien massif de la population algérienne, on explique aux visiteurs que seuls 180 000 français de souche nord-africaine ont servi dans les rangs de l’armée française, en omettant soigneusement de comparer ce chiffre aux effectifs des combattants ralliés, de gré ou de force, à l’A.L.N.

Il est douteux que, en dehors de quelques images éparses, les anciens d’Algérie se retrouvent dans cette exposition. Mais il est certain que les jeunes maghrébins du «9-3» pourront y trouver une raison supplémentaire d’en vouloir à la France, car ils trouveront reconnue, dans le sanctuaire historique de l’armée française, la preuve que le combat de leurs pères était juste, qu’il répondait à une aspiration de leur peuple à l’indépendance et qu’il répondait à un nationalisme constamment exprimé depuis le débarquement de Sidi-Ferruch et accru par le manque de reconnaissance de la France, notamment à l’issue de la Première Guerre mondiale, où les soldats de souche nord-africaine ont été abondamment mis à contribution.

Ces jeunes du 9-3 (et d’ailleurs…) trouveront enfin une légitime fierté à voir des termes arabes passés dans la langue française et que l’on invite les jeunes visiteurs à identifier en… écriture arabe, histoire de leur montrer que si la France n’a pas réussi à faire de l’Algérie une province française, l’inverse est en train de se produire !

Voilà où mène la volonté iconoclaste de mélanger imagination et histoire, de confondre histoire des faits et histoire des représentations de ces faits.

Voilà où mène le souci de privilégier l’image au détriment du texte historique : le fil directeur de l’exposition est en effet fourni par la BD de Jacques Ferrandez (qui est par ailleurs d’une excellente qualité graphique) ou par le film «Les Chevaux du soleil» d’après l’œuvre romanesque de Jules ROY, au risque de laisser dans les esprits des «images» fruits de l’imagination artistique mais pas de l’histoire.

jacques-ferrandez
le dessinateur Jacques Ferrandez

Ce qui est quand même le comble pour un établissement baignant dans l’Histoire de France…

On laissera cependant le dernier commentaire à un personnage de la BD, harki s’adressant à son officier en train de lire, avec admiration, une vie d’Abd-el-Kader : «Je ne comprends pas, mon Lieutenant. C’est vous, les Français, qui donnez à vos ennemis l’importance qu’ils ont… Vous aimez vos ennemis plus que vous-mêmes !»

Oui, si j’étais fils ou petit-fils de «fell», j’aurais apprécié cette exposition.

Général (2S) Henry-Jean Fournier

 

livre-blanc-armeefrancaise

 

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 12:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

vendredi 10 août 2012

le point de vue de Khalil Oudainia

290437_le-president-algerien-abdelaziz-bouteflika-lors-d-une-ceremonie-le-9-avril-2009-a-alger

 

 

l'Algérie après 50 ans de l'indépendance

l'impact de l'histoire sur la relation complexe

et controversée avec la France

le point de vue de Khalil OUDAINIA

 

Dans le cadre d'une série d'articles d'histoire concernant l'Algérie colonisée, j'ai voulu commencer par la fin, analyser les résultats, avant de revenir aux origines, durant la présence française en Algérie, en essayant, le plus possible, d'écarter mes opinions politiques, pour faire une analyse, le moins politisée possible, en collaboration avec le site Études Coloniales, auquel j'ai choisi de participer, surtout, je dis bien surtout, puisqu'il contient un nombre d'analyses, que je considère d'esprit colonialiste.

Cela suscitera un débat, que j'espère constructif. Il sera un jour répandu à une plus grand échelle, sans dénigrement ni péjoration, mais aussi pour son ouverture d'esprit et l'ensemble d'avis variés qu'elle contient.

En tant que jeune algérien, j'ai grandi dans un esprit de doute envers tout ce qui vient de la France, je me suis habitué à être sceptique et même hostile aux politiciens français, en accusant les ministres et les hommes du pouvoir algérien d'être pro-français et de serviteurs de la France, avant mon repentir, si je puisse le nommer ainsi ou prise de conscience, tout étant en même temps, pour l'apprentissage de la langue française, un grand admirateur de la culture française. Pour la petite histoire, je regardais la plupart du temps les chaînes de télévision française, par rapport aux chaînes arabes et anglophones.

De plus si j'avais eu le choix entre l'étude dans une université algérienne ou française, j'aurais certainement choisi la française. On peut donc parler de relation controversée envers notre France bien-aimée.

2291573

Pourquoi cette contradiction, qui trouve audience à mon avis chez une grande partie des jeunes algériens?

En fuyant librement dans l'histoire non officielle de l'Algérie, j'ai été stupéfié à la découverte de beaucoup de vérités qu'on nous a jamais dites. Et au contraire, desquelles on nous apprenait des falsifications. Je pense que beaucoup d'historiens qui se sont consacrés à l'histoire de l'Algérie ont pu bénéficier de leur existence dans les deux rives de la Méditerranée, Benjamin Stora, Henri Alleg, etc. ; je n'ai pas eu cette occasion.

Par contre, je pense qu'étant fils d'une école d'histoire officielle, révolté par la suite, me donne la possibilité d'une vision particulière à l'histoire de l'Algérie ; privilège que j'essaierai d'exploiter le plus utilement possible.

J'ai découvert combien de français, qui ont aidé le FLN, étaient emprisonnés, torturés et même tués pour l'indépendance de l'Algérie.

Comme j'ai découvert les atrocités faites par d'autres français, également, militaires surtout, et les tortures qui peuvent être traitées de toutes les qualifications, notamment dans les autobiographies si différentes de la grande histoire des évènements politiques.

J'ai compris que le FLN n'était pas seul à combattre l'armée française, mais que d'autres fractions le faisaient aussi (MNA, Communistes, …), desquelles on contestait la légitimité de le faire, pour des raisons qui peuvent être justifiées à l'époque, au nom de l'unité de l'action, et la guerre fratricide pour gagner le devant de la scène ! FLN-MNA.

fln

 

J'ai aussi découvert que durant l'invasion française en 1830 - sous le prétexte fallacieux du coup de l'éventail - il y avait des compagnies d'indigènes, ainsi qualifiées à ce moment, qui combattaient à côté de l'armée française au cours de la conquête.

RaczynskiAleksander
lors de la conquête de l’Algérie s’est formé le premier bataillon de zouaves
(500 hommes), majoritairement composé de kabyles

Les massacres des Harkis et des Européens d'Algérie après le 19 mars et le 5 juillet 1962.

Et également les écrits des historiens, notamment des Algérianistes de l'autre côté de la Méditerranée d'une autre histoire si différente et parfois raciste envers des indigènes à qui ils ont amené la civilisation et la prospérité !

J'étais impressionné par le fait que l'indication des massacres contre les indigènes passait toujours au deuxième plan, et par la contestation des chiffres, notamment des morts, chiffres dont j'admets qu'ils sont fortement à reconsidérer pour se libérer des exagérations faites, mais en même temps constater que la réduction des chiffres exclura toute thèse de crime ou de massacre !

Je ne serai d'aucune courtoisie pour cette part ou l'autre, on n'est pas ici pour faire plaire, ou juger, c'est pour ça il se pourrait bien que j'aie des adversaires intellectuellement parlons, algériens et français également, mais c'est un prix à payer.

smala

J'admets que le dicton "Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire" est très juste, mais seulement pour un moment et non pas éternellement comme on essaie de faire en Algérie. Après cinquante ans, je pense que nous avons atteint un certain niveau de maturité qui permet de relater l'histoire de "l'Algérie française" sans complexe, même si cela peut-être difficile, notamment la découverte que la révolution n'était pas si sainte comme on le faisait comprendre.

Je ne vais pas faire le procès des officiels algériens d'après l'indépendance ; ils ont opté pour un choix concernant la présentation de l'histoire algérienne, que je peux comprendre en partie, notamment avec les circonstances d'un pays dévasté par la guerre contre une force déterminée à anéantir la rébellion, même si cela conduisit à détruire le pays, et une courte guerre fratricide après 1962 (les vérités concernant l'histoire du Gouvernement Vichy en sont un exemple clairvoyant), mais je ne vois pas la raison pour laquelle les responsables d'aujourd'hui continuent à le faire!

Le fait historique est omniprésent dans la conscience algérienne, en ce qui concerne l'attitude vis-à-vis de la France, même chez les plus analphabètes qui ne connaissent même pas le groupe des 22 ou 23, selon la divergence des historiens, qui a déclenché l'insurrection.

Il est difficile à beaucoup d'algériens d'admettre que les indépendantistes étaient une minorité bien écartée et que c'est les évènements du Constantinois (1945) qui ont fait basculer beaucoup de partisans de l'assimilation (modérés), comme on les appelait à ce moment, vers l'approche de l'indépendance.

colonisation_algerie-352c7

Donc l'Algérie pouvait bien être  française pour plus de temps. C'est à peu près ce qu'a dit le ministre des affaires étrangères algérien, qui est l'objet d'une compagne de dénigrement à cause de ce que tout le monde ressent et ne peut le dire publiquement.

Ce n'est pas que l'Algérie n'allait pas vers l'indépendance, mais les choses pouvaient se dérouler autrement, comme c'est le cas dans toute histoire certainement. Mais il y eut ce code d'indigénat qui séparait la société en deux classes, supérieure et inférieure, les événements de mai 1945, la séparation entre ces deux communautés que peu de choses reliaient.

Personnellement, en écrivant sur ces sujets, je sais que je pourrai bien être, l'objet d'une campagne de qualifications de traître, serviteur de la France, et de francophile, mais cela ne me surprendra nullement, car l'Algérie est une jeune nation. N'oublions pas que la Suisse présentée comme modèle de liberté et de civilisation, a connu deux guerres civiles atroces avant d'atteindre ce stade, et nous avons beaucoup devant nous pour apprendre à s'accepter les uns et les autres.

Il va sans dire, que je ne me vois pas comme détenteur de la seule et unique vérité historique, car c'est clair qu'il y a beaucoup de ressources que je n'ai pas pu consulter ; d'où la critique de mes visions et analyses est très possible, et je suis prêt à en débattre.

P1010002 copie
archives d'Outre-mer à Aix-en-Provence

Cette analyse ne contienne pas tant de faits historiques, mais j'ai considéré qu'elle est nécessaire pour la compréhension de la suite.

C'est pour dire que l'éclaircissement de certains points qui restent peu connus dans cette histoire, en Algérie notamment, influencera et pourra même modifier les relations franco-algériennes, de deux communautés liées à jamais par cette histoire commune, douloureuse et ambitieuse au même temps.

L'histoire en Algérie n'est pas une illusion, laissée pour des romanciers rêveurs ; bien qu'elle n'ait pas connue et ne fait pas l'actualité, en tant que faits substantiels, elle marque indirectement, en la pensée des nouvelles générations, les relations de l'Algérie avec le monde extérieur.

Le cas de la réaction, individuelle et populaire, dans le cas de l'intervention de l'OTAN en Libye est révélateur. Le fait historique est essentiel et ce n'est nullement à cause de quelconque soutien à l'ancien régime libyen.

Certainement la position du gouvernement s'appuie sur d'autres prétextes, que ce champs n'est pas approprié à les analyser.

Ainsi, loin d'une démarche de victimisation, qui peut être utilisée légitimement ailleurs, mais pas dans l'analyse historique, l'examen nous ouvrira des champs larges à exploiter.

Mon prochain article sera intitulé : ce qu'on ne dit pas à propos de la relation des chefs rebelles algériens avec l'administration française.

Khalil Oudainia
7 août 2012

 

 

archive-carte-postale-coloniale

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 19:12 - - Commentaires [77] - Permalien [#]

jeudi 9 août 2012

d'Acadie au Massachusetts au XVIIIe siècle, Adeline Vasquez-Parra

grand_derangement

 

 

l’accueil des exilés acadiens

suite au Grand-Dérangement dans la colonie

du Massachusetts de 1755 à 1775

Adeline VASQUEZ-PARRA

 

résumé

Cet article se concentre sur l’exil forcé des Acadiens dans la colonie du Massachusetts suite au Grand-Dérangement en 1755 et plus particulièrement sur leur accueil par les autorités et la population. Il fait ainsi état de la vision de la société puritaine au travers de la presse et des dénominations linguistiques utilisées à leur encontre : cet exode nous apporte-t-il une première approche de la perception des Anglo-américains vis-à-vis de l’immigration ?

L’article s’attardera également sur le discours juridico-politique et aussi sur l’intégration des Acadiens à la société coloniale anglaise afin d’y singulariser les attitudes et le langage utilisé dans la désignation du groupe. L’insertion de ces centaines de réfugiés acadiens dans les relations de travail et familiales sera aussi abordée. Au final, peut-on déceler une évolution dans l’accueil de la population acadienne au sein de la colonie du Massachusetts de 1755 à 1775 ?

- lire l'article

235px-Deportation_of_Acadians_order,_painting_by_Jefferys
lecture de l'ordre de déportation
tableau de Charles William Jefferys

 

acadie_large

 

grand_derangement-1

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 15:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]