arton57

 

notes et remarques de lecture

général Maurice FAIVRE

 

1. Le livre d’Alain Michel, historien franco-israélien, Vichy et la Shoah, souligne les erreurs énoncées par le Président de la République dans son discours sur la rafle du Vel d'Hiv.

La décision était celle des autorités d'occupation et le crime celui des nazis. Ceci remet en cause la position de Chirac sur le même sujet.

2012

2. Le Président Chirac a commis une autre erreur au sujet de la répression de Madagascar en 1947, contrairement à ce que dit Gilles Manceron au colloque du Sénat du 30 juin-1er juillet.

Cette erreur a été relevée lors d'un débat que l'on peut consulter à l'Académie des sciences d'outre-mer ; elle est confirmée par le Contrôleur général des Armées Duval dont voici le résumé :

9782747523363

Eugène-Jean Duval, La révolte des sagaies, Madagascar 1947, L’Harmattan 2002, 363 pages.

Dans cet ouvrage très documenté, le Contrôleur des armées Duval remet en question les ouvrages et articles tendancieux publiés sur l’insurrection de Madagascar. Replaçant cette révolte dans le contexte d’une France affaiblie par les crises sociales et le conflit d’Indochine, il décrit la montée du nationalisme qui, avec le soutien du parti communiste, se réclame de la Charte de l’ONU.

Dans un territoire immense et sous-équipé, des centaines de Malgaches attaquent les fermes et les garnisons le 29 mars à minuit, sans réussir à récupérer plus de 360 armes à feu. Persuadés par les sorciers de leur invincibilité, ils s’enfuient aux premiers coups de feu et entraînent dans la forêt plus d’un million d’habitants. 150 européens, 120 militaires et 1.700 autochtones sont victimes de la tuerie. 485 villages sont incendiés.

Ne disposant que de 6.500 hommes dont 4.000 Malgaches, les autorités circonscrivent la zone insurgée en attendant les renforts de métropole, qui n’arrivent que fin juillet. Après destruction des campements, des postes militaires sont implantés dans la forêt et éliminent les chefs rebelles. Fin 1948 la population a regagné les villages.

5.100 rebelles ont été tués, et 5.400 civils sont morts de faim et de froid. Sur 44 condamnés à mort par les tribunaux militaires, huit sont exécutés. On est loin de l’accusation de génocide lancée par les anticolonialistes.

Peu à peu pacifié, le peuple malgache vote pour la Communauté française en août 1958 et devient indépendant, avec le soutien de la France, en juin 1960.

9782747523363

9782747523363_4_75

 

3. Gilles Manceron a commis d'autres erreurs dans son exposé. S'agissant du 8 mai 1945 et du 20 août 1955 en Algérie, il semble ignorer les ouvrages récents qui font autorité : ceux de Roger Vétillard, qui contredisent les erreurs de Jean-Louis Planche, Mauss-Copeaux, Lalaoui et Boumaza.

S'agissant de l'OAS, les travaux d'Olivier Dard devraient être cités.

Quant aux écrits de Denoix de Saint-Marc, ils sont d'une portée intellectuelle et morale qui ridiculisent les absurdités émises à son égard dans le bulletin de la LDH.

63438313

4. La lecture par Gilles Manceron du Livre blanc de l'armée française en Algérie (Contrepoint 2001) dont le manifeste a été approuvé par 520 généraux, est manifestement tronquée, comme le montre l'extrait ci-dessous. Le Livre blanc reconnaît en effet que l'élimination du terrorisme urbain a eu recours à des procédés moralement condamnables.

Le général Gillis l'a rappelé  :

«Certains, pendant la bataille d'Alger en particulier, ont été confrontés à un dilemme : se salir les mains en interrogeant durement de vrais coupables, ou accepter la mort certaine d'innocents. S'il y eut des dérives, elles furent marginales».

Il faut donc rappeler que cette pratique n'a pas été généralisée, et qu'à l'été 1957, le renseignement sur le terrorisme a été obtenu par pénétration des réseaux adverses. C'est ce qu'a reconnu Zohra Driff : «ces méthodes n'avaient plus cours quand j'ai été prise».

Maurice Faivre

9782262034993
Olivier Dard, publications

 

6337598_3567361

 

- retour à l'accueil