samedi 31 décembre 2011

traces coloniales dans le paysage français

9782859700447FS 

 

 

un guide raisonné,

plus qu’un discours historique sur la mémoire

Marc MICHEL

 

Robert ALDRICH, Les traces coloniales dans le paysage français, Monuments et Mémoires, Publications de la Société française d'histoire d’outre-mer, Paris, 2011 388 pages, index.

S’il fallait prouver la vitalité de de la Société française d’histoire d’outre-mer et l’intérêt des travaux qu’elle publie, ce livre en serait une des meilleures preuves.

Robert Aldrich, professeur d’Histoire européenne à l’Université de Sydney est déjà connu par des travaux remarquables sur l’histoire coloniale française. Le livre ici n’est pas vraiment organisé chronologiquement ; il se présente plutôt comme un catalogue systématique des œuvres de toutes sortes, statues et monuments, bien sûr, mais aussi les cimetières, les musées, les lieux de mémoire, même les commémorations etc… témoignant du passé colonial de la France. L’auteur s’adressait au départ à un public anglo-saxon à qui il voulait faire découvrir ce passé à travers les traces qu’on pouvait en trouver sur le territoire de la France métropolitaine : curieusement, il n’y inclue pas les départements d’outre-mer.

IMG_4733
statue de Francis Garnier, av. de l'Observatoire à Paris

Aussi son «invitation au voyage» (expression qu’il emploie lui-même) est-il plus une sorte de guide géographique et sa surprise a été, visiblement, de découvrir tant de lieux de mémoire en province… et d’une série de focalisations sur «des mémoires», celle de l’Algérie en métropole, celle de certains «héros», celle des musées et des expositions...

Les analyses de détail sont toujours intéressantes et très informées ; elles font une place importante aux débats du présent allant jusqu’aux controverses qui ont entouré la création du musée du Quai Branly et à celle du Musée de l’Immigration. On peut parfois se dire que certaines de ces analyses sont empreintes d’un caractère d’évidence un peu court, qu’on ne peut s’étonner que les musées coloniaux militaires aient été conçus comme des musées de glorification militaire (le Musée des Troupes de Marine se trouve dans l’enceinte des camps de Fréjus et puise ses origines dans  l’initiative d’Anciens de ces troupes), que les figures allégoriques de l’Asie et de l’Afrique aient été des femmes plus ou moins dénudées (la femme dénudée a été un poncif artistique) et que les «héros» aient été des hommes.

Reims monument (2)

Plus étonnant dans un livre aussi érudit, l’absence de certains monuments au profit d’autres, comme celle du fameux monument à la gloire des soldats noirs à Reims, qui fut le premier monument détruit part les Allemands en juin 1940 et dont un second exemplaire se trouve à Bamako. Il est vrai que  Robert Aldrich a pris soin de limiter son étude à des «traces» et au «paysage français».

On ne peut s’empêcher, cependant, de se poser une question de savoir quels ont été les monuments, les lieux de mémoire etc… dans les colonies elles-mêmes et quel a été leur destin.  L’ouvrage est sous-tendu par les controverses sur la mémoire de la guerre d’Algérie et la question de l’immigration ; ce sont évidemment les questions du présent. Il semble indiquer qu’une sorte de fièvre mémorielle coloniale – ou plutôt anticoloniale-  s’est emparée de de la France contemporaine ; peut-être en aurait-il fallu en relativiser l’importance par rapport à d’autres engouements mémoriels récents, la mémoire de la Grande Guerre, celle de la Résistance, celle de la Shoah etc… également «revisités».

La conception même de l’ouvrage ne permet pas de situer ces changements dans un développement historique ajusté à une périodisation ; l’ouvrage, remarquablement présenté, dense, accompagné de deux index et de photos, reste  une sorte de guide raisonné, plus qu’un discours historique sur la mémoire. L’absence de conclusion ne permet d’ailleurs pas de se faire une idée claire sur ce que l’auteur a tiré de son enquête et de sa position personnelle.  Bref, un livre érudit et utile, en particulier aux enseignants aux prises avec l’histoire locale.

Marc MICHEL

 _____________________________________________


 

quelques remarques au sujet

de la Mosquée de Paris

Michel RENARD

 

Robert Aldrich consacre quelques pages de son ouvrage à la Mosquée de Paris (p. 55-58). Il y commet quelques erreurs.

1) Il dit dabord que "dans les années 1890, les officiels musulmans de l'Afrique du Nord française expriment leur désir de faire construire une mosquée à Paris". Il n'existe aucune trace de cette demande. Le souhait fut alors exprimé par le Comité de l'Afrique française, présidé par le prince d'Arenberg qui a créé, le 8 mai 1895, un comité pour la construction d'une mosquée à Paris. Les membres de ce groupe avaient compris qu'une domination coloniale durable devait mettre de son côté la religion des "indigènes" et non entreprendre de l'éliminer. L'initiative fut relayée quelques années plus tard par la Revue Indigène de Paul Bourdarie dès 1906. En enfin par le ministère des Affaires étrangères qui mit en place les moyens institiutionnels pour faire aboutir le projet (constitution de la Société des habous des Lieux saints de l'islam en février 1917 et financement initial de l'opération).

2) Il dit plus loin que "les gouvernements coloniaux, notamment l'administration de Lyautey au Maroc, payèrent la plupart des frais de construction du bâtiment et fournirent des meubles...". Cela est faux.
Le Maroc n'a eu aucune part prépondérante dans le financement de la Mosquée de Paris. Je ne sais pas d'où vient cette affirmation... La France a voté une subvention de 500 000 francs (loi promulguée le 19 août 1920 par le président de la République), la Ville de Paris a voté une subvention de 1 620 000 francs (15 juillet 1920) destinée à l'achat du terrain, et des fonds ont été levés dans les pays musulmans colonisés par la France. Pour quels montants ? Le 22 mai 1925, à la séance de la Commission interministérielle des Affaires musulmanes, Si Kaddour ben Ghabrit "expose l'état d'avancement des travaux de la Mosquée de Paris dont l'achèvement a été prévu pour le mois d'octobre prochain. Il indique [que] les souscriptions consenties par les Musulmans de nos possessions et pays de protectorat sont à peu près recouvrées. Ces souscriptions se sont élevées, en chiffres ronds, à 3 250 000 francs pour le Maroc, 3 500 000 pour l'Algérie, 692 000 francs pour la Tunisie, et 240 000 francs pour les autres colonies françaises" (archives du Ministère des Affaires étrangères, Levant, 1918-1940, Arabie-Hedjaz, volume 33 : Pèlerinage à la Mecque, 1922-1927).

3) S'appuyant sur une référence à Neil MacMaster, Robert Aldrich affirme que "la plupart des 60 000 Nord-Africains vivant à Paris ne fréquentaient pas la Mosquée". Rien n'est vraiment établi sur ce point. Il n'y a aucune source. Il est probable que la fréquentation quotidienne ne devait pas être très nombreuse, tout simplement parce que les immigrés étaient des travailleurs non libres de leur emploi du temps quotidien (contrairement aux étudiants, retraités, commerçants baissant le rideau... ou chômeurs d'aujourd'hui...). Mais lors des fêtes (aïd el-Sgheir, aïd el-Kebir), l'affluence était impressionnante, les immigrés algériens venaient de la banlieue parisienne à pied pour assister à la prière et aux cérémonies. La piété n'est pas en cause, seulement les disponibilités matérielles.

4) Robert Aldrich note, enfin, que "ces dernières années, l'Institut musulman a ressenti les secousses des conflits postcoloniaux, relatif notamment à l'influence de certains pays sur ses dirigeants et sur les différents courants islamiques au sein de ses activités. Le recteur de la Mosquée est le chef du Comité national islamique établi en 2003 et le chef quasi officiel de la communauté musulmane en France".
Confusion généralisée. La Mosquée de Paris est depuis le début des années 1980 sous la coupe financière et institutionnelle de l'État algérien. L'islam en France, sous sa forme organisée, est sous la domination des affiliations nationalitaires (Algérie, Maroc, Tunisie, Turquie...), des organismes internationaux du type Tablîghî Jamâ'at ou Frères Musulmans, courants salafistes et autres, ou encore des confréries africaines. Le Conseil Français du Culte Musulman créé en 2003 sous l'initiative de Nicolas Sarkozy n'est qu'une coquille vide... Il s'occupe plus de politique que de culte. Le recteur de la Mosquée de Paris n'est pas considéré comme le "chef de la communauté musulmane en France"... sauf par le ministère de l'Intérieur... et encore...

Il était aisé de vérifier tous ces points par la lecture de l'ouvrage collectif Histoire de l'islam et des musulmans en France du Moyen Âge à nos jours, Albin Michel, 2006 ; réédité en Livre de poche, "Pochothèque" en 2010.

Michel Renard

 mosquée de Paris angle des rues

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 01:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


vendredi 30 décembre 2011

Philippeville, 1955

echo_alger_21aout55-9b796
L'Écho d'Alger, 21-22 août 1955

 

Philippeville et l’après 20 août 1955

Contribution à l’histoire

de la fin de l’Algérie française

Michel MATHIOT


Ce texte préfigure un ouvrage à paraître. Il annonce les questions principales posées aux archives, aux témoignages, et qui seront développées dans une monographie micro-historique de Philippeville, ses quartiers, ses banlieues et ses habitants au moment du 20 août 1955.

Plus de quatre-cent-cinquante récits individuels d’époque ou actuels, plus de 12 000 feuillets d’archives sont utilisés. Certains présentent un caractère unique. Partir du terrain et d’une analyse fine des archives et des témoignages pour en déduire une histoire locale, c’est introduire le genre micro-historique dans l’histoire de la guerre d’Algérie. Il s’agit d’établir des faits, ce qui n’a pas été effectué sauf de manière partielle ou globale.

elalia
enfants "européens", victimes des massacres du FLN

Au moyen d’informations longtemps demeurées secrètes ou non élaborées, il s’agit de compléter l’étude de Claire Mauss-Copeaux dans ses deux ouvrages et de montrer la logique politico-militaire qui, à un moment donné dans le creuset philippevillois, a permis que les événements se déroulent de cette manière, de poser la question des responsabilités de centaines de morts à Philippeville, mais également de l’évolution catastrophique du conflit. À cet effet nous ne ferons pas l’économie d’une étude historique de Philippeville en perspective sur l’année 1955.

Dans la nuit du 1er novembre 1954, les «événements» d’Algérie émettent leurs premiers soubresauts. L’Algérie commence une guerre avec d’un côté des armes de civils : police, gendarmerie, justice, juste ce qu’il faut de militaires en temps de paix, et quelques maquisards de l’autre. Elle a connu différents régimes politiques pour le compte d’une intelligentsia travailleuse et fière de ses racines, d’un petit peuple non moins laborieux et d’une volumineuse population indigène qui s’en remet à ses choix. Cet ensemble en équilibre instable avait survécu à divers soulèvements en cent-vingt-quatre ans. Depuis le 1er novembre, la rébellion dure tant bien que mal.

Philipeville panorama

Entre le massif de l’Edough au levant et celui de Collo au couchant, voici Philippeville, commune de près de 70 000 habitants sur la côte où Français musulmans et Européens se répartissent à égalité, à dominante européenne en ville. Bâtie sur les flancs d’un ravin nord/sud, la ville débouche sur l’étendue fertile de la plaine du Saf‑Saf. De part et d’autre se font face le Skikda, avec l’hôpital à l’Est, le Bou Yala avec la porte des Aures à l’Ouest, qui communique avec un autre ravin : le Beni-Melek où se blottissent des villas et, plus au fond, des fermes et des mechta.

Philipeville allées Barrot
Philipeville, allées Barrot

 

Vers le sud, une route prolongeant la rue Clemenceau conduit au stade municipal par les allées Barrot, une autre traverse en oblique le faubourg de L’Espérance et le Montplaisant vers Constantine. Un peu plus loin, le djebel Soubouyou forme un V entre les routes de Valée et de Saint‑Antoine, avec le cimetière musulman abandonné de Zef-Zef, la mechta des «Carrières Romaines» et des fermes européennes du même nom.

Philipeville rue Clemenceau

Vers l’Est, La plage de Jeanne-d’Arc s’étend sur plusieurs kilomètres jusqu’à la mine de fer d’El‑Alia où les ouvriers besognent dans un isolement total.

Philippeville Béni-Melek
Philippevile, le ravin des Beni-Melek

 

const

cliquer sur l'image pour l'agrandir

Des événements graves sont en gestation, et vont se dérouler dans ce chef-lieu d’arrondissement dont le calme est largement perturbé depuis le début de l’année. De quels événements s’agit-il ? Des massacres, il va y en avoir. Oui, mais lesquels ? Quels ont été les ressorts de ces massacres ? Quels drames les habitants de Philippeville et de ses banlieues vont-ils vivre dans les rues, les maisons, les fermes et les mechta, dans leurs biens et dans leur chair ?

Plus que des faits qu’il faut établir dans toute leur dureté, ce sont des sentiments de peur, de revanche et de violence qu’il faut ne pas oublier, dans toute leur cruauté. Entre la «loi d’urgence» du 3 avril 1955 et le départ du gouverneur général Jacques Soustelle le 9 février 1956, "l’après 20 août" à Philippeville sert de catalyseur à la guerre et fournit, en quelque sorte, un passeport pour l’exode.

 

L’attaque

Le 20 août en début de matinée un barrage de feu est déclenché à proximité des «Carrières Romaines» par une patrouille de police, dépêchée sur renseignement au-devant de colonnes de «hors-la-loi» se dirigeant vers la ville avec armes et fûts d’essence. À la mi-journée, le restant de ces colonnes populaires pénètre dans la ville, venant de Valée, des «Carrières Romaines», et du Beni‑Melek par la porte des Aures et le Montplaisant.

Cette foule vient grossir les insurgés dissimulés dans des caves et précédemment infiltrés. Environ six-cent personnes munies de serpes, de couteaux, bâtons et divers instruments tranchants avancent, canalisés par des hommes du FLN en armes et en nombre plus restreint. La caserne Mangin aux portes de la ville et le bâtiment du commandant d’Armes, les commissariats de la police d’État et des Renseignements Généraux sont harcelés.

caserne Mangin 1956caserne Mangin en 1956, à Philippeville

La gendarmerie du Faubourg est attaquée, ainsi que les petites rues du quartier des Aures sur les hauteurs vers la vieille enceinte fortifiée. Des maisons sont assaillies, des voitures incendiées, des magasins pillés. Des dizaines de plaintes instruites en sous-préfecture permettent de reconstituer l’ambiance de cet après-midi. Les Européens surpris se jettent dans des abris, ou sont pris à partie, battus, blessés, voire tués dans la rue. L’armée, déjà alertée, mais dont les effectifs étaient ce jour-là réduits, riposte assez rapidement dès le début de l’après-midi, et fait feu dans un discernement relatif. En revanche, pour le passant ignorant la réalité la surprise est totale. La presse et les archives font état d’une progression des «actes de terrorisme» depuis le début de l’année. Mais entre les «accrochages» dans le djebel ou le harcèlement de fermes isolées, et l’attaque surprise d’une petite ville européenne, il y a – pour le commun des mortels - un fossé à imaginer.

Les foules musulmanes qui ne se sont pas échappées finissent par être stoppées, puis rassemblées. Pour d’autres, c’est un combat sans merci qui se livre jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Il est de coutume de se livrer au dénombrement de victimes. Se battre sur des chiffres, les uns faibles et précis, les autres vagues et volumineux, n’est pas le but de cet article où nous les évoquerons en quantité relative. Nous traiterons ultérieurement cet aspect qui prendra en compte les victimes recensées de toute origine et statut social. Quelques morts dus aux attaques et à la riposte immédiate sont comptés parmi les Européens et les forces de l’ordre, plus d’une centaine chez les Français musulmans. L’hôpital recueille des victimes de toute origine, pris en charge par le personnel médical présent à Philippeville ce jour-là.

À la même heure plusieurs troupes FLN d’une quarantaine d’hommes prennent El‑Alia en tenaille, rejointes par des mineurs et villageois, formant une foule d’environ 500 personnes. Les Européens sont attaqués à l’arme blanche. Il y a des femmes et des enfants dans la rue et les maisons. Certains se réfugient, se barricadent, se terrent immobiles dans des remises, des buissons. Des enfants se font liquider sur place. Les destructions sont massives. Ici aussi, la population civile est attaquée par surprise. Des hommes affolés, ayant conservé par‑devers eux quelques armes, tirent et déclenchent une spirale infernale déjà bien engagée car, face à cette maigre défense, les assaillants ripostent en redoublant de sauvagerie, se livrent à des atrocités.

67118235
atrocités commises par le FLN contre des enfants

Des femmes sont poignardées dans le dos, des hommes sortis de leur cache également. Les photos montrant des corps mutilés - particulièrement des enfants alignés sur la terre battue - prouvent la violence employée par les insurgés. Entre temps la troupe est intervenue grâce au directeur de la mine, "marathonien miraculé" arrivé au pas de course à travers bois et dunes au camp Pehau, centre d’instruction militaire à dix kilomètres sur la plage. Aidée de l’aviation, elle riposte en anéantissant les insurgés attardés sur le terrain, abandonnés par les maquisards en fuite. Le beau livre de témoignage de Louis Arti (1) restitue l’atmosphère et les sentiments des humains assiégés et terrorisés, ayant perdu trente-cinq de leurs proches.

Les pertes officielles et publiées pour le Nord‑Constantinois sont de soixante-et-onze Européens civils, vingt-et-un Français musulmans, trente-et-un des forces de l’ordre, et il serait intéressant de brosser un tableau de l’insurrection dans son ensemble car d’autres localités sont attaquées, et l’événement va affecter le destin de l’Algérie toute entière. Nous choisissons d’en décrire l’épicentre philippevillois, archétype des modes de violence outrancière, et d’essayer de les expliquer.

Roger Vétillard prépare la publication d’un livre faisant le tour de la question (2). Nous disposons à ce jour des informations fournies sur le Nord-Constantinois par l’enquête pionnière du journaliste Yves Courrières (3) et l’article fondateur de l’historien Charles-Robert Ageron (4) tous deux décédés, ainsi que de l’ouvrage novateur de Claire Mauss-Copeaux (5). Les autres auteurs n’ayant fait – sauf exception - que se recopier les uns les autres.

cimetiere_philippeville
cimetière de Philippeville

 

Les origines

Il est possible que les Français ne partagent pas avec leurs anciens compatriotes algériens le même système de décodage des événements, les mêmes valeurs de référence. L’indigène observe ses conditions de vie à travers le prisme de la richesse, de la justice et de la reconnaissance, et se repose sur ses élites et ses élus. Et c’est dans un précaire équilibre que vogue ce vaste vaisseau de ligne des Français musulmans – "une majorité rurale qui n’était pas en contact avec les Français" (6) - jusqu’à ce que certains, déçus de la politique, se mettent à la barre dans l’intention de donner, en ultime recours et dans la violence, un brutal coup de gouvernail.

Mais, la petite corvette des Européens n’est pas non plus épargnée par les alea de la politique. Le petit peuple pied-noir aussi se repose sur ses élites et ses élus. Il a ses problèmes et n’a la force de s’occuper de la «misère du monde». Tacitement, il consent - comme l’ont fait avant lui ses ancêtres - à cette Société où il vit. "L’Algérie, dans son fonctionnement quotidien, était faite pour [lui]" (7). Des écarts de niveau de vie et d’instruction, de responsabilité ou de justice, il en vit lui aussi. Il ne choisit pas un modèle de Société qui pourrait être différent.

16"Européens" d'Algérie (Oran)

Le Statut de l’Algérie a huit ans d’existence. Aux yeux des élites françaises musulmanes il reste "gangrenée" par l’injustice du «double collège» électoral : une voix européenne valait neuf voix indigènes. Depuis le début de l’année les «actes de terrorisme» ne cessent pas. Le législateur invente «l’état d’urgence» pour le constantinois. Pour être à même d’opposer à ces «actes de terrorisme» une riposte efficace, la loi donne pouvoir à la police et à l’armée pour régler rapidement des situations ordinairement examinées par des juges. D’autre part, aux «hors-la-loi» n’est pas reconnu le statut de combattant lorsqu’ils sont faits prisonniers. Enfin, la récente directive militaire sur la «responsabilité collective» entraîne inévitablement des injustices, en condamnant des populations innocentes de crimes, seraient-elles néanmoins sympathisantes du FLN.

En ce printemps 1955 la «rébellion» totalise quelques centaines d’hommes dans la Zone II de Constantine (future wilaya II), traqués par les paras de Ducourneau. La logistique des maquis n’est pas celle de l’armée française. Les fellagha sont sans bases ni nourriture, sans ressources ni armes et sans liaisons. C’est une caricature, mais il y a beaucoup de vrai.

La «révolution» s’essouffle. En face, le gouverneur Soustelle annonce des réformes. Des élites musulmanes dites modérées vont se voir proposer des discussions, danger majeur aux yeux des chefs FLN dont le but de guerre est l’indépendance. Les efforts déployés par ceux qui ont déclenché le 1er novembre ne sont pas reconnus internationalement. Et surtout manque l’adhésion du peuple indigène qui se montre indécis, effrayé et au mieux attentiste, et qui ne fournit pas le moteur essentiel à une guerre de maquis.

images
Zighoud Youssef

C’est au chef de la Zone II, Zighoud Youssef, que revient l’élaboration de la stratégie : grossir les rangs en mobilisant le peuple, trouver gîte et nourriture, capter les ressources des paysans, chercher de l’armement, effrayer les «modérés», se donner un statut dans le concert des nations. Et avant tout, se mouvoir dans le bled "comme un poisson dans l’eau", en enrôlant une population à l’existence précaire et pouvant tout attendre de ceux qui se présentent comme ses sauveurs.

L’idée de base est qu’une bonne stratégie est une stratégie gagnante à long terme, devrait-elle imposer à court terme d’importants dégâts dans les deux camps : Provoquer une levée en masse aux yeux de tous en relançant un conflit qui se meurt, pour passer de «l’acte de terrorisme» à la «guerre de libération». Pour parachever son dessein politique, Zighoud fait coïncider les attaques avec le deuxième anniversaire de la déposition du Sultan du Maroc (20 août 1953). Enfin, il a peut-être répondu à un appel à l’aide des chefs de l’Aures pour détourner vers d’autres cibles les pilonnages de l’armée française, pilonnages constituant en eux-mêmes un appel à la violence.

Mais qu’est-ce que le 20 août ? Des «massacres» seulement ? Claire Mauss‑Copeaux défend la thèse de l’insurrection primant sur « les massacres ». Aucun des papiers saisis dans la sacoche de Zighoud Youssef le jour de sa mort en septembre 1956, et dont nous avons consulté une traduction retrouvée dans les archives, ne vient accuser ce dernier de massacres prémédités à finalité politique.

En attaquant non plus des fermes isolées, mais une ville européenne, l’A.L.N. de Zighoud Youssef a voulu montrer au monde qu’elle existait. Mais cette question de l’origine des massacres des Européens mérite de rester en discussion car a contrario dès le mois de juin 1955, alors que le chaudron commençait à bouillir, un rapport des RG de Constantine accrédite la thèse de la préméditation. Pour autant les autorités françaises, aveuglées, manipulés ou non par le FLN, vont reproduire de manière contre‑productive des erreurs déjà commises dix ans plus tôt.

 

Les ripostes

Il faut revenir à Philippeville, car «le 20 août», ce n’est pas le 20 seulement. Ce n’est pas non plus El-Alia seulement. Le «20 août» n’est pas terminé. Celui de Zighoud Youssef est fini. Celui des Français commence.

La riposte a consisté - on l’a vu - à essayer d’étouffer l’attaque en début de matinée : la mechta des «Carrières Romaines» a été neutralisée dès les premiers quarts d’heures. Puis dans les rues tous les efforts se sont portés sur les tireurs et les foules qui ne se s’étaient pas échappées. La caserne Mangin, le stade Cuttoli (le stade municipal), se remplissent sous surveillance militaire. Selon des témoignages des GMC chargés de prisonniers sillonnent les rues. Dans le stade municipal sont alignés les cadavres d’hommes tombés dans les combats de rue. Des camions transportent des prisonniers en direction du djebel Soubouyou qui domine le stade municipal.

À deux kilomètres de la route de Saint‑Antoine, un chemin mène au cimetière de Zef-Zef. Les hommes sont poussés le long des fosses creusées par le bulldozer de l’Ecole d’Agriculture et de Viticulture. À la vue des armes automatiques dirigées vers eux, ils meurent - eux aussi - dans des hurlements de terreur, semblables - dans le même malheur - aux victimes d’El‑Alia. La vulgate mémorielle conserve le stade municipal comme lieu emblématique d’exécutions sommaires et de charnier. Est-ce la réalité ? Aucune source ne le mentionne, contrairement à Zef-Zef. Paul Aussaresses ne valide d’exécutions ni sur le stade ni à Zef-Zef, mais reconnaît la création de la fosse.

À part ses confessions il n’est jusqu’à présent fait mention d’aucune archive détaillant les pertes. Des sources d’époque restées secrètes permettent d’approcher la réalité, de se mettre dans la peau des hauts décideurs de l’époque. Pour l’ensemble du Nord‑Constantinois les historiens se contentent avec dépit d’une "fourchette" de mille-deux-cent soixante-treize (chiffre officiel) à douze mille (chiffre du FLN). Il y eut à Philippeville et sa banlieue cinq cent tués en tout, avec des femmes et des enfants. La description de la mechta martyre faite par le reporter du MONDE, qui a fait l’objet d’une polémique sur laquelle nous ferons la clarté, est aussi éloquente que celle des rescapés d’El-Alia. Elle a le mérite d’exister et d’avoir provoqué le lever d’un voile. Pour autant, les faits révélés grâce à sa présence ainsi que celle de l’envoyé spécial de l’Humanité n’ont pas été retenus par la postérité. Le nombre, la qualité des victimes de la mechta et les circonstances de sa destruction ne sont pas publiés, mais ils seront approchés à l’aide de l’extraordinaire capacité d’archivage de l’administration française.

Au Beni-Melek, la mechta de la Prise d’eau est détruite le 23 et tous les hommes sont enlevés sans espoir de retour. À la Cité Indigène au Faubourg, des dizaines d’habitations sont incendiées. Avec les «Carrières Romaines», ce sont les lieux authentiques de la répression touchant les habitations, leur contenu et leurs occupants : des baraques en dur, des gourbis avec le mobilier, les effets et objets personnels, l’argent et les papiers, ainsi que les réserves alimentaires sont détruits.

Des plaintes évoquent des fusillades mortelles et des enlèvements. Notre monographie s’attachera à entrer pour la première fois dans le détail de cette micro-histoire qui a touché plusieurs dizaines de familles nommément désignées, soit plusieurs centaines de personnes. Entre-temps, c’est dans une atmosphère délétère, mélange de désespoir, de terreur, de ressentiment et de menace que se déroulent le 23 les obsèques européennes devant le cimetière de Philippeville. On n’a pas retrouvé à ce jour et à notre connaissance de récit faisant état d’enterrement des morts indigènes du 20 août.

Du côté d’El-Alia, les reporters de presse n’ont pas laissé de trace. Le gendarme de la brigade des recherches de Philippeville a immortalisé les corps massacrés dans des photos universellement connues. Hormis ces photos les archives sont pour le moment muettes et les sources jusqu’alors utilisées sont exclusivement orales. Mais des rapports inexploités et des archives privées vont permettre de compléter les analyses de Claire Mauss-Copeaux. La découverte de charniers à Filfila et les allusions de l’ancien commandant Aussaresses tendent à attester le scénario de représailles, officiellement autorisées - il faut le rappeler - par l’état d’urgence. Il y eut à El-Alia de deux-cent à trois-cent tués (dont une soixantaine de prisonniers exécutés dans la foulée et une centaine quelques jours plus tard).

Philippeville en 1950
Philippeville en 1950

La poursuite du «nettoyage» n’est pas terminée dans la région. Les opérations de répression dans le Nord‑Constantinois, liées aux événements du 20 août, sont supposées prendre fin vers le 28, si l’on se réfère à une directive sibylline du général Lavaud en date du 26 : «[…] toute action de représailles y compris aérienne risquant mettre en cause vie femmes et enfants sera soumise à décision personnelle général commandant division» (9). Avant cette date les militaires avaient les mains libres. Nous appuyant sur des sources restées secrètes, nous réfléchissons au déroulement du processus de décision dans l’esprit du gouverneur général Soustelle et des généraux de l’état-major entre le 20 et le 26 août. Nous aboutirons à une répartition plus juste des responsabilités que celle ayant habituellement cours dans les écrits sur le 20 août.

Poser des chiffres disponibles et mettre à plat les responsabilités, c’est permettre une petite avancée de l’Histoire, une fin de deuil pour les familles des victimes innocentes et oubliées, et tous les exilés de cette guerre. Plus qu’une journée, le 20 août c’est une semaine. Plus qu’une mine, c’est une ville. Plus qu’un mort, c’est dix morts. Le 20 août est un marqueur essentiel de la guerre en Algérie. On ne peut évoquer les enfants et les femmes égorgés d’El-Alia sans connaître les femmes et les enfants exécutés des «Carrières Romaines» ; les mineurs abattus sans les paysans fusillés de Zef‑ZEF ni les hommes disparus de la Prise d’eau, dont les familles attendent toujours l’acte de décès.

Car si les égorgés ont droit à notre compassion, les fusillés ont droit à la vérité. Les balles des FM français, pas plus que les autres, ne savent faire de différence entre les innocents et les autres. La presse a rendu compte en février et mars 1958 de quinze condamnations à mort sur quarante-quatre prévenus par le tribunal militaire. Le rapport du légiste reconnu erroné, et, plaidant les aveux obtenus sous la torture, les avocats obtinrent le renvoi en cassation. Le jugement du 1er décembre 1958 a maintenu deux condamnations, commuées plus tard en réclusion. Aux yeux de la justice, les «tueurs d’El-Alia» n’en étaient pas.

La semaine du 20 août, ce sont des massacres à analyser ensemble, en perspective historique. Celui d’El-Alia, les fellagha n’ont pas su l’éviter. Celui de Philippeville les Français non plus. La violence est toujours idiote. L’Algérie n’a-t-elle été «soldée» par les Français eux-mêmes ? Les uns depuis des décennies par égoïsme et négligence, les autres depuis cette semaine du 20 août par absence de maturité politique ? L’envoi du contingent et l’élargissement de l’état d’urgence firent le reste. En septembre, les élus du deuxième Collège quittèrent la séance à l’Assemblée Algérienne, estimant ne plus être en mesure de représenter la République aux yeux de leurs mandataires. La violence politique s’empare désormais de la partie la plus massive de la population d’Algérie. Dans la «motion des 61» - soixante-et-uns élus indigènes protestataires - est inscrit «l’exode» de 1962. Dans l’intervalle, tout fut péripétie, sanglante, coûteuse et inutile.

 

Michel MATHIOT
20 août 2011

 

1 - Louis Arti, EL HALIA, Comp’act, 1997.
2 - Roger Vétillars, Le 20 août 1955, D’El Halia à Aïn Abid, Constantine et Philippeville : un tournant dans la guerre d’Algérie, ouvrage à paraître en 2012 aux éditions Riveneuve
3 - Yves Courrières, La Guerre d’Algérie, T2, Le temps des léopards, 1969.
4 - Ch.-Robert Ageron, « L’insurrection du 20 août 1955 dans le Nord-Constantinois. De la résistance armée à la guerre du peuple », in La guerre d’Algérie des Algérien, 1954-1962, A. Colin, 1997.
5 - Claire Mauss-Copeaux, Algérie, 20 août 1955, Insurrection, répression, massacres, Payot, 2011. Voir également notre critique dans Etudes Coloniales du 4 août 2011.
6 - Mohammed Harbi, El Watan, 26 mai 2011, cité dans LDH Toulon, Les deux rives de la Méditerranée, 30 mai 2011.
7 - M. HARBI, op. cit.
8 - « […] les séparatistes espèrent qu’une répression ‘’sévère et aveugle’’ s’ensuivra et qu’ils pourront, grâce à la complicité du Parti Communiste et d’une certaine presse métropolitaine ‘’monter l’affaire en épingle’’ sur le plan international […] » (ANOM, Préfecture de Constantine, 93 5Q/228, Police des Renseignement Généraux, Constantine, 8 juin 1955).
9 - ANOM 93/424, 93/177, ainsi que Cl. Mauss-Copeaux, Appelés en Algérie, La parole confisquée, Paris, Hachette, 1998, p. 175.

 

 Philippeville quartier arabe
Philippeville, quartier arabe, carte postale ancienne postée en 1905

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:33 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

jeudi 29 décembre 2011

fonds d'archives André Mandouze

 h_9_ill_1042416_andre-mandouze
André Mandouze

 

fonds d'archives André Mandouze à Lyon

Gilbert MEYNIER

 

Cher(e)s ami(e)s,
Je ne pense pas vous avoir informés de la mise à la disposition des chercheurs du fonds André Mandouze ("De résistance en résistances") qui a été confié au Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation (14 avenue Berthelot, 75007 Lyon), dirigé par Madame Isabelle Doré-Rivé.
Ce fonds est important pour les chercheurs, autant ceux qui s'intéressent à l'itinéraire de ce grand latiniste et historien de l'Antiquité (1916-2006) qu'à la résistance durant la 2e Guerre, ainsi que ceux qui travaillent sur la guerre d'indépendance algérienne, sur les réistances qu'elle a suscitées (notamment de la part d'A. Mandouze, cf. Consciences Maghrébines, etc.)
Je me permets de vous donner ci-dessous le site web sur lesquels vous pouvez consulter ce fonds.

Bien cordialement,   
Gilbert Meynier

http://www.chrd.lyon.fr/static/chrd/contenu/pdf/ressources_histo/32000INVENTAIRE-MANDOUZE.pdf

 

 000152918

 

- lien vers le site : http://www.chrd.lyon.fr/chrd/sections/fr/ressources_historiqu/archives_et_collecti/archives

 

9782204070904FS 

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 27 décembre 2011

génocide en Algérie : la Turquie devrait faire son mea culpa

n47033795839_2306945_2331876
Kheir Din Baba Arroudj (Barbe Rousse)

 

 

Algérie :

la Turquie a la mémoire courte

 Bernard LUGAN

 

Les déclarations du Premier ministre turc, Monsieur Erdogan, à propos du «génocide» que la France aurait commis en Algérie, relèvent à la fois de l’hystérie verbale et de la plus grotesque manipulation historique. De plus, Monsieur Erdogan est bien mal placé pour parler de «génocide» en Algérie, région qui fut durant trois siècles une colonie ottomane sous le nom de Régence d’Alger (Wilayat el-Djezair en arabe et Gezayir-i Garp en turc), et dans laquelle les janissaires turcs s’illustrèrent par leurs méthodes particulièrement brutales et expéditives.

En 1520, Sidi Ahmed ou el Kadhi fut le premier résistant kabyle à la colonisation turque, réussissant même à s’emparer d’Alger et forçant le chef de bande Khar ad-Din Barberos à se replier à Djidjelli.
En 1609, les Kabyles vinrent battre les murs d’Alger puis, entre 1758 et 1770, ce fut toute la Kabylie qui se souleva. Au début du XIX° siècle, plusieurs autres insurrections se produisirent, notamment entre 1805 et 1813, puis en 1816 et enfin en 1823.

Il en fut de même dans l'Aurès où les Chaouias réussirent à interdire toute présence effective du pouvoir ottoman. Constantine fut un cas à part car les Ottomans y avaient de solides alliés avec la tribu des Zemoul, ce qui n’empêcha pas les autres tribus kabyles de se soulever régulièrement.

Tous ces mouvements furent noyés dans le sang, à l’image de ce qui fut la règle en Libye : «La force est employée à la turque : les colonnes de réguliers, Turcs et Couloughlis, usent du sabre, du fusil et du canon, brûlent récoltes et villages, s’emparent d’otages, empalent et décapitent, exposant par dizaines les têtes coupées. L’usage de la force démontre la résolution du maître et l’irréversibilité de la situation» (1).

violence ottomane
Dans la Régence d’Alger, les Turcs pratiquèrent une ségrégation institutionnalisée, la politique de l’élite dirigeante militaro administrative ottomane étant d’éviter de se dissoudre par mariage dans la masse de la population. La violence ottomane ne s’exerça pas uniquement contre les populations locales. Quelques exemples :

- Le 27 mai 1529, après un siège de trois semaines, les 25 survivants de la garnison espagnole qui défendait le fort construit dans la baie d’Alger capitulèrent contre la promesse qu’ils auraient la vie sauve ; or, leur chef, le comte Martin de Vargas, grièvement blessé, fut massacré à coups de bâton par les soldats turcs.
- Le 20 juillet 1535 Khayr ad-Din Barbaros lança un raid sur l’île de Minorque, aux Baléares, enlevant plusieurs centaines de captifs, hommes, femmes et enfants qui furent vendus sur le marché aux esclaves d’Alger.
- En 1682, après que le Dey eut déclaré la guerre à la France, l’amiral Duquesne se présenta devant Alger où les Turcs massacrèrent le père Jean Le Vacher, consul de France, en l’attachant à la bouche d’un canon (2).
- En 1688, pour lutter contre les pirates, le maréchal d’Estrées bombarda Alger et plusieurs captifs français furent également attachés à des canons.

wp18fdc0c1_0f
1683 : captifs chrétiens massacrés par les obus
 
La piraterie constitua jusqu’au début du XIXe siècle le cœur de la vie politique et économique de la Régence turque d’Alger. Il s’agissait bien de piraterie et non de Course puisque les raïs, les capitaines, n’obéissaient pas aux règles strictes caractérisant cette dernière. La recherche historique a en effet montré que son but n’était pas de s’attaquer, avec l’aval des autorités, à des navires ennemis en temps de guerre, mais que son seul objectif était le butin.
À l’exception du raïs Hamidou, tous les acteurs de cette piraterie étaient des Turcs, de naissance ou renégats, aucun n’était d’origine algérienne.

Ceci étant, deux choses doivent être claires :
1) Les lois mémorielles (loi Gayssot, loi Taubira et autres) interdisent et assassinent la recherche historique et c’est pourquoi tout historien sérieux doit exiger leur abrogation.
2) Les politiques n’ont pas à encadrer l’Histoire ; quant aux députés, au lieu de voter des lois mémorielles électoralistes, ils feraient mieux de se préoccuper du sort des Français qui les ont élus. Mais, comme le disait Charles Maurras : « À quoi songe un élu ? À être réélu ».
Bernard Lugan
23 décembre 2011

 

1 -  Martel, A., «Souveraineté et autorité ottomane : la Province de Tripoli du Couchant (1835-1918)». Université Paul Valéry. Montpellier, en ligne.
 2 - En 1830, après la prise d’Alger, le canon surnommé la «Consulaire», fut envoyé à Brest où il se trouve actuellement.

 

- source : blog de Bernard Lugan

 Bernard-Lugan-281p

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 03:14 - - Commentaires [257] - Permalien [#]

lundi 26 décembre 2011

tirailleurs africains en Bretagne

 couv_cadre_-2-af227

 

Nous n’avions jamais vu de Noirs

 

- 300 tirailleurs africains en Centre-Bretagne
Trévé, 1944-1945

Fin 1940 environ 80 000 prisonniers «indigènes», venant des colonies et territoires extérieurs à la métropole, vivent dans les camps de la France occupée. Fin 1944, 300 tirailleurs sénégalais sont placés dans un camp à Trévé, une petite commune des Côtes d’Armor, gardés par des F.F.I.... Des témoins de l’époque livrent leurs souvenirs...

Cet ouvrage rend hommage à ces hommes injustement traités et oubliés et à ces habitants qui les ont accueillis avec humanité. Il évoque une Histoire qui se veut universelle.

Extrait de la préface de Noël Lagadec :
Lors de la dernière Guerre mondiale, comme en 1914 la France a fait appel aux populations coloniales. En 1940, les prisonniers métropolitains sont massivement envoyés en Allemagne au service de l’économie du pays. Pour ce qui concerne les prisonniers coloniaux, aussi appelés «indigènes», les Allemands imposent leur transfert vers la France occupée. Ils craignent outre les contacts raciaux, la propagation de maladies comme la tuberculose et des maladies tropicales transmissibles.

Les prisonniers sont des militaires et ont donc droit à leur solde. De plus les Allemands les utilisent dans les usines ou entreprises travaillant pour l’économie de guerre. Solde et salaires plus ou moins réguliers, cumulés de septembre 1939 à fin 1944 font que de nombreux indigènes pouvaient à la fin de la guerre espérer se retrouver à la tête de sommes importantes.

Les autorités décident que ces pécules seront reversés à chacun au moment de la libération.

Vers 1942, les Allemands remplacent les sentinelles par des militaires français issus de l’Armée d’Armistice dissoute mais aussi des fonctionnaires de l’administration civile... De prisonniers de guerre des Allemands, les «indigènes» se retrouvent prisonniers des Français aux côtés de qui ils ont combattu. Cette situation dura jusqu’au débarquement des alliés en juin 1944 sans régler le retour au pays.

En 2010, Armelle Mabon, historienne universitaire, sort le livre Prisonniers de guerre indigènes. Visages oubliés de la France occupée. On y apprend que le 3 novembre 1944, 2000 tirailleurs sénégalais sont à Morlaix attendant d’embarquer sur un navire anglais pour être rapatriés. 300 refusent d’embarquer tant qu’ils n’auront pas perçu, comme promis, la totalité de l’argent qui leur est dû. Jusqu’au 11 novembre, ils vivent dans un grand hangar sur de la paille et quelques uns sont hébergés par des particuliers. Le 11 novembre, après quelques troubles, une centaine de gendarmes et des F.F.I. interviennent. Ils rassemblent les tirailleurs, faisant 6 blessés, et les dirigent vers Trévé où le camp abandonné depuis août est disponible...

Fin 2010, à la demande de la section Loudéac centre- Bretagne de la Ligue des droits de l’Homme soutenue par la municipalité de Trévé, des recherches de témoignages ont été entreprises. Des articles dans la presse locale et régionale ont semble-t-il provoqué des discussions dans les familles, les réseaux d’amitiés et ravivé les mémoires. Une trentaine de Trévéens de l’époque ont raconté ce qu’ils avaient vu et vécu. Chacun a perçu cet "épisode" à sa manière.

Notre objectif n’était pas de reconstituer des faits exacts ou de remplacer des documents inexistants mais seulement de fixer des souvenirs sur cette page d’histoire méconnue.


COMMANDE :

Le livre est disponible (8 € - 70 pages)

PDF - 94.3 ko
Bon de commande à imprimer


Aux Editions Récits
les Yeux des Rays
22150 Langast
- Téléphone : 02 96 26 86 59
- Mail : jerome@vosrecits.com
(LIBRAIRES, COMMANDE PAR MAIL, merci !)

 

 - contact vers le site de l'éditeur

P1013409-blog 

 

Trévé-11-11-2011-005
inauguration de la stèle de Trévé, M. le Maire, Joseph Collet

 

Trévé-11-11-2011-Mr-le-Maire-A
intervention d'Armelle Mabon, historienne

 

- source des deux photos précédentes

 

jpg_Prisonniers

 - vidéo : Armelle Mabon explique sa démarche de recherche sur les prisonniers de guerre coloniaux

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 07:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


dimanche 25 décembre 2011

cartes de l'Afrique du Nord en 1956

 

 cartographie du Maghreb colonial

 

Editions Gandini

19 octobre 2011
intro

Nouveau : Cartes de l'Afrique du Nord à grande échelle (1/250 000) de 1956

 

Les cartes détaillées anciennes de l'Afrique du Nord, de l'Algérie en particulier, sont excessivement rares et quasiment introuvables dans leurs éditions originales. Images et Cadres, enseigne du groupe Serre Éditeur, propose des retirages en couleurs de ces superbes documents, tous antérieurs à l'indépendance.

ni30-10

L'Algérie en 45 feuilles 55 x 70 cm

 

La Carte de l'Afrique du Nord au 1/250 000 a été dressée au début des années 50 par l'armée américaine (Army Map Service) à partir de diverses sources, telles les cartes de l'armée espagnole pour le Maroc espagnol, ou de l'IGN et du SGA pour les zones sous administration française. Composée de 378 feuilles, elle couvre la quasi-totalité du Maroc (33 feuilles), de l'Algérie (45 feuilles, Sahara non compris), de la Tunisie (21 feuilles), de la Libye et de l'Égypte, plus Madère, les Canaries et Malte. Dans l'immense majorité des cas, en AFN, ce sont les noms français qui ont été reportés. D'une échelle confortable (10 cm pour 25 km), parfaitement lisible, elle inclut bien sûr la totalité des communes, mais aussi les hameaux et un grand nombre de domaines, fermes et établissements agricoles. Destinée à un usage avant tout militaire, elle fait aussi une large place aux édifices défensifs, forts, borjs et autres fortifications mis en place par l'armée française dès les débuts de la colonisation.
En savoir plus >>>

 

 - cliquer ici pour voir toutes cartes en détail

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 08:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 24 décembre 2011

pas de génocide français en Algérie

archive-guerre-algerie-ain-sefra-legionnaires

 

Guerre en Algérie :

"dure mais pas d'idée génocidaire"

Yves LACOSTE

 

Yves Lacoste, "père" de la géopolitique française et historien revient sur les accusations de génocides en Algérie portée par Recep Tayyip Erdogan (source)

 
Guerre en Algérie : Yves Lacoste

D’ailleurs, le FLN au pouvoir n’a jamais parlé de génocide...

Le nouveau gouvernement algérien de l’indépendance aurait pu en effet porter plainte aux Nations Unis et dénoncer un génocide de fait. Il ne l’a pas fait tout en menaçant périodiquement de porter de telles accusations, notamment lorsqu’il y eu des crises pour la nationalisation du pétrole. Le gouvernement français n’a pas été mis en accusation et le FLN a toujours veillé à pas se laisser déborder par ça. Cela s’explique par le fait que le gouvernement algérien a tenu dès l’indépendance à renouer des liens avec la France.

Et lors de la conquête de l’Algérie par la France à partir de 1830 ?

Dans la partie occidentale de l’Algérie, la conquête a été extrêmement dure, à la différence de la partie orientale. Là-bas, les militaires français se sont dans l’ensemble entendus avec les chefs de tribu mise à part lors des combats pour la prise de Constantine. Dans la partie occidentale, Abdelkader, homme remarquable, a eu affaire à des militaires français laissés sans ordre depuis Paris. Certains généraux français, dans les années 1833-37 ont signé ses accords et livrés à Abdelkader un grand stock d’armes. On aurait pu s’orienter vers une entente avec lui.

cavaliers_rouges_aek-3c84b
cavalier arabe à l'époque d'Abd el-Kader

Mais...

Malheureusement, certains généraux arrivés par la suite, notamment Bugeaud, ont démenti leur prédécesseurs. Le territoire reconnu à AbdelKader a été envahi, celui-ci a donc considéré que c’était une violation des accords et a repris la guerre.

Et donc, que s’est-il passé ?

Le maréchal Bugeaud a mené une politique de la terre brulée qui a pris des formes de génocide dans l’ouest de l’Algérie.
En 1830, la population de l’Algérie était sans doute aux alentours de 3 millions d’habitants. En 1870, on en dénombre 2,5 millions. Les famines, dont certaines sont causés par l’incendie des terres, ainsi que les épidémies expliquent cette chute démographique, ainsi que les opérations de Bugeaud...

Pensez-vous que la loi votée hier au parlement soit une bonne chose ?

Je déplore que des députés de droite et de gauche pour se faire bien voir de l’opinion et des Arméniens dont les descendants sont nombreux en France votent une telle loi. Ils auraient mieux fait de décider la création en France d’un centre de recherche sur ce qui s’est passé dans l’empire ottoman et particulièrement en Arménie.

Quand les politiques veulent imposer une vision de l’Histoire, les historiens le déplorent. Les historiens juifs dont les familles ont été victimes d’un génocide voulu par les nazis disent aussi qu’il ne faut pas s’embarquer dans une législation qui interdise les proclamations antisémites. C’est aux intellectuels d'empêcher la négation des génocides, pas à la loi. Si on commence à dire que la loi décide du déroulement de l’Histoire passée, on arrive à des régimes dictatoriaux.

Yves Lacoste

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 18:44 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

mercredi 21 décembre 2011

peuplements et des migrations plurielles de l’Afrique du Nord

 

maison_chimie

Journée du 12 décembre 2011

Le lundi 12 décembre 2011, la Fondation pour la mémoire de la guerre d’Algérie, des combats du Maroc et de Tunisie, présidée par Monsieur Claude Bébéar, a organisé une journée d’étude, ayant pour thème : «les peuplements de l’Afrique du Nord : une histoire de migrations plurielles» ...

- http://www.fm-gacmt.org/actualites/49-journee-du-12-decembre-2011.html

_________________________________________


un colloque prometteur

Maurice FAIVRE

 

La Fondation pour la mémoire de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie a tenu le 12 décembre  2011 son premier colloque, consacré à l’histoire des peuplements  et des migrations plurielles de l’Afrique du Nord.

Après l’accueil du président Claude Bébéar, qui rappelle la mission de la Fondation, les débats du matin sont dirigés par l’ambassadeur honoraire Frédéric Grasset, qui  fait appel à la compréhension de l’histoire et de ses enjeux.

Dans son exposé inaugural, le politologue Yves Lacoste montre que la croissance démographique du Maghreb, contrariée par le paludisme et par les luttes tribales, est en voie de stabilisation.

Le marocain Youssef Bokbot fait remonter à l’âge du cuivre l’origine préhistorique du Maghreb, illustrée par les sépultures de l’art rupestre. Le professeur d’Aix Salem Chaker montre ensuite que la berbérité est un élément de permanence et de continuité. Madame Rouvillois-Brigol fait un exposé savant sur le peuplement du Sahara, lié à l’irrigation et aux échanges commerciaux. Chantal Bordes-Benayoun de l’université de Toulouse montre ensuite l’ancienneté de l’implantation juive et sa progressive occidentalisation.

Les débats de l’après-midi, modérés par le Préfet Benmebarek qui fut l’initiateur de la Fondation, abordent d’abord les problèmes de migration. Le professeur Gérard-François Dumont de Paris IV souligne l’évolution historique qui va de la piraterie barbaresque aux grands travaux de Bugeaud, à la colonisation de peuplement  et aux migrations de travail vers l’Europe.

Les professeurs marseillais Jean-Jacques Jordi et Gérard Crespo décrivent les mélanges de population dus aux migrations d’Espagnols et d’Italiens. Abderrahim Hafidi de l’Inalco montre comment l’Islam s’est imposé au Maroc à des tribus montagnardes jalouses de leur indépendance ; il a enfin exprimé le vœu d’une évolution démocratique du printemps arabe.

Concluant les débats, le philosophe JF Mattéi souligne l’ambigüité de la colonisation qui n’élimine pas les inégalités et ne développe qu’imparfaitement une culture commune.

En conclusion, il faut reconnaître que contrairement aux inquiétudes de certains historiens, il était possible d’ouvrir un dialogue avec des intellectuels de différentes origines, sans tomber dans les excès de la guerre des mémoires. Le partage des mémoires reste sans doute un vœu inaccessible, alors que les échanges entre historiens de bonne foi sont possibles et prometteurs.

Maurice Faivre
le 20 décembre 2011

 

histoire_btantiquite_btmoyenage_bt

moderne_btcolonisation_btconflit_bt

 

 - retour à l'acueil

Posté par michelrenard à 16:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 20 décembre 2011

festival films guerre d'Algérie à Paris

Festival film Algérie Paris
cliquer sur l'image pour l'agrandir

 

parti-pris cinématographique sur

la guerre d'Algérie ?

général Maurcie FAIVRE

 

Je vous invite à lire les documents ci-joints concernant la commémoration par la Mairie de Paris du 50e anniversaire du cessez-le-feu en Algérie.
N'étant pas un expert en cinéma, j'aurais besoin des avis des cinéastes compétents. Je constate que la plupart des films programmés par l'Espace parisien sont des films pro-FLN, anticolonialistes, antimilitaristes, écrits par des déserteurs ou des porteurs de valises, interdits de diffusion.
Schöndorfer et Les centurions sont ignorés, ainsi que les DVD de Marcela Feraru, Alain de Sédouy, Hélie de St Marc et Charly Cassan.
Quant aux conférenciers, ils se signalent pas leur parti-pris.
Je suis surpris que l'UNC et le Conseil scientifique aient cautionné ce programme.
J'attends vos avis. 
Maurice Faivre
090617012657237736

______________________________

ESPACE PARISIEN HISTOIRE MEMOIRE GUERRE D’ALGERIE

Le Comité parisien de la FNACA formule en novembre 2004 le souhait de créer à Paris cet Espace. Soumis aux groupes politiques de l’Hotel de ville, ce projet est approuvé  en 2006 et présenté par madame Christienne, ajointe au Maire, aux cinq associations d’anciens combattants (ACPG-CATM, ARAC, FNACA, UDAC Paris, UNC) qui s’engagent à collaborer. Les statuts sont adoptés en 2008. Madame Christienne est remplacée par madame Vieu-Charier, ajointe PC chargée de la Mémoire. Un comité scientifique est constitué avec MM Frémeaux, Jauffret, Lefeuvre, Meynier, Pervillé et Vaïsse.

Un premier colloque est organisé le 19 mai 2009 et ses Actes publiés en 2010.

Le Président d’honneur est de l’ARAC, le Président Laurans et le Secrétaire général Louvel sont de la FNACA. M.Bayle de l’UNC est vice-président.

Le 20 décembre 2011, une conférence de presse a présenté le programme de commémoration du 50e anniversaire du Cessez-le-feu, comprenant :

- le 19 janvier, une avant-première du Festival des images,

- du 24 janvier au 2 février, un Festival des images organisé par Jean-Yves de Lépinay au Forum des images (Forum des Halles),

- le 20 mars une pièce de théâtre Bab’El Porte présentée par la compagnie Métis d’Angers,

- du 19 au 21 octobre un Festival des Ecrivains organisé par Denys Pryen de l’Harmattan,

- du 1er décembre au 8 janvier, une exposition sur «Paris et la guerre d’Algérie», organisé par Daniel Lefeuvre.

X

FORUM DES IMAGES

Le but est de présenter «des films significatifs d’une diversité d’origine et de points de vues». Les films documentaires ou de fiction ont été privilégiés (à l’exception des documentaires historiques), visant à «construire une mémoire partagée». Le Festival comprendra également des conférences d’historiens, des rencontres avec les cinéastes et des journées d’études sur les médias et la guerre. Le programme est joint ci-dessous..

 

aures2

 

lledo

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 16:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 19 décembre 2011

le livre de Lounis Aggoun

Couve_200-ANS-Recto 

 

 

l'Algérie aux mains des D.A.F. ?

(déserteurs algériens de l'armée française)

présentation du livre de Lounis Aggoun

Maurice FAIVRE

 

Lounis Aggoun,  La colonie française en Algérie. 200 ans d’inavouable. Rapines et péculats, éd. Demi-Lune, 2010, 603 pages, 23 €.

LounisAggoun

 

Le journaliste indépendant Lounis Aggoun, militant des droits de l’homme, complète son livre de 2004 sur la Françalgérie, crimes et mensonges d’État, en nous livrant une thèse révisionniste sur la nouvelle colonisation de l’Algérie par le clan des déserteurs de l’armée française (DAF).

Son ouvrage ne cache aucune des horreurs de la conquête et de la guerre d’Algérie, la guerre totale visant à l’extermination (partielle) de la population par le criminel de guerre Bugeaud et l’abominable Yussuf, la paix des cimetières qui a suivi la révolte de Mokrani, l’armée barbare de Foccart et le commando du sinistre Georges, un ramassis de dégénérés (sic). L’auteur reconnaît cependant l’humanisme des Bureaux arabes, dont il observe les successeurs parmi les porteurs de valises, auxquels il assimile Alleg, Teitgen, Bollardière, et Mauriac .

La prévarication de l’État français sur les richesses de l’Algérie dure depuis 200 ans. Elle commence en 1830 en faisant main basse sur le trésor de la casbah ; tel est le but du débarquement, qui va permettre à la famille Schneider d’implanter la sidérurgie au Creusot. La spoliation se poursuit par la razzia des terres et des troupeaux, par la mainmise des colons sur l’économie algérienne, par le développement de complexes industriels ruineux à Annaba et Arzew, par le contrôle des banques, l’exploitation du pétrole et de l’eau (CGE).

deGaulle
De Gaulle en Algérie en 1959

Ce néocolonialisme a pour origine une manœuvre machiavélique du général de Gaulle, qui aurait encouragé la désertion de 500 officiers et sous-officiers, lesquels ont noyauté l’État algérien dès qu’il fut indépendant. Parallèlement, on apprend que la DST contrôle la Fédération de France du FLN, et qu’il s’établit une connivence dans l’Aurès entre l’armée française et l’ALN. Cette politique expliquerait l’échec de l’affaire Salah, le soutien accordé par l’ambassadeur Jeanneney à Ben Bella (dénonciateur de ses complices en 1951, d’une médiocrité affligeante), la poursuite dans le secret des expériences nucléaires.

L’aide au régime autoritaire algérien fut poursuivie par tous les gouvernements français : Chevènement, l'intrigant Pasqua, l’aventurier Mitterrand, Balladur et Sarkozy, avec la complicité des intellectuels bien pensants (BHL, Glucksmann, Sifaoui) et les commentaires mensongers de TF1 et Antenne 2.

La montée en puissance des canailles du DAF (Déserteurs de l'Armée française) commence par la visite de Bouteflika au prisonnier Ben Bella, instrumentalisée par Larbi Belkheir (et Hervé Bourges) dans le but de confisquer la révolution algérienne. Les DAF organisent ensuite le coup d'État de Boumediene (le serpent) en 1965 et sont majoritaires dans le Conseil de la Révolution. La classe moyenne est prolétarisée, les femmes asservies, la presse  étatisée. Larbi Belkheir manipule Chadli en 1975, puis Bouteflika en 1999.

La corruption se généralise dans les années 1970, le crime (1) politique dans les années 1980, l’éradication dans les années 1990. La Sécurité militaire est devenue une école à tuer avant de se transformer en Département du renseignement et de la sécurité (DRS) sous la direction des généraux Mohamed Mediene (alias Toufik) et Smaïl Lamari. Contrôlant le GIA, le DRS est responsable du massacre de Benthala ; les terroristes d’AQMI au Sahara sont sous sa coupe.

Cette évolution mafieuse est cependant contrariée par des retours de manivelle : la sidérurgie prise en main par les Indiens de Mittal, le pétrole par les compagnies américaines, l’infrastructure et le commerce par les Chinois. Après la mort de Belkheir et Lamari, le criminel de guerre Mediene est devenu le cerveau du régime et joue la carte américaine.

La vérité historique revendiquée par Lounis Aggoun s’appuie sur des témoignages innombrables (dont le mien). Elle semble ignorer cependant des historiens qui permettraient de la nuancer : J. Marseille et D. Lefeuvre, G. Pervillé, J. Frémeaux, B. Stora et J.-P. Brunet .

Maurice Faivre
le 26 décembre 2010

 

1 - La criminalité de l’État algérien a des antécédants : la purge de la bleuïte par la wilaya 3, l’élimination d’Amirouche par Boumediene, l’exécution des officiers disssidents par des colonels fascistes et analphabètes. Elle se poursuit par l’épuration des élites à partir de 1962, la disparition du colonel Chabou, l’assassinat de Krim Belkacem et Mohamed Khider, de Boudiaf, de l’avocat Mecili et du chef de la police Ali Tounsi, des moines de Tibehirine… etc... etc.

______________________________________________

 

 1-2380
Lounis Aggoun

L’AUTEUR (présentation de l'éditeur)

Ardent défenseur de la vérité, Lounis AGGOUN est avant tout un militant des droits de l’homme. Journaliste indépendant, fin connaisseur des relations entre la France et l’Algérie, il a coécrit, FRANÇALGÉRIE, Crimes et mensonges d'États, (La Découverte, 2004), un livre majeur qui révèle les dessous de la «sale guerre». Le présent ouvrage jette un regard novateur sur quelques-uns des épisodes les plus sombres de l’histoire commune de ces deux pays, de la conquête coloniale jusqu’à aujourd’hui.

Couve_200-ANS-Recto

RENVERSANT (présentation de l'éditeur)

Une longue et tumultueuse histoire commune unit la France et l’Algérie en des relations fusionnelles. Se basant sur les travaux de nombreux historiens, de journalistes et de témoins, cet ouvrage apporte une grille de lecture radicalement nouvelle en allant jusqu’au bout de la logique. Faisant fi de la langue de bois, l’auteur développe un ensemble de thèses proprement explosives.

En 1962, une nouvelle forme de colonisation a commencé en Algérie, qui conserve les aspects les plus sombres de la précédente. La révolution est à peine née que débute l’élimination des dirigeants de valeur, compétents et intègres. Une petite clique d’officiers s’appuie alors sur une frange des révolutionnaires pour s’emparer graduellement du pouvoir. D’éliminations politiques en assassinats, se concentre au sommet de l’État ce que le pays nourrit de plus néfaste. L’Algérie devient un État terroriste. Aux deux bouts de la chaîne, en amont et en aval de la spoliation à grande échelle, se trouvait un homme, Larbi Belkheir, l’un des architectes de la confiscation du pouvoir en 1962 et le promoteur en 1999 du régime présidé par Bouteflika.

larbibelkheir68
Larbi Belkheir en 1968

En décidant d’envahir l’Algérie, la France a-t-elle apporté Les Lumières ou l’incendie ? La colonisation a-t-elle eu un caractère positif ou génocidaire ? De Gaulle a-t-il offert l’Indépendance ou bien a-t-il plongé le pays dans un cauchemar dont celui-ci n’arrive pas à sortir ? Les Algériens ont-ils réellement accédé à l’Indépendance ou furent-il dès le départ piégés par les aventuriers entourant le général ?

Boumediene a-t-il succombé à une mort naturelle ou fut-il empoisonné par les DAF, ces déserteurs de l’armée française dont il bridait les ambitions ? Le pouvoir qui lui succéda était-il souverain ou contrôlé en sous-main par un clan d’agents de la France (Hizb França) derrière Chadli ? L’assassinat d’Ali Mécili par la Sécurité Militaire algérienne s’est-il accompli en dépit des forces de l’ordre dirigées par Charles Pasqua ou bien ce dernier a-t-il participé à l’élimination d’un des principaux opposants algériens ?

Quel rôle la France a-t-elle joué lors de la descente aux enfers de l’Algérie au cours de la décennie 1990 ? Le terrorisme islamiste est-il, comme le présentent les médias, un fléau contre lequel les services algériens et français ont combattu pour sauver l’Algérie de la talibanisation et la France de la contagion ? Ou est-ce une aubaine pour justifier le maintien du peuple algérien sous le joug, de sorte à légitimer le pillage des ressources ? Al-Qaïda au Maghreb islamiste est-il une «franchise» du couple infernal ben Laden/Zawahiri, ou ses commanditaires sont-ils installés au Club des Pins ? Qui sont les véritables maîtres de l’Algérie ?

Voilà quelques-unes des nombreuses questions auxquelles l’auteur tente de répondre, sans peur de briser les tabous, en dévoilant certains des aspects les plus noirs de la relation entre les deux pays. Au fil des pages, les mythes ne cessent d’imploser !

7io4alc0
Larbi Belkheir et le général Nezzar

De Napoléon à Sarkozy, de Talleyrand à Pasqua, du dey d’Alger à Larbi Belkheir, dans de fascinants et vertigineux allers-retours entre hier et aujourd’hui, ce livre retrace près de deux siècles d’une histoire aussi complexe que tumultueuse. En revisitant l’histoire récente de manière factuelle et très documentée, il ambitionne d’apporter, avec beaucoup de courage, une parcelle de vérité dans un océan de mensonges et de désinformation. Il est temps de faire la lumière sur les «pages glorieuses de la colonisation française», sur les drames de la guerre d’Algérie, tout comme sur la situation économique actuelle d’un pays tout entier dévoré par la prévarication.

 

- Lounis Aggoun présente son livre (vidéos)

______________________________________________

 

 

 

 ALGERIE-1962_original_large
Algérie, 1962 © Marc Riboud

 

Rania Saoudi

Interview Lounis Aggoun, La colonie française en Algérie. 200 ans d'inavoubale.

Lounis Aggoun est militant des droits de l’Homme et journaliste indépendant co-auteur de Françalgérie, Crimes et mensonges d'États (La Découverte, 2004) et auteur de La colonie française en Algérie. 200 ans d’inavouable. Il répond ici aux questions que chaque algérien est en droit de se poser. Il nous explique quelles sont les véritables relations entre la France et l'Algérie depuis "l'indépendance" jusqu'à aujourd'hui.

Q - Pouvez-vous nous expliquer quel est votre parcours ? Pourquoi avoir écrit ce livre ?

R - J’ai participé, avec Jean-Baptiste Rivoire, un confrère travaillant sur Canal+, à la réalisation de documentaires sur les événements récents en Algérie. Nous avons par exemple enquêté sur l’assassinat du chanteur kabyle Lounès Matoub, attribué un peu trop vite aux islamistes, alors que tout le monde dans la région savait qu’il s’agissait d’une élimination politique à laquelle ont participé des notables locaux. Nous avons constaté que l’impact d’un film, aussi important soit-il, dépasse rarement les semaines de sa diffusion ; il est ensuite vite oublié.

De là nous est venue l’idée d’écrire un livre pour réunir et graver dans le dur des vérités éparses ; donner quelques repères solides pour ceux qui souhaitent comprendre l’Algérie. Il s’agissait aussi de neutraliser l’argument facile selon lequel si la vérité n’est pas dite, c’est que personne ne la connaît. Or, la vérité, le monde politico-médiatique la connaissait, et c’est pourtant le mensonge officiel qui s’imposait chaque fois. Françalgérie, crimes et mensonges d’États, comme tous les ouvrages dérangeants, a subi une omerta totale. Tout ce que nous avions écrit était pourtant vrai, jamais démenti. Sur de nombreux sujets, il reste une référence, comme l’assassinat des moines de Tibhérine, les événements d’octobre 1988, la création des commandos terroristes, les attentats à Paris, etc.

France Algérie livre

Pour épais qu’il était, l’ouvrage laissait plusieurs questions en suspens. Dans 200 ans d’inavouable, je me suis efforcé de combler certaines lacunes et proposer une grille de lecture des événements depuis 1962 qui permet de mieux comprendre le malheur du peuple algérien. On ne peut rien construire sur le mensonge et l’occultation. L’un des non-dits qui bloquent toute connaissance sur ce pays et toute compréhension des enchaînements des événements porte sur la transition de 1962. Le tabou absolu, à l’aune duquel on sacrifie le peuple algérien et, de fil en aiguille, le peuple français aussi. La vérité est que le peuple algérien n’a jamais véritablement acquis son indépendance. Si l’on admet cela, alors tout devient clair. Si on refuse de façon intégriste cette réalité pourtant aveuglante, on fait le lit de toutes les aliénations qui minent le devenir des deux pays depuis demi-siècle.

En 1962, une colonisation brune (dans tous les sens du terme) s’est substituée à une colonisation blanche, qui reproduit à l’identique, parfois en pire (l’ancienne avait l’ambition de bâtir quand la nouvelle n’a eu de projet que de détruire), les pratiques coloniales. Cette vérité s’est dissimulée derrière l’éclat trompeur d’un tournant décolonisateur qui se résume au déracinement d’un million d’Européens d’Algérie, le rapatriement de l’armée française, avec les drames qui accompagnent de tels exodes, notamment pour les harkis et les pieds-noirs dans l’Oranais. Mais les Algériens eux, hormis de servir d’alibi magnifique, n’ont jamais acquis leur indépendance. Le seul vote, depuis 200 ans, où ils ont exprimé dans des conditions satisfaisantes leur opinion, a eu lieu le 3 juillet 1962.

Algérie 1962
Algérie, 1962

Q - Pourquoi la France n’a-t-elle pas donné son indépendance à l’Algérie comme elle l’a fait pour le Maroc ou la Tunisie ? Vous nous expliquez pourtant que dès 1947, le Général De Gaulle veut se débarrasser du «boulet algérien».

R - D’abord rien ne se donne. L’indépendance, la liberté, la souveraineté, le droit à la parole, cela s’arrache. Cela étant dit, l’Algérie était une colonie de peuplement. Ce n’était pas le cas au Maroc et en Tunisie. Après près d’un siècle et demi de présence française, plusieurs générations d’Européens d’Algérie ne connaissaient de la Métropole que de lointains échos dans la presse. L’Algérie était leur pays. Et puis il y avait les Juifs d’Algérie, qui étaient là depuis des millénaires, qui étaient des autochtones. Tous ces hommes et ces femmes ne pouvaient pas comprendre qu’il leur faille abandonner leur pays, leur terre, leur histoire, leur vie.

Imaginez les Français d’origine algérienne aujourd’hui ? Leur présence en France date d’un demi-siècle pour une grande majorité. Il serait inconcevable, eux qui sont nés en France, dont les parents sont parfois nés en France, qui n’ont pour certains aucune attache en Algérie, qu’un parti politique nationaliste et xénophobe qui accéderait au pouvoir crée les conditions de leur exode forcé, en quelques mois. C’est exactement ce qui s’est produit en 1962, sans que personne n’y trouvât à redire. La chose s’est déroulée en ces termes sans que le moindre débat n’ait eu lieu, au seul motif que c’était un «courant de l’histoire» auquel nul ne pouvait résister, «la décolonisation». Qui peut dire quel sera le mouvement de l’histoire demain ? En d’autres mots, la vérité sur ces questions s’impose non pas seulement comme un devoir d’histoire, mais comme un impératif d’actualité, pour éviter que les mêmes erreurs se reproduisent, que les mêmes inconséquences conduisent aux mêmes drames.

explosion-de-la-premiere-bombe-atomique-francaisebombe-reggane1-
explosion de la première bombe atomique française dans le désert algérien,
le 13 février 1960

Quant à De Gaulle, son désir n’était nullement de renouveler le bail de l’aliénation des Algériens. Il voulait simplement s’assurer que l’Algérie indépendante s’associe à la France et que ne soient pas fondamentalement contrariés les axes vitaux de sa politique (les expérimentations nucléaires et l’approvisionnement de la France en pétrole). C’était légitime. Le drame, c’est que les dispositions qu’il a prises pour s’assurer de cette forme de docilité de l’État algérien a été à la base de toutes les spoliations depuis. C’était le péché originel, sur lequel se sont greffés tous les autres. Une sorte d’engrenage démoniaque dont ni l’Algérie ni la France ne parviennent depuis à s’émanciper. Y avait-il d’autres solutions plus justes que celle qui s’est finalement imposée ? Une solution qui aurait permis à toutes les composantes de la nation algérienne de l’époque de gagner au change ? Certainement. Mais on ne refait pas l’histoire...

Le troisième volet de sa politique, outre le nucléaire et le pétrole, c’était donc l’indépendance algérienne, garante à rebours de la cohésion nationale française. Il a lancé diverses initiatives (militaires, politiques et, pour certaines, hélas, inavouables, via les services secrets). Mais, isolé, à la merci d’un putsch, menacé de mort par l’OAS, avec une opinion qui risquait de virer rapidement en sa défaveur, de Gaulle a été conduit à penser qu’il fallait parer au plus pressé, à procéder au «dégagement». De toutes les initiatives, c’est la démarche de l’ombre qui l’a finalement emporté, de surcroît dans la précipitation. Et tant pis alors pour les victimes !

L’ennui, c’est qu’il n’y a finalement eu que des victimes, hormis une poignée d’individus sans foi ni loi, sans scrupules, vouant une haine intarissable aux Algériens, et déterminés à les maintenir en servitude permanente. Ce sont les fameux DAF, les déserteurs de l’armée française.
Quelques noms ? Larbi Belkheir, Khaled Nezzar, Mohamed Lamari, Mohamed Touati, Abbas Gheziel, Abdelmalek Guenaïzia, Kamal Abderrahmane. Ils ont eu le renfort d’officiers formés par le KGB, la promotion «Tapis rouge», parmi lesquels figurent Yazid Zerhouni, Mohamed Mediene, dit Toufik. Vous avez là les principaux acteurs du pouvoir algérien dans toute sa splendeur…

Ben_Bella_et_Houari_BOUMEDIENNE2
Ben Bella et Boumediene

Q - Comment s’est déroulée la transition du pouvoir en 1962 ? Qui sont les déserteurs ?

R - Pour s’assurer une emprise sur le pouvoir algérien naissant, de Gaulle s’est appuyé sur un ambitieux, Ahmed Ben Bella, propulsé leader de la Révolution lui qui en était la fêlure, et, à l’échelon subalterne, sur un encadrement constitué des DAF. Il y avait au sein de l’armée française des sous-officiers et des officiers qui, l’indépendance approchant, devenaient encombrants. Quoi de mieux que d’en délester les effectifs tout en les missionnant de servir les intérêts de la France au sein des institutions algériennes indépendantes ?

Je fais la démonstration irréfutable, exemples à l’appui, que ce projet existait, qu’il a été exécuté et que, concernant les objectifs vitaux tels que les concevait de Gaulle, nucléaire et pétrole, il a réussi. Le fait qu’il ait eu les suites déplorables que l’on sait ne l’en rend pas moins réel et le refus obstiné d’ouvrir les archives, le mutisme religieux qui frappe les premiers concernés dès qu’il s’agit de parler de cette question prouve que la guerre d’Algérie ne s’est pas terminée en 1962. J

e dirais même que la colonisation se prolonge dans les têtes de certaines élites françaises, les «banlieues» étant les nouveaux djebels et les immigrés de seconde et troisième générations offrant un prolongement à la politique de l’Indigénat. Que bien des acteurs politiques rêvent de déchoir de leur citoyenneté française et de refouler hors de l’Hexagone…

Bref, ce sont ces mêmes agents de l’armée française (promus rapidement officiers avant leur désertion) qui ont infiltré l’armée des frontières et qui se sont mis à la solde de l’ambitieux Boumediene pour ses coups d’États successifs, en pleine Révolution, puis en 1962 et enfin en 1965. Ces DAF (que certains ont appelés des DPA, pour "déserteurs par avion", selon Gilbert Meynier) ont peu à peu accaparé tous les leviers du pouvoir.

Ce sont eux qui ont d’abord pillé le Trésor public jusqu’en 1990, puis martyrisé le peuple durant la décennie suivante et qui, aujourd’hui, livrent leur sous-sol à tous les prédateurs de la planète. Mais si ces déserteurs ont eu tant de facilité à manœuvrer, c’est qu’ils pouvaient compter sur des cadres de la Révolution qui n’étaient en vérité que des traîtres à leur pays, mais que l’opinion considérait encore comme des patriotes. Ali Haroun, Rédha Malek, Bachir Boumaza, voilà, parmi mille, quelques noms d’individus encore actifs qui ont favorisé le dépouillement de l’Algérie et l’aliénation de leur peuple.

En 1962, il y avait une résistance à ce coup d’État. Mais les Algériens étaient fatigués. Ils scandaient «Sept ans de guerre, ça suffit», quand six mois de plus leurs auraient permis de concrétiser leur indépendance. De 1988 à 1991, ils avaient les conditions de se mobiliser pour reprendre le dessus. Chaque fois, ils ont échoué, victimes d’un manque de solidarité, de calculs étroits, d’opportunisme, d’une forme de régionalisme que le régime à beau jeu d’exacerber et, bien sûr, des manipulations d’un pouvoir dont le seul programme est de les anéantir. Les fléaux sont nombreux. Et les moyens de débat pour les prévenir inexistants.

De tous les pays d’Afrique, l’Algérie, peut-être forte de la plus grande communauté émigrée instruite, ne dispose d’aucune diaspora organisée. Il n’y a plus d’opposition autrement que fragmentée et tous les relais médiatiques à l’étranger ont été subornés par le DRS, radios communautaires, associations, etc.

 

Q - Parlez-nous du coup d’État qui a renversé Ben Bella le 19 Juin 1965 et d’Aït Ahmed? Boumediene est vu par les algériens comme un héros, qui était-il vraiment ?

R - Ben Bella, l’opportuniste absolu : «Du moment qu’il était arrêté, rien ne devait subsister après lui. C’est un ambitieux sans courage. Pour parvenir à ses fins, il passera sur le corps de ses amis. Il est sans scrupule» , disait de lui Abane Ramdane. Cela lui a coûté la vie. Jugement prémonitoire en tout cas puisque Ben Bella a livré à l’ennemi le pays et son peuple pour son seul intérêt égoïste. La vie et le destin de neuf millions d’êtres lui importait en aucune manière. Cet homme n’a jamais commis le moindre acte révolutionnaire digne d’être consacré par une page d’histoire. Sa biographie officielle est une imposture totale. Le seul acte digne d’être cité à sa gloire est d’avoir pu déposséder le peuple algérien de sa dignité, de sa liberté, de son indépendance. Ayant dit cela de Ben Bella, Boumediene, c’est pire…

ben bella2

Comment se perpétue une légende usurpée ? Le mensonge qui se substitue à la vérité ; c’est même le ressort principal de toute tyrannie. Il ne faut pas oublier que les trois quarts des Algériens sortent à peine de l’adolescence et que pour toute instruction, ils ont subi le matraquage idéologique. C’est un miracle qu’ils parviennent encore à résister à la propagande. Quiconque a vécu sous Ben Bella ou Boumediene sait ce que dictature veut dire et, à moins de compter parmi les myopes et les rentiers, nul ne peut considérer ces hommes comme des héros.

Si la responsabilité de la débâcle est partagée, ces deux hommes, avec Bouteflika, occupent une place primordiale au panthéon des traîtres à leur patrie. Ils sont les destructeurs en chefs de l’Algérie. Partant de là, ceux qui leur ont succédé ont plongé le pays dans un tel état de barbarie qu’avec le recul eux-mêmes apparaissent en comparaison comme de doux humanistes. Même Chadli et Zeroual pourraient prétendre au titre de héros une fois déchus, et vus au travers du filtre déformant de 200 000 victimes innocentes.

La réalité est que chaque despote qui arrive voit autour de lui se déliter le pays et en vient à considérer, sans avoir renoncé en rien à ses penchants initiaux, qu’il ne peut plus aller au-delà de certaines limites. Or, la mécanique du régime impose que chaque lendemain génère des crimes plus graves que ceux de la veille. Il est alors renversé par plus grand despote que lui. À criminel, criminel et demi, en quelque sorte. Cela ne s’est jamais démenti : Ben Bella, Boumediene, Chadli, Zeroual, Bouteflika. La chronique d’une descente aux enfers pour le peuple algérien.

174407_100002301454056_3410985_n
Houari Boumediene

Seul Boudiaf est venu avec une ambition positive. Il a tenu 5 mois, avant d’être abattu froidement, face caméra. La seule ligne directrice de cette litanie morbide, l’œuvre des DAF, pilotée par Larbi Belkheir depuis 1979. Il procèdera en dix ans à l’élimination de tous ceux qui se sont mis en travers de son chemin. N’ayant pas réussi par la méthode «douce», il plonge ensuite le pays dans la barbarie dix ans encore, avant d’entamer un bail de dix nouvelles années de débauche absolue : débauche économique, prévarication financière sans égale dans l’histoire de l’humanité, débauche de la société, destruction de l’intégralité des structures et des institutions du pays… Et ce n’est pas fini.

 

Q - Le gouvernement français a-t-il participé à l’assassinat d’Ali Mecili en 1987 ? Quel rôle a-t-il joué dans les élections de 1991 ?

R - Quand on parle de la France, il faut faire le distinguo entre ce qui relève du peuple et ce dont sont responsables les dirigeants du pays. J’insiste pour dire que peuples algérien et français ont tout pour travailler ensemble et pour le bien et l’essor communs. C’est au niveau des élites que se pose le problème. Ce régime des DAF, pur produit des services secrets français, qui a éclos dans l’ombre, le détournement, la corruption, l’assassinat, le terrorisme, l’antithèse de l’humanité, s’est hélas forgé avec l’appui des autorités françaises, avec le soutien du chef de l’État quand cela est possible, à son insu ou contre son gré quand cela s’impose.

Larbi Belkheir, bon élève de l’armée française, n’a pas pu fomenter seul un plan d’une telle envergure ; un plan que l’on découvre, après coup, d’une diabolique minutie. Et depuis l’avènement de son pouvoir, derrière la façade Chadli, l’armée, les services secrets et les plus hauts dirigeants français (PS, RPR, UMP, etc.) ne lui ont jamais contesté leur aide jusqu’à sa mort en 2008. Aide financière, politique, militaire, médiatique, sécuritaire. Et les scellés mis sur les archives n’ont qu’un objectif : protéger les DAF, et leurs complices français.

affaire_mecili
Ali Mecili, avocat assassiné sur le sol français

Concernant Ali Mécili, je fais la démonstration qu’il a servi de monnaie d’échange dans un deal entre l’État français et la SM algérienne (ancêtre du DRS actuel) pour que cessent les attentats qui ont terrorisé la France au milieu de la décennie 1980. Le maître d’œuvre de cette élimination est la SM, certes ; mais la SM avait reçu la garantie qu’elle pouvait opérer en toute quiétude, et qu’elle bénéficierait de l’impunité pour l’éternité. Charles Pasqua a joué dans ce crime monstrueux un rôle prépondérant, mais Chirac et Mitterrand ne sont pas totalement blancs dans l’affaire.

Mais, incontestablement, celui qui tire avantage de ce crime d’État qui inaugure les rapports de symbiose entre services secrets algériens et français, c’est Charles Pasqua, connu jusque-là comme le voyou de la République et qui, au sortir de cet épisode, a gagné ses brevets d’honorabilité et une place de choix dans la diplomatie française en Algérie, conçu par lui comme le prolongement de son ministère français de l’Intérieur. Le slogan était qu’il allait terroriser les terroristes.

La réalité, c’est qu’il a permis aux terroristes d’avoir un ascendant définitif sur la diplomatie française, dont la "parole est contrainte" depuis. Deux tabous donc, sur lesquels repose les destins indissociables des deux pays : L’indépendance piégée et l’assassinat de Mécili. Voilà pourquoi le verrouillage des médias est une nécessité absolue. Il n’y a pas que le peuple algérien qui en paie le prix…

Au sortir de cet épisode, toute l’administration française s’est retrouvée sous l’emprise des services secrets algériens, soumise au chantage et obligée de s’aplatir y compris lorsque ceux-ci font exploser des bombes sur le sol français ou qu’ils assassinent ses ressortissants. Depuis, ce sont les services algériens qui décident de la quiétude ou non du peuple français. C’est un peu comme si la SM (et le DRS depuis) avait les clés de place Beauvau et de rue Nélaton (siège de la DST). Et lorsque les généraux algériens ont besoin de soutien, Charles Pasqua se transforme quasiment en exécuteur de leurs basses œuvres en France, et en Algérie où il leur fournit tout le matériel qu’ils réclament, au mépris de tous les embargos.

image_61166934
Robert Pandraud et Charles Pasqua

 

Q - On voit très peu de journalistes ou écrivains avec votre discours à la télévision, le traitement médiatique des évènements algériens semble à la faveur des généraux. Des gens comme Olivier Roy ou encore Anne Dissez ne sont pas invités, on n’entend que Mohamed Sifaoui et Yasmina Khadra.

R - La condition faite au peuple algérien par les élites françaises n’a rien à envier à celle qui prévalait du temps de la colonisation. Je répète, si l’on considère simplement ces deux épisodes déterminants pour les Algériens (et, par voie de conséquence, pour le peuple français), l’indépendance frelatée de 1962 et l’assassinat de Mécili, le séisme que provoquerait la divulgation de la vérité à grande échelle est inouïe ! Cela seul justifie que les archives algériennes ne soient jamais ouvertes.

C’est pour cela que le système médiatique et totalement verrouillé et que l’on s’acharne à museler quiconque éprouve quelque scrupule à mentir de façon éhontée. Il faut écarter les importuns, et combler le vide avec des escrocs intellectuels comme Sifaoui et Khadra. Les deux pays doivent un jour fonctionner de concert, mais il faudra consentir ce petit sacrifice de briser le tabou. Il y aura des victimes, bien sûr : un demi-siècle de personnel véreux. Mais il y en aura incomparablement plus si l’on perpétue le mensonge : les générations futures… La question peut se résumer ainsi, faut-il sacrifier le mythe d’hier, ou les peuples français et algérien de demain ?

 

Q - Dans votre livre, vous évoquez des agents d’influence, qui «ont milité pour empêcher la mobilisation de s’organiser pour freiner les bourreaux». Quels sont les intérêts de personnalités comme BHL ?

R - L’Algérie a beaucoup d’argent, consacré quasi exclusivement à la préservation d’un système mafieux en comparaison duquel la Tunisie de Ben Ali ou l’Egypte de Moubarak sont des havres de démocratie et d’équité. Contre grasse rémunération, les régimes les plus pourris n’ont aucune difficulté à se trouver des avocats. Au-delà de la pure prévarication, les raisons de préserver la «stabilité» de ce régime sont innombrables. Chantage financier, chantage à la fermeture du robinet de gaz, chantage au terrorisme, chantage à la révélation de corruptions auxquelles ont cédé hommes politiques, personnalités médiatiques, élites de tous ordres, etc.

Et puis la légende veut que le régime assure, en bon supplétif des intérêts étrangers, le maintien des Algériens sur leur sol, geôlier gardien de la quiétude des plages méditerranéennes de l’Europe ? Sans compter qu’il sert de rempart contre la mobilisation supposée des solidarités «des peuples arabes» pour la cause palestinienne ? L’Algérie est au carrefour de toutes les prédations, de toutes les manipulations. Il n’est dès lors pas étonnant que se coalisent tous les prédateurs, tous les manipulateurs…

Des+hommes+et+des+dieux
Des hommes et des dieux, film de Xavier Beauvois, septembre 2010

Q - Un film aujourd’hui fait beaucoup de bruit en France. Il relate l’histoire des moines de Tibhérine. En quoi la DRS est impliquée dans l’assassinat de ces moines ?

R - Les moines habitaient dans un monastère de la région de Médéa, en surplomb de la Mitidja, une zone stratégique où se concentraient tous les maquis du GIA, quasi intégralement contrôlés par le DRS. La hiérarchie militaire algérienne a tout fait pour les inciter à quitter le lieu. Ils ont refusé. Or, leur position géographique et leurs liens avec les populations locales les plaçaient en situation de comprendre les réalités de ce que le monde entier présentait comme une guerre civile menée par des islamistes contre le peuple algérien.

L’intention de départ n’était sans doute pas de les assassiner, mais simplement de les forcer à partir. Et puis, deux raisons valant mieux qu’une, de peser sur les luttes intestines au sein du pouvoir français, entre Alain Juppé et Charles Pasqua (avec Jean-Charles Marchiani comme missi dominici). La guerre entre le Quai d’Orsay et l’Intérieur se solde par des démarches contraires dans le dossier des moines de Tibhérine, ce qui conduit le DRS à donner une leçon de détermination aux autorités françaises (n’oublions pas que quoi que fassent les généraux algériens, l’État français est «contraint» au silence).

Les Français ayant trop tergiversé et l’affaire ayant trop duré, les moines ont eu sans doute le temps de comprendre que leurs ravisseurs n’étaient pas ceux qu’ils prétendaient. Le DRS pouvait-il remettre en liberté des hommes de parole et de vérité, amoureux de l’Algérie, qui n’auraient pas manqué de mettre au jour les inavouables vérités de la lutte antiterroriste, côté algérien et côté français ?

Tout concourait donc à leur élimination. Il suffisait de mettre cela sur le dos des GIA, de l’abominable Djamal Zitouni. Dix ans après, la vérité commence à être révélée. Le DRS a mitraillé les moines depuis un hélicoptère, l’un de ceux-là mêmes que Charles Pasqua a livrés aux généraux en guise de reconnaissance pour avoir fait de lui l’homme d’Etat qu’il est… Pour toutes ces raisons, je le répète, l’assassinat des moines, qui sont, rappelons-le des Algériens, est avant tout une affaire franco-française.

 

Q - Qui sont les véritables maîtres de l’Algérie ? Existe-t-il une relève ? Où va véritablement l’argent des algériens ?

R - J’ai cité quelques noms de généraux. Mais le régime repose sur des soutiens qui vont au-delà de ce premier cercle. Quiconque est prêt à tuer, à voler sans compter, à participer au musellement de ses semblables, à manipuler, à dilapider les ressources du pays, à débaucher son voisinage, à mentir sans sourciller, quiconque consent à faire partie de la lie de l’humanité, est bienvenu dans ce régime.

Et des individus prêts à oublier leurs devoirs pour être comblés de biens, toute société en sécrète à proportion de quelque 10 % de ses effectifs. C’est sur ce vivier que repose le régime, piloté ensuite au sommet par une caste d’officiers supérieurs, auxquels prêtent leur concours des ministres prêts à toutes les prévarications (Chakib Khelil, Barkat, Temmar, Ouyahia, Bouteflika frères, etc.).

Il y a ensuite les institutions du pays, dévoyées par un second rideau de rentiers, des députés, des sénateurs, des élus de tous ordres, la police, les douanes, les administrations, les hauts responsables des entreprises publiques, des acteurs économiques privés, les médias, les chancelleries à l’étranger, etc. Tout ce monde, qui brasse bon gré mal gré quelque 2 millions d’individus, tous secteurs confondus, forme le système politique algérien. Le dénominateur commun, l’avidité d’avoir et de pouvoir. En un mot, ce qui détient le pouvoir en Algérie, c’est «la corruption».

r9knxrkj

 

Q - Quelle est la véritable relation de l’Algérie avec les USA ? Qu’en est-il de l’AQMI ?

R - Dans ce régime, sévissent diverses factions (on dit «clans») qui, toutes, partagent cette volonté d’avoir et de pouvoir et qui, pour rien au monde, ne consentiraient à laisser le peuple recouvrer la maîtrise de son destin. Mais celui qui a accès au robinet des finances, du pétrole, de la signature de contrats, est favorisé par rapports aux clans adverses. Ils se battent donc tous solidairement contre le peuple, mais s’opposent les uns aux autres pour avoir prise directe sur les robinets.

Et pour gagner cette position dominante, ils s’allient avec quiconque veut bien les aider. Avec les Français traditionnellement, et de plus en plus avec tous les prédateurs économiques de la planète, dont les USA, la Chine… L’Aqmi aide les USA, aide les Chinois, aide les Français, aide les Italiens, aide les Espagnols, aide les Hollandais, aide les Allemands, aide les Anglais, aide les Norvégiens, aide le monde entier à siphonner les ressources du Sahel au détriment des peuples de la région.

Il y a des centaines de milliers de kilomètres de pipelines dans une région censée être sous l’emprise totale de cette organisation terroriste. Il n’y a jamais eu le moindre sabotage d’aucune sorte depuis vingt ans de spoliations. Et nul ne trouve cela curieux ! C’est dire à quel point les médias ont atteint un stade terminal de compromission concernant l’Algérie…

 

Q - L’Algérie ne reconnait pas Israël. On a pourtant pu assister en 1999 à une chaleureuse poignée de main entre Bouteflika et Barak. Cependant, en juillet 2000, lorsqu’une délégation de sept journalistes algériens s’est rendue à Tel-Aviv, le président algérien a tenu des propos très durs à leur encontre ("outrage", "trahison des Libanais", "coup de poignard dans le dos des Syriens", "mépris des Palestiniens"). L’Algérie fait-elle encore partie des pays non alignés ? Quel est son positionnement sur la scène internationale ?

R - L’Algérie a toujours, sous couvert de non-alignement, été alignée sur toutes les puissances. Est et Ouest, URSS et USA en même temps. Il y a la position officielle. Et puis il y a les réalités contraires d’un pouvoir de l’ombre. Le pouvoir algérien joue ce jeu de façon admirable, il faut l’admettre. Prétendre combattre la politique sioniste, et s’en faire le supplétif en sous-main. Il faut être naïf pour croire que des journalistes algériens puissent se rendre en Israël, depuis l’Algérie, sans qu’ils en aient été dûment missionnés.

Et la polémique qui s’ensuit est un acte de la monumentale pièce de théâtre qui se joue au détriment du peuple algérien. Le régime autorise la mission, ce qui prouve sa bonne volonté envers Israël et les USA ; «l’opinion» se déchaîne, ce qui montre que le peuple algérien est barbare et inapte à la démocratie, justifiant son maintien sous le joug.

On invite Enrico Macias, ce qui démontre la volonté d’ouverture ; puis on déclenche une monstrueuse polémique, ce qui démontre la vitalité des forces rétrogrades. Et l’on affiche ensuite l’accolade chaleureuse d’Enrico Macias avec Sifaoui. Une comédie bien ficelée, à condition d’oublier les victimes, deux peuples. Dans tout ce processus, les Algériens n’ont jamais eu leur mot à dire. Le régime, Bouteflika et généraux en tête, ne sont ni pour Israël ni contre lui, ni pour la France ou les USA ni contre, ils sont contre le peuple algérien, et quiconque peut les seconder dans leur entreprise de démolition de leur pays et les aider à se maintenir au pouvoir est leur ami, sans distinction de race ou de religion.

Kabylie290401matina

Q - Au vu des évènements actuels, pensez-vous qu’il puisse y avoir une véritable révolution en Algérie ? Quelle est la véritable opposition ? Qui est Said Saadi (dont on a pu voir récemment les relations privilégiées avec BHL ? Aujourd’hui, quel est selon vous le parti le plus porteur d’espoir pour le peuple algérien ?

R - La révolution en Algérie est inéluctable. On pourra la bloquer un temps, mais ce ne sera que partie remise. On pourra jouer au jeu malsain de la manipulation, mais la vérité s’imposera un jour. Aux dernières nouvelles, certains généraux soldent leurs biens en Algérie, et préparent leur exil. La fin est plus proche, même si les solidarités dont bénéficie le pouvoir algérien sont importantes.

Quant aux scènes qui se jouent à Alger depuis le 12 février, ce sont les mêmes acteurs du CNSA (Conseil national pour la sauvegarde de l’Algérie), dont faisait partie Saïd Sadi, qui ont perverti une manifestation hostile au pouvoir en janvier 1992 pour la mettre, avec la complicité d’agents d’influence en France, au service du régime des généraux.

Ce sont ceux-là mêmes qui diffusent les unes de presse stigmatisant le pro-«sionisme» de Saïd Sadi, qui lui ouvrent ensuite les canaux médiatiques français pour le brandir comme avant-garde de la révolte, de la révolution, sachant que sa seule apparition va écœurer l’ensemble des vrais révoltés et les démobiliser.

Mais il ne peut y avoir de manipulateur que s’il y a assez de gens pour accepter de se faire manipuler. Faute d’avoir tiré toutes les leçons de ce qui s’est passé il y a 20 ans, ce sont les mêmes scénarios qui sont mis en œuvre à l’heure actuelle. Le seul objectif est de torpiller la révolution algérienne et empêcher que la contagion tunisienne gagne. Le pari est que la fièvre va durer quelques mois et que tout rentrera ensuite dans l’ordre. L’ordre des baïonnettes, l’ordre de la corruption, l’ordre de la débauche intellectuelle et sociale, l’ordre du viol, de la torture, du mensonge, le contraire de l’humanité.

La véritable opposition, vous ne la verrez pas de sitôt à la télévision française. C’est le peuple algérien, des révoltés de toutes les régions de tous les villages, de l’est à l’ouest du pays, ce sont ces malheureux, jeunes et moins jeunes, qui acceptent de jouer, dans une traversée improbable, sur un rafiot en décomposition, leur vie en misant «pile», avec une pièce qui a deux «faces». L’opposition, ce sont des jeunes qui abandonnent tout et qui s’aventurent où le vent les emportera, persuadés que la mort quasi certaine qu’ils risquent de rencontrer vaut mieux que la vie misérable qui leur est imposée dans un pays qui appartient au monde entier sauf à eux, ce pays qui est pourtant le leur. Il n’y a aucun parti connu à ce jour porteur d’avenir. Tout doit être réinventé. Par la jeunesse. Et la révolte viendra, des fins fonds de l’Algérie profonde, qui viendra un jour submerger le pays de sa fureur.

 

Q - Ne subissez-vous pas de menaces ou de pressions depuis la parution de vos livres ?

R - Non ! L’omerta suffit…

Rania Saoudi pour Algerienetwork
dimanche, 20 Novembre 2011 15:25
source

 Rania Saoudi
Rania Saoudi

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 18:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]