Diapositive1



1931. Les étrangers au temps de

l’Exposition coloniale

(Exposition coloniale, immigration,

sans-papiers ?)

Jean-Pierre RENAUD


item_img_1284_fr_affiche_expoUne amie m’avait décidé à aller visiter cette exposition  Dans un lointain passé, j’avais fréquenté le palais de l’ancien Musée des Arts d’Afrique et d’Océanie, et surtout son aquarium, avec mes enfants. Je me demandais quel rapport pouvait exister entre ce palais de style décoratif de l’Exposition coloniale de 1931 et celle présentée en 2008. Peu familière de la chose coloniale, mon amie fut surprise, en plusieurs points, par le contenu de cette exposition. Les questions s'accumulaient.

Quelle était tout d’abord la justification du choix de l’année 1931 et de la relation pouvant exister entre exposition coloniale et immigration ? On y voyait en effet beaucoup d’Européens, des Italiens, des Polonais, des réfugiés espagnols, aussi des Arméniens, mais presque pas d’Africains.  Et pourquoi cette fameuse année 1931, alors que le contenu de l’exposition couvrait un champ temporel qui allait du début du XXe siècle à nos jours ? Jusqu’à nos sans-papiers d’aujourd’hui, qui sont effectivement souvent d’origine africaine.

Et quel rapport entre immigration et chasse aux juifs, telle qu’elle est décrite par l’exposition ?

Il est vrai que dans la présentation qu’en fait le journal, on vous explique qu’il était difficile d’échapper au destin originel de ce palais qui fut effectivement construit à l’époque des colonies, modeste symbole de sa gloire passée, en avançant un raisonnement fondé sur trop de contorsions intellectuelles pour pouvoir en discerner les claires intentions.

Ceci dit, comment ne pas regretter que les salles consacrées à l’évocation de l’Exposition coloniale n’aient pas présenté une synthèse historique critique sérieuse sur l’événement, au lieu d’une succession de panneaux insuffisamment éclairants, par exemple ceux consacrés à la contre exposition, anticolonialiste, qui fut un bide, ce qui n’est pas dit.

bigCappielloJobEn quoi les belles affiches de Cappiello [ci-contre] apportent un élément de réflexion sur l’Exposition de 1931 ? J’ajouterais volontiers, on a évité le pire en ne présentant pas les affiches de l’exposition Négripub (1987), considérées comme l’illustration des fameux stéréotypes, évoqués plus loin, dont personne aujourd’hui n’est encore capable de mesurer leur place dans le corpus des affiches, leur diffusion, et leur audience.

Les salles de l’exposition coloniale constituent donc une sorte de fourre-tout.

Comment écrire par ailleurs dans «Le journal de l’exposition» : "Au terme du voyage dans l’année 1931, un certain nombre de silences demeurent. Si l’image du colonisé est particulièrement présente dans notre imaginaire collectif, souvent réduite d’ailleurs à quelques caricatures, les traces du vécu des immigrants coloniaux en France dès l’entre deux guerres attendent encore de voir leur histoire écrite".

Plus haut, le même journal écrivait : "Les stigmatisations héritées de la période Leonetto_Cappiello_Cafe_Martin__1921_5412coloniale et postcoloniale sont loin d’avoir disparu de l’inconscient collectif français". Précisément, l’enjeu est ici de battre en brèche ces stéréotypes en questionnant les relations entre immigration et colonisation en France métropolitaine au début des années 1930.

Manque de cohérence intellectuelle dans le schéma de cette exposition, mélange des genres dans le temps et les concepts, une exposition par ailleurs très bien faite, et agréable à parcourir, truffée d’images intéressantes, sûrement, mais aussi une interrogation : ses auteurs sont-ils en mesure de produire les preuves scientifiques de l’existence effective des stéréotypes qu’ils dénoncent ?

Pourquoi ne pas avoir saisi l’occasion de cette présentation pour procéder à un sondage auprès de ses visiteurs à ce sujet ? Peut être ne connaissaient-ils même pas, avant, l’existence de ce palais et de l’exposition de 1931 ? La Cité Nationale jpg_etrangers_au_temp_de_l_expode l’Immigration, émanation des pouvoirs publics, serait à ce point de vue, bien inspirée de financer un sondage national, sous le contrôle de l’Insee, afin de mesurer la véritable connaissance qu’ont, en 2008, les Français, de leur histoire coloniale. Si les fameux stéréotypes existent réellement ? Et lesquels ?

Jean-Pierre Renaud
18 août 2008

________________________________________________


00002702


- présentation de l'exposition sur le site de la Cité de l'histoire de l'immigration

Diapositive1

- retour à l'accueil