harkis départ Bône

 

Harkis, soldats abandonnés

général Maurice FAIVRE, "homme d'honneur", Paris, 85 ans


"Ses" harkis sont arrivés en France un jour de 1963, troupe misérable d’une trentaine d’hommes rescapés d’un massacre, traqués par les autorités algériennes, indésirables en France. Ils avaient réussi à traverser la Méditerranée et à le retrouver. Ces survivants, il les a aidés à se loger, à faire venir leurs familles ; eux ont trouvé du travail. Comme dans les contes de fées, les harkis eurent beaucoup d’enfants.

C’est pour ceux-ci, qui ignoraient l’histoire de leurs parents, que, depuis ce jour de 1963, le général Faivre a entamé une intense recherche historique qu’il poursuit encore aujourd’hui.

faivre10

Je suis né le 19 mars 1926, dans le Doubs, d’une famille très patriote. Mon père a fait la fin de la guerre de 1914-1918, à partir de 1918, et il s’est réengagé en 1939-1940. La défaite de 1940 m’a marqué. Je m’étais dit qu’il fallait absolument qu’on redresse la situation. Une autre expérience a sûrement joué, m’incitant à faire carrière dans l’armée : je me suis occupé de scoutisme, j’ai été chef de troupe en Franche-Comté. L’esprit d’équipe, le commandement des hommes m’attiraient.
J’étais saint-cyrien, major de promotion en 1947-1949. Ensuite, Saumur, en 1949-1950, puis la Légion au Maroc, de 1951 à 1953, et cinq ans de guerre en Algérie, en deux temps. Première période de 1955 à 1957, et deuxième période, de 1960 à 1962. J’ai donc une expérience du problème algérien. Lors de mon premier séjour, j’avais quelques appelés musulmans, mais pas de harkis. J’ai été sous les ordres du colonel Gribius, qui commandait le secteur de Constantine. Un homme éminent. Il avait été le chef du troisième bureau de Leclerc pendant la campagne de 1945. Gribius avait des tas d’idées. Il avait résolu de supprimer les bidonvilles, les bidonvilles de Constantine, et de reconstruire un village à l’extérieur de la ville, à une dizaine de kilomètres. Tous les matins, un de mes officiers allait dans les bidonvilles, ramassait les hommes et les amenait dans ce village, où ils construisaient leurs maisons. C’était une expérience de pacification passionnante.
Pour mon deuxième séjour, qui a commencé en août 1960, j’étais en Petite Kabylie, où j'ai trouvé une harka constituée de soixante harkis.

bejaia
massif des Babors



La vallée sauvage d’Oued Berd

L’Oued Berd, en Petite Kabylie, est un ensemble de six ou sept villages dans une très belle région, très escarpée, isolée, sauvage. Deux montagnes massives, les Babors, couvertes de forêts, culminent à 2 000 mètres. Au XIXe siècle, les tribus locales se sont opposées à la colonisation française. Elles ont longtemps résisté à la progression du régiment de Bourbaki. Le pays fut finalement administré par une commission municipale franco-kabyle, mais aucun colon ne s’est établi dans la vallée de l’Oued Berd.

Les Kabyles sont restés à l’écart de toute colonisation. Lors du soulèvement du 8 mai 1945 contre l’occupation française, un certain nombre sont allés manifester à Kerrata, où quelques manifestants ont tué huit Européens, dont le juge de paix, et ont pillé quelques boutiques.
En 1955, au moment de la guerre d’Algérie, ils ont pris parti pour le FLN. En particulier, parce que ce sont des fellaghas de Kabylie qui sont venus dans les villages, avec lesquels ils s’entendaient très bien. Des «moussebilines», sortes de commissaires politiques, ont été recrutés, chargés d’aider les soldats du FLN. De fin 1955 à début 1958, ils ont pleinement collaboré avec le FLN.

Mais, en novembre 1957, il y a eu un changement. Le FLN avait modifié ses frontières entre les wilayas, et les Kabyles ont été remplacés par des Arabes de Djidjelli, les Jouajel. Les habitants se sont très mal entendus avec ces fellaghas exigeants, qui avaient détruit l’école, tué le contremaître de l’usine où ils travaillaient, imposé le sabotage des routes, exigé un ravitaillement qui condamnait la population à la disette. Et surtout, ils avaient demandé que des femmes, des filles, viennent au maquis. Ça, ils ne l’ont pas supporté. C’était contraire à l’honneur kabyle.

Il s’opéra un revirement d’opinion très intéressant contre la violence du FLN. Un fils de harki, de 13-14 ans, Bouchaïd Kaci, qui circulait partout dans la montagne, a vu des horreurs. Il a trouvé dans les camps du FLN des centres de torture, témoin d’horribles massacres. Sept garçons ont alors décidé de s’enfuir pour rejoindre l’armée française à quelques kilomètres et se sont engagés comme harkis. Ils ont été rejoints par d’autres, accompagnés de leurs familles.

Dans la région du djebel Babor, ces harkis ont participé à de dures opérations, dans le froid et la neige, à la suite du plan Challe en septembre 1959. C’était le début des opérations «Pierres précieuses», dont la première s’appelait «Rubis». Elle a permis d’éliminer complètement les rebelles du Babor : 513 tués et 326 prisonniers pour l’ALN, 24 tués, 67 blessés de l’autre côté.
L’escadron de dragons a alors commencé la pacification.

get-attachment-1
photo adressée par Maurice Faivre


Mon arrivée en août 1960


Quand je suis arrivé en août 1960, comme capitaine, à mon poste, un PC isolé dans le djebel, qui s’appelait la «cote 807», c’était calme. Je commandais un escadron du 20e dragons, une harka, des autodéfenses, et j’étais responsable de ce qu’on appelait un «sous-quartier», territoire d’environ cinq mille habitants. Il n’y avait plus aucun rebelle.

On circulait dans le djebel Babor avec une section, c’est-à-dire vingt hommes, alors qu’auparavant l’artillerie, les bataillons, les avions étaient souvent indispensables. La région était pacifiée. Mes soixante harkis étaient armés, c’était une harka «amalgamée» ; ils vivaient dans le poste militaire, mélangés aux soldats français. Les trois villages dont ils étaient originaires étaient «en autodéfense». Les harkis étaient jeunes, de 20 à 30 ans, et l’armée leur donnait une solde. Les autodéfenses étaient les vieux, les anciens combattants, mal armés de fusils de chasse et de vieilles pétoires de la guerre de 1939. Ils n’étaient pas rémunérés.


Peu de temps après mon arrivée, un jour d’octobre 1960, tous les hommes d’un village, Oued Ayed, sont venus à mon PC et m’ont dit : «Cette nuit, un de nos cousins a été tué par le FLN parce qu’il refusait de payer l’impôt révolutionnaire. On vous demande des armes. On doit se défendre maintenant contre le FLN.» J’ai dit que j’allais transmettre la demande à mon supérieur, qui a accepté. Ils sont restés à mon PC, jour et nuit, pendant deux jours, jusqu’à ce que je leur donne des fusils de chasse.

Dans ce village, j’ai recruté une nouvelle section de harkis. Ils m’ont envoyé une quarantaine de jeunes. Je ne pouvais en accueillir qu’une vingtaine. Alors, j’ai organisé une course de côte, et j’ai pris les vingt premiers. Ce qui faisait que j’avais désormais quatre-vingts harkis opérationnels. J’ai installé un nouveau poste de dragons dans leur village. Je leur ai demandé de me construire une piste parce qu’on ne pouvait pas arriver jusque-là en véhicule. Tout le village s’est mis au travail, ils se sont organisés, ont désigné un chef. Ça a été très démocratique.

get-attachment-3photo adressée par Maurice Faivre


École, pèlerinage, récoltes

Mon épouse Monique, isolée à Kerrata, à une quinzaine de kilomètres, avait fait, à ma demande, un stage d’EMSI (Équipe médico-sociale itinérante) organisé par le cinquième bureau à Constantine et est venue vivre avec moi, à la cote 807. Elle s’est occupée des femmes et des enfants.

Accompagnée d’un jeune harki qui lui servait d’interprète en langue kabyle et de guide, elle allait visiter les villages, et prendre contact avec les femmes. Plus tard, elle a recruté une harkette. Elle a créé un cercle féminin et organisé une assistance médicale, avec un médecin qui venait de temps à autre pour soigner les femmes et les enfants. Une école avait été aménagée dans chacun des villages d’autodéfense, où un jeune dragon faisait la classe aux enfants. Ils n’étaient pas forcément instituteurs de métier, mais ils étaient volontaires et aimaient ça.

Il y avait une très bonne coopération, des deux côtés. On continuait à patrouiller et à mener des opérations. Mais c'était vraiment une région pacifiée. À tel point que, l'orsqu'il y a eu le putsch des généraux d’Alger, le 22 avril 1961, j’ai été très surpris. Personne ne m’a contacté. Je me suis dit : «Mais qu’est-ce qui se passe à Alger ? Ils sont fous ? Nous, on est en train de gagner sur le terrain, et ils se soulèvent à Alger…» On ne comprenait pas le sens de cette révolte. Dans le bled, on poursuivait notre travail de pacification

Je n’étais pas pour «l’Algérie de papa», parce que j’avais observé la situation algérienne dès 1955, lors de mon premier séjour. En connaissant le pays, on savait que ça ne pouvait pas marcher. Je m’étais rendu compte qu’il y avait de grandes injustices vis-à-vis des musulmans. Il n’y avait pas d’égalité sociale. Je n’ai jamais pris parti non plus pour l’indépendance, mais j’étais pour une Algérie autonome qui soit associée à la France. J’étais pour une Algérie nouvelle.

Lors de mon premier séjour, j’allais dans les villages, et je disais aux maires : «Il faut que la situation évolue, il faut qu’on fasse une Algérie nouvelle.» Lors de mon deuxième séjour, je n’ai jamais dit que l’armée allait rester en permanence en Algérie. Je leur ai dit : «Nous, on est là pour vous aider à faire la paix, pour rétablir la prospérité en Algérie, mais dès que ce sera rétabli, ce sera à vous de faire l’Algérie.» C’était en fait l’idée de la majorité des officiers français.

Au printemps 1961, les habitants m’ont demandé l’autorisation d’organiser un pèlerinage qui n’avait pas eu lieu depuis le début de la guerre. J’ai accepté. Dans un de ces villages se trouvait un marabout, un genre de temple consacré à une sainte femme, le marabout de Taftis pour lequel ils avaient une grande vénération. Le pèlerinage s’est déroulé du 16 au 19 mai 1961. Des centaines de gens sont venus de toute la région, qui ont été logés, nourris dans le village, et qui ont célébré la sainte. Mes harkis sont allés au pèlerinage, le fusil à l’épaule. Ils étaient au milieu du peuple kabyle, acceptés comme tels. Et nous, nous avions une grande confiance en eux. Mon prédécesseur avait pris l’habitude de les laisser partir en permission dans leur village avec leurs fusils, alors que c’était contraire au règlement. On aurait dû enchaîner les armes, n’ouvrir les chaînes qu’au moment des sorties, etc. Mais on avait confiance. L’entente avec les harkis a été parfaite.

Pour preuve, à l’été 1961, le chef du village d’Oued Ayed m’avait demandé l’autorisation d’aller faire les foins dans la montagne des Babors, où les habitants avaient leurs résidences d’été, mais déclarée zone interdite depuis le début de la guerre. Hommes et femmes, tout le village, sont partis de bon matin dans les pâturages où ils ne s’étaient pas rendus depuis plusieurs années. J’avais organisé une protection, harkis et dragons. Ils ont passé la journée dans la montagne, et le soir ils sont revenus en longue procession avec des ballots de foin sur le dos.

Berrouaghia
photo adressée par Maurice Faivre




La «réorganisation»


Le 1er août 1961, mon régiment, le 20e dragons, a été dissous. C’était le début de la réorganisation, on commençait à préparer le dégagement. Mon escadron est déplacé de l’Oued Berd pour être affecté vers Oulad Ou Ameur, près de Sétif, à un régiment de chasseurs. Ce régiment n’était pas très engagé dans la guerre d’Algérie ; leurs officiers étaient plutôt habitués à circuler sur les routes et allaient peu voir ce qui se passait dans le bled.
Quand ils sont venus à la cote 807, les colonels et les officiers ont été horrifiés de constater que je vivais là, complètement isolé. Je leur ai dit que j’étais très heureux, que j’avais la confiance des populations, que je faisais un travail intéressant sans beaucoup de moyens. Je n’avais qu’une Jeep et un GMC. Ils n’ont eu de cesse que de me donner de nouveaux matériels, pour finalement me sortir de mon bled.

J’ai quitté la cote 807 en octobre 1961. Quand je suis parti, j’ai vu beaucoup de mes harkis pleurer parce qu’ils avaient confiance en moi. Des coloniaux sont venus ; ensuite, il y eut des tirailleurs, des gens de passage, pas attachés au pays. Après mon départ, je n’ai plus eu aucune liaison avec eux, plus aucune nouvelle. Je les ai perdus de vue. Ils étaient loin, et j’avais d’autres préoccupations.

Arrivé à Sétif, j’ai très vite demandé ma mutation. J’avais abandonné mon bled, j’avais abandonné les habitants qui me faisaient confiance, je n’avais plus aucun intérêt à rester à Sétif, et je ne m’entendais pas avec les officiers de ce nouveau régiment. Eux ne rêvaient qu’à la fin de la guerre d’Algérie, à repartir en France préparer la guerre contre les Soviétiques… J’avais un ami à l’état-major, à qui j’ai demandé de me faire affecter à Alger. Six mois plus tard, en février 1962, j’ai été affecté au deuxième bureau du commandant en chef, près d’Alger, à Reghaïa. Avant d’être rapatrié en France fin 1962. Je n’ai jamais eu l’occasion de revoir l’Oued Berd, et je n’aurai pas de nouvelles de mes harkis avant 1963, à Paris.



Coup de fil de la Préfecture

Un jour de 1963, je reçois un coup de fil de la Préfecture de police de Paris : «Des harkis vous réclament. Ils sont à Choisy-le-Roi, ils viennent d’arriver.» Le dimanche suivant, avec mon épouse, nous sommes allés à Choisy-le-Roi et nous les avons découverts, un peu plus d’une trentaine, installés dans des conditions épouvantables.

Ils m’ont appris que la moitié de la harka avait été massacrée. Le 12 août 1962, les harkis ont été emmenés à Beni Messali, où ils ont été suppliciés. Quarante-sept harkis et membres des autodéfenses ont été tués en trois jours. Les survivants avaient réussi à prendre le maquis et à s’exfiltrer par des filières familiales, des combines. Ils étaient passés par Alger ou Bône, et étaient arrivés à Choisy-le-Roi par tradition : il y avait toujours eu, au village, des émigrés qui travaillaient en France, et notamment à Choisy-le-Roi.

Ils étaient arrivés célibataires et ont été très mal reçus à Choisy-le-Roi. La municipalité était communiste, et l’importante immigration musulmane de la commune était pro-FLN. Les premiers arrivés avaient campé sur les bords de la Seine, certains allaient dormir la nuit dans des tuyauteries de béton des travaux publics. Ils s’étaient ensuite regroupés en centre-ville, où ils avaient vécu dans des caves, dans un hangar de chantier abandonné envahi par les rats, dans des conditions infectes.

Certains de leurs camarades réfugiés en Seine-Saint-Denis, apprenant leur présence à Choisy, sont venus les rejoindre. Ensuite, ils ont squatté une HLM dont la construction avait été abandonnée. L’immeuble n’avait ni porte ni fenêtre ; ils avaient bricolé des fenêtres en contreplaqué et récupéré des tuyaux d’arrosage pour avoir de l’eau. La harka avait été reconstituée !

Des bagarres ont éclaté avec les musulmans de Choisy-le-Roi. À tel point que certains se sont retrouvés à la prison de la Santé. Je suis allé les voir, puis j’ai témoigné en leur faveur au tribunal correctionnel, en tenue de capitaine. Le juge a absous mes harkis, il a prononcé un non-lieu, alors que je suis persuadé qu’ils avaient échangé des coups de couteau.


Cinquante-trois familles rapatriées

La première préoccupation des harkis était de rapatrier leurs familles restées dans leurs villages. Une seule famille avait réussi à gagner le camp de Saint-Maurice-l’Ardoise, en octobre 1962. Les autres étaient restées dans leurs bleds. Il fallait monter un dossier de rapatriement et fournir un certain nombre de documents : attestation de services, demande du chef de famille indiquant la composition de sa famille, certificat d’hébergement en métropole, etc. C’est moi qui me suis chargé, depuis Paris, de faire leurs dossiers, et qui les ai envoyés aux autorités d’Alger.

Le rapatriement n’était pas facile, parce que les garnisons françaises avaient été évacuées : Sétif, le 1er juillet 1963, Bougie, le 31 décembre. Il n’était pas possible aux épouses, aux enfants, aux vieux parents de rejoindre une caserne française, et d’y être accueillis.

Les harkis ont eux-mêmes trouvé la combine, digne de l’évasion de prisonniers. Le frère d’un harki, installé en France depuis longtemps, et qui était plutôt FLN, a accepté de faire plusieurs voyages en Petite Kabylie pour ramener les familles. Muni de tous les papiers exigés pour le transfert en métropole, il est allé voir un commerçant de Kerrata et lui a dit : «Ce soir je déménage ma famille, est-ce que tu me prêtes ton camion ?»
Il a chargé dix familles dans le véhicule, a roulé toute la nuit pour les amener à Bougie, où il y avait encore une garnison française, et un centre d’accueil de harkis. Le lendemain, les familles ont été embarquées en hélicoptère et déposées sur un navire de guerre au large. C’était une aventure extraordinaire pour ces femmes et ces enfants qui n’avaient jamais vu la mer, mais leur rapatriement était fait officiellement, avec un dossier par famille.

En 1964, la garnison de Bougie a été abandonnée. Il a fallu amener les familles près d’Alger au centre d’accueil du camp de Zeralda. On a continué suivant le même schéma, le camion de l’épicier roulant toute la nuit jusqu’à Alger. Un jour, le chef de centre de Zeralda a refusé des familles, parce qu’il a trouvé mon passeur suspect. J’étais alors en stage à Baden-Baden ; j’ai reçu un télégramme : les familles sont dans les bois à Zeralda, il faut venir à leur secours. J’avais un copain à Alger, au cabinet du général commandant le corps d’armée, qui a réglé le problème. La situation en Algérie s’étant un peu normalisée, les dernières familles ont été rapatriées par la Croix-Rouge, transférées au camp de Rivesaltes, avant de pouvoir rejoindre la HLM de Choisy.

En plusieurs voyages, on a rapatrié ainsi cinquante-trois familles.

dreux-2011


Le bled à Dreux

En décembre 1963, le maire de Dreux a écrit au ministère de l’Intérieur : «À Dreux, il y a quelques logements, il y a du travail, en particulier chez Renault à Flins, on peut accueillir des harkis.» Le 24 décembre, six familles s’installèrent à la cité Prodhomme, à Dreux. En janvier 1964, six autres arrivèrent à la cité Haricot. À partir du mois d’août, le regroupement familial a pu se faire grâce à la construction de logements Sonacotra rue Murger-Bardin. À Dreux, les harkis ont reconstitué leur village de Beni Dracene. Ils ont eu du travail. Ils étaient logés. Deux assistantes sociales s’occupaient d’eux à plein temps.

Moi, j’étais affecté à Saint-Germain, alors je leur rendais visite le dimanche avec mon épouse. Les femmes étaient ravies de la revoir. Je pense qu’on les a aidés à s’intégrer. Bien que l’accueil à Dreux n’ait pas été très chaleureux. Les harkis se sont retrouvés ignorés par la population, qui les considérait comme des Arabes, indésirables. Mais ça a été tout de même de bonnes années pour eux. Parce qu’ils étaient logés, qu’ils avaient du travail, qu’ils étaient soignés. Ils se sont mariés et ont eu beaucoup d’enfants.
J’ai fait une enquête démographique pour la revue Population en 1990 ; j’ai calculé que la moyenne des enfants par femme était de 9,5, avec des familles de douze, quatorze enfants. En Algérie, les familles étaient moins nombreuses en raison d’une mortalité infantile élevée. Les femmes étaient heureuses, elles accouchaient à la maternité, alors qu’en Algérie elles accouchaient à la maison, suspendues à une corde accrochée au plafond pour accélérer la descente du bébé.

Quand les familles ont été amenées à Dreux, la population totale était de deux cent dix-sept personnes. Quinze ans après, elle avoisinait les mille personnes. Beaucoup de harkis se sont mariés entre eux, comme au village. Il y a eu un repli sur soi, à cause de l’indifférence de la population française et de l’attachement à leur mode de vie.

En juin dernier, je suis allé à un mariage, qui a réuni quatre cents invités dans un local de la mairie de Vernouillet, commune voisine de Dreux. À chaque mariage, nous sommes conviés, mon épouse et moi. Hier matin encore, je suis retourné à Dreux assister à une cérémonie au monument aux morts. J’ai toujours gardé le contact avec mes harkis.


Mes recherches

Je me suis aperçu que les enfants des familles de Dreux, la deuxième génération, ignoraient tout de l’histoire de leurs parents, parce que les parents n’avaient jamais voulu raconter leurs malheurs, expliquer pourquoi ils s’étaient engagés du côté de la France, comment ils vivaient dans leurs villages. Je me suis dit qu’il fallait leur raconter d’où ils venaient.

Quand j’ai quitté l’Algérie, j’ai eu différentes affectations à Paris et en province, surtout au deuxième bureau, dans le renseignement militaire. J’ai commandé le deuxième bureau de Baden-Baden, puis celui de la 1ère armée à Strasbourg. Pendant quelques années, j’ai poursuivi des recherches sur la stratégie militaire, en particulier contre l’Union soviétique. Après avoir quitté l’armée, en 1980, j’ai soutenu une thèse de doctorat en Sorbonne, publiée en 1988, une thèse d’histoire sur la nation armée de Machiavel à nos jours. J’ai également tenu une chronique mensuelle dans la revue Défense nationale.

J’avais un réel penchant pour l’histoire et la stratégie militaires.

2738429386-large


Alors, pour les enfants de mes harkis, j’ai effectué des recherches en archives et publié mon premier livre Un village de harkis, des Babors au pays drouais, chez L’Harmattan en 1994 [compte rendu par Jacques Frémeaux] . J’y raconte l’histoire de ma harka, l’histoire de leur village. J’y dresse une liste des victimes. Il aurait fallu que tous les chefs de harkas fassent ce même travail de dénombrement, on aurait ainsi pu savoir combien de harkis avaient été tués après l’Indépendance. Je n’étais donc plus sur place quand les massacres ont eu lieu, mais, étant à l’état-major d’Alger, je savais qu’ils avaient été perpétrés dans toute l’Algérie.

Seulement, on était très mal renseignés, on n’avait plus les contacts avec les anciens harkis parce qu’on n’avait plus de troupes dans le bled, les régiments ayant été ramenés dans les grandes villes, à Alger, Oran, Bône, puis rapatriés en France. Voilà pourquoi certains témoignages sont très imprécis et sous-estimés. Lacouture a estimé à dix mille le nombre de harkis massacrés, dans un article du Monde en novembre 1962. Or, à mon avis, il y en a eu beaucoup plus, entre soixante mille et quatre-vingts mille. Mais on ne le saura jamais. Il aurait fallu enquêter dans toutes les harkas et dans tous les villages.

Pour écrire ce premier livre, j’avais recueilli tellement d’archives que j’avais suffisamment d’éléments pour un deuxième. J’ai élargi mon sujet à l’Algérie tout entière. Les Combattants musulmans de la guerre d’Algérie, édité en 1995 chez L’Harmattan, est consacré non seulement aux harkis, mais aux tirailleurs, méharistes, spahis, et tous les musulmans engagés dans l’armée française.

9782738437419_1_75



En quinze ans, j’ai publié une dizaine d’ouvrages, et participé à autant d’autres, sur la guerre d’Algérie. Peu d’auteurs ont fait des recherches en archives sur les harkis. J’ai passé des jours et des jours à Vincennes, aux Archives nationales, aux Affaires étrangères, à la gendarmerie de Le Blanc, dans l’Indre, aux Archives d’outre-mer à Aix-en-Provence, à la Croix-Rouge à Genève. Personne n’avait ouvert avant moi les cartons que j’ai consultés. Et pour beaucoup de documents, j’ai dû demander des dérogations parce qu’ils ne sont pas accessibles au public je les ai d’ailleurs pratiquement toujours obtenues.

Je lis tout ce qui paraît sur les harkis. On continue à dire des choses fausses à leur sujet, contre lesquelles je me bats. Mais je me heurte à des problèmes. Par exemple, la directrice des Archives de France m’a accordé une dérogation pour consulter les archives de la Commission de sauvegarde du droit et des libertés, créée pendant la guerre d’Algérie, pour obtenir que les prisonniers ne soient pas maltraités, qu’il n’y ait plus de torture, qu’il n’y ait plus d’exécutions sommaires. Toutes ces archives m’ont été ouvertes, et elles sont passionnantes.
J’ai demandé à publier certaines conclusions, en particulier sur les avocats du FLN. Cela m’a été refusé, comme ç’aurait été refusé aux autres historiens qui auraient pu en faire la demande, parce que la direction des Archives considère que la publication de leurs noms, et des noms des victimes d’ailleurs, pourrait porter atteinte à leur notoriété et à leur vie privée.

Pour certains, je suis une référence. J’ai de bonnes relations avec des historiens reconnus, et je ne m’entends pas du tout avec d’autres. Actuellement, je suis mal vu de la DMPA, la Direction de la mémoire du patrimoine et des archives, qui dépend du ministère de la Défense, parce que j’ai été critique à son égard. J’ai participé à plusieurs de leurs travaux, notamment au moment où a été créé le Mémorial des combattants de la guerre d’Algérie, quai Branly.

L’année dernière, les responsables de la DMPA ont organisé une journée sur la guerre de 1939-1945, et je n’étais pas d’accord avec les conclusions. Je le leur ai dit, ça ne leur a pas plu. D’autant plus que j’avais organisé, la même année, un colloque sur l’armistice de 1940, où la conclusion était que cet armistice était indispensable, qu’on n’aurait pas pu faire autrement. Ce n’est pas la thèse officielle, actuellement, on dit : «De Gaulle avait raison…»

Quand j’étais encore à l’armée, mon action en faveur des harkis n’a jamais été mal considérée par mes supérieurs, qui ne m’ont ni sanctionné ni freiné. J’ai eu de bons rapports avec les généraux de Boissieu et Vanbremersch. J’ai été promu général. J’ai été reçu à l’Élysée plusieurs fois. Mais les harkis sont un sujet encore brûlant. Moi, je continue de chercher la vérité. Cependant, je n’irai pas en Algérie. Je n’y suis jamais retourné, et il n’est pas question que j’y retourne. Je ne peux pas supporter de rencontrer ces gens qui ont massacré mes harkis en 1962.

général Maurice Faivre
Pour ceux qui n'ont pas lu "Harkis, soldats abandonnés", publié par XO en 2012,
voici le témoignage publié dans l'album, recueilli par Brigitte X.
C'est le seul article où je raconte nos relations avec les harkis, en Algérie et en France.

 

 

Photos : docteur Sangline à Alger -harka Catinat - ilot K Rivesaltes - langes par des Emsi - camp de transit près de Bône.

get-attachment

 

_________________________

 

compte rendu des deux livres de Maurice Faivre

par Jacques Frémeaux (1996)

Faivre Maurice, général, Un village de harkis, des Babors au pays drouais, Paris , L'Harmattan, 1994, 259 p., 140 F.; Les combattants musulmans de la guerre d'Algérie, Paris, L'Harmattan, 1995, 270 p. (coll. «Histoire et perspectives méditerranéennes»), 140 F.

Le général Faivre a commandé une harka pendant la guerre d'Algérie. Il estime que les hommes qu'il commanda n'ont pas à se voir reprocher d'avoir combattu aux côtés des Français. Il n'est d'homme de bon sens ou d'homme de cœur qui ne jugera ces convictions non seulement parfaitement respectables, mais même nécessaires, pour qui veut mettre un peu d'apaisement dans une société française en devenir. L'engagement des harkis constitua en effet un acte fondateur par lequel une collectivité que rien ne destinait à s'implanter en France fut amenée à faire ce choix.

Le premier ouvrage montre comment la collectivité rurale de l'Oued Berd (Kabylie des Babors), qui avait pris part à l'insurrection nationaliste de 1945, puis fourni un support au FLN, passe au printemps 1959 du côté de l'armée française. Les motifs tiennent aux excès de l'ALN, et au caractère de ses groupes, étrangers au pays. Il faut aussi évoquer, chez ces paysans épris de paix, l'incapacité du FLN à les protéger des grandes offensives menées dans le cadre du plan Challe (opération Rubis).

Les engagements se font selon la vieille tradition des «supplétifs» de l'armée d'Afrique (contrats courts, enrôlements directs auprès des officiers). Ils représentent une centaine de harkis pour une population d'environ 3 000 personnes, soit un peu plus d'un homme adulte sur dix. 53 ex-supplétifs furent transportés en France (227 personnes, familles comprises), contre 42 assassinés. Le livre se termine sur les conditions de l'installation de ces familles à Dreux.

Le second livre reprend et élargit le précédent. Il s'agit d'abord d'un travail de

recherche, fondé sur la consultation de nombreux documents d'archives. Le lecteur y trouvera une masse d'éléments et de renseignements qui constitueront pour longtemps une documentation de référence (citation des cartons d'archives dont sont extraits les renseignements). On doit cependant regretter une présentation foisonnante, combinant texte, documents et notes, qui rend la consultation quelquefois difficile.

De l'apport de ce livre, on retirera trois séries d'éléments. Tout d'abord, quantité de données sur les musulmans algériens employés dans l'armée française, troupes régulières (engagés et appelés), et supplétifs de toute sorte (les «harkis» n'en constituant qu'une partie), au total près de 250000 hommes en 1961.

Ces hommes étaient dangereusement exposés en cas de prise du pouvoir par le FLN. Les risques étaient particulièrement grands pour les supplétifs, volontaires ne jouissant pas des garanties données aux engagés de l'armée régulière, et ayant, dans l'ensemble, donné moins de gages au FLN, si l'on s'en tient aux taux de désertions relativement faibles. Il eût fallu sans doute ajouter que le comportement de ces troupes plongées dans une guerre atroce ne fut pas exempt de tout reproche. Il est dommage que cette question n'ait pas été abordée, étant bien entendu que la confirmation de tels débordements ne serait pas de nature à diminuer les responsabilités du camp adverse.

La seconde contribution importante de ce travail est la recherche faite sur le massacre des harkis. On doit d'abord condamner l'attitude des chefs de l'Algérie nouvelle, qui ne tinrent pas la parole donnée à Évian d'amnistier les actes commis avant mars 1962. Les massacres commencèrent à partir de l'indépendance, ce qui peut expliquer les lenteurs apportées par le gouvernement français à faciliter les départs sur la métropole. Ceux-ci ne furent cependant pas négligeables, en particulier ceux des familles, qui s'échelonnèrent jusqu'en 1964.

Toutefois, l'armée française se vit interdire d'intervenir en force pour aller au secours des victimes. Là réside sans doute la principale responsabilité du gouvernement français qui ne voulait pas recommencer la guerre. Le général Faivre situe entre 37000 et 66000 morts le bilan des massacres, chiffre bien en retrait sur celui de 100000 ou 150000 morts parfois avancé, mais infiniment supérieur aux estimations officielles françaises de 10000 morts. On a enfin beaucoup débattu des motivations de l'engagement des «harkis»: patriotes français ou traîtres à la patrie algérienne? Défenseurs de leurs familles, mercenaires ou seulement pauvres gens abusés ?

Il semble surtout que les harkis furent les principales victimes de l'échec de la constitution, sous l'égide de l'armée, et avec l'approbation plus ou moins réticente des pouvoirs publics d'un parti favorable au maintien français en Algérie. C'est sur un tableau nuancé, éloigné du misérabilisme trop souvent de rigueur sur cette question, que débouche l'ouvrage : l'installation des harkis en France a abouti à créer un groupe dynamique, tout à fait apte à s'intégrer à la nation française avec sa sensibilité propre.

Jacques Frémeaux
université Paris IV Sorbonne
revue Vingtième Siècle, n° 51, 1996.

HARKIS_3
harkis à l'instruction (source)

 

- retour à l'accueil