9782862609324FS 

 

témoignages de soldats en Algérie

général Maurice FAIVRE

 

- Jean-Charles Jauffret, Soldats en Algérie. 1954-1962. Expériences contrastées des hommes du contingent, Edition Autrement, revue et augmentée, 2011, 383 pages, 55 photos, 25 €.

La première édition avait été recensée par le Cercle des combattants d’AFN en 2001 (1), qui avait souligné  l’intérêt d’une analyse de quelques 430 témoignages traitant des manifestations des rappelés en 1955-56, de la disponibilité des hommes du rang, de la distinction entre réserves générales et troupes de Secteurs, de la compétence des officiers et sous-officiers de réserve, de la solidarité des soldats, des conditions de vie en poste (initialement précaires), de certaines incohérences administratives, de la modernisation des systèmes d’armes (hélicoptères et guerre électronique), de l’efficacité des évacuations sanitaires et de l’acheminement du courrier, des méthodes de pacification  (5ème Bureau, AMG, regroupements, scolarisation), de la confiance accordée aux officiers  (favorable à 78%), du volontariat de nombreux musulmans, des pertes militaires après Evian.

La nouvelle édition tient compte de nouveaux témoignages, portés à 800, des ouvrages et des films diffusés depuis 2000, des débats en cours sur les victimes des irradiations nucléaires et sur la politique de la mémoire (Fondation, mémoriaux, loi de 2005, date de commémoration). Les cadres d’active sont cependant peu sollicités.

L’exploitation des témoignages recueillis, plus de 20 ans après les faits, pose un problème de méthodologie que l’auteur n’occulte pas quand il les décrit contrastés, parfois contradictoires et déformés par le temps (p.113). Il en est ainsi des jugements portés sur les fautes de la IVème République et du Haut Commandement, sur la gabegie des effectifs, sur la finalité du conflit, sur la nébuleuse de la contre-révolution. Sur ces sujets, les directives militaires (Ely, Challe, Olié, Trinquier) et les projets des politiques (Soustelle, Lacoste, Delouvrier, Debré) apportent des réponses qui méritent la discussion. Quant à la démoralisation des soldats, on peut comprendre ceux qui déclarent qu’ils ont perdu le temps  de leur jeunesse. Qui peut se réjouir d’avoir participé à une guerre perdue, alors qu’il a cru pouvoir la  gagner ?

soldats

 

La pertinence des témoins ne peut être reconnue que s’ils sont vérifiés par d’autres (c’est la règle du recoupement des 2èmes Bureaux). Jean Pouget applique cette régle en interrogeant ses subordonnés (p. 181). D’autres témoignages ont été ainsi confirmés ou infirmés au moment des faits. Mais la confrontation des témoins aurait dû s’imposer dans les cas suivants :

- Rocard contredit par Delouvrier, de Planhol, Olié, Bugnicourt et Adjoul

- R.Branche nuancée par la Commission de Sauvegarde du droit et le CICR (2)

- Mauss-Copeaux critiquée par Gilbert Meynier et Roger Vétillard ; Lacoste-Dujardin par Jacques Frémeaux et Vincent Joly ; Bollardière par Allard, Salan et Ely ;  PH Simon par Robert Lacoste, Beaufre, Ely, Debré, Challe ; Favrelière par son capitaine Bôle du Chaumont ; le photographe Garanger par son chef de corps de Mollans,

- Lacheroy réhabilité par la biographie de Paul Villatoux ,

- l’aumônier Peninou  à confronter au Père Casta… etc…

Il faut refuser enfin, comme contraires à l’histoire vécue, des fictions qui prétendent présenter la réalité. Ainsi en est-il, entre autres, des films de Rotman-Siri, de Mehdi Charef , Alain Tasma ou Laurent Herbier.

Ces réserves (3) dites, le livre de JC Jauffret mérite d’être lu et étudié pour son exposé détaillé des expériences des hommes du contingent.

Maurice Faivre
le 4 septembre 2011



1 - Mémoire  et vérité des combattants d’AFN, L’Harmattan, 2001, page 87.
2 - M.Faivre. Conflits d’autorité durant la guerre d’Algérie, L’Harmattan 2004, p. 123.
3 - Certains témoignages appellent la contestation, ou éventuellement des vérifications en archives :
- la participation de la 7ème DMR à l’opération Djenad (p.120)
- l’absentéisme des officiers (p. 255)
- la guerre d’extermination en 1957( p. 298, démenti par Med Harbi)
- le décès à la suite d’une brimade (p. 53)
- les chefs de poste croulant sous la paperasse (p. 105)
- les DOP créés en 1957 (1956 selon Ely)
- les mechtas détruites au napalm (p. 342, étaient-elles occupées ?)
- le contrôle des populations par les SAU qui s’inspirent des nazis et des soviétiques (p.186),
- le ralliement au putsch de la Base de Télergma (p. 134)
- les dégroupements en 1961-62 (p. 274, en réalité un échec)
- la pratique courante des viols selon Mouloud Feraoun (p. 304).

9782862609324FS


- retour à l'accueil