Diapositive1

 

«Il faut savoir ce que l’on veut et

où l’on va» dixit Lyautey

Colonel (er) Pierre GEOFFROY


Que s’est-il passé depuis l’envoi au Président de la République du Plaidoyer pour le respect de Lyautey et de la mémoire coloniale outragés grâce à des fonds public ?
 
Le 10 octobre 2007 un simulacre d’inauguration a installé l’imposture au Palais Lyautey dit de la “Porte Dorée”
 
Les initiateurs et les réalisateurs du projet de “Cité nationale de l’histoire de l’immigration” ont voulu inaugurer, après plusieurs reports, des dissensions internes et malgré des travaux inachevés, leur installation au Palais Lyautey.
 
Que la création d’une “Cité de l’immigration”, comme le titre la presse, soit une bonne ou un mauvaise idée, ça peut se discuter.
 
Ce qui est inquiétant, ce sont les buts poursuivis et les moyens de les atteindre, car dès le départ, il y a amalgame entre immigration et colonisation et une volonté de “communautariser” les immigrés.
 
Ce qui est infamant, c’est l’installation de cet organisme au Palais de la Porte Dorée avec la volonté de faire oublier, avec cynisme, la raison d’être de ce lieu de mémoire.
 
Ce magnifique bâtiment, seul témoin à Paris de l’architecture de son époque et seule survivance de9bbb_1_sbl l’Exposition coloniale internationale de 1931 avait été voulu et réalisé par Lyautey avec le concours de l’architecte Laprade et du sculpteur Janniot.
 
Si les adeptes de la repentance et de l’humiliation de la France n’y avaient pas fait obstacle, ce palais devrait présenter aujourd’hui avec les Savorgnan de Brazza, Laperrine, Faidherbe, Galliéni, Lyautey, et tant d’autres jetés aux oubliettes, ce qu’Arthur Conte a dépeint dans un livre sous le titre L’épopée coloniale de la France.

 

 
Défigurer les lieux pour mieux se les approprier
 
Le projet de cité de l’immigration a cheminé non sans mal, mais avec discrétion pour éviter les réactions. Une fois validé par décret du 16 novembre 2006, il fallait faire vite pour s’approprier le site, en défigurer l’intérieur pour mieux en faire oublier l’histoire et l’auto-inaugurer pour tenter de rendre irréversible la situation créée.
 
Les interviews donnés à cette occasion reflètent l’auto-satisfaction et la manipulation de l’histoire. La recette pour abuser l’opinion est simple : fournissez un dossier de presse tronqué, trouvez des “historiens” et des “philosophes” adeptes de votre idéologie pour valider vos propos, ainsi que des comparses pour servir de faire-valoir, puis livrez-vous à des journalistes qui ne vous poseront que les bonnes questions.
 
Nous avions adressé sous forme de Plaidoyer une lettre ouverte au Président Sarkozy pour qu’il fasse arrêter le gâchis historique, architectural, politique et financier de cette affaire. Outre les arguments forts, malheureusement confirmés par les faits, que nous avions mis en avant, il faut en ajouter un de poids, à savoir le jugement porté par un visiteur averti comme Jean-Pierre Rouart de l’Académie française sur ce suicide culturel. (article paru dans le quotidien Nice-matin du 14 octobre 2007).
 
Il écrit : «Un couscoussier, une machine à coudre, un fer à repasser, des valises en carton, des théières marocaines, et des scoubidoubidous : c’est ce dépotoir dont aucun marché aux puces ne voudrait qu’on ose nommer musée. Eh oui, les Musées de France lui ont donné ce label. L’État est-il devenu fou ? Je manque de mots pour exprimer mon indignation au sortir de la visite de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration

Diapositive1

 
Le ministère de la Culture finance la non-culture
 
Ce bric à brac, est, en fait, à l’image de ceux qui l’ont pensé  pendant de nombreuses années comme devant participer à “l’empoisonnement” de notre culture et de notre civilisation et J-M Rouart discerne les composants de ce mélange tout à la fois poison et explosif : «On aura rarement mêlé sans aucune pudeur le népotisme présidentiel, l’instrumentalisation de la culture à des fins politiques et la gabegie financière.»  Le gouvernement précédent a accordé vingt-trois millions pour les travaux, plus sept millions pour le budget annuel de fonctionnement. On pourrait poser la question  À qui profite le crime ? si on ne connaissait pas la réponse.
 
Confiants dans la volonté de rupture avec les archaïsmes, l’immobilisme, les inepties et les dérives affichée par le  Président de la République , nous nous sommes adressés à lui. Nous n’avons pas encore reçu de réponse, ce qui laisse supposer qu’il a sans doute des dossiers plus urgents à résoudre, mais aussi que le remède est difficile à trouver, tant le mal a des racines profondes et difficiles à extirper.
 
Ce qui est certain et rassurant, c’est que ni le chef de l’État, ni les membres du gouvernement n’ont cautionné de leur présence la pseudo-inauguration du 10 octobre portant outrage à la mémoire de Lyautey, chassé des lieux, ainsi qu’à la mémoire coloniale piétinée.
 
Il n’y avait d’ailleurs pas besoin de cérémonie d’inauguration pour que se crée tout naturellement un lieu de rendez-vous, utilisé le jour-même, pour manifestations hostiles à la maîtrise de l’immigration, donc hostiles à l’action du gouvernement. Mais c’est bon, c’est même tout bon ! puisque c’était prévu ainsi par ceux qui veulent “retourner les symboles”, soutenus par le précédent ministre de la culture (non réélu député). En effet, il a laissé la “Cité de l’immigration” mettre en ligne sur son site  internet ces propos :
«Il s’agit donc avec ce projet et ce lieu, de déconstruire l’imagerie héritée de la colonisation, de retourner les symboles. De dire et de montrer que la page de la colonisation est définitivement tournée et détourner le bâtiment de sa vocation première.»

087

 

 
“L’espoir changea de camp, le combat changea d’âme”
 
Au moment où je terminais cette chronique mon attention a été attirée par la nouvelle d’un discours du Président de la République Nicolas Sarkozy prononcé au Palais Royal Marshan à Tanger le 23 octobre 2007, sur le thème de l’Union de la Méditerranée, dans lequel il citait Lyautey et son rôle de visionnaire.
 
N’ayant trouvé aucun écho de cette citation dans les médias, ni de la part de ceux qui habituellement dénigrent tout ce qu’il y a de positif, ni de ceux qui ont traité de raciste le discours de Dakar, j’ai fait appel à internet ce qui me permet de reproduire l’extrait suivant de ce discours.
 
- «Comment venir au Maroc pour un chef de l’État français sans évoquer la grande figure de Lyautey, ce grand soldat placé par le hasard des circonstances à la tête d’un protectorat et qui n’eut jamais d’autre objectif, à rebours des préjugés et de l’idéologie qui dominaient alors les esprits, que de protéger le peuple marocain, parce qu’il l’aimait et parce qu’il le respectait, de valoriser la richesse de votre patrimoine et la grandeur de votre civilisation, et d’apprendre aux Marocains et aux Français à s’aimer et à se respecter.
 
Lyautey avait compris avant tout le monde que nul ne pourrait s’opposer à l’aspiration des peuples à disposer d’eux-mêmes et il s’était fait un devoir de les accompagner sur le chemin de cette liberté.
 
Il fut l’un de ceux qui ont préparé l’avènement du Maroc moderne.
 
Il fut l’un de ceux grâce auxquels un sentiment de fraternité a pu s’établir entre le Maroc et la France, malgré les fautes et parfois les crimes que le protectorat avait engendrés.
 
Cette fraternité, elle sera scellée par le sang versé des vingt-cinq mille soldats marocains morts pour la France et pour sa liberté.
 
C’est sur cette fraternité que la France veut fonder sa relation avec le Maroc.
 
Cette fraternité, c’est celle qui unit deux peuples que leur histoire a portés à l’ouverture aux autres, à la tolérance, au respect de la dignité de la personne humaine, à des formes d’humanisme beaucoup plus proches l’une de l’autre que les apparences pourraient le laisser croire

On peut parler d’une rupture du Président avec la pensée unique. On peut attendre une cohérence entre parler et agir, Il y aurait incohérence à rendre au Maroc un hommage appuyé et justifié à Lyautey  et, dans le même temps en France, à  laisser financer ce qui contribue à effacer sa mémoire et celle de l’action coloniale, tout en favorisant l’anti-colonialisme et le communautarisme. Il y a là aussi matière à rupture avec l’incohérence politique souvent dénoncée.

Colonel (er) Pierre GEOFFROY
Président de l'Association Nationale Maréchal Lyautey

- http://www.lyautey.fr

courriel : chateau-lyautey@wanadoo.fr

 

chateau_lyautey_vue_general

 

 

- retour à l'accueil