vendredi 15 février 2013

Jeannette Bougrab et les harkis face à Jean-Pierre Elkabbach

3073832-4384220

 

harkis : Jeannette Bougrab a raison

général Maurice FAIVRE

 

Jeannette Bougrab (voir ci-dessous) contredit avec raison les accusations d'Elkabbach contre les harkis. Ami et historien des harkis depuis 1960, je peux affirmer que les harkis, sauf exceptions, ne participaient pas à de sinistres besognes, pour la bonne raison que parlant mal le français, ils n'étaient pas utilisés pour les interrogatoires.
D'autre part, étant originaires des villages et chargés de la protection des familles, ils étaient bienveillants envers la population.
Cependant, les harkis recrutés dans la rébellion (3.000 sur 60.000) étaient parfois brutaux avec la population.
Personnellement, j'en ai mis un à la porte.
J'aimerais que mon point de vue soit communiqué à M. Elkabbach et à la chaîne parlementaire..
général Maurice Faivre

- à ajouter à ce qui précède, le point de vue de Mohand Hamoumou. Dans sa thèse de doctorat, résumée dans Et ils sont devenus harkis, Fayard 1993, Mohand Hamoumou écrit, page 229 :

"Algériens, militaires et harkis reconnaissent que un à deux pour cent tout au plus  eurent un comportement condamnable envers les prisonniers FLN ou la population. La très grande majorité des supplétifs furent loyaux envers l'armée française... Mais ils furent sans haine envers la population. Bien au contraire, ils l'ont protégée contre les abus de militaires tentés par la contre-répression et contre les exactions du FLN dont la terreur, on ne le dira jamais assez, était son arme principale. Ce rôle de modérateur, de tampon entre l'armée et le FLN d'une part, et la population d'autre part,  est reconnu en privé par de nombreux Algériens, mais toujours officiellement refoulé."

Hamoumou donne ensuite de nombreux exemples de ces comportements.

général Maurice Faivre

et_ils_sont_devenus_harkis20100424



http://www.publicsenat.fr/lcp/politique/quand-jeannette-bougrab-s-emporte-r-des-harkis-alg-rie-344087

 
Quand Jeannette Bougrab

s'emporte sur le rôle des harkis en Algérie


Invitée de Bibliothèque Médicis, diffusé vendredi à 22 heures sur Public Sénat, Jeannette Bougrab s’est exprimée vivement au sujet des Harkis.
Jean-Pierre Elkabbach l’a interrogée sur leur rôle, affirmant qu’«on leur a fait faire des sinistres besognes en Algérie, et ils les ont faites». Celle qui est fille de Harki s’est indignée de ces propos. «Comment osez-vous dire...», lance Jeannette Bougrab.
«Ils n’ont pas participé à la torture ?», demande Jean-Pierre Elkabbach. «Mais vous plaisantez ?», répond l’ex-secrétaire d’État à la Jeunesse du gouvernement Fillon.

Le ton monte vite. Elle affirme : «Mon grand père a été égorgé en 1957 parce qu’il avait fait la seconde guerre mondiale, qu’il avait contribué à la libération de la France, mon grand père était garde-champêtre, ça méritait qu’il soit égorgé par le FLN ? Mon oncle a été retrouvé tué d’une balle dans la tête... (...) Non mais attendez, c’est scandaleux, c’était une armée républicaine, alors évidemment mais vous osez dire ça mais moi mes parents ils ont été des victimes de la colonisation, ils ont été des victimes du FLN et aujourd’hui on va leur dire mais vous avez fait des sales besognes mais sincèrement...» continue Jeannette Bougrab.
«Jamais je n’accepterai d’entendre ça», prévient Jeanette Bougrab. «Oui mais c’est pourtant la vérité», rétorque Jean-Pierre Elkabbach. «Eh ben oui mais moi je ne l’accepte pas parce que vous avez cette tache sur l’histoire de France» clôt l’ex-secrétaire d’État.
Première diffusion de Bibliothèque Médicis avec Jeannette Bougrab vendredi à 22 heures sur Public Sénat.

Jeannette Bougrab Médicis
Jeannette Bougrab

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 20:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]


vendredi 24 août 2012

la littérature historique sur les Juifs du Maghreb

vieux juif marocain



juifs d'Afrique du Nord

un livre de Colette ZYTNICKI

- Colette Zytnicki, Les Juifs du Maghreb. Naissance d'une historiographie coloniale, éd. Pups (La Sorbonne), septembre 2011.

Comment a été écrite l’histoire des Juifs d’Afrique du Nord ? L’ouvrage répond à cette question – qui n’a jamais été réellement posée jusqu’à présent – en s’intéressant à ceux qui ont fait l’historiographie des Juifs du Maghreb, aux méthodes et aux sources qu’ils ont utilisées, ainsi qu’au public touché. L’étude se déroule précisément dans le contexte de la société coloniale.

Du fait de la mainmise française au sud de la Méditerranée, les Juifs entrent progressivement dans la modernité occidentale. Si l’on doit admettre que les récits historiques ne sont pas absents de la littérature traditionnelle, il n’en reste pas moins que l’histoire, en tant que genre savant tel qu’il était en train de se développer en France, se diffuse à partir du XIXesiècle dans le monde juif.

Le passé juif devient donc objet d’histoire, une histoire écrite en français, à destination d’un public varié, juif ou non. Les premiers historiens avaient été d’abord des membres des élites juives, venus de France ou formés dans la métropole. Si les auteurs juifs avaient été nombreux, ils ne furent pas pour autant les seuls à s’intéresser au destin des israélites en terre maghrébine.

la curiosité des savants coloniaux

Du fait de leur position singulière, les Juifs ne manquèrent pas de susciter la curiosité des savants coloniaux qui s’étaient penchés sur leurs origines et plus spécifiquement sur leurs liens avec les populations berbères. Ainsi le passé juif entra-t-il dans la bibliothèque coloniale, par le biais d’ouvrages érudits ou d’articles parus dans des revues publiées à Alger ou à Rabat.

L’ouvrage embrasse donc la littérature historique sur les Juifs du Maghreb disponible en langue française depuis le milieu du XIXe siècle jusqu’aux années 1950. Au-delà de l’aspect historiographique, il propose une réflexion sur l’évolution du monde juif maghrébin au temps de la domination française et sur les modalités de son inscription dans une modernité importée par les puissances de l’heure. Il interroge également le regard porté par le monde non juif sur les judaïcités d’Afrique du Nord. Ainsi ce livre se présente-t-il comme leur histoire culturelle et sociale à la période coloniale.

présentation du livre

 

9782840507826_1_75

 

- sur France Culture

- note de lecture, Ewa Maczka sur le site La vie des idées

- Archives juives, n° 38/2, "Juifs du Maghreb entre Orient et Occident"

 

Colette Zytnicki

Colette Zytnicki est professeur d’histoire contemporaine à l’université Toulouse-Le Mirail et membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136). Ses travaux portent sur l’histoire des Juifs de France et du Maghreb aux XIXe et XXe siècles. Elle a notamment publié Les Juifs à Toulouse, entre 1945 à 1970. Une communauté toujours recommencée (Presses universitaires du Mirail, 1998). Elle a co-dirigé avec Jean-Marc Chouraqui et Gilles Dorival, Les Usages du passé juif (Éditions de la MMSH, 2006), et assuré la direction de Terre d’exil, terre d’asile. Migrations juives en France, XIXe-XXe siècles (Éditions de l’Éclat, 2010). Elle a également travaillé sur la construction de l’histoire en contexte colonial et a dirigé avec Sophie Dulucq Décoloniser l’histoire ? De l’histoire coloniale aux histoires nationales en Afrique et en Amérique Latine (XIXe-XXesiècles) (Publications de la Société française d’histoire d’Outre-Mer, 2003).

3642





 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]