lundi 10 décembre 2007

Pourquoi les Vietnamiens n'ont-ils pas revendiqué des "excuses" ? (Pierre Brocheux)

Diapositive1



Pourquoi les Vietnamiens

n'ont-ils pas revendiqué des "excuses" ?

Pierre BROCHEUX


Plutôt qu'un commentaire hasardeux et confus posté par Pickwicks (qui semble bien être un colonialiste pur jus, en tous cas il en manie la rhétorique) qui fait appel à l'explication génético-psychologico-culturelle, je propose la suivante : les Vietnamiens (et non les Indochinois) ont battu l'armée française comme plus tard ils ont tenu en échec la superpuissance américaine : être vainqueur donne de l'assurance et évite de mariner dans la rancoeur pour finalement revendiquer des excuses et des réparations. Après le victoire de Dien Bien Phu sur le corps expéditionnaire français en 1954 (mais rappelons nous la victoire sur la RC4 en 1950), Ho chi Minh recommandait à Hoang Tung, responsable de la propagande et rédacteur en chef du Nhan Zan/ Le Peuple : "exaltez l'esprit de sacrifice et l'héroïsme de notre peuple et de nos combattants mais évitez d'humilier les Français, nous les avons battus, c'est bien et c'est tout". Dix ou douze ans plus tard, apprenant que pendant son absence les autorités de Hanoi avaient fait défiler les aviateurs américains prisonniers pour les livrer à la vindicte populaire, il demanda au même Hoang Tung "qui a pris cette décision imbécile?"...

Pierre Brocheux
maître de conférence honoraire, université Denis-Diderot, Paris VII

brocheux_gros_plan2






9782228897952FS9782724607956FS









- Hô Chi Minh, Presses de Sciences Po, 2000.

- Hô Chi Minh, du révolutionnaire à l'icône, Payot, 2003.



reponse aux fellaghas;pourquoi les indochinois victime du colonialisme sont depouiulle de tte vindicte

pourquoi la communaute vietnamienne n'intentent pas un procès contre la France à l'image des fellagas dans ce pays, la question vaut d'etre posee, car on fait comme si cela participait d'une evidence cette posture des arabes dans ce pays?

Parce que les mouvement nationaliste vietnamien n'aviat rien de democratique et que les sud vietnamiens installes dans le confort de l'armee americiane savainet exactment ce qui leur arriverait,ils ont ete capble d'une vision realiste des choses,les boat people sont venus chercher en france et en occident les libertes fondamentales,jamais l'immigration arabe n'a vu ds son derpart vers la france,un moment d'emancipation profondement contradictoire d'avec son histoire nationaliste Prquoi; parce que l'indigen a une mentalite d'indigene..infantile irresponsable, tjrs en contradiction, tjrs inarticulee et surtout iraationnelle et profondement nevrotique,cette incapcite de formaliser l'histoire sou une forme rationnelle c'est la marque de fabrique des mususlamns...

Posté par pickwicks, jeudi 6 décembre 2007 à 12:18


P15_Vietnam_Capture_web
"être vainqueur donne de l'assurance et évite de mariner dans
la rancoeur pour finalement revendiquer des excuses et des réparations"
Pierre Brocheux


Réaction édifiante

pickwicks, votre réponse est édifiante.

Je vous suis à peu près sur vos remarques sur le gouvernement du Viêtnam-Sud (encore que l'on pourrait se poser les mêmes questions sur la Corée du Sud, qui pourtant, bien que dans les mêmes conditions que vous décrivez, critique l'ancien colonisateur japonais), mais la suite sur "l'indigène", là ce n'est même plus du néo-colonialisme mais carrément du colonialisme tout court...

Posté par Arnaud Nanta, mardi 11 décembre 2007 à 14:39

img_1





Arnaud Nanta - bio-biblio

- "Le Japon, victime ou agresseur" (2005)


- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 07:19 - - Commentaires [17] - Permalien [#]


mercredi 5 décembre 2007

une certaine rhétorique algérienne "anticoloniale" (Michel Renard)

Diapositive1


les points aveugles d'une certaine

rhétorique

algérienne "anticoloniale"

Michel RENARD


La logomachie des propos officiels ou semi-officiels en Algérie devient insupportable. De ce qui était un stock d'arguments que le F.L.N. a utilisé dès 1962 pour capitaliser à son profit le "prestige" politique de la victoire dans la "guerre d'indépendance", le régime algérien a fait une véritable démagogie historique par laquelle il manipule les ressentiments et frustrations de la population et escompte mettre en difficulté son partenaire français.

Cette démagogie repose sur la mise en ignorance du passé et la mise en slogans du revendicationnisme mémoriel.

Ignorance du passé ? Pour la vox dominationis en Algérie, l'histoire coloniale se réduit au face à face permanent d'un monstre exploiteur, oppresseur et aliénateur et d'un peuple, victime souffrante, résistante et glorieuse. Il n'en a pas été ainsi. L'ambivalence des interrelations coloniales est mise en évidence par l'investigation historique qu'elle soit française ou, souvent, algérienne. Quant à la guerre d'Algérie (1954-1962), elle fut autant une guerre civile qu'une guerre contre la puissance française.

Mise en slogans ? Le recours aux notions de "crimes contre l'humanité" et de "génocide" se veut une force de frappe visant à anéantir sans réplique l'adversaire. Mais ces formules ne correspondent pas à la réalité historique. La France coloniale n'a jamais cherché à exterminer les populations algériennes. Et les affrontements pour la conquête coloniale n'ont pas été menés au nom du racisme ni du mépris. Une réponse à ces allégations a été présentée par les historiens Gilbert Meynier et Pierre Vidal-Naquet - ce dernier aujourd'hui disparu - dans leur analyse du livre Coloniser, exterminer, qualifié par eux "d'entreprise idéologique frauduleuse" (lire leur texte ici).

L'article critiqué ci-dessous est un véritable condensé de cette démagogie historique et politique qui a cours à Alger sans guère rencontrer de répartie...

Michel Renard

_____________________________________


article paru le 5 décembre 2007 dans le journal algérien El Watan
et sa critique en paragraphes insérés, de cette couleur


Il a refusé de présenter les excuses officielles

de la France à l’Algérie

La dérobade de Sarkozy


«Oui, le système colonial a été profondément injuste, contraire aux trois mots fondateurs de notre République : liberté, égalité, fraternité.»

En prononçant solennellement cette petite phrase, tant attendue, à Alger comme à Paris, Nicolas Sarkozy, qui a dû manifestement consentir un trésor d’efforts sur lui-même, a, en fait, lu un verdict injuste devant de très larges secteurs de l’opinion algérienne. C’est une qualification des faits qui nous renvoie tout droit vers les atrocités des années 1950. Et là, il faut bien reconnaître qu’il n’y a vraiment pas photo entre ce que fut la longue nuit coloniale et l’expression discursive du président français. En cela, tous les Algériens ont dû être déçus, voire choqués par le propos douillettement sympathique et faussement indigné de Nicolas Sarkozy à l’égard de la colonisation.

- "Atrocités des années 1950", "longue nuit coloniale"... le vocabulaire de l'outrance et de l'unilatéralité. Si on appelle "atrocités" les souffrances barbares qui ont conduit à la mort de nombreuses personnes pendant la guerre d'Algérie, il faut évoquer la torture pratiquée par l'armée française mais aussi les mutilations pratiquées par le F.L.N. sur les prisonniers français (émasculations...) et sur des populations civiles algériennes résistantes à l'embrigadement du F.L.N. (massacre de Melouza...) ou encore lors des massacres massifs de harkis à l'été 1962 et après. On ne peut concentrer la critique sur la première et délaisser les secondes. Elles s'équivalent.
Pendre Larbi ben M'Hidi comme l'a fait le commandant Aussarresses en février 1957 ou étrangler Abbane Ramdane à l'aide d'une cordellette comme l'a fait le "colonel" Boussouf en décembre 1957..., je ne vois pas la différence. Ce sont les mêmes ignominies.

Et c’est très chèrement payé puisque le chef de l’Elysée repartira demain avec 5 milliards d’euros de contrats dans l’escarcelle en contrepartie d’une énième provocation !

- Les "5 milliards d'euros" ne sont pas un cadeau algérien sans contrepartie économique...! Il s'agit de contrats négociés. Et si les entreprises françaises font des affaires, les dirigeants algériens aussi (qui dira les "commissions" détournées qui permettent à la nomenklatura algérienne d'acheter de l'immobilier à Paris et d'inscrire ses enfants dans les lycées de la capitale française...?).

En matière d'économie, il faudrait poser la question du bilan de 45 années d'indépendance : une économie qui doit importer l'essentiel de ses biens de consommation alors que l'État algérien a placé depuis l'année 2000, 43 milliards de dollars, soit la moitié des réserves de change, dans le système bancaire américain (cf. Peterson Institute for International Economics). Un système scolaire déficient, un système de santé sinistré, une agriculture dévastée, une administration sclérosée et corrompue, un système bancaire asphyxié... Un Algérien sur cinq au-dessous du seuil de pauvreté selon les normes officielles à Alger...

L'ancien ministre du Commerce Smaïl Goumeziane expliquait en avril 2000 : «De l’aveu même du président de la République, le commerce extérieur du pays serait entre les mains de dix à quinze personnes. […] Par ce biais, on estime qu’un milliard et demi à deux milliards de dollars fuient le pays chaque année. En trente ans, ce sont ainsi quelque 30 à 40 milliards de dollars de richesse nationale qui s’en sont allés se loger offshore dans les comptes numérotés de quelques banques internationales vertueuses, ou s’investir hors du pays dans l’hôtellerie, dans l’immobilier ou dans le négoce international.»

Le nouveau locataire de l’Elysée nous apprend en 2007 – nous les indigènes –

- Il n'y a plus "d'indigènes" aujourd'hui. Sauf peut-être dans l'esprit de certains dirigeants algériens qui appauvrissent leur peuple depuis un demi-siècle.

que le système colonial a été profondément injuste ! Quelle belle trouvaille sémantique ! Et quel bel euphémisme… ! Le président français dont on attendait un peu de courage politique pour quelqu’un qui a promis la rupture a donc préféré surfer sur le changement dans la continuité. Incassable, Sarkozy s’est donc laissé enfermé dans cet ego patriotique, typique aux militants de l’extrême droite française qui rechignent de nos jours à regarder leur passé aussi terrifiant qu’abominable en Algérie. Un passé fait de sang et de larmes.

- Ce genre de propos n'aura, à mes yeux, de valeur morale et intellectuelle qu'après une reconnaissance des vérités de cet autre "passé terrifiant" :

atrocit_s_FLN
enfants "européens" victimes du F.L.N. à El-Halia/Philipeville le 20 août 1955

Il n'est pas possible d'exhiber les atrocités "du colonialisme" et d'en taire de semblables parce qu'elles ont eu pour auteurs des militants nationalistes algériens. Sauf à penser que la vertu ne doit pas être partagée, et qu'on peut condamner son absence chez son adversaire mais ignorer son défaut dans "son camp". On est alors privé de toute légitimité morale à exiger la moindre "excuse".

On attendait un peu cet épilogue provocateur aux entournures d’un homme qui a cru nécessaire de se faire accompagner par son secrétaire d’Etat aux anciens combattants, Alain Marleix, pendant que le ministre algérien des Moudjahidine a été sciemment «zappé» de la liste du comité algérien d’accueil.

- Le ministre algérien des Moudjahidines, Mohamed Cherif Abbès, "zappé", a tenu des propos antisémites.112924 Un ministre raciste est-il soutenu en Algérie... et par qui...? Il faut en finir avec la langue de bois sur ce point. L'antisémitisme, la haine des juifs (et pas seulement des sionistes) sont largement répandus dans les milieux officiels en Algérie. C'est une pathologie politique dans de nombreux pays arabes et musulmans. On ne peut, sans incohérence mentale, prétendre condamner le "racisme de l'État colonial français" et se complaire dans cet antisémitisme généralisé. Sauf à prouver que l'argument du "racisme français" est complètement instrumentalisé.


Deux mots pour 5 milliards d’euros...

«Voilà le travail de mémoire que je suis venu proposer au peuple algérien», a dit Sarkozy du haut de sa tribune devant les hommes d’affaires nationaux et, bien sûr, devant des millions d’Algériens «scotchés» devant le petit écran épiant la phrase – sentence –, qui allait sceller, croyaient-ils, définitivement les retrouvailles entre nos deux pays. Et, la déception fut à la mesure de l’attente. Pour la reconnaissance des crimes et la condamnation de la colonisation française, il va falloir repasser… Sarkozy ne sera pas – du moins pour l’instant –, l’homme qui allait réconcilier les deux peuples.

- On ne peut "réconcilier" les peuples sur la base de mensonges. En France, les approches du passé colonial en Algérie et de la guerre de 1954-1962 sont pluralistes. Il n'y a pas d'histoire officielle. Ce n'est pas le cas en Algérie. Les moyens de pression du pouvoir sur la production historienne sont ceux d'un État despotique qui enrégimente les intelligences et manipule les esprits.

La revendication d'excuses pour les "crimes de la colonisation" n'est qu'une pièce dans un dispositif maqam_ash_shahid_Alger_2_f_idéologique basé sur le mythe d'une nation et d'un État algérien déjà constitués en 1830, d'une résistance générale et héroïsée face à la conquête et à la domination coloniale, d'une "guerre d'indépendance" consensuelle et d'un peuple dressé dès novembre 1954... Un mythe qui développe une vision unanimiste du nationalisme alors que plusieurs courants l'ont traversé. Un mythe qui veut cacher les effets ambivalents du colonialsme et notamment les apports d'une modernité qui a interrogé les archaïsmes et les oppressions de la société traditionnelle...

Comme en juillet dernier, lorsqu’il avait abusé des usages diplomatiques en déclarant qu’il n’était pas «venu s’excuser», devant son homologue algérien, le patron de l’Elysée a encore enfoncé le clou et remué le couteau dans la plaie, ce lundi au Palais du peuple. A croire qu’il n’est capable que du pire… Et, suprême injure, le président français s’est permis l’incroyable cynisme de mettre le bourreau et la victime dans le même sac. «Oui, des crimes terribles ont été commis tout au long de la guerre d’indépendance, qui a fait d’innombrables victimes des deux côtés (…), ce sont toutes les victimes que je veux honorer.» Il faut reconnaître qu’avec une aussi grossière confusion des genres, Nicolas Sarkozy a dû faire baver de jalousie Le Pen et les tortionnaires de tout acabit qui reprennent du poil de la bête en France. Il est resté indéniablement en phase avec la scandaleuse rhétorique développée par son «UMP» en 2005. Pour un président qui veut «bâtir un partenariat d’exception» avec l’Algérie, il a fait preuve d’une maladresse verbale tout aussi exceptionnelle.

- Le "bourreau" et sa "victime"... Les rôles sont facilement distribués... Le dualisme de cette configuration ne permet pas d'appréhender la complexité des relations dans la société coloniale. Bien sûr, le militant F.L.N. torturé pendant la "bataille d'Alger" est une victime et son bourreau est facilement identifiable.

Mais qui osera qualifier de "bourreaux" les jeunes militaires du contingent, débarqués en Algérie depuis une semaine, qui tombent le 18 mai 1956 à Palestro dans une embuscade et dont les corps sont retrouvés atrocement torturés...? Témoignage du lieutenant Poinsignon : "On s'était acharné avec une incroyable sauvagerie. Ce que nous avons vu était tel que j'ai demandé par écrit un examen médico-légal pour déterminer les causes de la mort et si les mutilations avaient précédé ou suivi celle-ci. Je n'en ai jamais connu les résultats ; je n'ai même jamais su si cette autopsie avait bien été faite…. Torturés à mort, les jeunes soldats ont eu les yeux crevés… Les corps ont été vidés de leurs entrailles et bourrés de cailloux. Le FLN leur ont zébré les pieds à coups de couteau et leur ont coupé les testicules…."

palestro
Maurice Feignon, jeune médecin auxiliaire, torturé au fer rouge et à
l'eau bouillante avant d'être égorgé par des maquisards du F.L.N.

Qui osera qualifier de "victimes" (et de héros...?) les 220 hommes de l'A.L.N. qui le matin du 27 mai 1957 encerclent le village de Melouza - dont le tort serait de soutenir les Algériens messalistes et non le F.L.N. - et qui assassinent 303 personnes parmi lesquelles des femmes et des enfants, tous mutilés...?

melouza
Melouza : des civils algériens massacrés par le F.L.N. en 1957

Et comme pour tirer une dernière salve avant son retour sans doute triomphant à Paris, l’invité du président Bouteflika fait un clin d’œil attendrissant à ses concitoyens qui ont quitté l’Algérie en 1962. Une façon bien subtile de tordre le cou aux autorités algériennes coupables, d’après lui, d’avoir renvoyé les colons chez eux et d’avoir fait preuve d’inhospitalité… «Mais il est aussi juste de dire qu’à l’intérieur de ce système, il y avait beaucoup d’hommes et de femmes qui ont aimé l’Algérie, avant de devoir la quitter.» Ainsi, aussi «profondément injuste» qu’il fut, le système colonial, suggère-t-il, était animé et encadré par des hommes et des femmes qui aimaient l’Algérie ! Et voilà qu’on est en plein dans l’article 04 de la scélérate loi du 23 février 2005 énonçant le rôle positif de la France coloniale !

Hassan Moali

- On peut considérer "juste" la lutte pour l'indépendance menée par une partie du peuple algérien. Mais on ne doit pas oublier que ce combat a aussi charrié des crimes et des abominations. Et que l'histoire ne s'écrit pas avec les catégories d'un simplisme opposant un bourreau et une victime.

Dans Apologie pour l'histoire, le grand médiéviste Marc Bloch écrivait en 1941 : "Longtemps, l'historien a passé pour une manière de juge des Enfers, chargé de distribuer aux héros morts l'éloge ou le blâme. Il faut croire que cette attitude répond à un instinct puissamment enraciné." Et en forme de rejet de cette histoire/juge, il exhortait à la production du seul savoir : "Robespierristes, antirobespierristes, nous vous crions grâce, par pitié, dites-nous simplement quel fut Robespierre".

Les faits rappelés ci-dessus - et les photos montrées - sont largement connus. Même si on hésite encore à les intégrer dans l'écriture universitaire de l'histoire. À Alger, on taxera peut-être ceux qui les mentionnent de "révisionnistes", d'extrême-droitisme ou de je ne sais quoi d'autre... On aura ainsi une preuve supplémentaire que l'exigence d'une condamnation et d'excuses pour la période coloniale relève d'une controverse politique et idéologique qui manipule l'histoire. Rien de plus.

Michel Renard


344310581
Algérien assassiné par le F.L.N. :
où est le bourreau, où est la victime...?


- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 07:06 - - Commentaires [167] - Permalien [#]

mardi 4 décembre 2007

le système colonial a été profondément injuste (Nicolas Sarkozy)

Diapositive1


le  système colonial

a  été  profondément injuste

Nicolas SARKOZY


(...) Je suis venu en Algérie pour bâtir entre nos deux peuples un avenir de solidarité partagée. Parler d‘avenir, ce n'est pas ignorer le passé. Je suis convaincu depuis toujours que pour bâtir un avenir meilleur on doit au contraire regarder le passé en face. C'est d‘ailleurs ce que nous avons fait en Europe.


à l'intérieur d'un système injuste, beaucoup

ont aimé l'Algérie

C‘est le travail de mémoire que je suis venu proposer au peuple algérien. Oui, le système colonial a été profondément injuste, contraire aux trois mots fondateurs de notre République : liberté, égalité, fraternité.

Mais il est aussi juste de dire qu'à l'intérieur de ce système profondément injuste, il y avait beaucoup d‘hommes et de femmes qui ont aimé l'Algérie, avant de devoir la quitter. Oui, des crimes terribles ont été commis tout au long d‘une guerre d‘indépendance qui a fait d‘innombrables victimes des deux côtés. Et aujourd'hui, moi qui avais sept ans en 1962, c'est toutes les victimes que je veux honorer.

Notre histoire est faite d'ombre et de lumière, de sang et de passion. Le moment est venu de confier à des historiens algériens et français la tâche d'écrire ensemble cette page d'histoire tourmentée pour que les générations à venir puissent, de chaque côté de la Méditerranée, jeter le même regard sur notre passé, et bâtir sur cette base un avenir d‘entente et de coopération.

Notre relation n'a pas d'équivalent. Ce n‘est pas qu'une question d‘histoire. C‘est d'abord une affaire de géographie : nous sommes voisins de part et d‘autre d‘une mer qui a toujours été un trait d'union et non une barrière. C‘est enfin et surtout l'intensité unique de la relation entre nos deux peuples. La communauté algérienne est la première communauté étrangère en France. Mais plus important encore, c'est aujourd'hui un français sur dix qui éprouve pour l'Algérie des sentiments très forts parce qu'il y est né, parce qu'il y a vécu, parce que ses parents ou ses grands-parents en sont venus et ont fait le choix de s'établir en France.


L'antisémitisme : le visage de la bêtise et de la haine

Faire le choix d'une pleine intégration dans notre République ne signifie pas renoncer à ses racines. Au contraire : les deux doivent aller ensemble, et c'est ainsi que nous pourrons bâtir dans l'ouverture, la tolérance, le respect de l‘autre, un avenir partagé. En France comme en Algérie, nous devons combattre avec une détermination sans faille toute expression de racisme, toute forme d'islamophobie, toute forme d'antisémitisme. Quand on menace un Arabe, un Musulman ou un Juif en France, on menace la République. Le racisme, l'islamophobie, l'antisémitisme ne s'expliquent pas, ils se combattent. Ce qui vaut pour la France vaut partout ailleurs dans le monde. Il n'y a rien de plus semblable à un antisémite qu'un islamophobe. Tous deux ont le même visage, celui de la bêtise et celui de la haine.

Le peuple algérien, au cours des années 90, a eu à livrer un terrible combat contre la barbarie terroriste. Les terroristes sont des barbares. Le peuple algérien a combattu, seul, au nom de valeurs qui nous sont communes : la tolérance, la liberté, le refus de la violence. Sa victoire sur le terrorisme est un succès majeur qui nous concerne tous, car l'installation à Alger d'un régime de type taliban n'aurait pas été seulement une tragédie pour l'Algérie : elle aurait été une catastrophe pour tous les pays riverains de la Méditerranée.

Je n'ai jamais été de ceux qui ont donné des leçons aux Algériens pendant ces années sombres. D'abord parce que l'Algérie n'a pas de leçons à recevoir. Et ensuite parce que ceux qui lui faisaient la leçon se plaçaient de facto du côté des ennemis de la démocratie. Je dirai demain au Président Bouteflika mon respect pour le courage et la détermination du peuple algérien tout au long de cette épreuve. Je lui dirai aussi la confiance de la France dans l‘avenir de l'Algérie.

Oui, j'ai confiance. Oui, je crois en l'avenir de l‘Algérie. Une Algérie stable et pluraliste, prospère et dynamique, capable de transformer sa richesse d'aujourd'hui en investissements pour demain. Une Algérie où tous les Algériens doivent pouvoir espérer un avenir meilleur. Participer à cette grande ambition est dans notre intérêt. Parce qu'un échec de l'Algérie serait aussi un échec pour la France et serait un échec pour toute l'Europe. Nous devons tous contribuer à l‘avenir de l'Algérie, dans le respect de ses choix et de ses souhaits, avec amitié. Mieux : dans un esprit de fraternité. C‘est pourquoi nous devrons aussi aller plus loin pour faciliter la circulation des personnes entre les deux rives de la Méditerranée.

Nicolas Zarkozy
3 décembre 2007, Alger

_______________________________________________


Col_a_rue_du_march_
Koléa, rue du Marché à l'époque coloniale


la perception politique

n'épuise pas la réalité historique

Michel RENARD


L'homme politique affronte le passé à travers les éléments historiques constitutifs des identités (nation ou autre...) mais aussi à travers les rapports de force créés à partir des mémoires.

Réclamer, comme les dirigeants algériens, la qualification du passé colonial par les titres de "crime contre l'humanité" ou de "génocide" n'a rien à voir avec l'intelligence historique. C'est un expédient permettant d'éviter le bilan de 45 ans d'indépendance et cultivant un sentiment anti-français comme un dérivatif utile face aux déboires quotidiens dans lesquels se débat la population algérienne.

De son côté, le président français refuse une repentance non seulement parce qu'il n'en accepte pas les présupposés (un bilan univoquement négatif de la période coloniale) mais parce que cela placerait la France en position de faiblesse dans les rapports diplomatiques avec l'Algérie. Il tient compte, en sus, des mémoires catégorielles s'exprimant dans la société française en cherchant à maintenir un équilibre entre elles.

Il en sort donc des formules comme celles du 3 décembre à Alger : reconnaître "l'injustice profonde" du "système colonial" et persister à dire qu'une partie de ses protagonistes "dominants" ont vécu une autre expérience, une relation d'amour avec leur pays de naissance. C'est "mieux" que les diatribes algériennes officielles, mais cela reste de la politique. Et ne saurait rendre compte - ce n'est d'ailleurs pas son objet - de la complexité des interrelations durant la période coloniale.

Affirmer que le "système" colonial (la colonisation ne fut jamais un "système"...) a été "profondément injuste" n'est ni vrai ni faux. À ce niveau de généralité, il s'agit d'une abstraction dont on peut se demander qui la vivait ainsi de 1830 à 1962. Certains ont indéniablement conçu leur destinée dans les termes de l'injustice et de l'oppression : les résistants à la domination coloniale, les militants nationalistes... mais cela n'a jamais fait "un" peuple. La plupart ont probablement vécu dans un autre horizon mental. Car la perception politique d'une situation n'épuise pas, loin s'en faut, la psychologie de la vie quotidienne. Ni les espérances de s'en arracher.

Michel Renard


en Algérie coloniale :


il y eut ceci...

insurrection_Margueritte
convoi de prisonniers algériens à la suite de l'insurrection de Margueritte (1901)


mais aussi cela...

int_rieur_d_un_caf__maure
intérieur d'un café maure : un "Européen" et des "musulmans" (carte datée 1902)


h_pital_Tlemcen
hôpital de Tlemcen : l'infirmière et les malades convalescents


Orl_ansville_march_
la "domination" coloniale ne se réduit pas à la conflictualité ouverte et permanente


Blida_march__europ_en
"indigènes" et "Européens" dans ce "marché européen" à Blida


B_ne_march__arabe
"Européens" et "indigènes" dans ce "marché arabe" à Bône (Annaba)


Sidi_Bel_Abb_s_march_
modestie sociale ce ces "Européens dominateurs"


- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 00:00 - - Commentaires [33] - Permalien [#]

lundi 3 décembre 2007

Algérie : reconduire les servitudes volontaires

Diapositive1



Reconduire les servitudes volontaires

Au moment même où s’élaborait un appel* initié par des historiens algériens et français qui «demande aux plus hautes autorités de la République française de reconnaître publiquement l’implication première et essentielle de la France dans les traumatismes engendrés par la colonisation en Algérie, une reconnaissance nécessaire pour faire advenir une ère d’échanges et de dialogue entre les deux rives, et, au-delà, entre la France et les nations indépendantes issues de son ancien empire colonial», le ministre algérien des anciens combattants, Mohammed Cherif Abbès, dans un entretien accordé lundi 26 novembre au quotidien algérien Al-Khabar, évoque l’origine juive du président ou de tel ou tel de ses ministres, et attribue l’élection présidentielle au «lobby juif qui a le monopole de l'industrie en France». Rappelons que c’était le même Mohammed Cherif Abbas qui avait lu, le 5 mai 2005, lors d’un colloque à Sétif, l’incroyable discours qui assimilait la colonisation au nazisme, et les fours à chaux d'Heliopolis (Guelma, 1945) aux fours à gaz d'Auschwitz, en présence d’historiens français dont un certain nombre avaient quitté la salle.

Indépendamment du caractère grotesque de cette déclaration – qui, apparemment, n’a guère soulevé de protestations en Algérie et qui a même été soutenue par le président de l’Organisation nationale des moudjahidin, Saïd Abadou –, indépendamment de «la résurgence qu’elle manifeste des préjugés antisémites les plus nauséabonds», pour reprendre les termes du communiqué de la Ligue des droits de l’homme, elle est révélatrice d’un certain état d’esprit, dont la conclusion de cet entretien donne quelques clés : «Aujourd’hui des rapports d’égal à égal ne sont pas envisageables, les Français ne sont pas prêts, en particulier durant le mandat de M. Sarkozy. Si je devais rencontrer le président français, je lui dirais : “Faute avouée est à demi pardonnée”

À quoi servent «les juifs» dans la rhétorique du pouvoir algérien actuel, au prix d’un déni de l’histoire de l’Algérie dans laquelle s’inscrit l’intime du rapport entre musulmans et juifs indigènes ? À nourrir indéfiniment le ressentiment pour se légitimer et refaire du consensus – et quel consensus ! –, à faire fond de commerce d’un antisémitisme latent très sensible dans les cercles du pouvoir et dans les mouvances islamistes ; à rejouer la colonisation, et la fierté nationale sur un théâtre désert auquel personne ne croit plus ; à «reconduire les servitudes séculaires propres à un passé révolu» (Mohammed Harbi, «Une presse sans déontologie», juin 2005).

Ce sont précisément ces servitudes séculaires que l’appel «France-Algérie : dépassons le contentieux historique» (http://www.ldh-toulon.org) se propose d’ébranler, c’est cette parole d’égal à égal à laquelle il donne réalité, sans qu’il soit question de repentance, de faute ou de pardon : il est question de la reconnaissance par la République française d’un fait historique donné. C’est le déni des faits qui ouvre la porte au racisme, qu’il soit contre les Arabes ou contre les juifs : aux citoyens algériens de découvrir ce que l’antisémitisme officiel veut dénier.
 

Paris, le 2 décembre 2007
Association du Manifeste des libertés

* Appel rendu public le 1er décembre 2007, dans Le Monde :
(http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-984515,0.html),
l’Humanité, et dans les quotidiens algériens El Watan, le Quotidien d’Oran  et Al-Khabar (en arabe, et que nous soutenons (il est affiché pour signatures sur le site de la LDH-Toulon : http://www.ldh-toulon.org).

 


9a63e524_9d22_11dc_a1f2_88e576b1c5ec
Mohamed Cherif Abbès : "(les) véritables architectes de l’arrivée
de Sarkozy au pouvoir, le lobby juif qui a le monopole de l’industrie en France
".


- interview du ministre algérien des Moudjahiddines (Anciens combattants), Mohamed Cherif Abbès : texte sur le site voltairenet.org

- Mohamed Cherif Abbas : bio

- Algérie : message d'accueil antisémite pour Sarkozy: lefigaro.fr

Ager_synagogue_place_Randon
la synagogue d'Alger, place Randon, à l'époque coloniale


- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 17:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 2 décembre 2007

D'Algérie (bande dessinée de Morvandiau)

Diapositive1


D'Algérie...

une bande dessinée de Morvandiau (novembre 2007)


Luc Cotinat, alias Morvandiau, alias Christine de Saint-Simon, alias Luc Lémans, est dessinateur.

morvan2

extrait d'un reportage sur Morvandiau

(...) Puis son visage s’assombrit avant d’évoquer un projet plus intime, qui lui tient à cœur depuis 1994, depuis l’assassinat de son oncle par le GIA à Tizi-Ouzou. “Ma famille paternelle est pied-noir. Mon père a grandi à Alger avant de venir faire ses études à Rennes, où il est resté. Mon oncle, lui, était moine là-bas.” Il aimerait remonter les fils de l’histoire familiale, avec des interviews filmées, pour comprendre cette autre guerre sans nom dans une Algérie qu’il connaît peu. Pas drôle, même si “on peut rire de tout”.

source


header_home_tmpphp6jbg91


- Le site de Morvandiau, consacré à D'Algérie

L'idée du livre D'Algérie est née en 2003. Il m'a fallu du temps pour, conjointement, préciser mon projet, sa tonalité, et digérer puis synthétiser les documents glanés, lus ou vus ici et là.

Comme pour mes livres précédents, bien qu'il soit très différent de ceux-ci, j'ai dû m'efforcer d'avoir en tête une voix et un ton particuliers qui me permettraient de borner son écriture.

Bref, de trouver la distance nécessaire.

L'expérience de chercheurs en sciences humaines me fut, de ce point de vue, d'un grand secours. Comme Pierre Bourdieu , d'autres - Germaine Tillion, Romain Bertrand ou Clarisse Buono - m'ont donc mâché le boulot !

Les plus curieux d'entre vous auront déjà visionné ici un documentaire sur l'ethnologue Germaine Tilliono (dont il semble difficile de ne pas être admiratif).

Par ailleurs, le fort intéressant site Études Coloniales m'a permis de découvrir le travail de Romain Bertrand.

 extrait de ce site : 28 novembre 2007

85_2007101247

- commander : D'Algérie, Morvandiau, éditions Maison Rouge, novembre 2007.


9782917327005FS

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 07:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


vendredi 30 novembre 2007

«Il faut savoir ce que l’on veut et où l’on va» dixit Lyautey

Diapositive1


 

«Il faut savoir ce que l’on veut et

où l’on va» dixit Lyautey

Colonel (er) Pierre GEOFFROY


Que s’est-il passé depuis l’envoi au Président de la République du Plaidoyer pour le respect de Lyautey et de la mémoire coloniale outragés grâce à des fonds public ?
 
Le 10 octobre 2007 un simulacre d’inauguration a installé l’imposture au Palais Lyautey dit de la “Porte Dorée”
 
Les initiateurs et les réalisateurs du projet de “Cité nationale de l’histoire de l’immigration” ont voulu inaugurer, après plusieurs reports, des dissensions internes et malgré des travaux inachevés, leur installation au Palais Lyautey.
 
Que la création d’une “Cité de l’immigration”, comme le titre la presse, soit une bonne ou un mauvaise idée, ça peut se discuter.
 
Ce qui est inquiétant, ce sont les buts poursuivis et les moyens de les atteindre, car dès le départ, il y a amalgame entre immigration et colonisation et une volonté de “communautariser” les immigrés.
 
Ce qui est infamant, c’est l’installation de cet organisme au Palais de la Porte Dorée avec la volonté de faire oublier, avec cynisme, la raison d’être de ce lieu de mémoire.
 
Ce magnifique bâtiment, seul témoin à Paris de l’architecture de son époque et seule survivance de9bbb_1_sbl l’Exposition coloniale internationale de 1931 avait été voulu et réalisé par Lyautey avec le concours de l’architecte Laprade et du sculpteur Janniot.
 
Si les adeptes de la repentance et de l’humiliation de la France n’y avaient pas fait obstacle, ce palais devrait présenter aujourd’hui avec les Savorgnan de Brazza, Laperrine, Faidherbe, Galliéni, Lyautey, et tant d’autres jetés aux oubliettes, ce qu’Arthur Conte a dépeint dans un livre sous le titre L’épopée coloniale de la France.


 
Défigurer les lieux pour mieux se les approprier
 
Le projet de cité de l’immigration a cheminé non sans mal, mais avec discrétion pour éviter les réactions. Une fois validé par décret du 16 novembre 2006, il fallait faire vite pour s’approprier le site, en défigurer l’intérieur pour mieux en faire oublier l’histoire et l’auto-inaugurer pour tenter de rendre irréversible la situation créée.
 
Les interviews donnés à cette occasion reflètent l’auto-satisfaction et la manipulation de l’histoire. La recette pour abuser l’opinion est simple : fournissez un dossier de presse tronqué, trouvez des “historiens” et des “philosophes” adeptes de votre idéologie pour valider vos propos, ainsi que des comparses pour servir de faire-valoir, puis livrez-vous à des journalistes qui ne vous poseront que les bonnes questions.
 
Nous avions adressé sous forme de Plaidoyer une lettre ouverte au Président Sarkozy pour qu’il fasse arrêter le gâchis historique, architectural, politique et financier de cette affaire. Outre les arguments forts, malheureusement confirmés par les faits, que nous avions mis en avant, il faut en ajouter un de poids, à savoir le jugement porté par un visiteur averti comme Jean-Pierre Rouart de l’Académie française sur ce suicide culturel. (article paru dans le quotidien Nice-matin du 14 octobre 2007).
 
Il écrit : «Un couscoussier, une machine à coudre, un fer à repasser, des valises en carton, des théières marocaines, et des scoubidoubidous : c’est ce dépotoir dont aucun marché aux puces ne voudrait qu’on ose nommer musée. Eh oui, les Musées de France lui ont donné ce label. L’État est-il devenu fou ? Je manque de mots pour exprimer mon indignation au sortir de la visite de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration

Diapositive1

 
Le ministère de la Culture finance la non-culture
 
Ce bric à brac, est, en fait, à l’image de ceux qui l’ont pensé  pendant de nombreuses années comme devant participer à “l’empoisonnement” de notre culture et de notre civilisation et J-M Rouart discerne les composants de ce mélange tout à la fois poison et explosif : «On aura rarement mêlé sans aucune pudeur le népotisme présidentiel, l’instrumentalisation de la culture à des fins politiques et la gabegie financière.»  Le gouvernement précédent a accordé vingt-trois millions pour les travaux, plus sept millions pour le budget annuel de fonctionnement. On pourrait poser la question  À qui profite le crime ? si on ne connaissait pas la réponse.
 
Confiants dans la volonté de rupture avec les archaïsmes, l’immobilisme, les inepties et les dérives affichée par le  Président de la République , nous nous sommes adressés à lui. Nous n’avons pas encore reçu de réponse, ce qui laisse supposer qu’il a sans doute des dossiers plus urgents à résoudre, mais aussi que le remède est difficile à trouver, tant le mal a des racines profondes et difficiles à extirper.
 
Ce qui est certain et rassurant, c’est que ni le chef de l’État, ni les membres du gouvernement n’ont cautionné de leur présence la pseudo-inauguration du 10 octobre portant outrage à la mémoire de Lyautey, chassé des lieux, ainsi qu’à la mémoire coloniale piétinée.
 
Il n’y avait d’ailleurs pas besoin de cérémonie d’inauguration pour que se crée tout naturellement un lieu de rendez-vous, utilisé le jour-même, pour manifestations hostiles à la maîtrise de l’immigration, donc hostiles à l’action du gouvernement. Mais c’est bon, c’est même tout bon ! puisque c’était prévu ainsi par ceux qui veulent “retourner les symboles”, soutenus par le précédent ministre de la culture (non réélu député). En effet, il a laissé la “Cité de l’immigration” mettre en ligne sur son site  internet ces propos :
«Il s’agit donc avec ce projet et ce lieu, de déconstruire l’imagerie héritée de la colonisation, de retourner les symboles. De dire et de montrer que la page de la colonisation est définitivement tournée et détourner le bâtiment de sa vocation première.»

087

 
“L’espoir changea de camp, le combat changea d’âme”
 
Au moment où je terminais cette chronique mon attention a été attirée par la nouvelle d’un discours du Président de la République Nicolas Sarkozy prononcé au Palais Royal Marshan à Tanger le 23 octobre 2007, sur le thème de l’Union de la Méditerranée, dans lequel il citait Lyautey et son rôle de visionnaire.
 
N’ayant trouvé aucun écho de cette citation dans les médias, ni de la part de ceux qui habituellement dénigrent tout ce qu’il y a de positif, ni de ceux qui ont traité de raciste le discours de Dakar, j’ai fait appel à internet ce qui me permet de reproduire l’extrait suivant de ce discours.
 
- «Comment venir au Maroc pour un chef de l’État français sans évoquer la grande figure de Lyautey, ce grand soldat placé par le hasard des circonstances à la tête d’un protectorat et qui n’eut jamais d’autre objectif, à rebours des préjugés et de l’idéologie qui dominaient alors les esprits, que de protéger le peuple marocain, parce qu’il l’aimait et parce qu’il le respectait, de valoriser la richesse de votre patrimoine et la grandeur de votre civilisation, et d’apprendre aux Marocains et aux Français à s’aimer et à se respecter.
 
Lyautey avait compris avant tout le monde que nul ne pourrait s’opposer à l’aspiration des peuples à disposer d’eux-mêmes et il s’était fait un devoir de les accompagner sur le chemin de cette liberté.
 
Il fut l’un de ceux qui ont préparé l’avènement du Maroc moderne.
 
Il fut l’un de ceux grâce auxquels un sentiment de fraternité a pu s’établir entre le Maroc et la France, malgré les fautes et parfois les crimes que le protectorat avait engendrés.
 
Cette fraternité, elle sera scellée par le sang versé des vingt-cinq mille soldats marocains morts pour la France et pour sa liberté.
 
C’est sur cette fraternité que la France veut fonder sa relation avec le Maroc.
 
Cette fraternité, c’est celle qui unit deux peuples que leur histoire a portés à l’ouverture aux autres, à la tolérance, au respect de la dignité de la personne humaine, à des formes d’humanisme beaucoup plus proches l’une de l’autre que les apparences pourraient le laisser croire

On peut parler d’une rupture du Président avec la pensée unique. On peut attendre une cohérence entre parler et agir, Il y aurait incohérence à rendre au Maroc un hommage appuyé et justifié à Lyautey  et, dans le même temps en France, à  laisser financer ce qui contribue à effacer sa mémoire et celle de l’action coloniale, tout en favorisant l’anti-colonialisme et le communautarisme. Il y a là aussi matière à rupture avec l’incohérence politique souvent dénoncée.

Colonel (er) Pierre GEOFFROY
Président de l'Association Nationale Maréchal Lyautey

- http://www.lyautey.fr

courriel : chateau-lyautey@wanadoo.fr


chateau_lyautey_vue_general


- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 28 novembre 2007

Colonisation - évangélisation

Diapositive1



Colonisation - évangélisation

les relations entre les pouvoirs coloniaux,

les pouvoirs locaux et les missions :

des Grandes Découvertes à la décolonisation


missionnaire_broyant


- colloque à la Sorbonne, les jeudi 13, vendredi 14 et samedi 15 décembre 2007

- programme colloque colonisation-évangélisation


Haut_Cameroun


missionnaire_et_3_Abyssinie



Jeudi 13 décembre 2007

Président de séance : Alain Tallon

9h00 Alain Tallon (Paris IV), Introduction

9h20 Luiz-Felipe de Alencastro (Paris IV), Colonisation – Évangélisation ou Civilisation – Évangélisation ?

9h45 Giovanni Pizzorusso (Chieti), Évangélisation des peuples et pouvoirs coloniaux : les initiatives de la Congrégation de la Propaganda Fide face aux États (XVIIe siècle).

10h10 débat

10H40 Benoit Pierre (Tours), Apostolat et affirmation de l’État sous le règne de Louis XIII : les missions capucines du père Joseph

11H00 Claude Prudhomme (Lyon II), Le rôle de Rome dans la conception et la régulation des relations entre pouvoirs coloniaux et autorités missionnaires catholiques.

11h30 débatC_te_d_Ivoire

12h00 déjeuner

14h00 Jean-François Zorn (Montpellier III), Internationalisme missionnaire et nationalisme colonial : la mission protestante de Paris au XIXe siècle.

14h30 James P. Daughton, (Stanford) The relationship of French and British missionaries to their respective imperial projects, c. 1880-1914.

15h00 débat

Président de séance : Jacques Frémeaux

15h30 Géraud Poumarède (Paris IV), La monarchie française et l’essor missionnaire en Méditerranée orientale dans la première moitié du XVIIe siècle.

16h00 Bernard Heyberger (Tours-EPHE), Pouvoirs et missions en Syrie à l’époque moderne.

16h30 débat

17h00 Daniel Lefeuvre (Paris VIII), La conquête religieuse de l’Algérie : les premières implantations catholiques, l’évangélisation et le prosélytisme.

17h30 Oissila Saaïdia (IUFM Strasbourg), Le dialogue interreligieux entre Oulémas et clercs en situation coloniale en Algérie.

18h00 débat

18h30 fin de la première journée



le_on_cat_chisme


Vendredi 14 décembre 2007

Président de séance : Jacques Frémeaux

9h00 Colette Zytnicki (Toulouse II), L’Alliance israélite universelle au Maroc : les "hussards noirs" juifs de la République en contexte précolonial et colonial (1862-1939).

9h30 Christophe Réveillard (Paris IV), Contradictions de la politique religieuse au temps des lois laïques entre métropole et Algérie.

10h30 Jérôme Bocquet (IUFM Orléans-Tours), Les missions à l’heure du nationalisme arabe : pouvoirs et allégeances au Proche-Orient (1925-1967).

11h00 débat

Président de séance : Déjanirah Couto (EPHE)

11h30 Alain Forest (Paris VII-Denis Diderot), Missions et expansion coloniale en Asie du Sud-Est entre les XVIIe et XIXe siècles.

12h00 Xavier Huetz de Lemps (Casa Velasquez), Pouvoirs et missions aux Philippines du XVIe au XIXe siècle.

12h30 débat

13h00 déjeuner

14h30 Ronnie Po-chia Hsia (Pennsylvanie), Les missionsp_re_L_on_Bourjade catholiques, les pouvoirs européens et l’Empire de Chine aux XVIe-XVIIIe siècles.

15h00 Nathalie Kouamé (INALCO), Missionnaires chrétiens et samurais, ou l’impossible colonisation du Japon pendant son "siècle chrétien" (1549-1640).

15h30 débat

16h00 Jacques Weber (Nantes), Les rapports entre les pouvoirs et les missions dans les établissements français de l’Inde de la Restauration au Second Empire.

16h30 Sarah Mohammed-Gaillard (INALCO), Administration coloniale, missionnaires et populations autochtones : alliances et conflits politico-religieux en Nouvelle-Calédonie.

17h00 débat

17h30 Jean-François Klein (INALCO), À l’origine du mythe du Yunnan. Missions catholiques en Chine méridionale et intérêts impériaux franco-britanniques au XIXe siècle.

18h00 Claire Tran Thi Liên (Paris VII-Denis Diderot), Les catholiques vietnamiens pendant la guerre d’indépendance (1945-1954). Entre la reconquête coloniale et la résistance communiste.

18h30 débat

19h00 fin de la deuxième journée



soeur___cheval


Samedi 15 décembre 2007

Président de séance : Luiz-Felipe de Alencastro (Paris IV)

9h00 Philippe Evanno (Paris IV), Les pouvoirs locaux, les comptoirs et les missions de Dakar à Ouidah entre 1680 et 1797.

9h30 Laurick Zerbini (Lyon II), L’Afrique, une terre de mission pour Augustin Planque.

10h00 débat

10h30 Markus Roser (Église évangélique luthérienne de Saxe), Connections between powers and missions in the Royal domain of Congo.

11h00 Félix Iroko (Abomey-Calavi), Les missions, les esclaves affranchis revenus du Brésil et les différents pouvoirs.maison_m_re_Lavigerie

11h30 débat

12h00 déjeuner

Président de séance : Annie Moliné-Bertrand (Paris IV)

14h00 Charlotte de Castelnau (Paris X), Pouvoir et missions au Brésil à l’époque moderne.

14h30 Paolo Broggio (Roma Tre), Ordres missionnaires et politiques indigènes dans la Vice-Royauté du Pérou aux XVIe et XVIIe siècles.

15h00 débat

15h30 Karl-Heinz Arenz (Paris IV), Pouvoirs et missions jésuites en Amazonie au XVIIe siècle.

16h00 Dominique Deslandres (Montréal), "Les puissances", jésuites, sulpiciens et autorités coloniales en Nouvelle-France.

16h30 débat

17h00 Philippe Delisle (Lyon III), Les missionnaires catholiques, l’administration coloniale et la question du travail sur les plantations en Guyane française au XIXe siècle.

17h30 Nelly Schmidt, (Paris IV) et Oruno D. Lara, (Centre de Recherches Caraïbes-Amériques), Religion et colonisation en 1848-1852.

18h00 débat

18h30 Jacques Frémeaux (Paris IV) : conclusion

19h00 fin du colloque.

missionnaire_en_voyage

____________________________________________________




maison_m_re_NDA


vieux_missionnaire


village_mission


dominicain_Lang_Son


missionnaire_et_l_preux


orphelinat_en_Alg_rie


__bord_d_un_navire





- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 07:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mardi 27 novembre 2007

un regard réducteur et anachronique (Jean-Pierre Renaud)

Diapositive1



un regard réducteur et anachronique

sur le rôle

des officiers en Afrique coloniale

Jean-Pierre RENAUD


Cf. - "Les troupes de marine en Afrique à la fin du XXème siècle : le cas du Soudan français", Lieutenant Benjamin Leroy, Revue Historique des Armées, n°247, année 2007

rha247Avant tout compte rendu de lecture et d’analyse, formulons une remarque préliminaire qui a son importance sur un tel sujet : la hardiesse d’interprétation dont fait preuve l’auteur de cet article, hardiesse qui fait plaisir de la part d’un représentant d’un monde militaire plus souvent formaté par la discipline et l’obligation de réserve. Mais il convient de voir si l’audace du propos trouve sa justification dans la solidité de l’analyse historique.

L’auteur examine rapidement la conquête du Haut-Sénégal, devenu le Soudan en 1886 [le Mali d'aujourd'hui], entre le commandement de Faidherbe, antérieur à 1870, et l’année 1894, date de l’occupation de Tombouctou. Une première réserve au sujet de l’affirmation : «Jusqu’en 1890, la France n’a pas de véritable politique coloniale, ni de perspective précise sur le long terme» (page 115). Pourquoi cette date de 1890 ? Aucune explication. Pour autant que la France ait jamais eu une politique coloniale...

chef_de_section_chemin_de_fer
chemin de fer du Sénégal au Niger : un chef de section

Une description trop caricaturale du monde des officiers de l’infanterie et de l’artillerie de marine : «Portrait d’un marsouin de l’époque…» (p.116). «Les officiers de l’infanterie de marine sont, à cette époque et en règle générale, des hommes sortis parmi les derniers de Saint Cyr» (p. 117). «Combinant la soif d’aventures, de gloire, le nationalisme et la frustration née de la défaite, se dresse alors le portrait moyen d’un officier d’Afrique, d’un fanatique prêt à tout pour donner à la France un nouveau morceau de terre» (p. 118).

Le «régime du sabre (p.120)»…

«Ces coloniaux cherchent à agir comme ils l’entendent, sans en avoir à en référer à chaque instant à des supérieurs lointains ou à des civils incompétents. (p. 120)

Mais pour être efficaces, cela suppose le maintien sur place, non d’administrateurs étroitement contrôlés par le secrétariat des Colonies, mais d’officiers indépendants agissant comme de véritables despotes éclairés. La conception que les militaires se font du rôle de chef de la colonie est plus proche d’un Bonaparte Premier Consul que d’un préfet représentant le gouvernement. (p. 121)

Les relations entre administrateurs civils et militaires sont rarement bonnes, voire franchement mauvaises lors du renvoi d’Archinard

Ce mépris du civil et la prétention d’être seuls capables de juger des situations locales amènent ces hommes à la violation systématique des instructions reçues. Une attitude trop agressive risque cependant d’irriter le ministère, mais Faidherbe trouve la solution en camouflant des campagnes en mesures de sécurité, et en faisant vibrer la vieille corde française de la souveraineté territoriale. Il inaugure ainsi une tradition d’indiscipline et d’hypocrisie, où il garde toujours quelque mesure, mais qui fera remarquablement école parmi les commandants supérieurs

tirailleurs_brousse
Tombouctou : une compagnie de tirailleurs dans la brousse


Appréciations anachroniques

J’ai envie de dire à l’auteur de ces lignes : pourquoi autant d’appréciations anachroniques et d’affirmations péremptoires ?

Première remarque, l’auteur reprend à son compte la fable des derniers de Saint Cyr, mais aurait-il connaissance d’une étude sérieuse qui aurait été faite à ce sujet, notamment à l’initiative des autorités militaires ? Il faudrait qu’il cite sa source. Qui n’existe pas d’après moi, et aux témoignages d’une excellente historienne de ce domaine de l’histoire militaire et d’un colonel féru de l’histoire de son arme.

Et comment ne pas rappeler également que plusieurs des officiers qui se sont illustrés dans les campagnes évoquées n’étaient pas des cyrards, mais d’anciens polytechniciens, Faidherbe [ci-contre], Borgnis-Desbordes, Archinard, Joffre…, et queFAIDHERB d’autres officiers, appartenant eux, à la Marine Nationale, s’illustrèrent également en positif ou en négatif sur les fleuves Sénégal ou Niger.

Et que beaucoup d’entre eux, les plus jeunes, s’ils furent les derniers de Saint Cyr, affirmation non encore démontrée, s’illustrèrent dans de grands commandements au cours de la première guerre mondiale.

Deuxième remarque, la citation de la page 118 est très proche de la description de Person (p. 364), écrivant lui-même : «Si nous y ajoutons la frustration de 1870, nous aurons le portrait moyen d’un officier d’Afrique, d’un "fana", comme on disait, prêt à tout pour donner à la France un nouveau morceau de terre

Si l’auteur avait beaucoup fréquenté les livres de ces officiers, il n’aurait pas pu se livrer à une telle caricature, et s’il connaissait un peu mieux ce pan de notre histoire coloniale, il ne lui aurait pas été possible de commettre autant d’erreurs.

Car la plupart de ces officiers n’étaient pas les «fanatiques» décrits par l’auteur : ils savaient souvent écrire et bien, dessiner, étudier minutieusement les mœurs des populations locales, apprendre et parler leur langue. Ils n’étaient pas des «despotes», même éclairés. Péroz que cite l’auteur pour illustrer le rôle des officiers dans la politique coloniale, a procédé à beaucoup d’analyses, encore utiles, sur la géographie, l’histoire, les institutions des royaumes et empires du Haut-Sénégal et du bassin du Niger. Il s’est en particulier illustré par sa description très complète de l’Empire de Samory Outre le fait qu’il parlait plusieurs langues du pays !


enfants_de_troupe_tirailleurs
école des enfants de troupe des Tirailleurs indigènes

La description faite de l’attitude de ces officiers à l’égard des indigènes est un peu expéditive : elle ne tient compte, ni des situations stratégiques de conquête, ni de la réalité de la politique indigène concrète de ces officiers. Paternalisme envers les indigènes, sûrement, mépris radical pour les valeurs africaines, considérées comme barbares, certainement pas, si l’auteur avait eu une meilleure connaissance des récits de ces officiers, en citant au choix, Gallieni, Péroz déjà évoqué, Binger, Monteil, Toutée…car leur liste est longue, pour ne parler que de l’Afrique de l’Ouest.

Approximation également des propos que l’auteur tient à la page 118 : «Dans la politique coloniale menéef_tiche_bambara par les officiers des troupes de marine, il est une constante : celle du soutien quasi-systématique apporté aux fétichistes (animistes) [ci-contre : fétiche bambara],… son action est donc marquée par une profonde hostilité à l’Islam politique.»

Un jugement qui ne tient aucun compte du contexte militaire et politique du Haut-Sénégal de l’époque, les deux empires d’Ahmadou et de Samory, s’étant édifiés et continuant à s’édifier, avec des moyens qui n’avaient rien d’angélique, notamment celui de Samory, aux dépens des royaumes animistes, peuls, malinkés, ou bambaras du bassin du Niger.

Ce qui est vrai, c’est que la politique française a beaucoup tergiversé entre un accord avec les deux almamys musulmans, principaux chefs d’empire, Ahamadou et Samory et leur soumission, mais la responsabilité des gouvernements  de l’époque est à mettre en cause, peut-être plus que celle des officiers, très souvent, laissés à eux-mêmes, dans une colonie qui ne coûtait pas beaucoup à la France, sauf en morts de soldats, et qui n’intéressait pas grand monde à Paris.

Il convient de rappeler à ce sujet que Péroz a accompagné à Paris, en 1886, l’un des nombreux fils de Samory, Karamoko pour qu’il fasse connaissance avec la France, le monde moderne de l’époque, et qu’il puisse en faire témoignage à son père.

En résumé, un regard réducteur et trop souvent anachronique sur cette époque et sur le rôle des officiers.

poste_de_Bamba
Soudan français (Mali), poste de Bamba


Troisième remarque : comment est-il possible qu’un officier puisse, en 2007, faire l’impasse sur le contexte historique de l’époque ? Mais il n’y avait pas d’administrateurs civils, et les officiers étaient les seuls à pouvoir, techniquement, exercer des commandements territoriaux. Il ne faut donc pas appeler Bonaparte et les Préfets en renfort. L’Ecole Coloniale n’existait pas encore, et elle mit beaucoup de temps pour pouvoir fournir les cadres civils nécessaires aux nouvelles colonies, qui ne s’appelaient d’ailleurs pas des administrateurs civils.


Le cas du docteur Colin (p. 122)

L’auteur fait un sort au cas du docteur Colin, lequel illustrerait les relations difficiles qu’entretiendraient les officiers avec les civils, épisode que l’historien Henri Brunschwig a analysé dans son livre Le Partage de l’Afrique noire.

Le docteur Colin était avant tout un chercheur d’or attiré par l’or du Bambouk et du Bouré, et s’il est vrai qu’un ministre lui donna une lettre de mission pour se rendre au Soudan, y faire ses prospections, et même y signer des traités, il faut replacer l’affaire dans son contexte historique : les troupes françaises, peu nombreuses, venaient à peine d’atteindre le Niger, à Bamako. Rien n’était encore acquis sur le plan des communications et de la sécurité de la région, et la venue d’un chercheur d’or était tout à fait prématurée, et sans doute inopportune, compte tenu de son objet. Ceci dit, le docteur Colin, selon les années, et les titulaires du commandement supérieur, fut découragé ou aidé, par exemple par Gallieni.

Je serais tenté de dire à propos de l’exemple choisi : caractère anodin.


Le «régime du sabre»
(p. 120) et la politique du fait accompli

Question sur le sous-titre «régime du sabre» : s’agit-il d’une référence à un des livres du député Vigné d’Octon ? Lequel, à la fin du XIXe siècle, s’attacha à dénoncer les exactions coloniales les plus criantes ?

Venons en à présent au discours que l’auteur tient sur la politique du fait accompli des officiers, discours assez classique, qui tient rarement compte de la réalité historique et des conditions d’exercice du commandement dans des contrées lointaines, mal reliées à la chaîne de commandement du pouvoir politique.

Je signale d’ailleurs au lecteur que les recherches historiques que j’ai13108772_p effectuées sur la période des conquêtes coloniales des années 1870-1900 sont parties de la même idée, celle d’après laquelle le concept du fait accompli expliquait une grande partie de ces conquêtes, ce qui n’est pas vrai, comme je l’ai démontré dans mon livre [ci-contre]. (1)

Ce n’est pas vrai au Soudan pour la période 1880-1888. À partir de 1888, Archinard exerça effectivement un pouvoir de proconsul, mais avec la complicité du pouvoir politique, et la ratification de ses initiatives par le gouvernement, qu’il s’agisse de la prise de Koundian, de Kankan, de Ségou, ou de Djenné. Il a fallu cinq ans à ses amis et soutiens politiques à Paris, donc complices, pour sanctionner ses multiples faits accomplis.

En ce qui concerne la prise de Mourgoula en 1882, nous renvoyons le lecteur à l’article que j’ai publié sur le blog «Etudes coloniales», intitulé «Un cas d’école au carré de l’histoire coloniale», car son classement en fait accompli n’est ni assuré, ni significatif dans les opérations de conquête du Soudan.

Il conviendrait d’ailleurs de noter que les officiers de marine sur les canonnières du Niger se sont également illustrés par leur indiscipline, renouant ainsi avec une voie largement ouverte par le fait accompli des amiraux, de La Grandière en Cochinchine, en 1867, puis Dupré au Tonkin, en 1873, et bien avant eux, en 1849,  Dupetit-Thouars à Tahiti.

Tombouctou_nouveau_march_
Tombouctou, le nouveau marché et le poste de police

L’auteur ne fait mention que du cas Boiteux, à Tombouctou. Leur indiscipline, qu’il faut toujours replacer dans son contexte historique et dans une déontologie du commandement, dépassa peut être celle des fantassins et des artilleurs. Celui de Tombouctou eut pour conclusion un des plus grands désastres humains de cette conquête.

Quatre officiers de marine, Davoust, Jaime, Hourst et Boiteux ont fait preuve d’indiscipline au cours de la période examinée, particulièrement Jaime en 1889, et Boiteux en 1893. Le mythe de Tombouctou fonctionnait à plein pour tous les officiers coloniaux, qu’ils soient fantassins, artilleurs, ou marins, mais bien au-delà des coloniaux.

bonnierLe cas de Boiteux, à la fin de 1893, est sans doute le plus emblématique, compte tenu de sa responsabilité indirecte dans la catastrophe de Tacoubao, qui, en janvier 1894, a entraîné la mort de 77 militaires, dont 11 officiers. Mais les responsabilités d’Archinard et de Bonnier [ci-contre - source] ne peuvent être écartées, compte tenu de l’ambiguïté de leurs instructions, et plus haut celles des gouvernements qui n’ont jamais donné d’instructions claires.

Outre le fait que les ministres changeaient tous les six mois ! Et que le plus souvent ils ignoraient tout de la réalité des contrées qu’on leur proposait de conquérir !

Les exemples cités pour illustrer «la violation systématique des instructions reçues» (p.123) ont un rapport limité et faible avec la réalité de la conquête militaire du Soudan. Ils ne servent que faiblement la démonstration de la thèse avancée par l’auteur.

Conclusion de notre lecture et de notre analyse du contenu, dans la forme et le fond de cet article : un survol rapide du cas du Soudan avec des observations et formulations qui sont le plus souvent dénuées de nuances dans la forme et dans le fond.

Une analyse à coups de sabre, avec la reprise des thèses développées par les historiens Yves Person [1925-1982] et Alexander Sydney Kanya-Forstner [The Conquest of Western Sudan, a study in French Militaria Imperialism, 1969, Cambridge Univ. Press], d’après lesquelles le Soudan aurait été conquis par une clique d’officiers, adeptes du fait accompli, thèses qui sont loin d’être démontrées selon les périodes examinées, et compte tenu du fonctionnement concret de la chaîne de commandement militaire et politique, avec au gouvernement des ministres qui ne prenaient pas leurs responsabilités entre 1888 et 1893. La période Faidherbe mériterait une analyse différente, compte tenu de l’époque et de la nature du pouvoir politique.

L’historien Yves Person a produit, après Péroz, une véritable somme sur Samory180px_Almamy_Samory_Tour_ [ci-contre], et il a eu le mérite de rechercher toutes les sources possibles de la tradition orale, mais on peut regretter, qu’en tant qu’historien, il ait laissé souvent courir sa plume, avec une analyse de ce qui pouvait se passer dans les têtes, et en prêtant donc des intentions, souvent orientées, aux officiers dont il a analysé l’action et les responsabilités. Quant à l’historien A.S. Kanya Forstner, dont les analyses sont souvent rigoureuses et acérées, il est possible de lui reprocher peut être sa connaissance incomplète du fonctionnement concret des colonnes et de la relation qu’elles pouvaient entretenir avec le pouvoir militaire ou politique.

Ce que l’on peut dire de façon plus modérée, comme l’a noté le grand historien Henri Brunschwig pour l’Algérie, qui appartint à la Guerre, comme la Cochinchine à la Marine, c’est que le Soudan appartint alors à l’Infanterie et à l’Artillerie de Marine, ainsi qu’aux canonnières de la marine du Niger.

Mais plus grave de la part d’un officier, une méconnaissance complète du terrain, de l’époque, des conditions concrètes du commandement, et de la relation inévitablement conflictuelle qu’entretenait ces officiers coloniaux avec le devoir d’obéissance et la liberté de commandement, problème qui conserve son actualité dans les armées modernes.

Jean-Pierre Renaud

(1)  Le vent des mots, le vent des maux, le vent du large, Jean Pierre Renaud, éditions JPR 2006.

- de Jean-Pierre Renaud, sur Études Coloniales : la parabole de la Propagande coloniale


mosqu_e_Djenn_
mosquée de Djenné (Mali)


- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 10:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 26 novembre 2007

Mohammed Bedek, militant nationaliste algérien

Diapositive1



Mohammed Bedek, militant nationaliste

algérien à Lyon dans les années 1930



Bedek Mohamed

Dans cette liste des personnalités historiques du mouvement anti-colonialiste, je vois le nom de Bedek Mohamed qui fut effectivement l'un des membres fondateurs de l'Étoile Nord-africaine à coté de Imache Amar et Messali Hadj. Ce personnage est de ma région, Béni-Doual en Grande Kabylie, plus exactement du village Aguemoune de Béni-Aissi. Je souhaite connaitre, si c'est possible, au moins un petit aperçu de sa biographie car il est méconnu en Algérie et même dans sa propre région. Tous mes remerciements.

Posté par ath douala, lundi 26 novembre 2007 à 14:34


Lyon_usine__1_
l'Éclairage électrique, usine de matériel de guerre à Lyon (années 1916-1917)


cba_guerre_1914_18


réponse

Émigré en France, Mohammed Bedek travaille dès les années 1920 aux usines Berliet à Lyon [ci-contre, en 1914-1918].
Il est le principal fondateur de l'Association des travailleurs algériens de Lyon, rejoignant en 1934 l'Étoile Nord-Africaine (E.N.A.) qui devient le parti de Messali.

Il organise le meeting qui accueille Messali à Lyon en mars 1934 et rassemble, selon la police, 400 participants sur les 8 000 travailleurs nord-africains de laChekib_ARslan région lyonnaise à l'époque. Il devient alors le principal animateur de l'E.N.A. dans la région. Il assiste au Congrès islamo-européen organisé par Chekib Arslan [ci-contre] à Genève en septembre 1935 ; à l'occasion du congrès, il expose avec Messali et Imache le programme de l'E.N.A. dans les salons de l'hôtel Victoria de Genève.

Sous le gouvernement de Front populaire, lors de l'assemblée générale de l'E.N.A. à Lyon en octobre 1936, il se prononce contre le projet Blum-Viollette qui promettait un élargissement très mesuré de la citoyenneté française ; il le qualifie "d'instrument de division et de luttes fratricides" et s'élève "contre les lenteurs que met le gouvernement de Front populaire à mettre en application les maigres réformes réalisées.

Alors qu'il est dans la région lyonnaise, le principal animateur et responsable du P.P.A., dès sa création en 1937, il manifeste des désaccords avec la direction parisienne du Parti en 1938, et cède le premier rôle à Akli Aksas. Ses positions sont d'un nationalisme exclusif ; Mohammed Bedek ne réapparaît pas dans l'action politique après 1945.

Algérie : engagements sociaux et question nationale (1830-1962),
dir. René Galissot, "Le Maitron", éd. de l'Atelier, 2006, p. 88.


Aguemoune_village
village d'Aguemoune (Algérie)


- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 19:04 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

samedi 24 novembre 2007

Décès de Pierre Lamant

Diapositive1
Kampot (Cambodge) (source)


Décès de Pierre Lamant


L'Institut National des Langues & Civilisations Orientales et le département d'Asie du Sud-Est ont la tristesse de faire part du décès de Pierre-Lucient Lamant, professeur émérite des Universités, spécialiste de l'histoire moderne et contemporaine de l'Asie du Sud-Est et, plus particulièrement, du Cambodge, membre de l'Académie des Sciences d'Outre-Mer et vice-président de l'Association Française d'Histoire d'Outre-Mer, décès survenu le mardi 22 novembre.

Les obsèques de Pierre-Lucien Lamant auront lieu le mercredi 28 novembre, à 15 heures, au cimetière du Père-Lachaise (rendez-vous est fixé à 15 h  devant l'entrée principale).

colonies_fran_aises_Cambodge

- bio-biblio, sur le site de la SFHOM

- au sujet de l'affaire Yukanthor

affaire_yukantor1


roi_Cambodge___Marseille
Exposition coloniale de Marseille, 1906 : visite du roi du Cambodge


- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 16:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]