mardi 2 octobre 2007

l'Institut d'Études sur l'Immigration et l'Intégration

Diapositive1



Le malaise des historiens

Ils craignent que la recherche sur

l’immigration

ne soit inféodée au pouvoir

Catherine COROLLER


Libération, mardi 2 octobre 2007

Nicolas Sarkozy tente-t-il de créer des think-tank de droite avec des chercheurs à sa botte sur les questions d’immigration et de colonisation ? La prochaine inauguration d’un Institut d’études sur l’immigration et l’intégration et d’une Fondation pour la mémoire de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de lasimon Tunisie suscitent une forte émotion dans les milieux scientifiques. Une pétition contre la création de l’Institut circule, coordonnée par Patrick Simon [ci-contre], chercheur à l’Institut national d’études démographiques (Ined), et devait être rendue publique la nuit dernière [lire le texte ci-dessous]. D’autres universitaires, dont l’historien Gilles Manceron, réfléchissent à une «prise de position des milieux scientifiques» sur la Fondation.

Point commun entre les deux projets ? «On assiste à une reprise en main de la droite en général et du gouvernement en particulier dans le domaine de la production de recherche sur les questions d’immigration, d’intégration, de mémoire et d’histoire de la colonisation, analyse Patrick Simon. Le gouvernement fonde les décisions qu’il prend sur des diagnostics, et il est important pour lui que ces diagnostics soient partagés par la communauté scientifique.» Or, en matière d’immigration notamment, les chercheurs contestent certains diagnostics gouvernementaux, comme le fait que la France accueillerait plus de migrants que les autres pays.

Le gouvernement lance-t-il la contre-attaque avec ces deux projets ? Concernant la Fondation, il est trop tôt pour le savoir. Certes, la création de cette instance figurait dans la loi de février 2005. Une autre disposition de ce texte, incitant les programmes scolaires à reconnaître le «rôle positif de la présence française outre-mer», avait provoqué une mobilisation du monde de la recherche, contraignant Jacques Chirac à retirer cet article. Mais la Fondation, elle, est restée. Dans un discours prononcé le 25 septembre lors de la 20070405145307_HARKISCérémonie d’hommage national aux harkis, François Fillon a annoncé sa création pour 2008. Pas plus de détails si ce n’est une allusion à des «historiens indépendants». Pour l’Institut, les intentions du gouvernement sont plus précises. Parmi les points qui inquiètent les chercheurs, le fait que cette instance soit créée par le Haut conseil à l’intégration, dont le président est nommé par le Premier ministre. C’est d’ailleurs Brice Hortefeux qui «procédera à [l’]installation officielle» de cet institut, lundi prochain. Autre souci : sa présidente est l’historienne et académicienne Hélène Carrère d’Encausse, qui s’était fait remarquer en associant les émeutes en banlieue de l’automne 2005 et la polygamie. Enfin, des chercheurs figurant dans la liste des membres du Conseil scientifique affirment ne pas avoir donné leur accord. Ainsi, Elikia M’Bokolo, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) ou Paul Schor, maître de conférences à Paris X-Nanterre.

François Guéry, secrétaire général du HCI, ne voit pas où est le problème. «Nous sommes rattachés au Premier ministre, c’est normal qu’il confie l’inauguration de cet institut au ministre qui s’occupe de9782110061218_GF l’intégration». «Les chercheurs sont libres, poursuit-il. «Je n’ai jamais vu un chercheur ne pas être libre». Pour lui, le rôle de l’Institut sera de présenter des préconisations au gouvernement : «On va par exemple regarder comment les immigrés eux-mêmes planifient leur intégration, quel est leur souhait, leur stratégie. Il ne faudrait pas qu’une immigration mal agencée vienne mettre en cause le régime républicain. Il peut y avoir des ennemis de la République qui s’arrogent tous les moyens pour mettre les institutions en danger». La présence de Carrère d’Encausse ? «C’est quelqu’un d’absolument respectable. Certains ont mis en avant des déclarations, mais qui n’en a pas fait ?»

La rentrée des chercheurs s’annonce donc chargée. D’autant qu’ils ont un troisième sujet de BM_20070220161203360préoccupation : l’ouverture, le 10 octobre, de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration. Huit intellectuels avaient démissionné de son Comité d’histoire, avant l’été, pour protester contre la création d’un ministère dont l’intitulé associe «immigration» et «identité nationale». En précisant qu’il ne s’agissait pas d’une remise en cause du projet lui-même, piloté par Jacques Toubon. Ils craignent que la Cité ne pâtisse de ces polémiques, y compris celles entourant le projet de loi Hortefeux sur la maîtrise de l’immigration. Au risque d’ajouter à la confusion, selon eux, la Ligue des droits de l’homme appellerait à une manifestation contre la politique d’immigration de Sarkozy devant la Cité, le jour de l’ouverture. Ces huit chercheurs préparent un communiqué rappelant leur soutien à ce musée.

Catherine Coroller
Libération, 2 octobre 2007


liens

- réactions à cet article sur le forum Libération

- sur le blog d'Yvan Lubraneski, on trouve un texte de protestation signé par Jérôme Valluy, politologue et responsable du réseau terra. Texte passablement ambigu où se mêlent la posture de "résistant" au "racisme sarkozyen" en lutte contre le ministère de l'Intégration et de l'Identité nationale... et l'étonnement de ne pas être appelé par ce même ministère quand il inspire la création d'une instance de réflexion... Attitude qui illustre on ne peut mieux le proverbe arabe : On pleure avec le berger mais on mangerait bien avec le loup...!

Michel Renard

_______________________________________________



Communiqué contre l'Institut

Communiqué au sujet la création
d'un Institut d'Études sur l'Immigration et l'Intégration

Un Institut d'études sur l'immigration et l'intégration vient d'être créé par le Haut Conseil à l'Intégration sous l'égide du Ministre de l'immigration, de l'intégration, de l'identité nationale et du co-développement. Il a vocation, selon ses fondateurs, à être le «guichet unifié» des financements venant des administrations et des entreprises pour les recherches portant sur ces thèmes. De fait, l'institut - dont l'indépendance annoncée n'est assortie d'aucune garantie institutionnelle - est un nouvel instrument de pilotage politique des recherches qui déterminera les «champs et sujets pertinents» sur lesquels engager des travaux scientifiques. Dans un contexte où le discours politique tend de plus en plus à présenter l'immigration comme un danger pour la collectivité nationale, où les législations successives restreignent toujours plus les droits des étrangers, où la rhétorique sur l'intégration sert à occulter les discriminations, nous exprimons les plus vives inquiétudes quant à la création de cet institut :

1. pour la menace qu'il constitue pour la liberté de la recherche sur une thématique aussi sensible, dès lors qu'il prétend devenir le lieu exclusif de contrôle des financements des travaux scientifiques,

2. pour le symbole que représente la nomination à la présidence de son conseil scientifique d'une personnalité dont les propos publics sur les familles africaines ont suscité l'étonnement et l'indignation.

Q'au moment où le gouvernement annonce un accroissement du potentiel de la recherche en France, le choix soit fait de renforcer le pilotage politique du travail scientifique nous semble inacceptable non seulement pour les chercheurs mais aussi pour l'ensemble des citoyens. Nous croyons que la crédibilité de la recherche sur l'immigration, les discriminations ou  la diversité, comme celle de toute recherche, ne peut être assurée que par l'entière liberté de définir les thèmes à aborder et les méthodes à appliquer. Il n'appartient pas à un institut sous tutelle politique de poser les «bonnes questions» auxquelles les chercheurs devront trouver de «bonnes réponses». Engagés depuis des années dans des programmes scientifiques nationaux et internationaux autour de ces questions, nous considérons que la recherche ne peut se développer fructueusement qu'avec l'appui d'institutions publiques indépendantes et pluralistes.

Paris, le 1er octobre 2007

Liste des initiateurs (par ordre alphabétique) :

Marie-Claude Blanc Chaléard, historienne, Université Paris 1
Catherine Coquery-Vidrovitch, historienne,  Université Paris 7
Véronique De Rudder, sociologue, CNRS
Didier Fassin, anthropologue, EHESS
Eric Fassin, sociologue, ENS
Denis Fougère, économiste, CNRS
Nancy Green, historienne, EHESS
Nacira Guénif, sociologue, Université de Paris 13
Nonna Mayer, politiste, CNRS
Pap Ndiaye, historien, EHESS
Gérard Noiriel, historien, EHESS
Catherine Quiminal, anthropologue, Université Diderot-Paris 7
Daniel Sabbagh, politiste, FNSP
Emmanuelle Santelli, sociologue, CNRS
Paul Schor, historien, Université Paris 10
Patrick Simon, socio-démographe, INED
Jocelyne Streiff-Fenart, sociologue, CNRS
Sylvie Thénaud, historienne, CNRS
Vincent Tiberj, politiste, FNSP
Patrick Weil, historien, Université Paris I

Liste des soutiens  (par ordre alphabétique) :

Jean-Loup Amselle, anthropologue, EHESS
Etienne Balibar, philosophe, Université Irvine
Nicolas Bancel, historien, Université de Lausanne
Sophie Bava, sociologue, IRD
Jean-Luc Bonniol, anthropologue, Université d'Aix-Marseille
Nadir Boumaza, géographe, Université Pierre Mendès France, Grenoble
Yael Brinbaum, sociologue, Université de Bourgogne
Stéphanie Condon, géographe, INED
Jocelyne Dakhlia, anthropologue, EHESS
Corinne Davaut, sociologue, doctorante, Université de Paris 8-URMIS
Irène Dos Santos, sociologue, doctorante
Caroline Douki, historienne, Université Paris 8
Stéphane Dufoix, sociologue, Université de Paris X
Mireille Eberhard, sociologue, post-doc INED
Jules Falquet, sociologue, Université Paris 7
Brigitte Fichet, Sociologue, Université Marc Bloch, Strasbourg
Camille Gardesse, sociologue, doctorante IUP
Christelle Hamel, sociologue, INED
Marie-Antoinette Hily, sociologue, CNRS-MIGRINTER
Fanny Jedlicki, sociologue, doctorante URMIS, Université Paris 7
Marie-Thérèse Lanquetin, juriste, Université de Paris X
Jean-Baptiste Leclercq, doctorant URMIS, Université Paris 7
Luc Legoux, démographe, Université de Paris I-IDUP
Françoise Lorcerie, sociologue, CNRS
Eric Macé, sociologue, Université Paris 3
Pierre Merklé, sociologue, Université de Lyon 2
Dominique Meurs, économiste, ERMES
Elise Palomares, sociologue, Université de Rouen
Edmond Préteceille, sociologue, OSC
Christian Poiret, sociologue, Université de Paris 7-URMIS
Janine Ponty, historienne
Philippe Poutignat, sociologue, CNRS-URMIS
Aude Rabaud, sociologue, Université de Prais 7-URMIS
Isabelle Rigoni, sociologue, Université de Poitiers-MIGRINTER
Christian Rinaudo, sociologue, Université de Nice
Valérie Sala Pala, politiste, Université de Clermont-Ferrand
Emmanuelle Sibeud, historienne, Université Paris 8
Roxane Silberman, sociologue, CMH-CNRS
Maryse Tripier, sociologue, Université Paris 7
François Vourc'h, sociologue, CNRS-GRASS
Loïc Waquant, sociologue, Université de Berkeley
Claire Zalc, historienne, ENS-EHESS

_______________________________________________


- à la lecture de cette liste, l'article de Catherine Coroller aurait dû s'appeler "le malaise des sociologues"...

20070531Hortefeux












- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 07:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


mardi 12 juin 2007

soutenances de thèse : David Lambert et Marie Coudé

Diapositive1



deux soutenances de thèse en Sorbonne :

David Lambert et Marie Coudé


sorbonne
salle Louis Liard à la Sorbonne



David Lambert

- David Lambert, Le Monde des prépondérants : les notables français de Tunisie et du Maroc de la fin du XIXe siècle jusqu'en 1939, Université Paris-I, sous la direction de Daniel Rivet, soutenance : mercredi 13 juin 2007, 9 h. 30, Université Sorbonne Paris-I.


quelques images de la Tunisie à l'époque coloniale


devant_la_mosqu_e_Tunis
Tunis à l'époque coloniale, devant la mosquée


Tunisie___colonies_fran_aises
un mélage d'imagerie et connaissances


Tunis_th__tre_et_caf_
Tunis, le théâtre et le café


Tunis_la_douaune
Tunis, la Douane


Tunis_la_R_sidence
Tunis, la Résidence


Tunis_quartier_europ_en
Tunis, quartier européen, place de la Gare du Sud


gafsa_tunisie_remise_de_la_cravache_au_caid_longo_
Gafsa, remise de la cravache au caïd Longo


Tunis_palais_de_Justice
Tunis, palais de Justice


________________________________________________


Marie Coudé

- Marie Coudé, Les Relations politiques et économiques entre la France et ses établissements de l'Inde, de 1947 à 1963, sous la direction de Jacques Marseille, soutenance : mercredi 27 juin, 9 h 30, Université Paris-I Sorbonne.


alliance93_small
Pondichéry


Louis_Bonvin_gouverneur
Louis Bonvin, Gouverneur
des Établissements français de l'Inde, 1938-1945

 

inde
Pondichéry, Karikal, Mahé, Chandernagor et Yanaon


rappel historique, 1890-1956

En 1740, Dupleix, gouverneur des établissements de la Compagnie française des Indes fondée par Colbert en 1664, cherche, à partir de Pondichéry et avec l’aide de soldats indiens, les cipayes, à étendre l’influence de la France sur le sud de l’Inde. Il parvient à contrôler la plus grande partie du Dekkan. Mais la Compagnie trouve ces conquêtes plus nuisibles qu’avantageuses ; le soutien de Louis XV, empêtré dans des guerres européennes, lui manque et surtout, la France n’a pas la maîtrise des mers.

Pourtant, au même moment, La Bourdonnais à partir de l’île Maurice (de France) et de l’île de la Réunion (Bourbon), avait fait des Mascareignes une base susceptible d’aider Dupleix. Ils sont tous deux désavoués et rappelés. Pendant la guerre européenne qui suit, Guerre de Sept Ans, Pondichéry est pris par les Anglais et le traité de Paris, en 1763, ne laisse à la France que cinq comptoirs : Pondichéry, Karikal, Mahé, Chandernagor et Yanaon qui furent rendus à l’Inde en 1956.

source : asnom


carte


gressieux_d_comptoirs_g



- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

mardi 10 avril 2007

Enjeux publics et fonction sociale de l’histoire

Diapositive1



"guerre des mémoires"

Enjeux publics et fonction sociale

de l’histoire



10773428

Université de Nanterre,
Salle des colloques, bâtiment K

en partenariat avec la BDIC et la revue Sciences Humaines :
mercredi 9 mai 2007, de 14h à 18h


Table ronde autour
- de Matériaux pour l’histoire de notre temps, coordonné par Régis Meyran («Les usages publics de l’Histoire en France»),
- du Dictionnaire de la colonisation française, sous la direction de Claude Liauzu, Larousse, 2007,
- de Comment sortir des guerres de mémoires ? de Thierry Leclère et Benjamin Stora, éd. de l’Aube, 2007.

1094

On a assisté depuis peu en France à un retour en force de la vieille opposition entre histoire et mémoire. Le passé envahit le présent, les descendants s’identifient aux acteurs de ce passé et les guerres de mémoires traversent la société française, au point que certains parlent de « tyrannie des mémoires. C’est la leçon qu’il faut tirer de la multiplication des lois «mémorielles» prétendant imposer une vérité de telle ou telle famille politique, de tel ou tel groupe de pression sur le passé, ou des nombreuses initiatives qui vont dans le même sens.

Se pose du coup la question des usages publics de l’histoire. Peut-on, pour comprendre la situation, la remettre dans son contexte à la fois historique et sociologique ? Trois publications tentent de faire le point, et insistent sur l’importance de la vulgarisation de l’Histoire, qui offre peut-être un moyen de pacifier la «guerre des mémoires».

FRCAOM08_9FI_00623R_P
la "mémoire" est parfois requise par la rigueur historienne...
source : base Ulysse


Présidence : Geneviève Dreyfus-Armand, directrice de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC)

Régis Meyran : Enjeux actuels de l’instrumentalisation du passé en France

Claude Liauzu : Pourquoi un dictionnaire de la colonisation ?

Hélène Almeida-Topor : Le point de vue de la Société française d’histoire d’outre-mer (SFHOM )myriam_cottias02_125

Myriam Cottias (photo ci-contre) : La question noire

Thierry Leclère et Benjamin Stora : Comment sortir des guerres de mémoires ?

Sophie Ernst : Généalogie de l’enseignement de la colonisation

Entrée libre - La durée des interventions sera limitée pour permettre un large débat Contact : Régis Meyran (01 40 37 26 65), meyranr@yahoo.fr

à l'université de Nanterre

mercredi 9 mai 2007, de 14h à 18h


congrs_noirs_1



- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 27 mars 2007

"L'insurrection de Madagascar du 29 mars 1947"

Diapositive1



"L'insurrection de Madagascar

du 29 mars 1947"

exposition, débats, vidéos à Metz le 29 mars 2007


mAffiche_29_mars_2007


L'initiative "insurrection de Madagascar du 29 mars 1947" se déroulera le 29 mars 2007 à Metz (57) avec exposition, projection vidéo, débats et échanges.

Pour plus d'information :
Association Dodol Océan Indien (ADOI)
E-Mail : dodol_ocean@yahoo.fr

http://radiovazogasy.com/?rub=news/news&newsid=n45fd66c94c2e2

DAFANCAOM01_30FI085N078_P
élections du 17 juin 1946 à Madagascar (source : Caom, base ulysse)


mad_armee_1947_g
Madagascar 1947, armée


- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 20 février 2007

la nuit du film anticolonial (samedi 24 février 2007)

Diapositive1



la nuit du film anticolonial

le samedi 24 février


Samedi 24 Février 2007 de 21h30 à 8 heures le lendemain
au CINEMA 3 LUXEMBOURG
67, rue Monsieur le Prince Paris 75005 – M° Luxembourg ou Odéon

LA NUIT DU FILM ANTICOLONIAL
PARTICIPATION AUX FRAIS : 20 euros – 10 euros (précaires)

Dans le cadre de la semaine anti-coloniale, L’Yeux Ouverts propose un programme de films de fictions  et documentaires consacrés, notamment, aux grandes figures des luttes anti-coloniales des peuples d’Asie, d’Afrique et du monde arabe. Il s’agit pour nous non seulement de sauvegarder cette mémoire tricontinentale anti-impérialiste, mais aussi d’en montrer l’actualité à une époque où s’intensifie la logique de guerre de l’Empire américain.

les organisateurs

052_vautier
René Vautier


Programme SALLE 1

21h30 :
AFRIQUE 50 et rencontre avec René Vautier
Documentaire de René Vautier (20 mn - 1950)

aff_afriqueÀ la fin des années 40 la Ligue de l'Enseignement propose à René Vautier de réaliser un film montrant "comment vivent les villageois d'Afrique occidentale française". Ce film est destiné à être montrer aux élèves des collèges et lycées de France. En accompagnant une équipe de routiers éclaireurs de France, il doit ramener des images sur la réalité africaine, puis en faire un montage. Vautier arrive donc en Afrique à 21 ans, sans idées préconçues. Cependant, de son périple africain, sortira le premier film anticolonialiste français.
Afriqueaff
Sur le sol africain, Vautier est accompagné par le gouverneur. Ce dernier tend à conseiller à Vautier de filmer les ananas du jardin de l'Office du Niger, alors que le documentariste était plus intéressé par les galériens noirs qui manoeuvraient à bras les vannes d'une écluse d'un barrage qui alimentait en électricité les maisons des blancs, mais pas le barrage : les Nègres coûtent moins cher... Vautier est révolté par le vrai visage du pouvoir colonial. Pendant près d'un an, en partie accompagné par Raymond Vogel, il parcourt le Mali, la Haute Volta, la Côte d'Ivoire, le Ghana, le Burkina Faso. Et il filme, grâce aux Africains qui le protègent.


22h 30 :
LE CINE COLONIAL
Documentaire de Mokhtar Ladjimi & Youssef El Ftouh (52 mn - 1997)FRCAOM08_9FI_00037R_P

Par toute une série de témoignages filmés, fiction ou documentaire, une analyse sur la propagande coloniale au début de années soixante. L'Algérie comme la Tunisie ont découvert le cinéma par les images tournées par les colonisateurs. C'est toujours la métropole et son pouvoir qui est mise en exergue avec le beau rôle pour une représentation négative des Maghrébins stéréotypés : les hommes brutaux et les femmes lascives. René Vautier a fait figure de contestataire soutenant les mouvements de Libération nationale. Aujourd'hui pour  l'Occident, c'est l'image de terrorisme qui a succédé au cruel et brutal sauvage.

- lien (1) - lien (2) (source image : Caom, base Ulysse)



23h 30 :
FRANTZ FANON : PEAU NOIRE, MASQUE BLANC
Docufiction de Isaac Julien (70 mn)

Psychiatre et théoricien révolutionnaire, Frantz Fanon a été ambassadeur duFRANTZFI Gouvernement provisoire de la République algérienne. Membre du FLN, poète, écrivain, il meurt à trente-six ans d'une leucémie en 1961.  Sa pensée est réformatrice et fulgurante, il peut être comparé par son influence mondiale à Che Guevara ou mieux encore à Malcolm X. Admiré des Black Panthers et des révolutionnaires du Tiers Monde, ami de Sartre et de Beauvoir, il a dénoncé avec passion le racisme et le colonialisme. Antipétainiste, il fit partie des Forces françaises libres de la Caraïbe. Auteur de Peau noire, masque blanc (1951), son dernier livre Les damnés de la terre est un appel à la libération des esprits colonisés à travers le monde. À l'aide de documents d'archives, d'interviews et de scènes reconstituées, le réalisateur fait le portrait réussi de Frantz Fanon, Martiniquais noir, se sentant profondément européen mais aspirant à se libérer de ses "masques blancs".


01h 00 :
LA BATAILLE D'ALGER
Fiction de Gillo Pontecorvo (100 mn - 1966)

alger_clp

Le film, qui avait été interdit de sortie en France en 1966 (sorti en 1971 et retiré de l'affiche rapidement après un attentat dans le cinéma), vient de sortir de l'oubli après un passage aux États-Unis. Considéré par beaucoup comme un film du patrimoine algérien, La Bataille d'Alger reste le plus important témoignage de l'époque. Son producteur, Yacef Saadi, premier producteur indépendant et surtout un des chefs du FLN pendant la guerre, y joue son propre rôle. L'arrivée des paras du Commandant Mathieu dans la Casbah d'Alger sonne le glas pour la résistance et son chef, Ali La Pointe. Le démantèlement du réseau du FLN continue. La victoire est française. Mais, l'histoire le dira trois ans plus tard, l'Algérie réclame son indépendance…
Interprètes : HADJADJ, Brahim (Ali La Pointe) / SAADI, Yacef (Saari Kader, son propre rôle) / MARTIN, Jean (Colonel Mathieu) / BOURIHIYA, Fatma / AL KADER, Fawla /  ROUICHED / KERBASH, Michèle / KASSEN, Ben / PALETTI, Ugo / Non professionnels


03h 00 :
LUMUMBA
Fiction de Raoul Peck (116 mn - 2000)

Patrice Emery Lumumba est un des héros de l'indépendance congolaise. À la fin desLumumba années 50, il se retrouve propulsé sur le devant de la scène politique internationale à la suite de la décolonisation. Tel Kenyatta, Nkrumah ou pour d'autres el Che, il rejoindra l'histoire des héros de la lutte anticoloniale. Au début, il milite activement pour la liberté du peuple africain dans la légalité. Les colonisateurs belges laissent s'organiser des élections qui tournent à leur désavantage. Contrairement aux choses prévues, Lumumba devient le premier ministre d'un des pays les plus riches d'Afrique. Il n'est en fait qu'un pion sur l'échiquier politique mondial. Manipulé et trahi, au moment de sa fuite pour rejoindre ses partisans dans le Nord du pays, il est arrêté par Mobutu, un ancien de son équipe. C'est sur ordre de Eisenhower, après le lâchage belge, que Lumumba sera éliminé. Torturé et envoyé au Katanga, fief ennemi, il y sera assassiné en janvier 1961. Il avait trente-sept ans. Pour éviter tout culte après sa mort, son corps disparaît brûlé.
Interprètes : EBOUANEY, Eriq (Patrice LUMUMBA) / DESCAS, Alex (Joseph MOBUTU) / KOTTO, Maka (Joseph KASA VUBU) / SOWIE, Théophile Moussa (Maurice MPOLO) / KABONGO, Dieudonné (Godefroid MUNUNGO) / NZONZI, Pascal (Moïse TSHOMBE) / DEBAAR, André (Walter J. Ganshof Van der Meersch) / DOUKOURE, Cheick (Joseph OKITO) / DIOP MAKENA, Oumar (Thomas KANZA)  / KABA, Mariam (Pauline LUMUMBA) / DELHEM, Rudi (général Emile Janssens)


FRCAOM08_9FI_00587R_P
affiche, 1938 (source : Caom, base Ulysse)


Programme SALLE 2


23h 30 :
LA COULEUR DU SACRIFICEaffiche_couleur_sacrifice
Documentaire de Mourad Boucif (81 mn - 2006)

arton9533«La Couleur du Sacrifice» donne la parole à ces hommes venus d’ailleurs qui, pour la plupart enrôlés de force, ont joué un rôle crucial durant la Seconde Guerre mondiale et notamment lors de la Libération. Ignorés des manuels scolaires et écartés des grandes commémorations «spectacle», ils cherchent aujourd’hui à faire exister cette page occultée de l’histoire et à témoigner avec force et indignation de la façon dont le gouvernement français les ignore.


01h 00 :
Les massacres de Sétif, un certain 8 mai 1945
Documentaire de Mehdi Lallaoui & Bernard Langlois (52 mn – 1995)

kerrata_8mai45Le 8 mai 1945, jour de la victoire sur le nazisme, est aussi un jour de deuil. À Sétif puis dans tout le Constantinois, les manifestations pacifiques d’Algériens indépendantistes qui se mêlent aux festivités tournent au massacre colonial.

- lien



02h 00 :
UNE JOURNÉE PORTÉE DISPARUE, 17 octobre 1961
Documentaire de Philip Brooks & Alan Hayling (52mn- 1993)

20050607Le 17 octobre 1961, des milliers d'Algériens de nationalité française manifestent dans les rues de Paris contre le couvre-feu qui leur est imposé par le préfet de police Maurice Papon. Vingt-quatre heures plus tard, on compte des dizaines de morts. Ces Algériens ont été assassinés par des fonctionnaires de la police sous les ordres de leurs supérieurs. On n'en connaîtra jamais le nombre exact. Des corps sont retrouvés dans la Seine, dans le bois de Boulogne. Les réalisateurs ont recueilli les récits de manifestants et de témoins de l'époque, de dirigeants du FLN, de journalistes ayant couvert les évènements, de médecins et d'avocats. Ils posent deux questions à travers ce documentaire : comment de tels événements ont-ils pu se produire et pourquoi ont-ils été passés sous silence pendant quarante ans ? Ce documentaire fait la lumière sur cet épisode trouble de la guerre d'Algérie.


03h 00 :200px_Edward_Said
ENQUETE DE PALESTINE
Documentaire de Edward SAÏD (52 mn – 1998)

Edward Saïd, intellectuel palestinien de référence éxilé aux États-Unis jusqu’à sa mort, a produit de nombreuses réflexions sur l’Orientalisme, le colonialisme et l’impérialisme. À l’occasion d’un voyage en Palestine, à la veille de la deuxième Intifada, il dénonce le processus de colonisation à l’œuvre, mètre par mètre, jour après jour, sous les yeux de la communauté internationale.


04h 00 :
LES ESPRITS DU KONIAMBO
Documentaire  de Jean-Louis Comolli (105 mn - 2004)

film_712_imageLe réalisateur retourne en Nouvelle-Calédonie et retrouve le fils de son principal collaborateur kanak, Antoine, décédé deux ans plus tôt. Avant de mourir, Antoine s'était battu pour faire reconnaître les droits de son peuple sur certaines terres. Ces terres sont riches en nickel et les indépendantistes du Nord ont confié l'exploitation des mines à une multinationale canadienne, la Falcon bridge. C'est l'histoire d'un homme kanak qui a réussi à faire reconnaître son clan à une multinationale. lien

05h 30 : DEJEUNER + 1er Métro



couv4846g_260
Le cinéma colonial au Maghreb,
Abdelkader Benali, éd. Cerf, 1998
préface de Benjamin Stora


FRCAOM08_9FI_00589R_P
affiche, 27 janvier 1937 (source Caom, base Ulysse)




- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 08:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


lundi 15 janvier 2007

Appel et souscription pour la reconstruction de la kouba de Nogent

Diapositive2
seule trace iconographique de la kouba de Nogent
© Michel Renard




Appel et souscription pour

la reconstruction

de la kouba de Nogent-sur-Marne

association Études Coloniales



En 1919, dans le cimetière de Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne), fut élevée une kouba. Dans les pays de tradition islamique, la kouba est un petit édifice qui vient signaler la tombe d'un pieux personnage. Ce monument, aujourd'hui disparu, honorait le dévouement et la mort, au cours de la Première Guerre mondiale, de soldats musulmans provenant de l'espace colonial français.

C'est principalement à Émile Piat que l'on doit la construction de la kouba de Nogent. Consul général, attaché au cabinet du ministre des Affaires étrangères et chargé de la surveillance des militaires musulmans dans les formations sanitaires de la région parisienne (Nogent, Carrières, Moisselles), il opta pour ce type de mausolée afin d'honorer le souvenir collectif de soldats musulmans décédés. Dans une lettre du 14 juin 1918, il explique à son ami, le capitaine Jean Mirante, officier traducteur au Gouvernement général en Algérie, les origines de son projet :

«Ayant eu l’impression que l’érection d’un monument à la mémoire des tirailleurs morts des suites de leurs blessures aurait une répercussion heureuse parmi les populations indigènes de notre Afrique, j’ai trouvé à Nogent-sur-Marne, grâce à l’assistance de M. Brisson, maire de cette ville, un donateur généreux, M. Héricourt, entrepreneur de monuments funéraires qui veut bien faire construire un édifice à ses frais dans le cimetière de Nogent-sur-Marne

L'édifice fut inauguré le 16 juillet 1919 mais peu entretenu dans les années qui suivirent. Ses vestiges furent finalement détruits en 1982.

La kouba de Nogent fut édifiée à la fin de la Première Guerre mondiale grâce à une conjonction d'initiatives : la politique de gratitude et de reconnaissance de l'institution militaire à l'endroit des soldats venus du domaine colonial, l'empathie d'un consul entreprenant et l'entremise d'un officier des affaires indigènes en poste à Alger, le soutien d'un édile communal et la générosité d'un marbrier. Cette osmose dépasse toute politique d'intérêts au sens étroit.

C'est ce surplus de signification qui en fait un symbole d'une mutuelle reconnaissance qui a toutes raisons d'être rappelée aujourd'hui.

C'est pourquoi, nous appelons à la reconstruction de la kouba du cimetière de Nogent. Elle marquerait comment la République assume, par-delà le temps, son devoir de mémoire à l'égard de tous ceux qui ont laissé leur vie pour défendre ses idéaux. Et constituerait, à quelques encablures de la Cité nationale de l'histoire de l'immigration, un excellent lieu de mémoire et d'histoire.

pour l'association Études Coloniales
Daniel Lefeuvre, Michel Renard

contact : Études Coloniales - reconstruction kouba de Nogent


- Voir le dossier des premières démarches entreprises auprès des autorités administratives et religieuses en 2005 : lettres à M. Hamlaoui Mekachera, ministre des Anciens Combattants et à Dalil Boubakeur, recteur de l'Institut Musulman de la Mosquée de Paris, réponse de celui-ci.


Diapositive2
malades et imams de l'hôpital militaire du Jardin Colonial à Nogent (Caom)



L'association "Études Coloniales"


lance un appel à la reconstruction de la


kouba de Nogent-sur-Marne,


et une souscription destinée à son financement

 

un Comité de soutien

à cette initiative est en cours de constitution


pour apporter votre accord : envoyez vos nom, prénom, profession,

commune de résidence et adresse e-mail à

Études Coloniales - reconstruction kouba de Nogent

 


Diapositive1

Les coordonnées bancaires d'Etudes Coloniales

Banque Populaire Rives de Paris
Code banque : 1020
Code guichet : 00135

n° compte : 20193166569

clé RIB : 12

Adressez vos courriers à : Études Coloniales, 38 rue du Ruisseau - 75018 Paris

Études Coloniales - reconstruction kouba de Nogent

_______________________________________________________________________


seule_photo_kouba
inaugurée en 1919, elle fut finalement détruite en 1982 © Michel Renard


parmi les sépultures musulmanes, l'emplacement est conservé

pour l'érection de la kouba au cimetière de Nogent


IMG_7567
un espace modeste, d'environ 2 m sur 2 m


Diapositive1


Diapositive1


IMG_7570
tombes musulmanes à Nogent-sur-Marne


IMG_7571
Klienze Dembele, tirailleur sénégalais, tué le 13 (?) août 1918


IMG_7572
Mohammed Ben Ali, travailleur auxiliaire kabyle, tué le 8 mars 1917


IMG_7573
rendre hommage à ceux qui, venus de l'espace colonial, sont morts pour la France


IMG_7574
juste à côté des tombes musulmanes, les soldats indochinois ont leur monument


- photographies : 31 août 2004, Michel Renard

- voir le site : islam en France, 1830-1962 et le dossier consacré à la kouba de Nogent

_______________________________________________________________________


Diapositive1

Études Coloniales - reconstruction kouba de Nogent

Adressez vos courriers à : Études Coloniales, 38 rue du Ruisseau - 75018 Paris



- Répertoire des historien(ne)s du temps colonial

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 10 janvier 2007

Disparition (Ben Barka). 41 oeuvres

Diapositive1



41ème anniversaire de

l'enlèvement et de l'assassinat de

Mehdi Ben Barka

41 artistes s'engagent en présentant une œuvre lors de

L' EXPOSITION-MANIFESTE

Disparition (Ben Barka). 41 oeuvres

 

Si le thème de la disparition hante la création contemporaine, les 41 artistes  participant à ce manifeste, en affrontent la radicalité.

Quoi de plus radical que la disparition de Mehdi Ben Barka ?

Disparition physique, jusqu'à toute trace de sépulture connue. Disparition, dénégation, dissimulation, mensonge institué pour ne pas reconnaître les responsabilités. Œuvre concertée d'engloutissement, d'abolition. Disparition aussi, d'un projet, d'une espérance qu'incarnait le leader assassiné.

Ces artistes reconnus, pour la plupart de renommée internationale, qu'ils soient sculpteurs ou peintres ou encore photographes, aux langages et aux techniques si diverses, qu'ils soient figuratifs ou abstraits, qu'ils aient vécu dans leur chair la volonté d'abolir l'humain qu'est la torture - c'est le cas de plusieurs d'entre eux - ces artistes s'engagent.

photo1

Face à la disparition, cet impensable, ils opposent une œuvre libre, une exigence, une existence.

EXPOSITION-MANIFESTE
Disparition (Ben Barka): 41 oeuvres

du 7 Février au 4 Mars 2007

à la Galerie de l'Entrepôt,
7-9 rue Francis de Pressensé, Paris 14 ème. Métro Pernety.

Elle sera accompagnée de plusieurs manifestations engageant d'autres artistes.
Aux côtés de l'Institut Mehdi Ben Barka-mémoire vivante, de La Fédération Internationale des Ligues des Droits de l'Homme, de La Ligue Française des Droits de l'Homme et de  Mémoire-Vérité-Justice sur les assassinats politiques en France,


Diapositive1


- Répertoire des historien(ne)s du temps colonial

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 26 septembre 2006

Religions et espaces coloniaux (Dominique Borne et Benoit Falaize)

http://peres-blancs.cef.fr/image2/fontainenoviciat.jpg
groupe des novices Pères Blancs en 1885 (source)



Religion et espaces coloniaux :

quel enseignement ?

IESR - EPHE
Institut Européen en Sciences des Religions
École Pratique des Hautes Études - Sorbonne

                            

Religion et espaces coloniaux : quel enseignement ?
Séminaire (2006-2007) animé par Dominique Borne et Benoit Falaize
à l’Institut Européen en Sciences des Religions et à l’INRP

Ce séminaire de recherche vise à explorer une question encore mal connue et peu abordée, celle des liens complexes qu’entretiennent entre eux la religion et le monde colonial. Le séminaire tentera de renouveler la façon d’enseigner le processus de colonisation /décolonisation. Ce séminaire dédoublé se tiendra à Paris (IESR) et à Lyon (INRP). Des spécialistes des questions traitées interviendront lors de chaque séance. Ce séminaire est ouvert à tous.

Cath�drale Catholique de Phat Diem
cathédrale de Phat Diem (Vietnam, XIXe siècle)

     dates (en doublons Paris le jeudi 17h-19h /Lyon le lundi 17h-19h) :

- Christianisme et islam en terre coloniale d’Afrique noire : les cas anglais et français, avec Bernard Salvaing (Nantes), jeudi 19 octobre (à l’iesr) et lundi 23 octobre (à l’inrp)

- La gestion coloniale du pluralisme religieux en Asie du sud-est, avec Claire Tran Thi Lien (Lille) et Rémi Madinier (ehess), jeudi 16 novembre (à l’iesr) et lundi 13 novembre (à l’inrp) 

- Religion et colonisation dans l’aire Pacifique, avec Claire Laux (Bordeaux) et Alban Bensa (ehess), le 14 décembre (à l’iesr) et 18 décembre (à l’inrp)

- Missions et colonisation entre connivence et divergence : points de vue catholique et protestant, avec Jean-François Zorn (Montpellier) et Claude Prudhomme (Lyon), le 1 février (à l’iesr) et 5 février (à l’inrp) 

- Religion et colonisation au Proche-Orient, avec Chantal Verdeil (Lyon) et Jean Leca (Paris), le 15 mars (à l’iesr) et 19 mars (à l’inrp).

- Religion et processus de décolonisation, avec Gilbert Meynier (Lyon) pour : nation et islam dans le FLN entre 1954 et 1962, le 26 avril (à l’iesr) et le 23 avril (à l’inrp)

- Bilans, pédagogies, avec Daniel Rivet (Lyon), Dominique Borne (iesr) et Benoit Falaize (inrp), le 31 mai (à l’iesr) et le 4 juin (à l’inrp).

Le nom des intervenants est donné sous réserve.
La participation au séminaire est libre de tout frais d’inscription.

dominique_borne
Dominique Borne et Benoit Falaize

Pour toute information complémentaire, s’adresser à Philippe Gaudin
Responsable formations à l’IESR,
philippe.gaudin@ephe.sorbonne.fr
Tél : 01 40 52 10 03


Ben Badis et Tayeb el-Oqbi, de
l'Association des Oulémas algériens (1931)

-------------------------------------------------------------

Inscription au séminaire " Religion et modèles coloniaux : quel enseignement ?"

Bulletin à imprimer et à envoyer à l’IESR, 14 rue Ernest Cresson, 75014

Je participerai au séminaire à Paris,  Lyon  (rayer la mention inutile)

Nom :
Prénom :
Adresse :
Tél :
Courriel :
Fonction :

___________________________________________________________



Cardinal_Lavigerie.jpg (14774 octets)
le cardinal Lavigerie (1825-1892), fondateur de la
société des Pères Bancs et des Soeurs missionnaires d'Afrique




- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 00:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 21 mai 2006

Soutien à Benjamin Stora

h_9_ill_693270_maroc_france_algerie_tor_671


   

soutien à Benjamin Stora


         

Communiqué

Les membres du comité scientifique et du comité d’organisation du colloque d’histoire franco-algérienne de Lyon (École normale supérieure, 20, 21, 22 juin 2006, site web : http://ens-web3.ens-lsh.fr/colloque...), informés des attaques dont sont l’objet de divers côtés plusieurs historiens de l’Algérie devant participer au colloque, tiennent à exprimer leur consternation et leur condamnation de telles attaques.

Il n’est, en particulier, pas admissible qu’un historien comme Benjamin Stora,benjaminstora qui œuvre sans relâche depuis plus de deux décennies pour une meilleure connaissance de l’histoire de l’Algérie contemporaine, soit, ici, traité ignominieusement de différent noms, ou encore, là, de compagnon de route du FLN, voire, ailleurs encore, être la cible de méprisables attaques antisémites.

C’est pour avoir refusé de se plier au manichéisme que des historiens comme Benjamin Stora sont cloués au pilori.

Tous les historiens visés, Benjamin Stora notamment, peuvent être assurés de notre total soutien.

Signataires :

  • Frédéric ABECASSIS, Maître de conférence, École Normale Supérieure LSH Lyon
  • Linda AMIRI, Doctorante en Histoire, IEP de Paris
  • Nicolas BANCEL, Professeur, Université de Strasbourg II-Marc Bloch, directeur du laboratoire EASS
  • Gilles BOYER, Enseignant, IUFM Lyon
  • Omar CARLIER, Professeur, université Paris VII
  • Luc DEWEHELS, Directeur du département d’arabe à l’INALCO.
  • Bruno ETIENNE, membre de l’Institut universitaire de France, directeur de l’Observatoire du religieux à l’IEP d’Aix-en-Provence
  • Benoît FALAIZE, Chargé d’Études, Institut National de la Recherche Pédagogique
  • Olivier FARON, Directeur École Normale Supérieure LSH Lyon
  • Marc FERRO, Directeur d’études à l’EHESS, co-directeur des Annales
  • Jacques FRÉMEAUX, Professeur, Sorbonne-université Paris IV
  • Fatima Zohra GUECHI, Professeur, Université de Constantine (Algérie)
  • Mohammed HARBI, Professeur émérite université Paris VIII
  • Ugo IANNUCCI, ancien Bâtonnier, Président Chaire lyonnaise des Droits de l’Homme
  • Jean-Charles JAUFFRET, Professeur Institut d’Études politiques Aix en Provence et Uni-versité Montpellier III
  • Olivier LE COUR GRANDMAISON, Université d’Evry-Val-d’Essonne
  • Claude LIAUZU, Professeur émérite université Paris VII
  • Gilbert MEYNIER, Professeur émérite université Nancy II
  • Radia MOUSLI, Cadre, membre de CARA (Cercle des Algériens en Rhône-Alpes)
  • André NOUSCHI, Professeur émérite université de Nice
  • Zohra PERRET MADANI, Psychanalyste, présidente de France-Algérie Rhône-Alpes
  • Nadine PICAUDOU, Professeur d’Histoire à l’INALCO.
  • Annie REY-GOLDZEIGUER, Professeur émérite université de Reims
  • Daniel RIVET, Paris 1 et IISMM-EHESS
  • Fouad SOUFI, Archiviste, Archives nationales d’Algérie
  • Véronique STACCHETTI, Professeur de lycée/Institut Nal de la Recherche  Pédagogique
  • Mohamed TAYEBI, Cadre, président de CARA (Cercle des Algériens en Rhône-Alpes)
  • Pierre VIDAL-NAQUET, Directeur de recherche émérite, École des Hautes Études en Sciences Sociales
  • Michel WILSON , Conseiller technique au Cabinet du Président, région Rhône-Alpes
  •   Afifa ZENATI, Ingénieur d’Études, École Normale Supérieure LSH Lyon

compositionhoriz2




poster

Posté par michelrenard à 02:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 15 mai 2006

Jean-Louis Planche à Paris VIII le mardi 30 mai 2006

2262024332.08.lzzzzzzz



Jean-Louis Planche à Paris VIII

le mardi 30 mai


jean_louis_planche_caom2
Le mardi 30 mai 2006, de 9 h à midi, l'historien Jean-Louis Planche, auteur de Sétif, 1945 (Perrin, 2006), sera à l'université de Saint-Denis/Paris VIII, invité par Daniel Lefeuvre, professeur : salle D 003 (nouveau bâtiment Recherche). Entrée libre.


perigotville1
            carte des environs de Sétif (Algérie) en 1956


Messali et Ferhat Abbas

- Les mythes autour du PPA sont plus anciens que le PPA. depuis longtemps, Périllier, préfet d'Alger, réclame le transfert de Messali en France. Augustin Berque, pour qui Messali est un facteur d'équilibre, s'y oppose. Transférer Messali en France serait lui ôter le contrôle sur les activistes de son parti. Mieux vaut lui laisser des libertés, l'autoriser à rencontrer des militants, garder la main. Il ne s'échappera pas. "La population musulmane saine" y veille.
Augustin Berque sait ce qu'il s'est dit lors de la visite que Fehart Abbas a rendu à Messali, le 23 décembre 1944. Un accord a été passé. Messali va donner l'ordre à ses militants d'entrer aux AML pour les transformer en un véritable parti politique, Ferhat Abbas convaincra les oulémas d'amener les foules en réduisant les réticences des notables.
Messali s'était préparé depuis un certain temps à ce rapprochement. À sa sortie du bagne de Lambèse en avril 1943, il s'était arrêté à Sétif chez Ferhat Abbas pour y passer la nuit. Celui-ci s'était étonné de le voir porter une longue barbe, d'être habillé d'une djellaba et coiffé d'un fez. Massali lui avait répondu : "Cela fait partie du programme".
Augustin Berque cède d'autant moins qu'il vient de neutraliser sans bruit un maquis PPA. (...)

extrait de Sétif, 1945, Jean-Louis Planche (Perrin, 2006), p. 94-95.


alger3medium_ferhat_abbas.21





- université Paris VIII/Saint-Denis - Métro : Saint-Denis Université

Posté par michelrenard à 23:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]