lundi 12 novembre 2018

accueil et sommaire de ce site

6909334723243478270840637X9782035848321FS9782916385563FS37658182La-France-coloniale-sans-fard-ni-déni-JP-Rioux

 

le site le plus visité et le plus commenté

sur l'histoire coloniale et ses controverses

@ écrire à Études Coloniales  Répertoire des historien(ne)s du temps colonial

DERNIER ARTICLE PUBLIÉ : lundi 12 novembre 2018              blog : PIONNIERS du TONKIN (1872-1894)Slide0001_1

Guerre d'Algérie : la raison d'État occulte toujours les morts et les disparus (Michel Renard)
une certaine rhétorique algérienne "anti-coloniale" (Michel Renard)
Algérie coloniale : un génocide ? (Claude Liauzu et Gilbert Meynier)
l'aphasie des idéologues de la fracture (Michel Renard)couv_Essai_colonisation_positive
 
Le FLN et les prélèvements sanguins en Algérie, 1962 (Grégor Mathias)
 Algérie coloniale : génocide culturel ? Michel Renard * NOUVEAUTÉ *
 ESSAI SUR LA COLONISATION POSITIVE - un ouvrage de Marc VISAGE_FEMME_MAYOTTEMichel (Perrin, 2009)
Lounis Aggoun, La colonisation française en Algérie. Deux cents ans d'inavouable. Rapines & péculats
Gregor Mathias : les prélèvements sanguins forcés à la fin de la guerre d'Algérie
Les victimes du 17 octobre 1961 (liste Jean-Luc Einaudi)
 Mayotte : entretien avec Jean Martin (par Ismaïl Mohammed Ali, RFO)

Marc Michel, La France au Cameroun, 1919-1960, 2018, éd. Les Indes savantes

  121305911_o    121305275_o   121305911_o   121305826_o

Roger Vétillard, historien des dernières années de l'Algérie coloniale

Roger Vétillard, couvertures

Roger Vétillard : ses livres et les articles sur Études Coloniales

 

îles Marquises, photo 2  Jean-Paul Faivre, couv  îles Marquises, photo  120958941_o

Jean-Paul Faivre, biographie : l'historien oublié de l'océanisme (Michel Renard)

 

97735839_o  102354092_o  98156527_o  101322362_o

le religieux musulman et l'armée française (1914-1920), Michel Renard

le sacrifice monumentalisé, autour de la Première Guerre mondiale : mosquées et kouba, Michel Renard

Antoine AbibouTirailleurs sénégalais août 1944Fargettas couv

 la tragédie du camp de Thiaroye, décembre 1944 : Lettre ouverte au Président de la République, par Julien FARGETTAS

 la "Force Noire" n'a-elle été que de la "chair à canon" ? Mise au point de Marc MICHEL

Marc Michel 2007   Marc Michel couv (1)    Marc Michel couv (2)  Marc Michel couv (3)

 

______________________________

4 novembre 2013 : disparition de l'historien Daniel Lefeuvre

biographie - iconographie - hommage - réactions

Daniel 2007

    24 juin 2008

9782859700195FS9782082104401FS9782082105019FS9782081234857FS

- lire l'article de Guy Pervillé

 ____________________

9782717845662FS 2951953976 de-quoi-fut-fait-l-empire 9782706816109FS 9782916385440FS 9782717851489FS
quelques ouvrages de Jacques Frémeaux, professeur à la Sorbonne, en histoire coloniale

le livre de Daniel LEFEUVRE au programme de l'IEP de Grenoble (2012) ** NOUVEAUTÉ **
La fin de la guerre d'Algérie, Guy PERVILLÉ (article censuré par la Direction des Archives de France) ** NOUVEAUTÉ **
la supériorité scientifique et technique de l'Europe au XVIIIe siècle (Michel Devèze, 1970)
site : Histoire du Droit des Colonies (université Montpellier)69019950_p
La Mosquée de Paris sous l'Occupation : critique du film "Les hommes libres"
HOMMAGE À CLAUDE LIAUZU (1940-2007)

Liauzu_photo_1

23 mai 2008 : Claude Liauzu nous a quittés il y a un anAgeron_portrait_1

 

 

- Charles-Robert Ageron (1923-2008)
- in memoriam, par Guy Pervillé
historien de l'Algérie coloniale

un des articles les plus
commentés de ce blog
- les oubliés de l'histoireill_delacroix_sultancouv_Daniel_new
coloniale du Pacifique
Mélica Ouennoughi

** listes des déportés algériens en Nouvelle-Calédonie **

Débats spéciaux
* Pour en finir avec la repentance coloniale
** Enjeux du passé colonial et usages publics de l'histoire
***
Critique du livre Coloniser, exterminer
**** Débats sur le DICTIONNAIRE DE LA COLONISATION FRANÇAISE (Larousse)

Oissila Saaidia, couv

Spécial : collèges et lycées Repères
-
fiches/articles destinés aux élèves - Les indépendances de l'Afrique
- quelle histoire coloniale au Bac ? (Jules Ferry raciste ?)

Initiative : kouba de Nogent
- APPEL et SOUSCRIPTION pour la RECONSTRUCTION de la KOUBA de Nogent-sur-Marne

Sarkozy et l'Afrique : le discours de Dakar
- Le discours de Nicolas Sarkozy, prononcé à l'université de Dakar - critiques

Guerre d'Algérie magazine - Le magazine d'histoire de la guerre d'Algérie

Catégories
1 - RÉPERTOIRE DES HISTORIEN(NE)S DU TEMPS COLONIAL
2 - Définitions et causes de la colonisation + repères
FRCAOM08_9FI_00637R_P
3 - Cultures et colonisations

4 - Histoire économique
5 - Figures coloniales et anti-coloniales

6 - Afrique-histoires
7 - Algérie-Maghreb-histoires
8 - Indochine-Asie-histoires
9 - Océanie, Nouvelle-Calédonie, Amérique, Pacifique Sud
10 - Textes et interventions
11 - Judaïcités dans le monde colonial
12 - Colonies d'Ancien Régime
13 - Les guerres coloniales
14 - Révoltes dans espaces colonisés
15 - Le monde colonial en métropole
16 - Chronologies
17 - Personnages et institutions
18 - Idéologies mémorielles

19 - Bibliographies et archives
20 - Historiens du temps colonial
21 - L'histoire coloniale à l'école
22 - Colloques, journées d'étude
23 - Varia, initiatives
24 - Spécial collèges et lycées
25 - Nouvelles de ce site
26 - Objectifs d'Études Coloniales
9782213661674
27 - Direction "Études Coloniales"
28 - LIENS

29 - CORRESPONDANTS11744493_p

Domination coloniale
et administration
- colloque mai 2008 - Samya El Mechat

 

Réseau des correspondants
d'Études Coloniales

- liste des correspondants

Liste de tous les articles
publiés sur Études Coloniales
- liste de tous les articles
Diapositive1 30509529
- liste des auteurs 2006
- toutes les archives

Images coloniales
- blog Images Coloniales

- images d'Oujda à l'époque coloniale (article très commenté) *

- Saint-Louis du Sénégal à l'époque coloniale6873142_p

La naissance du monde moderne
- un livre de Christopher A. Bayly
- la mondialisation, une vieille histoire
- les errements de l'histoire "post-coloniale"

supercherie_coloniale_JP_Renaud Supercherie coloniale : un livre démystifiant de Jean-Pierre Renaud sur la réalité de la propagande coloniale
- "Y a-t-il eu vraiment propagande coloniale ?" Jean-Pierre Renaud

Revue Études Coloniales
- revue Études Coloniales n° 1

 

Diapositive2- Répertoire des historien(ne)s du temps colonial
225 notices, 599 images, 1129 liens
Martine_Cuttier_Archinard_couv

pour y figurer, cliquer ici

Portrait du colonialisme triomphant. Louis Archinard, 1850-1932, un livre important de Martine Cuttier, préface de Marc Michel

391838239782846542807FS couv-ratonnadesBD_306872 48 40

* les commentaires anonymes et dotés d'une
adresse email non valide seront supprimés

blog ouvert depuis le 28 février 2006

nombre de visiteurs : 2 164 580
nombre de pages lues : 3 651 815
nombre d'articles : 721
nombre de commentaires : 5453

 

hist plantes coloniales couv

daniel_repentance_couv

 de-quoi-fut-fait-l-empire

9781421407661_p0_v1_s600 9782916385112 copie t_2213023689 20177523_p 20176671_p
9782296025707r


@ écrire à Études Coloniales

quelques livres recommandés :

- Léopold Justinard, missionnaires de la tachelhit, 1914-1954, Rachid Agrour, 20079782845864177FS
- Pour en finir avec la repentance coloniale, Daniel Lefeuvre, Flammarion, 2006-2008
- Histoire de l'anticolonialisme en France, Claude Liauzu, A. Colin, 2007
- Les Africains et la Grande Guerre, Marc Michel, Karthala, 2003
- Le Dê Tham (1853-1913), un résistant vietnamien..., Claude Gendre, 2007
- Gallieni, Marc Michel, Fayard, 1989
- Un silence d'État. Les disparus civils européens de la guerre d'Algérie, Jean-Jacques Jordi, Soteca, 2011

shapeimage_14 site sur le fonds Émile-Louis Abbat
                                            officier au Soudan français

 

péroz1  40
deux ouvrages récents d'histoire coloniale à faire connaître
- contact avec éditions Jean-Pierre Renaud pour achat du livre de Péroz
- contact avec les éditions Atlantis pour l'achat du livre de Jean-Pierre Lledo

 

 9782738492234FS9782296038462FS9782702510698FS9782702513149FS9782915960464FS9782747573047FS
 quelques ouvrages du général Maurice Faivre, Vice-Président de la Commission française d'Histoire militaire

 

9782213023687FS9782845864177FS9782011456977FS9782200267315FS9782262024864FS9782035848321FS-1
 quelques ouvrages du professeur Marc Michel (université de Provence), spcécialiste de l'Afrique coloniale

 

blog Marie-Hélène Degroise
le blog de Marie-Hélène Degroise : http://photographesenoutremer.blogspot.fr/

 

Posté par michelrenard à 12:01 - Commentaires [55] - Permalien [#]
Tags :


La mort mystérieuse du colonel Halpert, le 15 février 1946 à Constantine, compte rendu de Gilbert Meynier

Colonel Halpert, couv

 

 

Roger Vétillard,

La mort mystérieuse du colonel Halpert,

le 15 février 1946 à Constantine

Gilbert MEYNIER *

 

Le colonel Émile Halpert, juriste de formation, était depuis le 21 janvier 1946, le commissaire du gouvernement - le procureur -  auprès du Tribunal Militaire Permanent (TMP) de Constantine chargé de traiter les dossiers de plus de 3 000 personnes arrêtées lors des soulèvements de mai 1945 du Constantinois.

Roger Vétillard rappelle ce que fut le soulèvement de Sétif - souvent médiatiquement présenté comme «les massacres de Sétif» : le 8 mai 1945, de sanglants accrochages y éclatent : avant 7 heures, un Européen est tué au marché aux bestiaux ; la police est sur les dents. Peu après avoir été lancée à 8h.30, une manifestation d’Algériens engagés pour l’indépendance, brandissant le drapeau algérien, se heurte aux forces de police qui interviennent pour saisir les drapeaux [1].

S’ensuivent des entrechocs sanglants. Les manifestants se répandent dans la ville, agressent et tuent 23 Européens. L’armée rétablit l’ordre en moins de deux heures, 33 manifestants sont tués. Le soulèvement s’étend dans la région de Sétif, et au-delà. Plus de 80 Européens y sont tués les 8 et 9 mai - ce jour, l’armée entreprend sur les Algériens une répression brutale -nombre d’innocents y perdent la vie.

Á Guelma, une manifestation indépendantiste - interdite par le sous-préfet André Achiary - débute à 17h.30, et se heurte aux forces de l’ordre ; le porte-drapeau est tué. L’armée ayant refusé d’intervenir, le sous-préfet constitue des groupes d’une «milice civile d’auto-défense» d’Européens qui assaille les manifestants nationalistes algériens. Plus de 2 500 sont arrêtés et jugés par un Tribunal Populaire, plusieurs centaines sont condamnés à mort. Début juin, Achiary est mis à pied par le préfet Lestrade-Carbonnel, il est inculpé pour ses agissements punitifs qui font l’objet d’une enquête par le Tribunal Militaire de Constantine.

3000 dossiers à instruire

Arrivé à Constantine, le colonel Émile Halpert doit conduire l’instruction de 3 000 dossiers, tâche difficile et lourde. Tant les documents que les témoignages disent que cet homme probe et ouvert s’y est investi avec beaucoup de sérieux et d’application. Le préfet Petitbon, successeur de Lestrade-Carbonnel, attesta sa droiture, son indépendance, son goût de la vérité. Il avait notamment en charge des dossiers sensibles, tels ceux de Ferhat Abbas - arrêté le 8 mai 1945 - et de Achiary.

Le 15 février, André Le Troquer, ministre de l’Intérieur, arrive à Constantine et reçoit le colonel en fin d’après-midi à la Préfecture en présence du gouverneur Chataigneau. L’entretien est houleux et on retrouve deux heures plus tard, dans sa chambre d’hôtel, le corps du colonel tué d’une balle dans la tête. Officiellement, on parle de suicide, mais des rumeurs d’assassinat se propagent : Le Troquer, Achiary, les nationalistes algériens sont tour à tour accusés.

Roger Vétillard mène autour de cette mort une enquête à la fois historique et policière. Il explore les archives, retrouve des témoignages, interroge la famille. Il met le doigt sur des erreurs et des manquements dans les rapports de police. Il s’interroge sur les intentions du ministre de l’Intérieur Le Troquer, sur l’intervention possible d’Achiary, sur les déclarations du capitaine Lefranc [2]. Il analyse la personnalité d’Émile Halpert, son passé professionnel et familial, l’impact émotif de la mort de son fils Jacques, qu’il avait incité à faire des études de médecine, et qui, engagé comme brancardier, avait été tué un an plus tôt sur le front, en Alsace : autant de facteurs à même d’aboutir à un suicide.

Il analyse les raisons de tactique politique qui auraient pu pousser le ministre à exiger du colonel, quelques semaines après la levée de l’état de siège (décembre 1945), moins d’un mois avant la loi d’amnistie générale du 10 mars 1946, une décision judiciaire à laquelle le procureur Émile Halpert se serait opposé - soit qu’il fasse libérer Ferhat Abbas alors qu'Émile Halpert l’aurait tenu pour responsable, ou plus plausiblement qu’il le maintienne en prison - ce que, au vu de la personnalité d'Émile Halpert, ce dernier ne pouvait accepter : il dut considérer que, du fait de la fin de l’état d’urgence, les dossiers devaient être transférés aux juridictions civiles. Il s’interroge sur le pourquoi de l’officialisation de la mort du colonel seulement quatre jours après son décès, et sur le fait qu’il était, en moins de huit mois, le troisième magistrat à occuper le poste de commissaire du gouvernement auprès du TMP - chose normalement peu courante pour des affaires aussi importantes.

Enfin, Roger Vétillard s’interroge sur les menaces que le ministre aurait pu avancer pour contraindre le magistrat à suivre des directives que ce dernier refusait d’assumer. Le Tribunal militaire était-il encore compétent pour juger des hommes impliqués dans des affaires qu’il instruisait en vertu d’un état de siège, levé depuis deux mois ? Et la perspective de la prochaine amnistie générale joua-t-elle un rôle ?

le décompte des victimes

Sur le nombre des victimes, il faut remercier Roger Vétillard de ne pas s’être engagé dans «la bataille des chiffres» [3]. Sur les victimes européennes – 103 -, tout le monde est d’accord. Pour les victimes algériennes, Roger Vétillard cite l’historien Daho Djerbal - pour lequel le chiffre, communément avancé, de 45 000 morts n’est pas soutenable - Rachid Mesli et Abbas Roua, du CRHDA [4] (entre 8 000 et 10 000 morts), Annie Rey-Goldzeiguer (quelques milliers de morts). L’estimation de l’historien Jean-Charles Jauffret est de «moins de 10 000 victimes, disparus compris», ce qui est pour lui «considérable par rapport aux 45 000 insurgés» [5] - Mohammed Harbi m’a dit partager cette évaluation.

projet d'insurrection ?

In fine, une critique : l’historien peut-il confirmer le point de vue de Roger Vétillard sur ces événements de mai 1945 dont il voit pour soubassement un projet d’insurrection ? : prévue par le PPA [6] de Messali Hadj, elle aurait eu pour objectif de mettre en place un gouvernement provisoire algérien, installé à la ferme Mayza, près de Sétif, aux fins de représenter l’Algérie à la Conférence de San Francisco de juin 1945 [7]. Pour RV, les incidents de Sétif ont été interprétés à tort par les responsables locaux comme le signal du soulèvement qui n’aurait été envisagé que dans les semaines suivantes.

En fait, si l’on se réfère, notamment, au paragraphe («Le PPA dans la clandestinité. La taupe creuse») du livre de Mohammed Harbi Aux origines du FLN : le populisme révolutionnaire en Algérie [8], on apprend que, si l’idée d’une insurrection germait dans le Constantinois, ce furent plus les ressentis populaires de ras le bol que le PPA et Messali - alors transféré à El Goléa puis assigné à résidence à Brazzaville - qui l’attisèrent.

Et des tensions existaient entre le PPA et Ferhat Abbas, et les AML [9], à Sétif et Guelma notamment, étaient aux mains du PPA. On notera que Ferhat Abbas était la figure prédominante à Sétif – il y avait entre autres sa pharmacie. Mais, même si, aux fins – plausibles - de garder sa popularité auprès des activistes, il fit des discours publics appelant à un soulèvement anticolonial, il ne fut pas le zaīm de la révolte du 8 mai - ce que RV perçoit. Il faut mettre eu premier plan notamment, au PPA, des figures comme Tayeb Boulahrouf, brandisseur engagé démonstratif du drapeau algérien, rêveur utopiste d’une Algérie où le peuple mobilisé aurait fait se disperser les troupes françaises [10].

Certes des cadres et des militants nationalistes entendaient préparer les masses à l’idée d’une insurrection, mais d’une manière désordonnée, et sans disposer d’une vraie force armée : le projet était vide, et il ne fut pas validé : en fuite après le 8 mai, peu avant son arrestation et son incarcération à Bône/Annaba, Boulahrouf reçut de Chaddli Mekki, cadre du PPA constantinois et président des AML du Constantinois «le ‘‘contrordre’’ d’insurrection»8. Il n’y eut pas en mai 1945 de vrai mot d’ordre insurrectionnel ; et l’historien remarquera que, à la différence du Constantinois, partout ailleurs il y eut le 8 mai des défilés pacifiques. En bref, même s’il put en être un prodrome, le 8 mai 1945 n’eut rien à voir avec le 1er novembre 1954.

un livre denssissime

Sur ce petit - mais densissime - livre de Roger Vétillard, on relèvera que la factualité et l’abondance de noms propres peinent ici et là le lecteur à tout comprendre dans l’instant - il aurait été bon qu’une analyse explicative du soubassement de l’Algérie coloniale soit proposée ; et sur un point, on aurait aimé que Roger Vétillard présente plus clairement au lecteur ce que fut, au fond, cette affaire Abbas, alors que, à ce propos, des informations qu’il m’a fournies lors des échanges que j’ai eus avec lui, il aurait pu en tirer des paragraphes parlants.

Ceci dit, ce livre ne laisse pas indifférent le lecteur. Sur la mort du colonel Halpert : assassinat ou suicide ? Au terme de son enquête, Roger Vétillard donne ses conclusions argumentées - ce fut plausiblement un suicide -, que le lecteur pourra examiner, voire contredire ; et il ne pourra qu’apprécier le fait qu’il finisse par conclure le contraire de ce qu’il put au départ spéculer.

Plus largement, fondé sur tous les documents qu’il a pu consulter et sur nombre de témoignages, méticuleusement analysés et recoupés, le livre de Roger Vétillard est d’une scrupuleuse honnêteté, cela alors même que sa famille a payé un prix lourd dans les massacres de Périgotville/‘Ayn al-Kabīra - il en fait part avec une grande discrétion. Il se réfère à des mémorialistes et à des historiens aussi différents que Roger Benmebarek, Francine Dessaigne, Mohammed Harbi, Boucif Mekhaled, Annie Rey-Goldzeiguer…

En annexes, l’extrait de «Mon testament politique» de Ferhat Abbas est un document marquant, à relire et à méditer. Les cartes et plans de Constantine et les photos illustrent vraiment bien ce petit-grand livre. Et, on l’aura compris, il entraîne le lecteur bien au-delà de son titre.

Gilbert Meynier

* texte inédit de Gilbert Meynier


  • Roger Vétillard, La mort mystérieuse du colonel Halpert, le 15 février 1946 à Constantine, Friedberg : éd. Atlantis, 2016, 94 p. 15€.

 

notes

[1] La veille les organisateurs s’étaient concertés avec les autorités pour accepter qu’il n’y ait pas de drapeau dans la manifestation.

[2] Il était dans ces affaires le juge d’Instruction.

[3] Elle est allée de 1 340 à 100 000 victimes algériennes.

[4] Centre de Recherche Historique et de Documentation sur l’Algérie.

[5] Courriel reçu le 19 décembre 2016.

[6] Parti du Peuple Algérien.

[7] Il était espéré que, suite aux déclarations de Franklin D. Roosevelt, elle mettrait en marche le train de la décolonisation.

[8] Paris : Christian Bourgois, 1975, cf. pp. 16-25.

[9] Amis du Manifeste et de la Liberté.

[10] Cf. Benjamin Stora, Dictionnaire biographique de militants nationalistes algériens 1926-1954, Paris : l’Harmattan, 1985, p. 277.

 

Colonel Halpert, couv

 

 

- retour à l'accueil