lundi 20 juillet 2015

Jean-Louis Marçot : "Comment est née l'Algérie française"

Jean-Louis Marçot couv (1)

 

 

Jean-Louis Marçot

Comment est née l'Algérie française

1830-1850 : la belle utopie

 

 

Sans doute fallait-il être pied-noir et avoir souffert dans sa chair la séparation avec l’Algérie pour entreprendre ce travail d’historien exceptionnel qui interroge les causes de la violence de la décolonisation algérienne. 
Jean-Louis Marçot, pour ce faire, remonte au «pourquoi» et au «comment» la France a colonisé l’Algérie. Il reconstitue le contexte dans lequel le projet colonial s’inscrit, sa généalogie, ainsi que le débat politique et idéologique de l’époque.

Il s’attache à comprendre les racines du choix qui ont fait de l’Algérie une colonie de peuplement et comment celles-ci plongent dans la question sociale dont la Révolution française a été la première tribune et qu’ont pensée dans des directions divergentes les fondateurs du socialisme moderne : Saint-Simon, Fourier, Owen et Buonarroti.

Il étudie aussi les raisons qui ont poussé le socialisme à s’impliquer dans le projet colonial alors qu’en héritier des Lumières, il n’était pas destiné à le cautionner. L’analyse des deux écoles qui se sont le plus intéressées à l’Algérie – la saint-simonienne et la fouriériste – est, de ce point de vue, éclairante de même que l’engagement singulier de quelques socialistes notoires, Lamennais, Cabet, Proudhon et Cavaignac, à l’exception d’Auguste Comte.

Il nous retrace enfin l’histoire de la conquête et de la colonisation d’un territoire que le colonisateur a nommé Algérie avant de montrer comment les socialistes sont devenus les prosélytes de la colonisation peuplante et ont élaboré cette utopie de l’Algérie française, qui apparaissait dans l’immédiat comme un remède à la crise de l’emploi et à long terme comme le tremplin d’un nouveau modèle social.

Cet essai ébranle les catégories qui établissent que colonialisme et anticolonialisme sont l’apanage, pour le premier, de la droite et de l’extrême droite et, pour le second, du socialisme. La question est douloureuse et la simplification a toujours pour but d’instrumentaliser les faits. L’auteur, résolument de gauche, ne prétend pas disqualifier le socialisme mais montrer qu’à faire fi des contradictions intrinsèques à une question – quelle qu’elle soit – on bascule très vite dans l’aveuglement.

présentation éditoriale

 

Jean-Louis Marçot couv (2)

 

- éditions de la Différence, 4 octobre 2012

 

* cf. Jean-Louis Marçot, "Les premiers socialistes français, la question coloniale et l’Algérie", Cahiers d'histoire, revue d'histoire critique, 124, 2014, p. 79-95.

* résumé : Après avoir évoqué la formation en France, à l’issue de la Révolution, d’un nouveau projet colonial débarrassé de l’esclavage, l’auteur s’applique à montrer comment la création de l’Algérie (par la conquête et la colonisation de la Régence d’Alger) s’inscrit dans ce projet, et comment les premiers socialistes y participent.
Combattant les libéraux alors opposés au nom de l’économie politique, ils s’engagent en faveur d’une «Algérie française» qui, à leurs yeux, offre la possibilité d’expérimenter et de vérifier la supériorité de l’association, de créer des emplois et des ressources nouvelles pour l’industrie et l’agriculture, de contribuer à la mise en valeur de la planète au titre de «l’exploitation du globe». De nombreuses preuves et exemples de cet engagement sont cités.

 

Jean-Louis Marçot
Jean-Louis-Marçot

 

- le site de Jean-Louis Marçot

 

Jean-Louis Marçot site

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 21:52 - - Commentaires [24] - Permalien [#]


lundi 13 juillet 2015

manuels scolaires et histoire guerre d'Algérie (Jean Monneret)

Term Hatier Histoire 2014

 

 

 les incroyables silences

des manuels d'histoire de lycée

Jean MONNERET

 

Pris par des travaux intenses, j'ai tardé à me pencher sur le traitement du terrorisme dans les manuels scolaires, comme souhaité par quelques-uns de vous. Le choc n'en a été que plus rude :

J'ai sous les yeux le manuel Hatier destiné aux Terminales L/ES/S, je suis abasourdi.

Torture : Il n'est question que de cela sur 2 pages entières, 1944 et 1945. Bien entendu, il n'est question que de la torture pratiquée par des militaires français. Alors que tous les protagonistes de cette guerre l'ont mise en oeuvre (FLN , Barbouzes, MNA, etc...). On peut dénoncer la torture, mais, le faire sans rappeler le contexte terroriste est intellectuellement malhonnête. Le problème de la torture touche aux fondements mêmes de la civilisation occidentale et je ne peux l'évoquer pleinement ici.

Je renvoie donc à mon article sur l'Affaire Audin disponible sur mon site. Pour faire simple, disons qu'il est légitime de s'interroger sur la torture. Si le terrorisme ne justifie pas la torture, celle ci ne saurait davantage justifier, à postériori, les méthodes du FLN. Camus, pour sa part, préférait parler des noces sanglantes du terrorisme et de la répression.

 

Pas un mot sur Camus, sur l'Église de France, sur les officiers qui se sont opposés à la torture

Au sujet de la torture, nous avons droit à Alleg, Ighilariz, Servan-Schreiber, de Bollardière, Raphaëlle Branche et naturellement Sartre. Je ne dirais pas qu'il n'y a qu'un son de cloche puisque précisément il y en a un autre : Paul Aussaresses, personnage trés controversé et dont le témoignage discuté tend à confirmer ceux qui précèdent. Pas un mot sur les débats passionnés de l'époque concernant l'emploi de cette torture. Pas un mot sur Camus, sur l'Église de France, sur les officiers qui se sont opposés à la torture, etc.....

Terrorisme : Le mot n'est pas employé une seule fois. Le FLN est complétement exonéré de ses exactions. Si c'est ainsi que l'on prépare les générations futures à lutter contre ce fléau, la France est mal partie.

Les historiens de la Guerre d'Algérie sont : Vidal-Naquet, Raphaëlle Branche déjà citée, Mohammed Harbi et naturellement Benjamin Stora. Pas la moindre allusion à la diversité des opinions sur ce point : Pervillé, Frémeaux, Lefeuvre, Jauffret, Vétillard, Jordi, Faivre, inconnus au bataillon.

Les malheurs des Pieds Noirs sont exposés par J. Roy, M.Cardinal et L'Association des PN Progressistes, un groupuscule sans représentativité mais chéri des media.

Je reviendrai sur tous ces points dans une étude plus détaillée. Ceci est ma réaction à chaud.

Jean Monneret

 

Histoire Lycée
Guillaume Bourel, Marielle Chevallier, Pascal Buresi, Anne Descamps, Ivan Dufresnoy, Axelle Guillausseau, Jean Hubac, François-Xavier Nérard, Xavier Paulès, Tramor Quemeneur, Sandrine Saule, Marie-Bénédicte Vincent
Tle L, Tle S, Tle ES, Terminale
Histoire
Manuel
7 mai 2014

 

 

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 12:07 - - Commentaires [7] - Permalien [#]