o-FANNY-COLONNA-facebook

 

 

l'ethnographie mais aussi l'histoire

Fanny COLONNA

 

Si il y une chose cependant que montrent à l'envi les travaux sur la société villageoise (ou tribale) au Maghreb, même les moins négligeables, et bien plus encore ceux qui s'efforcent de reconstruire des systèmes à l'aide de matériaux décontextualisés, c'est que toutes les dimensions de la vie religieuse ne sont pas saisissables dans la synchronie. C'est le cas en particulier de la dimension scripturaire.

Le présent ethnographique villageois offre à l'observation, en effet, de l'oralité et du segmentaire : prédication et charisme des saints vivants, visites aux tombeaux des saints morts, et jusqu'à l'enseignement du Livre au kuttab, tout cela se répète, se ressemble, et pourrait se permuter d'une unité à l'autre.

oasis de Chatma Aurès
Oasis de Chatma dans l'Aurès, marabout de Léla Sfaïa

Dans cette logique, on peut même intégrer des niveaux plus élaborés, les zawaya régionales, par exemple. Comme les confédérations ou presque, elles sont labiles. L'écriture est bien là, si on veut la voir, mais comme élément d'une culture de scribes (1) dont la caractéristique principale localement et dans la pratique semble l'instrumentalisation de l'écrit par l'oralité. Effectivement, pour en savoir plus, il faut aller plus loin que le village, et plus loin que le présent.

De même qu'on ne peut mettre en cause la segmentarité morphologique qui se manifeste dans la synchronie qu'en ayant recours à "différentes histoires" et à des traces écrites, même frustres, comme les généalogies et les chroniques, pour reconsidérer autrement le schéma de l'égalité des segments et de la non-ingérence des lignages religieux dans le pouvoir et l'accumulation (2), de la même manière, la prise en compte d'un espace et d'une durée englobant permet d'apercevoir l'autre extrémité du spectre et d'appréhender un système religieux régional dont l'observatoire villageois ne livre pas toute la vérité.

En un mot, si je voulais saisir le changement religieux, le lien entre les villageois, les lettrés et l'histoire, il me fallait considérer la durée.

Cela m'a conduit à explorer la période allant approximativement du milieu de ce siècle au milieu du siècle précédent, dans ce sens précisément, c'est-à-dire à reculons. Il se trouve que cette séquence de temps possède une réelle cohérence, spécialement du point de vue de l'histoire religieuse, mais, si je puis dire, de manière négative : c'est celle qui, dans l'Aurès, va de la fin des grandes insurrections aux débuts de la guerre d'indépendance.

 

oasis de Baniane Aurès
oasis de Baniane dans l'Aurès, marabout de Sidi Lakdar

D'un point de vue plus large que politique, cette césure est absolument pertinente, marquée à ses débuts par l'abandon des moyens des résistance traditionnels (jihad ou siba, comme on voudra), et l'invention de nouveaux modes d'encadrement et de leadership religieux, très liés contrairement au sentiment général, à des emprunts au monde islamique extérieur. À son terme, cette période est marquée par l'organisation de la wilaya I dont l'implantation aura sonné la fin du contrôle absolu des clercs sur la vie locale, au profit du Djeich (l'Armée de libération nationale), contrôle qui, comme on va le voir, est leur attribut essentiel, et dont la richesse est à la fois la conséquence et le moyen.

Prendre cette période comme un tout, c'était en restituer l'unité, y déceler une évolution progressive, une infinité de changements lents, minuscules, mais continus, plutôt qu'une cassure en son milieu, comme le veut la lecture réformiste locale des faits, qui coupe ce siècle en une jahiliya (barbarie), avant les années trente, et une nahda (renaissance), depuis. Ténèbes et lumières. État sauvage et civilisation.

Il s'agit là de la transposition sans le temps de la coupure entre le pouvoir et les paysans, qui s'est consolidée avec l'État moderne. Je retrouvais justement dans ces catégories celles qui ont fait obstacle àa la reconnaissance de l'orthodoxie et/ou de l'humanité civilisée du village ; il était donc essentiel de construire une durée qui permette de contourner cette interdiction de penser, parfois au prix d'un travail très violent contre les représentations les plus assurées des informateurs eux-mêmes. En même temps, il fallait prendre acte (s'en donner les moyens) du sentiment des gens, qui disaient que la religion "n'était plus la même" depuis cette fameuse cassure.

Fanny Colonna
Les versets de l'invincibilité
, 1995, p. 63-65

 

__________

1 - Cf. Jonathan Parry, Johanna Overing (eds), Reason and Morality, ASA Monography 24, 1985.

2 - Paul Pascon et Abdallah Hammoudi, "Segmentarisme, stratification sociale, pouvoir politique et sainteté", Hesperis Tamuda (Rabat), 15, 1974, chap. 3, p. 43, note 1.

 

Aurès cartes postales

 

______________________

 

 

002072012162153000000JA2686p065-067
Mohammed Harbi

 

intervention de Mohammed Harbi lors de la célébration religieuse en mémoire de Fanny Colonna, en l’église Saint-Jean-Baptiste de Belleville, à Paris, mardi 25 novembre 2014.

Fanny Colonna sera enterrée au cimetière chrétien de Constantine, samedi 29 novembre, à 15 heures.
 
J’ai connu Fanny Colonna, en juin 1975, lors d’un colloque consacré aux rapports entre le politique et l’ethnologie au Maghreb. Sa communication s’intitulait : «Production scientifique et position dans le champ intellectuel et politique : deux cas, Augustin Berque et Joseph Desparmet».

Toutefois, mon rapport à Fanny ne s’inscrivait pas dans le champ académique mais dans le champ politique. Ce fut, d’abord, un rapport à distance. Lycéen à Skikda, je fus un jour sollicité par un chef scout, Zerouk Bouzid, pour assurer la diffusion d’une publication que lui avait envoyée Salah Louanchi : il s’agit de Consciences maghrébines, une revue annonciatrice de la naissance d’un courant de pensée anticolonialiste au nom de la conscience chrétienne.
Le professeur André Mandouze en était l’animateur. Je sus, plus tard, que Fanny appartenait à ce courant, qui constituait une chance pour l’affirmation d’un nationalisme démocratique, oeuvrant à une société multiculturelle et multiethnique.

Chacun sait que l’éveil de l’Algérie à une existence historique a fait de grands progrès après 1945. La critique des mythes fondateurs de l’Algérie coloniale, qui gagnait des secteurs de plus en plus étendus de la société, n’épargna pas la communauté européenne.
Une mince frange des chrétiens d’Algérie – prêtres, étudiants et syndicalistes, à l'image d'Evelyne Lavalette, détenue politique – s’attaquèrent aux «écrans accumulés pour nier le caractère politique du problème algérien et le réduire à un problème économique et social». Cette donnée, oh combien féconde, de l’histoire algérienne a été prise en charge à Alger par les Scouts musulmans, avec Mahfoud Kaddache, Salah Louanchi, Omar Lagha, Mohammed Drareni, Reda Bastandji et les centralistes du MTLD – auxquels Fanny a consacré une étude qui revoit les polémiques anciennes à la lumière des politiques de notre temps.

Loin d’atténuer cette avancée, la guerre la précipita.
Des prêtres comme les abbés Albert Berenguer, Pierre Mamet, Jobic Kerlan, Jean Scotto…, les militants de l’AJAAS et les animateurs de Consciences maghrébines s’engagent dans la résistance et incitent l’Église d’Algérie, avec à sa tête le cardinal Duval, et le Vatican à la défendre.
Hommes de l’ombre sur le sol algérien, détenus politiques dans les prisons, exilés à l’étranger, ils ont tous mis leur énergie et leur foi au service de la nation algérienne : «Nous ne venons pas en aide au FLN, dixit Pierre Chaulet. Nous sommes Algériens comme vous : notre sol, notre patrie, c’est l’Algérie, nous la défendons avec vous. Nous sommes du FLN». Cette profession de foi, c’est aussi celle de Fanny. Son amour de la terre natale, qu’elle a exprimé tout au long de la guerre civile des années 1990 et jusqu’à son dernier souffle, a transformé sa vie de manière à lui donner un sens que la mort ne peut lui ravir.

L’hommage que l’Algérie lui doit va aussi à tous les chrétiens que le fanatisme religieux n’a pas épargnés. Ne les oublions pas. Le silence institutionnel sur leur contribution à la victoire contre le colonialisme n’a pas aidé à assurer leur sécurité dans la tourmente qu’a connue l’Algérie ces dernières années. Espérons que le rattrapage en cours y remédiera.
 
Mohammed Harbi
25 novembre 2014

 

n-FANNY-COLONNA-large570
Fanny Colonna

 

______________________

 

 

9782724606751FS

 

 

______________________

 

Cher(e)s ami(e)s,
Notre compatriote Fanny Colonna nous a quittés lundi 17 novembre 2014. Elle reposera en sa terre natale, à Constantine, où elle a grandi. 
Une célébration religieuse en sa mémoire aura lieu à Paris, mardi 25 novembre 2014, à 14h30, à l'église Saint-Jean-Baptiste-de-Belleville (139, rue de Belleville, 75019, métro Jourdain).
Nous saluons la mémoire de Fanny Colonna, pour son engagement dans la lutte de libération et les causes démocratiques après l'indépendance, pour son amour du pays – auquel elle consacra la plupart de ses travaux d'anthropologue et de sociologue –, et pour sa contribution d'importance au développement des études de sciences humaines et sociales sur l'Algérie. 
Nous perdons, en sa personne, un des plus fidèles soutiens de notre association.
Toutes nos condoléances à sa famille, à ses enfants Vincent, François, Ugo et Marie.
Pour l'association algérienne en France ACDA (Agir pour le changement et la démocratie en Algérie),
Faïza Aït-Kaci
Paris, le 22 novembre 2014.
PS : ci-joint un lien à une page d'El Watan, où des ami(e)s de Fanny Colonna lui rendent hommage.

 

colonna2

- retour à l'accueil