samedi 16 juin 2012

L’échec de l’Algérie française date de 1870

Perso- Lyautey 1902 colonel- Besanson

 

Lyautey contre Lavigerie et Crémieux

éditorial de Bernard LUGAN à L'Afrique réelle, juin 2012
 
 
L’échec de l’Algérie française date du lendemain de la guerre de 1870 quand le régime civil remplaça le régime militaire. La colonisation de l’Algérie se fit alors au nom de l’universalisme républicain qui prétendait transformer les musulmans en Français grâce à l’ «école de la République».

Dans ce numéro spécial de l’Afrique Réelle, est reproduit un document peu connu. Daté du 1er décembre 1870, au lendemain donc de la défaite française face à la Prusse, ce texte fut écrit de la main de Mgr Lavigerie à l’intention d’Adolphe Isaac Crémieux, alors en charge des affaires algériennes. Le prélat y livre ses intentions résolument jacobines au sujet de l’Algérie, faisant ainsi cause commune avec le farouche républicain qu’était Crémieux.

7431752Isaac Crémieux

Les deux hommes se trouvèrent alliés pour détruire les Bureaux arabes, cette élite de l’armée française qui avait réussi la pacification de l’Algérie avec peu de moyens, pratiquant la politique du prestige, du respect et de la différence, à l’image de ce que feront plus tard les Affaires Indigènes au Maroc sous Lyautey et ses successeurs. Or, Mgr Lavigerie et Adolphe Isaac Crémieux considéraient tous deux, à juste titre d’ailleurs, que les Bureaux arabes  étaient un obstacle à la colonisation, protecteurs qu'ils étaient des indigènes et de leurs biens. Crémieux dénonçait également leur peu de zèle républicain, ce corps d’élite étant effectivement largement monarchiste. Leur disparition signa l’échec de l’Algérie française.

fontaine2lavigerieMonseigneur Lavigerie

À l’opposé de Mgr Lavigerie et de Crémieux, Lyautey ne voulut pas changer l’homme et c’est pourquoi il a réussi au Maroc. Il ne s’était en effet pas fixé pour but de donner aux Marocains d’autres ancêtres que les leurs. Il n’avait pas, comme le déclara avec arrogance le président Sarkozy dans son «discours de Dakar», l’intention de les faire «entrer dans l’Histoire», eux qui en ont une, glorieuse et ancienne.

Lyautey 1915Lyautey au Maroc en 1915, avec le sultan Moulay Youssey


La vision de Lyautey présentait deux caractéristiques principales qui sont l’exact contre-pied de ce que voulaient Crémieux et Mgr Lavigerie :

1) Selon lui, la colonisation n’était pas éternelle car il avait bien vu que les colonies, départements d’Algérie compris, étaient à la France, mais n’étaient pas la France. Transposée aujourd’hui cette idée permettrait de parler d’islam en France et non d’islam de France, ce qui n’est pas la même chose.

2) C’était une forme d’«ethno-différentialisme» avant l’heure car elle n’impliquait ni assimilation, ni intégration, qui sont d’abord des pertes de substance vive pour les uns comme pour les autres. Elle ne débouchait ni sur l’acculturation républicaine, ni sur la christianisation des musulmans. Lyautey était pourtant plus que «bon» catholique, mais, tout comme Charles Maurras, il faisait la part entre le politique et le religieux. Homme de terrain, il avait tout simplement observé que les peuples du Maghreb sont «autres».

L’histoire a donné raison à Lyautey contre Lavigerie et Crémieux. Quant à De Gaulle, s’il voyait juste quand il déclara à Jacques Soustelle que l’intégration était «un danger pour les Blancs, une arnaque pour les autres», la manière dont il s’y prit pour «soulager» la France de ce qu’il nommait «le fardeau algérien» fut à la fois odieuse par son inhumanité, honteuse par sa mise en oeuvre et criminelle par ses conséquences. D’autant plus que la victoire militaire française étant totale dès 1959-1960, des solutions autres que celle de la remise du pouvoir à la clique du FLN étaient envisageables.

Bernard Lugan
source

 

bureau-arabe-a-bone

 

 - retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 16:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


vendredi 15 juin 2012

jeunesse des tirailleurs sénégalais

tatasenegal1a

jeunesse des tirailleurs

Tata Sénégalais de Chasselay près de Lyon

Témoignage de Jean-Paul Chaudy



En janvier 2004, j’ai eu l’opportunité de visiter de nombreux villages de Casamance au Sénégal. Dans un village du bord du fleuve j’ai rencontré un vieil homme handicapé qui m’a demandé si je connaissais «Chasselay», c’est là qu’il avait été grièvement blessé en juin 1940. Il avait été récupéré et caché par une famille et se trouvait entre la vie et la mort quand tous ses camarades ont été arrêtés et exécutés non loin de là.

4-6-5_1_-fa0ee


Cet homme avait pu être évacué vers le sud puis plus tard vers le Sénégal, mais trop grièvement blessé on avait du l’amputer d’une jambe. Il n’avait alors que 15 ans !

Il expliqua alors qu’il n’était pas le plus jeune, qu’en 1940 chaque village était sensé donner des enfants et qu’ils étaient choisi en fonction de leur taille et non de leur âge, hors beaucoup de jeunes casamançais mesurent déjà plus de 1.70m à l’âge de 13 ou 14 ans, si bien que ces régiments de tirailleurs sénégalais étaient constitués de très jeunes soldats.

Ces jeunes ne parlaient que la langue de leur ethnie et donc étaient regroupés par tribus. Ainsi le régiment qui défendait les Monts d’Or à Chasselay était constitué en majorité de Casamançais Diolas et Mankagnes. Ce vieil homme handicapé rencontré en 2004 faisait partie de régiment dont la plus part des survivants avaient été exécutés les 19 et 20 juin 1940.

Témoignage de Jean-Paul Chaudy


Commentaire : parmi toutes les questions liées à cette exécution de tirailleurs se pose la question du recrutement des soldats africains. Tandis qu’en France les jeunes recrues devaient avoir au moins 17 ans, en Afrique bien des «recruteurs» prenaient d’office ceux qu’ils jugeaient aptes à la tâche. Ainsi il a été décidé de ne pas inscrire leur âge sur leurs tombes bien que l’on ait connu leur identité !

Pour réagir à ce témoignage contactez Monsieur Chaudy à travers le comité de Chasselay.

 

SETata

 

___________________________

 

- à propos du Tata sénégalais de Chasselay, sur Études Coloniales

 

18242951

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 12:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 12 juin 2012

les archives du Sénégal

archives du senegal

 

les archives du Sénégal

un riche patrimoine à la recherche

de nouveaux espaces

Jean PIRES

Le Soleil, journal sénégalais

 

Mme Fatoumata Cissé Diarra, nommée au mois de mars dernier à la direction des Archives nationales du Sénégal, a accepté de nous dévoiler un pan de cette institution précieuse. L’opportunité de cette visite guidée dans les arcanes des Archives du Sénégal est d’autant plus appréciable que la communauté internationale célèbre, aujourd’hui, 8 juin, la 6ème édition de la Journée internationale des archives, sur le thème  «Archives, administration publique et transparence».

anm-door


La Journée internationale des archives sera, aujourd’hui, célébrée à Dakar, par une manifestation à la Chambre de commerce, à partir de 9h30, sous la présidence de M. Seydou Gueye, secrétaire général du gouvernement. Le thème «Archives, administration publique et transparence» sera présenté par Monsieur Mbaye Thiam, Professeur d’archivistique à l’Ebad/Ucad.


Une certaine image renvoie, sur le sujet des archives, un décor vieillot, des documents poussiéreux, entassés sur des étagères, dans quelques réduits oubliés, relégués. Et pourtant, les archives, comme nous le rappelle Mme Fatoumata Cissé Diarra, permettent de connaître le passé. On a recours aux archives à de nombreuses occasions, pour des recherches historiques, la référence à des identités, trouver des sources au sujet d’une histoire nationale ou même individuelle.

archives


Il va sans dire que les archives doivent être absolument bien classées, sous peine de les perdre et en même temps des repères importants, parfois vitaux pour la vie de toute une communauté.  «Un document perdu, fait perdre du temps, il faut alors procéder à sa reconstitution, ce qui n’est pas toujours évident».
Les Archives du Sénégal, c’est le nom officiel de cette institution logée sur l’aile droite du building administratif à Dakar. Il s’agit d’un complexe documentaire regroupant, outre le service des archives sous l’appellation d’archives nationales, un service d’accueil, un service informatique, de communication et un grand service des appuis techniques (micrographie, iconographie, atelier de reliure et restauration).

Des milliers de documents jaunis par le temps

En visitant les locaux, particulièrement les bureaux qui se trouvent au rez de chaussée du building administratif, le visiteur est loin de se douter qu’un long souterrain court sous ses pieds, traversant pratiquement la longueur de ce grand bâtiment. A l’origine, en 1954,  l’aménagement des archives était prévu pour accueillir «8 kilomètres linéaires», souligne la directrice, Mme Diarra.

C’est une sorte de cave aérée et éclairée où sont stockés sur des étagères, rangés dans des boites spéciales, des milliers de documents jaunis par le temps et le climat. Certains d’entre eux ont traversé deux à trois siècles. Le record de longévité dans ces archives est détenu par le récit d’un explorateur daté de 1672.

C’est un fonds très riche qui constitue le patrimoine national, outre la bibliothèque administrative, historique et juridique qui fait office de bibliothèque nationale (ndlr, c’est une institution qui n’est pas encore créée, elle n’existe que sur le papier), en appoint, un centre de documentation administrative et juridique fait face à la direction.

Afrique_France-colonies

«Nous avons quatre fonds. À sa création en 1913, c’était le Service des archives du Sénégal, comme on en trouvait dans tous les chefs-lieux des colonies de l’Aof, et au sommet, un Service des archives de l’Aof», indique Mme Diarra.
«On a une chance, ici, au Sénégal. C’est une exception. Au moment de la décolonisation, les Européens, les français en particulier, sont partis avec les archives, mais celles de l’Aof sont restées, ici, à Dakar. C’est pourquoi nous les gérons». Une autre partie des archives de l’état civil de l’Aof est à Nantes et à Aix-en-Provence, en France.

73569855
Archives d'outre-mer à Aix-en-Provence


La directrice, Fatoumata Cissé Diarra, formée à l’Ebad (major de promotion en 1985) a, depuis l’année 2000, bouclé une formation en Conservateur des archives. Les archives, ce sont ces documents sécrétés dans le cadre  des activités d’une personne physique ou morale. Elles forment un tout ; on ne peut pas les dissocier.

«C’est ainsi que les archives gardées à Nantes sécrétées dans le cadre de l’Aof, sont, à ce titre, des archives en partage entre les différents États, ex-colonies de l’Aof et la France elle-même».

À côté de ce fonds de l’Aof, il y a le fonds documentaire du Sénégal colonial. Il commence en 1816 et s’étend jusqu’en 1858. Lorsque les premiers explorateurs sont arrivés à Dakar en 1816, ils ont commencé à mettre en place une administration et à générer des documents qui sont devenus des archives précieuses au fil du temps.

En 1895, quand l’administration française a fédéré les colonies sous l’Aof, elle a produit un fonds documentaire qui a existé parallèlement au fonds du Sénégal colonial. L’Aof, de 1895 à 1959 avant l’indépendance, constitue un autre fonds où l’on répertorie l’éphémère Fédération du Mali. Un quatrième fonds concerne le Sénégal moderne, notamment les archives nationales (archives de l’État) et les archives régionales (services régionaux d’archives).

La responsabilité des structures administratives 

La direction des archives du Sénégal est l’organe de l’État compétent pour toute question d’archives (Loi du 3 juin 2006). À ce titre, elle doit recevoir les documents et archives générés dans les différentes administrations sénégalaises. Selon la loi, il y a différents âges pour ces archives. Dans le premier âge, il y a les documents courants qui sont dans les bureaux et qui servent à l’instruction des dossiers. Ils doivent être à portée de main dans toutes les administrations.

Les archives intermédiaires rassemblent les documents qui ne sont plus d’utilisation courante et qui ont entre cinq et dix ans d’âges. Elles sont gérées en dépôt de «pré-archivages», sous la responsabilité des structures administratives de l’État. Elles  peuvent ainsi servir à des références épisodiques.

«Actuellement, nous ne pouvons plus prendre des versements  de documents vu la saturation de nos locaux depuis belle lurette. Ces locaux ont été aménagés en 1954 pour une capacité initiale de 8 kilomètres linéaires. Aujourd’hui, nous avoisinons les 18 kilomètres linéaires», déplore Mme Diarra. La saturation de l’archivage a même touché l’annexe des Archives du Sénégal, sur la rue Moussé Diop.

La solution, c’est vivement la construction d’une Maison des archives. «On aimerait vivement que les autorités prennent en charge la construction de la Maison des archives. Nous parlons souvent de dématérialisation, c’est bien ; mais si le document est numérisé et qu’on remette en place les documents qui manquent d’espace, cela ne résout rien», soutient la directrice des Archives du Sénégal.

La consultation des archives est généralement d’accès libre. Les visiteurs ne désemplissent pas d’ailleurs dans les locaux réservés à la lecture. Le silence est de rigueur entre les box. Au long de la journée, les élèves et étudiants, chercheurs, historiens, sociologues et scientifiques de tous bords viennent se documenter sur les planches de l’histoire.

fatimatou-cisse
Fatoumata Cissé Diarra


Cependant, l’accès n’est pas ouvert à tous les documents. 

La dernière Loi d’archives de 2006 a ramené, de trente à vingt-cinq ans, le délai autorisant la consultation publique des archives. Celles concernant la sécurité de l’État, ainsi que les documents nominatifs sur la vie privée, les dossiers d’instruction juridique, etc.,  ont un délai spécifique. Ils sont consultables, selon les cas, entre 30 et 50 ans après la date d’élaboration des documents, après le départ à la retraite (pour actes médicaux), après la clôture des dossiers d’instruction  judiciaire, ou après la date de l’acte, en ce qui concerne les secrets industriels et commerciaux. Le grand souci de la direction demeure l’exigüité des locaux, ou leur inexistence, particulièrement pour les régions.

C’est ainsi que dans leurs grands projets, les Archives du Sénégal tiennent à la construction et à l’équipement des services régionaux d’archives. À l’heure actuelle, seuls existent les services régionaux de Dakar, Saint-Louis, Thiès, Kaolack et Fatick. Il est plus que temps, aujourd’hui, de prendre en compte ces archives régionales logées généralement au niveau des gouvernances des régions et des collectivités.

De nouvelles infrastructures, mais également un grand renouvellement du personnel, ce sont les objectifs que se fixe la direction des Archives du Sénégal. Celles-ci sont placées sous la tutelle de la Primature. En cette journée internationale, ces objectifs se signalent comme des priorités pour protéger le précieux patrimoine que l’histoire nous a légué.                             

Jean Pires
source

 

ans-bldgDakar, archives nationales

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 16:28 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

dimanche 10 juin 2012

les bagnes coloniaux (Michel Pierre)

Guyane (5) 

 

le siècle des bagnes coloniaux (1852-1953)

Michel PIERRE

 

1 - Après la suppression progressive des galères sous Louis XV s’ouvre le temps des bagnes portuaires (Toulon, Rochefort, Brest) désormais voués à l’exécution de la peine des Travaux Forcés. Mais quelques décennies plus tard, dans les années 1840, se répand l’idée que la concentration de milliers de forçats regroupés dans quelques arsenaux est dangereuse pour la population civile, contagieuse pour les ouvriers libres et coûteuse pour l’État.

Guyane (1)

Et à l’exemple des Anglais ayant déporté au XVIIIe siècle, des dizaines de milliers de Convicts vers leurs terres australiennes, Napoléon III décide, au début de son règne, de l’exil définitif de ceux (et de celles) qui bafouent gravement la loi. Après avoir hésité sur quelques horizons possibles, le choix se porte sur la Guyane que l’on espère développer grâce à l’afflux d’une main d’œuvre de réprouvés pouvant, de surcroît, trouver dans le travail, le rachat de leurs fautes.

Guyane (2)

2 - Dès 1852, des vaisseaux-prisons transfèrent aux îles du Salut puis à Cayenne les bagnards de Rochefort, de Brest puis ceux de Toulon. Deux ans plus tard, en 1854, la loi sur la Transportation (1854) organise la peine des Travaux Forcés à accomplir hors du territoire métropolitain et conçue pour ne jamais permettre le retour des condamnés dans la mère-patrie.

3 - Cette première époque du bagne est celle d’une hécatombe due aux épidémies, à une administration déficiente, à l’absence de soins et aux mauvais traitements. Le taux de mortalité (26% de l’effectif en 1856) est tel qu’en 1867, il est décidé de remplacer la Guyane par la Nouvelle-Calédonie comme nouvelle terre de punition à plusieurs mois de navigation des ports français. Et c’est vers ces rives lointaines de la France australe que seront dirigés en 1871 les Communards victimes des tribunaux versaillais.

4  - Au début des années 1880, la IIIe République, soucieuse d’ordre et de loi, juge la Nouvelle-Calédonie peu redoutée des criminels et préfère y attirer des colons libres, dignes de ses richesses. La Guyane, de réputation plus sinistre, redevient terre de bagne en 1887, conjointement à l’archipel calédonien pendant une décennie puis, à partir de 1897, comme seule destination des forçats. La colonie reçoit même, à côté des condamnés aux travaux forcés (peine le plus souvent prononcée par les Cours d’Assise), une nouvelle catégorie de condamnés relevant de la loi (1885) sur la relégation des multirécidivistes (peine pouvant être décidée par un simple tribunal correctionnel).

Guyane (4)

5 - À la fin du XIXe siècle, le système a trouvé sa logique et défini son fonctionnement. Une à deux fois par an, les navires Loire puis le La Martinière (entre les deux guerres mondiales) transfèrent, par effectif de 600 à 700 matricules, les condamnés rassemblés à Saint-Martin de Ré vers Saint-Laurent-du-Maroni devenu véritable capitale d’un univers pénitentiaire qui compte aussi les Iles du Salut, le camp de la relégation à Saint-Jean-du-Maroni, l’îlot Saint-Louis pour les lépreux, des camps forestiers à l’effrayante réputation, celui de Kourou moins meurtrier et Cayenne où se retrouvent plutôt les forçats libérés mais exilés à vie en Guyane.

6 - Vie terrible de communautés d’hommes soumis à des travaux dérisoires ou épuisants. Société violente où succombent les plus faibles. Individus marqués de l’habit rayé rouge et blanc, symbole d’une main d’œuvre quasi-servile, fragilisée par le climat, mal soignée et ne plaçant ses espoirs que dans l’évasion aux tentatives sévèrement punies.

Guyane (6)

7 - Il faudra des années de témoignages (tels ceux de condamnés anarchistes au début du XXe siècle), de reportages indignés (tels ceux d’Albert Londres en 1923) et de campagnes de dénonciation (telle celle menée par la Ligue des Droits de l’Homme et du Citoyen) pour que la loi sur la Transportation disparaisse du Code Pénal français par décret-loi du Front Populaire en 1938.

Guyane (8)

C’était la fin des convois pour la Guyane mais le rapatriement des condamnés en cours de peine n’était nullement prévu et ce sont eux qui vont subir, sous le régime de Vichy, une nouvelle hécatombe provoquée par les rigueurs d’une administration impitoyable et par une mauvaise alimentation due aux difficultés de ravitaillement (le taux de mortalité atteint 20 % de l’effectif en 1942). Les survivants, très souvent amnistiés, sont rapatriés en France (ou en Afrique du Nord) de 1946 à 1953, réinsérés dans la société pour une partie d’entre eux grâce à l’action de l’Armée du Salut ou incarcérés dans des prisons centrales pour les plus lourdement condamnés.

8 - Ces derniers bagnards de retour vers les ports français témoignaient d’une histoire séculaire qui avait concerné près de 100 000 condamnés (dont quelques centaines de femmes de 1859 à 1906). Sur cette population pénale, une grande majorité avait été dirigée vers la Guyane (75 000), composée essentiellement de Transportés (80 % du total des effectifs).

Pierre Michel

Guyane (10)

Pour citer cet article

- référence électronique :

Michel Pierre, «Le siècle des bagnes coloniaux (1852 - 1953)», Criminocorpus, revue hypermédia [En ligne], Les bagnes coloniaux, Articles, mis en ligne le 01 janvier 2006, consulté le 10 juin 2012. URL : http://criminocorpus.revues.org/174

auteur
Michel PIERRE

Michel Pierre, licencié d’histoire de l’art et d’archéologie, agrégé d’histoire, maître de conférences à l’IEP de Paris pendant de nombreuses années avant d’effectuer plusieurs missions pour le compte du ministère français des Affaires étrangères (directeur de l’Institut français de Florence, Conseiller de coopération près l’Ambassade de France à Alger...). Il a assuré, toujours dans ce même ministère, la responsabilité de la sous-direction «Archéologie et recherche en sciences sociales». Depuis septembre 2007, Michel Pierre est directeur de la Saline royale d’Arc-et-Senans (Doubs).
Spécialiste d’histoire coloniale et d’histoire pénale, il a publié plusieurs ouvrages et articles sur les bagnes de Guyane.

articles du même auteur

 

Guyane (3) 

 

Guyane (11)

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 16:52 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

samedi 9 juin 2012

édition mise à jour et augmentée du livre de Jean Monneret sur Oran le 5 juillet 1962

9782841863082

 

La tragédie dissimulée

Oran, 5 juillet 1962 (éd. Michalon)

Édition mise à jour et augmentée

Jean MONNERET

 

«Bientôt les indigènes armés qui sont là vont se jeter sur tous les Européens qu’ils rencontreront dans un mouvement de folie et de meurtre collectif. On se venge sur l’autre, le différent… C’est un règlement de compte ethnique qui se déroule. »Ainsi l’auteur décrit-il cette fatale journée.

À Oran, le 5 juillet 1962, jour choisi pour célébrer dans la liesse l’indépendance de l’Algérie, des centaines d’Européens furent enlevés et tués. Et les troupes françaises, encore présentes dans la ville, sont restées l’arme au pied. Comme le leur avait ordonné le président De Gaulle. Cette journée poussera à l’exil des milliers de gens. Pourtant, pendant des décennies, cet évènement sera occulté soigneusement des deux côtés de la Méditerranée.

S’appuyant sur des archives militaires inédites, des documents internes de la Croix-Rouge et de nombreux récits de survivants, Jean Monneret révèle tous les tenants et les aboutissants de cette tragédie dissimulée.

monneret

 ________________________

 

Si vous souhaitez recevoir cet ouvrage, merci de nous retourner le bon de commande à l’adresse ci-dessous :

Éditions Michalon

110, rue des Poissonniers

75018 Paris

ainsi que votre règlement exclusivement par chèque

________________________

 

M. - Mme  - Mlle  ………………………………………………………………

Adresse    …………………………….…………………………………………

.…………………………….……………………………………………………

 

Commande …… exemplaire(s) de l’ouvrage de

Jean Monneret, La tragédie dissimulée – Oran, 5 juillet 1962 (édition mise à jour et augmentée)

Prix unitaire TTC : 18 €  - Frais de port inclus.

livre6p  Monneret

 

- "la désinformation à propos de l'Algérie française et de la guerre d'Algérie", une conférence de Jean Monneret

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 13:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]