expo-Algérie2

 

 

 intérêts et failles d'une exposition sur

l'Algérie de 1830 à 1962

général Maurice FAIVRE

 

 
J'ai parcouru hier [c'était le 31 mai 2012] avec intérêt l'exposition "Algérie 1830-1962" . Je n'ai pas écouté toutes les vidéos, mon C.R. est donc incomplet.

SHDGR__GR_1_H_269_2__0015__4

Éléments positifs
dans le désordre :
- chronologie  bien suivie et  présentation muséographique remarquable,
- les tableaux de bataille, les tenues et les armes intéressants,
- la maquette d'Alger en 1830, remarquable,
- la fascination des officiers pour l'Algérie,
- esclaves européens reconnus, ainsi que mutilations par le FLN,
- harkis recrutés et abandonnés, routes et écoles construites, plan de Constantine, ralliements,
- réformes du 16 mars 1956, Melouza reconnu par Dalila Ait Djoudi,
- le 13 mai n'est pas un putsch militaire, Massu accepte de présider le Comité de Salut public,
- tract allemand de propagande anti-française,
- exposé du professeur Vaïsse sur la politique de Gaulle,
- exposé du général Delmas sur les réactions des colonels avant la bataille d'Alger ; il aurait pu en dire beaucoup plus et contredire Raphaëlle Branche.
 
Éléments négatifs
 
1. Le choix d'historiens connus pour leur idéologie marxiste ou tiers-mondiste :
On aurait pu consulter J. Frémeaux, G. Pervillé, D. Lefeuvre et surtout citer les recherches récentes de Vétillard, Jordi et Benmebarek ;
pour la bataille d'Alger, le colonel Allaire et le général Schmitt ; sur les harkis, le général Meyer et moi-même ;
- selon R.Branche la torture est destinée à terroriser la population et non à obtenir des renseignements ;
- S.Thénault multiplie le nombre  des disparus (contredit par Godard et Pervillé) ;
- d'autres historiens sont connus pour leur partialité. J.Roy est partisan ;
- les photos de Charbonnier sur un torturé ne sont pas claires.

hotel-national-des-invalides

2. Erreurs numériques :
- il n'y a pas un million de morts lors de la conquête et des famines de 1860 (voir Frémeaux et Lefeuvre) ;
- il n'y a pas 20.000 tués en mai 1945 (voir Vétillard et Benmabarek) ;
-  40.000 djoundis en 1957 ? Ils n'ont que 20.000 armes de guerre ;
- 21.500 supplétifs ont été rapatriés, 66.000 avec les familles, et non 90.000 ;
- Il n'y a  pas 3.000 civils disparus après le 19 mars 1962, mais environ 1.600;
- le 17 octobre 1961, une trentaine de morts selon Brunet, et non des centaines ;
- moins de 300.000 Algériens tués pendant la guerre d'Algérie selon Yacono et Ageron, y compris les morts de l'ALN-FLN et les harkis.
3. Remarques diverses
- Abd el Kader présenté en début d'exposition (il est inconnu en 1830), au lieu du général de Bourmont et du Dey d'Alger,
- la régence d'Alger autonome (à nuancer) de l'empire ottoman ;
- l'opération Couronne du plan Challe se situe autour d'Alger et non en Oranie, elle fait partie de Courroie ;
- le schéma du barrage tunisien est incomplet, manquent la bretelle de Challe, la partie sud de Tébessa, et le dispositif de l'ALN en Tunisie (voir CFHM) ;
- les atrocités FLN et l'action des SAS sont présentés comme de la propagande française ;
- les regroupements de population ne sont pas des camps d'internement ;
- à Sétif, la répression est terminée avant midi par les gendarmes et les tirailleurs ;  il n'y a pas de milice civile ;
- la comparaison de Rouillon-Bollardière est discutable ; Ely dit à Bollardière qu'il a "fait le jeu de l'ennemi" ;
- les fours à chaux ne sont pas des  fours crématoires ;
- les films de Chassagne à Ain Abid sont des montages réalisés pour la Fox Movietone ;
le gendarme tireur (Geier) a bénéficié d'un non-lieu (archives gendarmerie et livre Vétillard).

20aout

4. Non-dits ( à vérifier)
- la connaissance scientifique de l'Algérie par les officiers (ouvrages de Carette en 1848, Rinn, Coppolani..., etc) ;
- l'armée d'Afrique reconstituée par Weygand, Juin, Giraud et non de Gaulle ;
- les enlèvements de pieds noirs dès avril 1962 ;
- les tueries d'El Halia, rue d'Isly et 5 juillet Oran, à peine évoquées.
N.B. Je n'ai pas examiné les BD de J. Ferrandez ;  ayant quitté Alger à 4 mois, on ne peut le considérer comme un pied noir. Certains le considèrent comme un apôtre de la repentance. Il considère le terrorisme FLN comme réplique à l'attentat rue de Thèbes, ce qui est inexact.
Maurice Faivre
020121conf2s

 

- lien officiel et : autre lien

 

- retour à l'accueil