816785_3_a6bc_l-historien-et-sociologue-benjamin-stora-a53214_t6

 

rencontre avec

Benjamin Stora et Slimane Zeghidour

 

Benjamin Stora et Slimane Zeghidour participeront à un débat au 27, rue Jacob à Paris (siège des éditions les Arènes) à 19 heures.
Toutes les informations sur le lien suivant :


http://www.27ruejacob.fr/STORA-ZHEGUIDOUR

 

Commentaire :
Voici deux hommes d'honneur, car ils ont la particularité d'avoir la force de rester impartiaux, en dépit des pressions émanants de ceux qui ont "les plus grands bouches"...

Aussi, croyez bien que j'aurais été infiniment ravi d'être à vos côtés pour pouvoir très dignement témoigner de l'histoire de ma famille.

Aussi, pour information, voci le texte que j'avais préalablement mis en ligne, à la veille du débat télévisé, qui devait faire suite au merveilleux documentaire de Messieurs Stora et Le Bomin :
"Comme beaucoup de citoyens français, à part entière ;  j’ai l’immense crainte que le prochain débat relatif à cette guerre ne soit encore et invariablement réduit à une tribune offerte à des représentants de rapatriés et de fils et de filles d'harkis.
Aussi, dans un souci du respect du contradictoire et au nom de l'Histoire, il serait pour le moins nécessaire d'inviter, non pas seulement ces personnes, aussi louables soient-elles et des historiens, mais également des enfants de ces combattants algériens, qui ont vu à là la suite de ces évènements leur vie à jamais changer ...
De la même manière, il serait pas mal de dire quelques mots sur l'appui de ces Algériens, qui déjà en 1917 avait apportés leurs concours à la France, espérant en retour leur indépendance.
En effet, bien des familles marocaines, algériennes, sénégalaises et autres, ont payé un très lourd tribu pour défendre notre grande nation et ses valeurs.
À titre d'exemple et dans ma propre famille, ce n'est pas moins de 17 membres sur 21 qui, en avril 1917 sont morts dans les Ardennes, dont certains à Verdun. Dans les 3 années qui suivirent la fin de la guerre, deux autres décéderont en raison des gaz moutardes ...
Ces gens là on en parle si peu ! Pourquoi une telle chape de plomb, y compris à une époque où l’on nous stigmatise parfois, un peu plus que de raison ?
Ceci est d'autant plus absurde et incompréhensible, lorsque l'on observe nos pays voisins nous montrer l'exemple. Lorsque l'on sait que ces personnes, à double culture sont peut-être nos meilleurs Ambassadeurs pour commercialiser nos produits et nos services hors de nos frontières !
Et, ici, je voudrais dire, en toute humilité à nos amis républicains qu’il est catégoriquement faux de laisser croire que ces personnes seraient pour bon nombre arrivées en France, à la suite de cette guerre. À titre d’exemple, mon père est arrivé en France en 1956 et le premier Préfet «musulman», issu de l'immigration a été Chérif Mecheri ..... en 1946 !
À cette suite, il eu l’honneur et l’immense privilège de devenir tour à tour conseiller spécial de deux Présidents, secrétaire général de l'Union française et secrétaire général à la Présidence de la république et ce pendant 10 années !
Au besoin, je tiens à votre disposition les homélies rendues par l’état français, dont la préfectorale ainsi que la Cour des comptes et vous l’aurez compris, je serais ravi d’être invité sur votre plateau, pour tenter de donner un autre visage à cette population française, un peu trop souvent occultée".

Très Cordialement.

Auteur : Mécheri
15 mars 2012

 

- retour à l'accueil