9782228906241FS

 

la guerre d’Algérie :

un épisode de la guerre froide ?

Maurice FAIVRE

 

- Matthew Connelly, L’arme secrète du FLN : comment de Gaulle a perdu la guerre d’Algérie, Payot 2011, 507 pages 30 €. Traduit par Françoise Bouillot.

Ce livre est une réédition du livre de l’historien Connelly, publié aux Etats-Unis en 2002 sous le titre A diplomatic Revolution. Algeria’s Fight for Independance and the origine of the Post-Cold War Era. Le titre accrocheur choisi par les éditions Payot trahit donc la thèse de l’auteur, qui est une analyse diplomatique sur l’internationalisation de la guerre d’Algérie, et sur les conséquences mondiales de cette orientation.

710358

La documentation de cet ouvrage est particulièrement riche dans le domaine diplomatique où elle n’ignore rien des dépêches et des conversations engagées entre les autorités américaines et françaises, de la politique du GPRA et de l’habileté de ses négociateurs Yazid et Chanderli. La dimension internationale du conflit, avec l'implication du Maroc, de la Tunisie, des pays arabes et socialistes, du Tiers Monde, de l’OTAN et de l’ONU, est donc bien mise en relief, ainsi que la coexistence conflictuelle de plusieurs communautés algériennes.

Le jeu double des États-Unis, partagés entre le maintien des zones d’influence occidentales et le ménagement des Non-alignés, est concrétisé par la mise en place de bases aériennes au Maroc, la livraison d’armes aux Tunisiens  et le soutien de la CIA aux syndicats libres (CISL) qui financent les nationalistes.

La présentation de la situation militaire sur le terrain se réfère au Memento du 2ème Bureau (série 1H1682), aux livres de Tripier (Autopsie de la guerre d’Algérie) et de Shrader (The first helicopter War). Elle montre que la rébellion intérieure a atteint son potentiel maximum à la fin de 1957 (15 à 18.000 armes de guerre) pour décliner dès la fin de 1959 et se réduire à 6.000 armes pour 3.000 réguliers en 1962. Les démêlés de Bourguiba avec l’ALN et la désinformation opérée par le KGB sont soulignés.

Malheureusement, l’auteur prend pour argent comptant des erreurs manifestes qui nuisent à son objectivité  : les viols systématiques, le bombardement des villages, les regroupements affameurs, la loi du talion en août 1956, les estimations de Teitgen pour la bataille d’Alger, les 200.000 morts déclarés par de Gaulle, les 250.000 réfugiés au Maroc et en Tunisie, 200 tués au moins le 17 octobre 1961, les harkis ostracisés pendant des années dans des camps…, etc. Il situe le massacre d’Oran le 3 juillet 1962, avec 20 morts ; or c’est le 5 juillet avec environ 400 disparus.

En dépit de ces erreurs ponctuelles, l’ouvrage de Connelley ouvre la voie à des discussions intéressantes. La guerre d’Algérie est-elle effectivement un épisode de la guerre froide ? Elle se situe en effet dans une période de bouleversement des relations internationales : l’émergence de l’Europe et du Tiers Monde, le passage du XIXe au XXe siècle, l’équilibre de la terreur, les antagonismes Est-Ouest et Nord-Sud. Les nationalistes algériens se servent de ces antagonismes et utilisent les techniques léninistes de prise du pouvoir sans en adopter l’idéologie. Il en résulta  des oppositions internes, à l’origine d’une nouvelle guerre civile. La guerre d’Algérie d’ailleurs n’est pas la première guerre irrégulière, modèle de guerre dans la population. L’expérience en avait été faite en Indochine.

Selon l’analyse de Connelly, «la victoire algérienne permit à la France de se libérer elle-même - de son fardeau colonial et des États-Unis». En fait, le fardeau colonial change de forme sans réduire son coût. Le prestige du Général dans le Tiers Monde est plus médiatique que réel.

Le retrait de l’Otan coïncide avec la fin de la guerre d’Algérie ; coïncidence malencontreuse, plus que conséquence. Le général Ely écrit en effet dans son journal de marche (janvier 1960) que «le général de Gaulle fait fausse route en créant artificiellement et volontairement le malaise dans l’OTAN, tout en ayant sur les bras l’affaire algérienne qui nécessite l’appui de tous nos alliés».

Enfin, la politique gaulliste d’apaisement des tensions Est-Ouest, proche du neutralisme, n’a pas contribué au déclin du Pacte de Varsovie, qui demandait davantage de fermeté que de diplomatie.

Maurice Faivre
le 18 juillet 2011

 MC_Bio_photo
Matthew Connelly

IMG_2676
Boualem Sansal, Maurice Vaïsse, Matthew Connelly
et Aurélie Luneau à France-Culture (source)

 

- retour à l'accueil