jeudi 28 avril 2011

la kouba de Nogent (1919) enfin reconstruite

58943555

 

la kouba reconstruite est inaugurée

ce jeudi 28 avril 2011

 

La kouba de Nogent-sur-Marne, édifiée en 1919, effondrée en 1982, est reconstruite. Elle est inaugurée ce jeudi 28 avril 2011. N'ayant pu m'y rendre, pour des raisons personnelles, je me sens représenté par l'allocuation de Daniel Lefeuvre, mon ami.

Je le remercie pour tous les effots auxquels il a consenti pour faire faire aboutir ce projet que j'avais conçu en découvrant le dossier de la kouba aux Archives d'Outre-Mer à Aix-en-Provence et en retrouvant l'héritier du marbrier de 1919.

Je remercie tous ceux qui ont conjugué leurs efforts pour que cette résurrection voit le jour.

Des jeunes gens de vingt et quelques années sont venus mourir "pour la France" dans la boue des tranchées lors de la Première Guerre mondiale. Il s'est trouvé alors quelques esprits pour leur rendre hommage, en dehors de toute sollicitation officielle. Aujourd'hui, d'autres esprits généreux, ont additionné leur dévouement pour que l'édifice soit à nouveau debout. C'est une fidélité qui mérite le respect.

Nous avons fait un peu plus que les concepteurs de l'édifice premier. Nous avons pu ajouter les versets du Coran que le consul Émile Piat et les imams algériens présents alors à Nogent avaient imaginés sans avoir eu les moyens de les faire figurer au fronton de l'édifice.

Cette refondation de la kouba de Nogent-sur-Marne témoigne que la France n'est pas "islamophobe", que l'engagement aux côtés de ses principes n'a ni couleur ni religion, que seule compte l'adhésion à ses principes émancipateurs - ceux-là fussent-ils malmenés en certains temps et en certains lieux. Car nul idéal ne se déploie sans contradictions.

Michel Renard
professeur d'histoire
"découvreur" scientifique de la kouba de 1919

 

58942885

 

- Qu'est-ce que la kouba de Nogent ?

- témoignage de Marc Arazi, conseiller municipal (28 avril 2011)

 

allocuation de Daniel Lefeuvre, président de l'association Études Coloniales

Il y a bientôt cent ans, entre 1914 et 1918, près de 450 000 soldats – volontaires et conscrits -, venus de toutes les colonies de l’empire français, participèrent, aux côtés des Poilus métropolitains et des Alliés, aux combats meurtriers de la Première Guerre mondiale et contribuèrent par leur courage à la victoire finale.

Si ils n’ont pas servi de «chair à canon» pour l’armée française, contrairement à une légende tenace, leur sacrifice, à l’égal de celui des combattants français, a été particulièrement élevé : 70 800, soit 13 % des effectifs mobilisés, ont donné leur vie pour défendre la France.

À Nogent-sur-Marne, lors du conflit, a été implanté un hôpital colonial destiné à soigner ces soldats, blessés lors des combats ou gravement malades. Ceux qui n’ont pu être sauvés, malgré les soins attentifs du personnel médical, reposent ici, dans ce cimetière.

C’est pour leur rendre hommage, que trois personnalités nogentaises, M. BRISSON, le maire de la Ville, M. HERICOURT, entrepreneur de monuments funéraires et le consul général Emile PIAT, décidèrent d’édifier une kouba, monument qui, dans la tradition islamique, honore un pieux personnage.

Inauguré le 16 juillet 1919, mais peu entretenu les années suivantes, l’édifice dû être rasé en 1982.

Mais, grâce au travail d’un historien, mon collègue et ami Michel RENARD, ces traces ont été retrouvées, aux Archives d'Outre-mer à Aix-en-Provence, puis chez le descendant de M. Héricourt, M. Gilles Martin, qui en a conservé précieusement les témoignages.

Aussi, dès sa création, l’association Études coloniales, a-t-elle décidé d’entreprendre les démarches pour la reconstruction de la kouba. Cette entreprise n’aurait pu aboutir sans l’appui déterminé d’un certains nombre de personnalités et d’associations auxquelles je voudrais rendre hommage. En premier lieu,

- à l’actuel maire de Nogent, M. Jacques MARTIN qui a immédiatement apporté son soutien «enthousiaste» à cette initiative.

- à M. Sébastien Eychennes, maire-adjoint chargé de la Mémoire, qui a suivi avec une attention toute particulière ce dossier et qui a contribué avec obstination à son avancement.

- Je voudrais également remercier les successifs ministres de l’Immigration, de l’Intégration et de l’identité nationales, messieurs Brice HORTEFEUX et Eric BESSON qui ont appuyé le projet de toute leur autorité et qui ont pris en charge une part élevée de son financement.

- Le Souvenir français, son président général, le contrôleur général DELBAUFFE, son délégué départemental, le colonel Hamon et son Comité nogentais doivent également être remerciés pour leurs contributions importante.

- M. Gilles CARREZ, député. Grâce à son intervention une subvention importante du ministère de la Défense a été obtenue. Je tiens également à souligner l’appui apporté par Jacques TOUBON, président de la CNHI, par le Comité d’Entente des Anciens Combattants et Victimes de Guerre de Nogent-sur-Marne, par l’association des Amis de Raoul Salan, par l’Association Mémoire et Souvenirs de l’Armée d’Afrique ainsi que par l’Union nationale des Anciens combattants musulmans.

- Je n’aurais garde d’oublier M. Gilles MARTIN qui, fidèle à l’engagement de son aïeul a accepté d’entreprendre et d’achever les travaux de reconstruction, sans que le financement de l’opération n’ait été pleinement assuré.

Enfin, un certain nombre de contributeurs privés, que je ne peux tous citer aujourd’hui, se sont associés à ce projet. C’est grâce à cet effort commun, que la kouba est aujourd’hui reconstruite et qu’ainsi, la République assure, à travers le temps, son devoir de mémoire à l’égard de tous ceux qui ont sacrifié leur vie pour défendre ses idéaux.

Je vous remercie.

Daniel Lefeuvre
Professeur des Universités
Président d’Etudes coloniales

___________________________________________________________

 

texte du bulletin municipal de Nogent :

Le Conseil municipal, par délibération du 23 décembre 1917, avait décidé de l’érection d’un monument dans le cimetière communal, destiné à honorer les militaires musulmans morts pour la France au cours de la guerre 1914-1918 et inhumés à Nogent.

C'est principalement à Émile Piat, consul général, attaché au cabinet du ministre des Affaires étrangères et chargé de la surveillance des militaires musulmans dans les formations sanitaires de la région parisienne, que l'on doit la construction de la kouba de Nogent. Grâce à l’assistance de M. Brisson, maire, et à un généreux donateur, M. Héricourt, entrepreneur de monuments funéraires, ce monument est construit en 1919. Inauguré le 16 juillet, mais peu entretenu dans les années qui suivirent, il fut détruit en 1982.

La reconstruction de la kouba du cimetière de Nogent en 2011 a été réalisée par l’entreprise funéraire E.L. Martin. Ce projet décidé par Jacques J.P. Martin, maire de Nogent-sur-Marne, suivi dans sa mise en oeuvre par son adjoint Sébastien Eychenne et l’association Études Coloniales, marque comment la République assume, par-delà le temps, son devoir de mémoire à l'égard de tous ceux qui ont donné leur vie pour défendre ses idéaux.

Le monument reconstruit sera inauguré sous le haut patronage du ministre de la Défense et en présence de Jacques J.P. Martin, maire de Nogent-sur-Marne, Sébastien Eychenne, adjoint au maire délégué au devoir de mémoire, Daniel Lefeuvre, président de l’association Etudes coloniales et des associations d’anciens combattants.

Du 28 avril au 19 mai, une exposition se tiendra dans le hall de l’Hôtel de Ville.

Cimetière de Nogent
134, rue de la Paix - Le Perreux-sur-Marne


Jeudi 28 avril à 10 h - source

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


mardi 19 avril 2011

Millénaire de Hanoï

 DAFANCAOM01_30FI119N069_P
Hanoï, un quartier annamite - source

 

Hanoï, mille ans

En septembre 2009, était inaugurée à Hanoï l'exposition "Traits d'architecture, Hanoï à l'heure française (1875-1945". Cette manifestation était organisée dans le cadre de la coopération entre la Direction des Archives de France et la Direction d'État des Archives du Vietnam. Elle marquait le début des célébrations commémorant le millénaire de la capitale vietnamienne en octobre 2010.
Cette exposition fut l'occasion de voir réunies des reproductions de cartes, de photographies et de relevés d'architecture conservés aujourd'hui à Hanoï et à Aix-en-Provence.
Le Service des Archives et Bibliothèques de l'Indochine a été créé par Albert Sarraut en 1917. (lire la suite)

- source : http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/anom/fr/11_anc.documents/1011_Hanoi/documentdumois.html

 

Diapositive1

 

DAFANCAOM01_30FI124N003_P
Hanoï, la gare d'autobus (1930/1950) - source

 

- ANOM : Archives Nationales d'Outre-mer à Aix-en-Provence

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 9 avril 2011

Algériens déportés en Nouvelle-Calédonie (avec listes nominatives)

 004

 

La déportation vers la Nouvelle-Calédonie

Introduction

Carte Nouvelle-CalédonieAprès la défaite de la légendaire Commune de Paris (mai 1871), quelques milliers d'insurgés furent envoyés, comme mesure de punition, à l'autre bout du monde. La Nouvelle-Calédonie, un archipel du Pacifique Sud, était depuis une vingtaine d'années territoire français où, tout comme en Guyane, il avait été mis en place une colonie pénitentiaire.
Une centaine d'Algériens furent également déportés vers le Pacifique. Ils avaient, eux, en ce moment même, commencé une guerre d'indépendance audacieuse contre l'occupant français, et avaient finalement dû se rendre après de longs mois de combats.
Le sort des Communards bannis a été consigné nommément sur le site web les Déportés de la Commune et a été décrit en détail dans la littérature.

Ceci n'est pas le cas des Algériens déportés. Leurs noms apparaissent dans un document fascinant issu de la Nouvelle-Calédonie, dans lequel on trouve les noms, professions et autres informations sur des prisonniers, qui furent consignés dans un registre lors de chaque arrivée de bateau de transport. Ce registre officiel a mystérieusement échoué dans les archives d'un collectionneur et anarchiste et se trouve (donc) maintenant dans les collections de l'IISG [Institut international d'histoire sociale, à Amsterdam].

Noms des déportés algériens En lire d'avantage ...
• En Algérie
• Le transport
• En Nouvelle-Calédonie
• Intégration et retour
• Noms des déportés algériens
• Sources

Texte et compilation : Margreet Schrevel, mas@iisg.nl

 

Noms des déportés algériens

Les noms des déportés algériens entre 1874-1876 (archive Nettlau n° d'inv. 3155*)
NB Le noms ont été notés phonétiquement par le fonctionnaire du 'Commandant Territorial'. L'orthographe est donc incertaine
Voir une liste avec tous les noms (.pdf, 950Kb)

9me Convoi (arr. 16.08.1874) Loire, Déportation Simple

Noms des déportés algériens

2745 Ahmed ben Amor, cultivateur (farmer, landbouwer)
2746 Ali ben Saad, cultivateur
2747 Ahmed ben Saïd, cultivateur
2748 Ali Amzian Ou Rezzouz, d[joua]d (= noble, nobleman, edelman)
2749 Ali Amzian Naït Ou Azzoug, djouad
2750 Bel Kassem ben Gassem, djouad
2751 El Arbi ben Laribi, djouad
2752 Haoussim ben Ali, mokrain (mokadem, inspecteur des impôts, inspector of taxes, belastinginspecteur(?))
2753 Lounès-ben-El-Hadj-Mohamed-ou-Allah, cultivateur
2754 Mady Mohamed ben Moussa, djouad
2755 Hasen El Achebeb, caïd (chef)
2756 Lakdar ben Doudou, caïd, France
2757 Mohamed ben Belkassem, cultivateur
2798 Mahmed ben Messaoud, djouad
2759 Mohamed ben Ahmed ou El Haoussin, djouad
2760 Mohamed ben El Hadj Ahmed ben Caleb, fs de Saron?
2761 Mohamed Ben Ali, cultivateur
2762 Mohamed ben Belkassem ou Hanouch, domestique
2763 Mohamed ben El Hadj Ahmed ben Dahmani, cultivateur
2764 Mohamed dit Ahmed ben El Hadj Ali ben Dahmani, djouad
2765 Mohamed Ben Saad, djouad
2766 Mohamed Ben Saïd, cultivateur
2767 Si Ahmed ben Saïd dit Al Beggare, khadji, Dumbéa (juge, judge, rechter)
2768 Mohamed ben Haz Allah, khadji
2769 Omar Hamided, caïd
2770 Rabah Naït Zerroug, cultivateur, 10 ans de détention
2771 Ramdan ben Mohamed, djouad
2772 Saïd ben Ahmed, cheik
2773 Si Raham ben Mohamed ou El Hadj, cultivateur
2774 Simain ben Omar, djouad
2775 Si Saadi ben Allel, propriétaire (land owner, grondbezitter)
2776 Tahar ben Akli, cultivateur, décédé, le 7 7me 1876
2777 Tahar ben Kerrich, djouad

11e Convoi Calvados (arr. 18.01.1875), Déportation Simple

2919 Ahmed Amar Amziam, cultivateur
2920 Ahmed ben ben cheik Messaoud, djouad
2921 Ahmed ben Naceur ben ali Chabbi, djouad
2922 Ahmed Boumezrag El hadj El Mokrani, djouad
2923 Ahmed ou Arab Naït ou Yahia, cultivateur
2924 Ahmed ou Lounès, caïd
2925 Aïssa ben Béchar, cultivateur
2926 Ali ben Galouz, kalif, mort le 18 9me 1875
2927 Ali ben Mohamed ou Kafsi, caïd (=chef)
2928 Ali ben Ostman, bachaga(?) (directeur, director, leider)
2929 Ali ben Telaache, caïd, mort le 18 Janvier 1875
2930 Ali ben Tahar, cultivateur
2931 Ali Boudjema, djouad
2932 Ali ou Ameur ou Boudjemah, caïd
2933 Ali ou Saïd, spahi (cavalier, horseman, ruitersoldaat)
2923 Amar ben el Ouennoughi, spahi
2935 Ameur ou Ahmed, cultivateur
2936 Ameur Naït Amara, djouad, mort en rade le 18 Janvier 1875
2937 Azzis ben Mohamed Amzian ben cheik El Haddad, caïd
2938 Bachier ben ali Bouguerrah, cultivateur
2939 Brahim ben Amar, spahi
2940 Cheikh Mohamed ou El Maoussin, spahi
2941 El Hadj ben Mohamed El Djadj, spahi
2942 Kaddour ben Kaddour ben Ali Embarredz (?), cultivateur
2943 Mohamed ben Mohamed Amziam ben cheikh El [H]addad, marabout (teachter, leraar)
2944 Messaoud ben El Kaïd, marabout
2945 Mohamed Amokrani ben Belkafsem ou Kafsi, propriétaire
2946 Mohamed Aresqui ben Amadouch, mokkadem (chef)
2947 Rabia ben Ali, amir (chef, commander, legeraanvoerder)
2948 Mohamed ben Ali, cultivateur
2949 Mohamed ben Lakdar, spahi
2950 Mustapha ben Naceur, cultivateur, P.D. [presqu’ile Ducos]
2951 Saïd Naït ou El Hadj, amir
2952 Salah ben Aiech ben Chitter, cheikh
2953 Si Saïd ben Ali, amir
2954 Taeb ben Embarreck ben Bonfils, cultivateur
2955 Si Saïd ben Ramdan, fertkath (?)
2956 Touzi ben Amara, cultivateur
2957 Yousef ben Amokrani, adel (?)
2958 M’ahmed ben Kaddeche, cultivateur
2959 Mohamed ou Ali ou Saanoum, mokkadem
2960 Hadj Ahmed ben Abed, cheikh

11e Convoi Calvados (arr. 18.01.1875), Enceinte fortifiée

838 Adallah ben ali Chabbi, cultivateur. D.S. [= Déportation simple]
839 Abdallah ben Amar, djouad. D.S.
840 Ahmed ben Brahim, djouad. N[ou?]
841 Ahmed ben Dahmani, djouad. D.S.
842 Ali ben Amor, djouad
843 Ali El Srir ben Yalaoui (?), cheik
844 Amar ben Adallah El Yalaoui, cultivateur. D.S.
845 Brahim ben Cherif, cheik. N
846 Hadj Ahmed ben Abed, djouad. Commué D.S.
847 Khaled ben Dahmani, cultivateur
848 Lakdar ben Ali Chabbi, djouad. D.S.
849 M’ahmed ben Kaddèche, djouad. D.S.
850 M’ahmed Naït Amar. D.S.
851 Mohamed ou Ali ou Gaumoun (?) mokadem. Commué D.S.
852 Mohamed ou Ameur, cultivateur
853 Mohamed ben El Hadj ben Ganah, cheik. Commué D.S.
854 Salah ben Abassi, djouad. Décédé le 13 Avril 1877
855 Salah ben Ali Bouguerrah, Krammes (?). D.S.
856 Salah ben Dahmani, cheik
857 Tahar ben Ahmed Salah, cultivateur. N

12me Convoi Garonne (arr. 12 mars 1875); Commués

2968 Mohamed-ben-El-hadj-ben-Ganah, cheikh

15e Convoi Rhin (arr. 30 janvier 1876) Déportation Simple

3101 Abdallah-ben-Amar
3102 Amar ben Abdallah ben Yalaoui
3115 Si-Mohammed Naït Braham
3128 Ahmed-ben-Dalmani
3129 Addallah ben Ali Chabbi
3130 Salah ben Ali Bouguerrah
3131 Lakdar ben ali Chabli
3237 El Hadj ali ben Reghris
3242 Sadock ben el Moulock
3351 Salah ben Dalmani
3352 Ali et Amir ben Malahoui
3353 Tohab ben Ahmed Jallah

15e Convoi Rhin (arr 30 janvier 1876) Enceinte fortifiée

887 Boudjenah ben Cheik. Décédé le 11 juin 1877
897 Ahmed ben Aiech. "Eclaireur" (= corps d’armée, armed forces, legermacht, 1878)
898 Amar ben Salem
899 Chelehi-ben-Dou
900 El Mebrouk ben Saïd "Eclaireur"
902 Mohamed ben Salem "Eclaireur"

 

 

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 18:35 - - Commentaires [82] - Permalien [#]

vendredi 8 avril 2011

affaire Henri Pouillot (Maurice Faivre)

5067717281_39124d440d
la villa Sesini à Alger
 

 

lettre du général Maurice Faivre

à la chaîne LCP

 

Mademoiselle,

Ne connaissant pas l'adresse courriel de Benoit Duquesne, je vous serais obligé de lui transmettre les éléments historiques ci-dessous, concernant les déclarations de Henri Pouillot.

Je ne comprends pas qu'une chaîne sérieuse comme LCP puisse faire confiance à un tel agitateur politique, affabulateur de crimes qu'il n'a pas commis.

Je possède d'autres éléments sur les affaires Audin, Sesini, Alleg, Boupacha, Ighilariz, Aissat Idir, mais la directrice des Archives de France m' a interdit de les publier (lettre du 10 avril 2003, confirmée par le CADA le 26 septembre 2003).

Je transmets ce message aux historiens avec lesquels je travaille, et au général Schmitt.

Je mets en copie le sénateur Guerry, qui connaît bien le problème des 1.700 disparus de la guerre d'Algérie.

Maurice Faivre
février 2011

 

 

Affaire Pouillot.

Le témoignage des personnels de la Sécurité militaire Air (4 officiers et le Commissaire divisionnaire Lecornec), et le contrôle des personnels de l'unité 01360 font apparaître qu'en 1961, ils occupaient la villa Sesini, où le soldat du Train Pouillot n'avait pas accès. Ces cinq témoins certifient qu'ils n'ont jamais vu de torture à la villa Sesini en 1961 (1). Ce n'est que du 23 décembre 1961 au 6 mars 1962 qu'une section du 584ème BT y a séjourné. Pouillot n'y aurait donc pas passé 10 mois, il n'a pas pu se procurer de documents militaires attestant de son affectation.

La tension règnant au début de 1962 à Alger, où 20 escadrons de gendarmerie mobile et 6 CRS contrôlent la ville, laisse planer de sérieux doutes sur les arrestations, tortures et viols massifs qui se seraient déroulés dans la villa. Ni le commandement de la gendarmerie, ni la Commission de Sauvegarde n'en font état. La priorité des forces de sécurité était alors la lutte contre l’OAS.

Le général Schmitt a été condamné en première instance parce que selon le Tribunal, il a «manqué de prudence» en prétendant que Pouillot raflait des filles en ville pour les violer. Schmitt a reconnu cette erreur.  Le Tribunal estime cependant que «Schmitt a assez d’éléments pour penser que Pouillot est menteur sur certains points». Ces points sont les suivants :

- il décrit une expédition punitive du 584ème bataillon du Train qui aurait fait 400 morts le 24 juillet 1961, or il s’agissait d’une opération ordonnée et encadrée qui avait donné lieu à des escarmouches qui firent 4 blessés, dont un décéda le 25 juillet,

- 4 à 5.000 Algériens auraient été torturés en 10 mois à la villa Sesini, chiffre extravagant,

- une centaine de femmes y auraient été victimes de viols, c’est aussi extravagant.

Pouillot ne se souvient d’aucun nom de ses camarades ni de ses chefs, ce qui ne permet pas à Rotman de vérifier ses accusations, et ce qui prouve l’affabulation de Pouillot. En revanche le général Schmitt a produit deux officiers du 584ème BT (André Cousine et Hardy) qui démolissent la version de Pouillot.

Maurice Faivre

 

10032549_jpeg_preview_medium
Henri Pouillot

(1) Florence Aubenas, article de Libération du 16 juillet 2003.

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 10:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

lundi 4 avril 2011

Sétif, Guelma, mai 1945 : nouvelle édition du livre de Roger Vétillard

v_tillard_couv

 

nouvelle édition du livre de Roger Vétillard

La seconde édition du livre de Roger Vétillard, Sétif, Guelma Mai 1945 Massacres en Algérie, est parue. Il s'agit d'une version entièrement revue avec plus de 450 modifications, 80 références bibliographiques nouvelles) et augmentée (610 pages en dépit de la suppression de 8 pages) et d'une rédaction plus concise  Deux éléments paraissent importants :

- ce livre révèle le nom du premier tué à Sétif le 8 mai 1945 qui est un européen et les indices et documents qui permettent d'arriver à cette conclusion

- il donne des indications inédites qui permettent, selon l'auteur, d'innocenter le préfet Lestrade-Carbonnel et qui accablent le sous-préfet Achiary à Guelma.

25079480_jpeg_preview_medium

* l'auteur interviewé sur le 8 mai 1945 en Algérie

* présentation_seconde_édition en pdf


v_tillard_couv

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 19:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

dimanche 3 avril 2011

CRS en Algérie, de Jean-Louis Courtois

30471

 

CRS en Algérie, de Jean-Louis Courtois

 

Le livre de Jean-Louis Courtois, CRS en Algérie, aux éditions Marines (groupe Ouest-France) est le premier à traiter ce sujet et sert d'argumentaire à un documentaire qui sera diffusé en février/mars 2012 sur France 2.

30471

 

présentation éditoriale de l'ouvrage

La guerre d'Algérie a été une période charnière dans l'emploi des CRS.
De 1952 à 1962, des milliers de fonctionnaires de police ont traversé la Méditerranée pour faire respecter l'ordre républicain. Ces policiers ont payé leur engagement au prix fort, comptant de nombreux tués et blessés dans leurs rangs. Sous le commandement d'un chef d'exception, Henri Mir, ils ont accompli leur mission dans la droite ligne du gouvernement légal de Paris et ceci, malgré les pressions des différents camps.
Aux heures les plus sombres de cette période, ils ont su s'opposer aux militaires pour conserver aux compagnies républicaines de sécurité leur vocation de force civile. Leur sang-froid, leur circonspection et leur respect de toutes les communautés qui se sont si douloureusement affrontées ont été reconnus de tous, y compris des plus hautes autorités civiles et religieuses.
Pour la première fois, les relations souvent tumultueuses entre les hommes politiques, les militaires putschistes, les officiers de l'armée et les CRS sont dévoilées dans ce livre à partir d'archives confidentielles et secrètes jamais publiées.

* commander ce livre

 30471

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]