Diapositive1



journal de Jean Gilibert

missionnaire mariste chez les Kanaks

de 1858 à 1891



mariste_chez_les_kanaks


présentation

Marie-Louise GONDAL

Les pages que voici sont celles du Journal d’un missionnaire, conservé depuis plus d’un siècle dans la maison Gilibert d’Auliac (15, Jabrun), aux confins de l’Aubrac. Il fut écrit dans la dernière moitié du XIXe siècle, au milieu de tâches multiples, dans des îles et stations reculées du Nord de la Nouvelle-Calédonie, par Jean Gilibert, cinquième enfant d’une famille de six, qui le confia à son frère, Antoine Gilibert, longtemps curé de Saint-Flour.

au début de la colonisation

De sa plume ferme, alerte, colorée, il remplit 10 cahiers, dont 8 nous sont parvenus. Le récit est au ras des jours et des événements. En ces îles, le temps s’étale, les rencontres sont rares. On y est seul, quoique au milieu de tous. L’esprit, curieux du pays et des gens, relève tout : ce qui révèle une humanité en attente, ouverte à l’amitié, mais hantée par des peurs et des pressions collectives ; les mythes et les rites, qui sont pour lui étranges, et qu’il ne peut ou ne sait déchiffrer ; les particularités géographiques, climatiques, sociales ; les noms des chefs et des gens du pays et ceux des caboteurs et des aventuriers, chercheurs d’or ou porteurs de la «bonne nouvelle», qui mettent pied à terre ; les fêtes et les guerres locales. Le talent du chroniqueur lui permet de faire mieux connaître, même à des Néo-Calédoniens d’aujourd’hui, des tranches de vie des populations parmi lesquelles il vivait, au début de la colonisation, avant l’arrivée des prisonniers «Communards» qui bouleversa les modes de vie.

Pionnier confronté à la difficile mission d’évangéliser un monde inconnu, que la Société des Pères Maristes avait reçue de Rome pour l’Océanie, le Père Jean Gilibert fut, avec près d’une trentaine d’autres Maristes, dont les Pères Thomassin, Vigouroux, Lambert, Montrouzier, souvent issus de la paysannerie française, non seulement un apôtre, mais aussi un ingénieur et un inventeur. Tracer des chemins, capter les sources, introduire l’élevage, réinventer le pain et le beurre, multiplier les plantations, codifier une écriture, construire une Eglise, si vite envahie par la végétation, il lui fallait faire appel à tous les savoir-faire acquis à Jabrun, et au-delà. Et quand la santé fut atteinte, il accepta des aumôneries des «transportés», ce qui fut pour lui, comme pour ses confrères, un déchirement et même la découverte des malentendus qui minaient la chrétienté française.

épisodes révélateurs non "corrigés"

Il a fallu choisir. On a élagué les commentaires de la vie familiale dont il reste proche et qui le soutenait de loin, ainsi que ceux qui donnent à éprouver, presque physiquement, l’attente, celle des lettres ou celle du vent pour la mise à la mer d’une pirogue vers une rencontre fraternelle. On a privilégié le choix d’épisodes révélateurs pour nos contemporains, d’ici et d’ailleurs, sans chercher à «corriger» les limites d’une conception de la mission marquée par une époque, ni les aspérités d’un tempérament généreux mais formé par une éducation austère, ni le choc culturel et même microbien de la rencontre Occident-Orient. On a jugé utile de procurer quelques annexes susceptibles de fournir à des lecteurs curieux ou à des chercheurs, des informations complémentaires soit sur les archives de ce fonds, soit sur l’époque.

Le Professeur Frédéric Angleviel, historien, de l’Université de Nouvelle-Calédonie, a apporté sa précieuse contribution pour fixer le contenu de l’ouvrage et en manifester la portée. Son introduction et ses annotations mettent en relief l’intérêt historique de ce Journal. On a pu, par ailleurs, mettre au jour quelques racines familiales, locales, culturelles, de cette belle et courageuse figure. Au fil de la transcription, ce lointain missionnaire est devenu un proche. Sa passion d’horizons lointains, sa générosité et les défis soutenus font de ces pages un document humain parmi les plus dépouillés et les plus transparents. La question demeure : «partir en Orient…» pour n’en jamais revenir : mais pourquoi donc ?

Marie-Louise Gondal, septembre 2007


- «Ce journal est précieux à plus d'un titre : il porte sur les premières années de la colonisation ; il est l'émanation d'un homme de lettres vivant au milieu des Kanaks ; il a pour principal sujet le grand Nord ; c'est l'exemple d'une ethnographie pragmatique d'une grande valeur descriptive et indicative.
Professeur Frédéric Angleviel, conférence donnée à l’Université de Nouvelle Calédonie, le 30 août 2007.

- «On peut lire cela comme un simple récit d’aventure, mais en fait, cela m’interroge beaucoup. Le primat de l’amitié et du service, l’inventivité de l’apôtre, la solitude dans la vie religieuse, l’étrangeté d’une culture où le langage religieux semble toujours décalé... et où on ne peut éviter ambiguïté et malentendus. Alors que l’idée de la mission lointaine paraît parfois aujourd’hui dépassée, ce livre donne à penser». (un religieux).

__________________

UN VOYAGE SANS RETOUR. De l’Aubrac à la Nouvelle-Calédonie.
Journal de Jean GILIBERT (1818-1891), Missionnaire mariste chez les Kanaks, de 1858 à 1891
, 538 p.

Transcription et notice biographique par Marie-Louise GONDAL
Introduction historique et annotations par Frédéric ANGLEVIEL

Éd. CEPAC (Conférence Épiscopale du Pacifique), Nouméa, Nouvelle-Calédonie, juillet 2007 - ISBN : 978-982-506-004-8. 30 €

NC_couleurs


quatrième de couverture du livre

Le présent ouvrage constitue une révélation. Il porte en effet à la connaissance du public un journal écrit en Nouvelle-Calédonie, entre 1858 et 1884, par un missionnaire mariste originaire du Centre de la France, Jean Gilibert, et demeuré totalement inconnu jusqu’ici. Jean Gilibert, porté par un ardent désir d’aller en Orient, qui le fit entrer en 6ème à vingt ans, et quitter la France à quarante, évangélisa l’île de Pot, dernière île habitée de l’archipel de Belep, au nord de la Grande Terre, avant de faire connaissance avec les «transportés» de France, après la Commune de Paris. Véritable compagnon de vie dans des situations souvent extrêmes, ce journal que l’auteur, à sa mort en 1891, voulut confier à sa famille, n’a encore jamais fait l’objet d’une étude sérieuse. Sa publication devrait la rendre possible.

«Dès le premier abord, ce journal nous a paru un témoignage important des premiers contacts entre les premiers arrivants et les nouveaux arrivants. En effet, ce journal est précieux à plus d’un titre : il porte sur les premières années de la colonisation ; il est l’émanation d’un homme de lettres vivant au milieu des Kanaks ; il a pour principal sujet le grand Nord calédonien, encore aujourd’hui méconnu».

«Une fois replacé dans son contexte, de par sa minutie et de par la connaissance intime qu’avait ce prêtre mariste de la société kanake, il nous apporte aujourd’hui un témoignage riche en détails inédits et en perspectives nouvelles. Mais plus encore que l’histoire politique ou l’histoire matérielle, c’est l’histoire des mentalités qui est renouvelée par de telles pages de vie. En effet, ces dernières nous rendent accessibles, sans prétention littéraire et sans construction théorique, une société kanake plurielle qui cherchait désespérément de nouvelles réponses aux bouleversements difficiles de l’époque coloniale.»

Diapositive1

livre en vente à :   

- Librairie Saint-Paul, 8 Place Bellecour, 69002 LYON

- La Procure Leo, 9 Rue Henri IV, 69002 LYON

- adresse postale de l'éditeur : CEPAC, Secrétariat P.O. Box 289 Suva FIJI (Nouvelle-Calédonie) - l’édition a été réalisée à l’initiative de l’archevêché de Nouméa

- il n'y a pas encore d'édition en métropole.

- pour tout renseignement sur le contenu du livre : écrire à Études Coloniales qui transmettra à Marie-Louise GONDAL

__________________

- Présentation du Journal du père Jean Gilibert, missionnaire mariste en Nouvelle-Calédonie, de 1858 à 1891 (format pdf)

- couverture du livre de Jean Gilibert (recto et verso) (format pdf)


tabous_canaques
Nouvelle-Calédonie, "tabous canaques"


groupe_kanaque
"groupe canaque"


maison_missionnaire
Nouvelle-Calédonie, "maison de missionnaire"


route__le_Nou
Nouvelle-Calédonie, île Nou, route menant à l'hôpital du Marais


- retour à l'accueil