Diapositive1


Mohammed Bedek, militant nationaliste

algérien à Lyon dans les années 1930



Bedek Mohamed

Dans cette liste des personnalités historiques du mouvement anti-colonialiste, je vois le nom de Bedek Mohamed qui fut effectivement l'un des membres fondateurs de l'Étoile Nord-africaine à coté de Imache Amar et Messali Hadj. Ce personnage est de ma région, Béni-Doual en Grande Kabylie, plus exactement du village Aguemoune de Béni-Aissi. Je souhaite connaitre, si c'est possible, au moins un petit aperçu de sa biographie car il est méconnu en Algérie et même dans sa propre région. Tous mes remerciements.

Posté par ath douala, lundi 26 novembre 2007 à 14:34

 

Lyon_usine__1_
l'Éclairage électrique, usine de matériel de guerre à Lyon (années 1916-1917)

 

 

cba_guerre_1914_18

 

 

 

 

 

réponse

Émigré en France, Mohammed Bedek travaille dès les années 1920 aux usines Berliet à Lyon [ci-contre, en 1914-1918].
Il est le principal fondateur de l'Association des travailleurs algériens de Lyon, rejoignant en 1934 l'Étoile Nord-Africaine (E.N.A.) qui devient le parti de Messali.

Il organise le meeting qui accueille Messali à Lyon en mars 1934 et rassemble, selon la police, 400 participants sur les 8 000 travailleurs nord-africains de laChekib_ARslan région lyonnaise à l'époque. Il devient alors le principal animateur de l'E.N.A. dans la région. Il assiste au Congrès islamo-européen organisé par Chekib Arslan [ci-contre] à Genève en septembre 1935 ; à l'occasion du congrès, il expose avec Messali et Imache le programme de l'E.N.A. dans les salons de l'hôtel Victoria de Genève.

Sous le gouvernement de Front populaire, lors de l'assemblée générale de l'E.N.A. à Lyon en octobre 1936, il se prononce contre le projet Blum-Viollette qui promettait un élargissement très mesuré de la citoyenneté française ; il le qualifie "d'instrument de division et de luttes fratricides" et s'élève "contre les lenteurs que met le gouvernement de Front populaire à mettre en application les maigres réformes réalisées.

Alors qu'il est dans la région lyonnaise, le principal animateur et responsable du P.P.A., dès sa création en 1937, il manifeste des désaccords avec la direction parisienne du Parti en 1938, et cède le premier rôle à Akli Aksas. Ses positions sont d'un nationalisme exclusif ; Mohammed Bedek ne réapparaît pas dans l'action politique après 1945.

Algérie : engagements sociaux et question nationale (1830-1962),
dir. René Galissot, "Le Maitron", éd. de l'Atelier, 2006, p. 88.

 

Aguemoune_village
village d'Aguemoune (Algérie)

 

 

- retour à l'accueil