vendredi 29 juin 2007

Sommaire de : personnages et institutions


catégorie : 17 - Personnages

et institutions



GPSPAH1
Groupe de sous officiers et brigadiers français de spahis (source)



liste des articles de la catégorie : Personnages et institutions

- Sultans (souverains) du Maroc - dynastie alaouite (4 mai 2007)

- voir aussi la rubrique : Historiens et anthropologes du temps colonial


Alger_GGA_1948
Alger, GGA (Gouvernement Général d'Algérie), 1948


Colomb_B_char_BAI
Colomb-Béchar, Bureau des Affaires Indigènes


- retour à l'accueil

- Répertoire des historien(ne)s du temps colonial

Posté par michelrenard à 06:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


jeudi 28 juin 2007

Protectionnisme et expansion coloniale

Diapositive1



Protectionnisme et expansion coloniale

Henri BRUNSCHWIG (1960)


Ce fut Bismarck qui, le premier, en 1878, proposa au Reichstag un tarif protectionniste. Il était, à ce moment-là encore, résolument hostile à l'expansion coloniale. Aucun des députés qui intervinrent dans la discussion n'y fit allusion et l'Allemagne ne s'y décida que cinq ans plus tard, en avril 1884. Lorsqu'en juin 1885, Bismarck définit son système colonial, il ne mentionna pas davantage le protectionnisme, pas plus redditionque Jules Ferry en juillet de la même année.

Ferry avait inauguré la politique impérialiste de la France par l'expédition de Tunis, en 1881. Mais ce fut seulement en 1892 que la France s'engagea dans le protectionnisme par le vote du tarif Méline. À ce moment, le tarif Mac Kinley (1890) avait déjà fait passer les Etats-Unis dans l'orbite protectionniste, mais ils attendirent ensuite huit ans pour se livrer à l'impérialisme en enlevant aux Espagnols leurs colonies de Cuba, de Porto-Rico et des Philippines (1898). Et ce ne furent pas les milieux économiques qui préconisèrent ces interventions. Quant à l'Angleterre, à la Belgique et aux Pays-Bas, ils ne renoncèrent pas au libre-échange, ce qui ne les empêcha pas d'acquérir des colonies.
Cette simple confrontation des dates induit en méfiance à l'égard de la filiation du protectionnisme à l'expansion coloniale.

Jules Ferry explique que la fermeture des marchés des États devenus protectionnistes obligeait ceux qui ne l'étaient pas à rechercher des débouchés ailleurs. Mais sur quoi se fondait-il ? La vérification était cependant facile : l'Allemagne appliqua son tarif protectionniste à partir de 1879. La France resta libre-échangiste jusqu'en 1892. Reportons-nous au Tableau général du Commerce de la France : nous y voyons que le commerce général de la France avec l'Allemagne passa de 882,8 millions de francs en 1878 à 883,9 en 1879, à 945,5 en 1880, à 981 en 1881 et à 993,2 en 1882.

Si nous considérons le rapport entre importations et exportations, nous constatons que la France continua d'importer plus qu'elle n'exportait. Les deux courbes restent parallèles jusqu'en 1885. Ensuite, la France rétablit peu à peu l'équilibre et, de 1892 à 1908, elle exporte plus qu'elle n'importe. À cause du tarif Mélinecouverture de 1892 ? Peut-être, mais à partir de 1910 et malgré le relèvement de ce tarif, le commerce fut de nouveau déficitaire pour la France. Les tarifs douaniers sont des armes à double tranchant et leur action ne peut être que très brève ; des négociations, qui les émoussent, s'imposent ensuite, si l'on veut éviter des guerres douanières dommageables aux deux partenaires.

La courbe des échanges entre la France et l'Allemagne est grossièrement parallèle à celle entre la France et l'Angleterre ; celle-ci accuse seulement des mouvements d'une plus grande amplitude. L'Angleterre, cependant, resta libre-échangiste.

Si l'on considère enfin la courbe du commerce général de la France au cours de cette période de 1875 à 1914, on y trouve bien des chutes, correspondant aux crises économiques générales, dont n'avons pas à traiter ici. Mais, des arguments en faveur de la thèse selon laquelle le débouché colonial est venu pallier les déficiences du commerce ? Point. L'expédition de Tunisie eut lieu en 1881, au moment où le commerce général atteignit les chiffres les plus élevés depuis 1870. La conquête de Madagascar en 1895, les interventions  au Maroc après 1905, se situèrent à des moments où le commerce était en pleine expansion. Seule la conquête du Tonkin, entre 1883 et 1885, correspondit à une période de baisse. Dans l'ensemble, il apparaît que l'expansion coloniale ne s'inscrivit pas sur la courbe du commerce extérieur.

Henri Brunschwig,
Mythes et réalités de l'impérialisme colonial français, 1871-1914,
A. Colin, 1960, p. 82-83

Brunschwig_imp_rialisme_fra




les conquêtes coloniales

ne doivent rien au capital financier

Jacques MARSEILLE (1984)


Rien ne prouve que Jules Ferry avait un plan d'ensemble quand il décida en 1881 et 1882 l'intervention de la France en Tunisie et au Tonkin. Il faudra attendre 1885 pour qu'il justifie a posteriori la nécessité économique des conquêtes coloniales. (p. 12 éd. Points-Seuil, p. 21 éd. 2005)

(… selon) Jacques Freymond : (…) "Si l'on considère la France, on doit constater que les Français ont été moins sensibles aux appels de Jules Ferry qui jugeait les colonies nécessaires au placement des capitaux de la métropole, qu'au mirage de l'alliance russe. En 1902, sur un total d'environ 30 milliards de francs placés à l'étranger, l'Europe à elle seule en a reçu 21 milliards et l'on estime à 2 ou 3 milliards la somme totale des placements dans les colonies françaises".

Le faible pourcentage que représentaient les empires coloniaux dans le commerce et les placements de2020108941 capitaux métropolitains suffirait donc à démontrer la faiblesse de l'analyse marxiste et à prouver que les conquêtes coloniales ne devaient rien au capital financier. (p. 28 éd. Points-Seuil, p. 21, p. 40-41 éd. 2005)

Jacques Marseille,
Empire colonial et capitalisme français, (1984),
éd. Points-Seuil, 1989 et éd. "Bibliothèque de l'évolution
de l'humanité", Albin Michel 2005



Tunisie_colonie_fran_aise
"Solution Pautauberge", entreprise pharmaceutique spécialisée dans les sirops


- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 27 juin 2007

des professeurs d'histoire parlent

Diapositive1
Ferry et Clemenceau (en 1893), le cargo Chandernagor affrêté
par l'État pour le transport de militaires lors de l'expédition de Madagascar en 1885



des professeurs d'histoire

parlent du sujet de Bac sur la colonisation


baccalaureat



merci de vos précisions

Je suis en train de corriger le bac et je vous remercie de toutes vos précisions. C'est très utile pour nous professeurs, vos collègues, pour appréhender le sujet.

Hélas, j'en suis à une vingtaine de copies et force m'est de constater qu'effectivement les élèves se contentent de paraphrase... J'avais étudié ce texte en classe avec mes élèves cette année et je l'avais opposé au discours complet de Ferry, du même mois. Je ne corrige pas mes élèves bien sûr, mais j'ai comme dans l'idée que, même en l'ayant étudié, les réponses ont été orientées par les questions et que la réflexion personnelle ne peut être très construite. Ainsi, toutes mes copies se ressemblent, vaste paraphrase entre un clémenceau humaniste et un ferry colonialiste et raciste.
J'essaie donc de prendre du recul, de me contenter de noter "le bac"... mais c'est assez frustrant de demander si peu aux élèves de Terminale et c'est assez douloureux de constater qu'en effet la rigueur historique n'a pas été des plus solides dans le choix du questionnement (on aurait pu justement se servir du propos de Clemenceau pour faire comprendre qu'il parlait au nom de quelqu'un d'autre et qu'il pouvait être subjectif... Hélas la 4eme question adopte clairement et purement un point de vue manichéen... avec toutes les conséquences mémoriales que cela aura pour nos élèves qui retiendront ce texte référence)

cordialement
Christophe, prof au lycée Chrestien de Troyes (à Troyes)

lyc_e_Chrestien_de_Troyes

Posté par chris10, mercredi 20 juin 2007 à 10:21



Cela fausse, de toute évidence, le sens des documents

Très intéressant. Les coupes et les déformations de texte sont classique pour le bac, c'est d'ailleurs installé depuis très longtemps. Cela fausse, de toute évidence, le sens des documents.
Je ne sais pas quelle audience les diverses remarques épinglées de ci et de là peuvent avoir sur la rédaction des épreuves mais je continue à croire qu'il serait bon que cette démarche soit amplifiée.
Voulez-vous simplement en rester là ou essayer de porter un peu plus haut ces remarques ? Il faudrait d'abord voir si de tels errements se retrouvent dans les autres disciplines.Histoire_au_bac_pour_les_nuls
Cordialement.

Hugues Vessemont
Lycée Montesquieu Herblay
(auteur de L'histoire au bac pour les nuls, ouvrage sérieux malgré tout....)

Envoyé par courriel le mercredi 20 juin 2007


Pour revenir sur vos critiques

Bonjour monsieur,
Merci de votre analyse du document dont j'approuve entièrement le fond.

Je suis l'auteur de la correction que vous avez reprise, et j'approuve vos deux premières critiques. Je viens d'écrire un billet sur mon blog pour reprendre votre analyse, revenir sur les deux erreurs et nuancer la troisième.
Je vous sais gré d'avoir corrigé votre première version à la suite de l'intervention de M. Augris.
Une question seulement : pourquoi n'avoir repris et critiqué que ma seule correction alors que bien d'autres circulent sur le net ?

À bientôt

Hugo Billard
professeur d'histoire-géographie au lycée Coubertin de Meaux
http://lewebpedagogique.com/histoire

lyc_e_Meaux

Posté par Hugo Billard, jeudi 21 juin 2007 à 12:17



Cassagnac n'était pas monarchiste…Cassagnac

…mais comme toute sa famille, un bonapartiste constant… et bien connu. Merci à Michel Renard de faire la rectification nécessaire.
Bien cordialement

Pierre Boutan


Posté par Boutan, samedi 23 juin 2007 à 20:23


 Cassagnac était bonapartiste...

... bien sûr, le fait est aisément vérifiable. Ce que je n'avais pas fait, me fiant9782707149374 sans plus de précaution à la note relative à ce personnage figurant dans le livre de Gilles Manceron, 1885. Le tournant colonial de la République (La Découverte, 2007, p. 51).
Merci pour votre lecture attentive. J'ai rectifié.

Bien cordialement aussi.

Michel Renard

Posté par Michel Renard, samedi 23 juin 2007 à 23:43



ceci dépasse le BAC

Je suis enseignante d'histoire et je crois enseigner une matière qui doit permettre à tout un chacun de mettre les faits et les evenements en perspective. Ceci devient de plus en plus difficile vule quotat horaire d'une part et d'autre part notre discipline n'est plus considérée comme un élément fondamental pour former "l'honnête homme" mais comme un des éléments qui doit servir à avoir le Bac, une marchandise à consommer !
Par ailleurs depuis quelques années le fait colonial revient en force et pas toujours pour une amélioration de sa perception mais utiliser à des fins de bourrage de crâne parla droite qui nous gouverne et cela ne va pas s'améliorer - je laisse chacun deviner pourquoi -
vos remarques me rassurent MERCI A VOUS


Posté par cosmete, dimanche 24 juin 2007 à 18:03



Bientôt tous commissaires politiques ?

Je crois que les commentaires précédents (Le site noir et Cosmète - prof (?) qui écrit avec beaucoup de fautes et qui se trompe totalement sur le problème traité ici) illustrent très bien le manichéisme qui règne sur le sujet. Le site noir croit que resituer les discours dans leur contexte (en tenant compte de l'évolution sémantique) pour comprendre les raisons qui ont motivé Ferry dans sa politique coloniale revient à cautionner le colonialisme (etc, etc...)!!
J'ai fini mon paquet de copies et j'ai heureusement eu le plaisir de lire quelques candidats qui remarquaient que les propos de Ferry étaient rapportés par Clemenceau qui pouvait les déformer... J'ai bien entendu valorisé ces remarques, mais les consignes de correction ne m'ont pas expressément invité à le faire !
Je suis d'ailleurs "tombé" sur votre blog en cherchant les discours originaux, tant il me semblait curieux que Ferry ait pu prononcer que "(sa) politique, c'était la guerre!", paroles que je voyais nettement mieux émaner de la bouche du Père-la-Victoire.
Merci, en tout cas, d'avoir éclairé ma lanterne, avec beaucoup de connaissances et de rigueur.

PS : avec ce sujet, l'EN fait d'une pierre deux coups (accélérer la transformation deMao l'enseignement de l'Histoire en "éducation politique" pseudo-citoyenne et... donner des points aux candidats !! De la paraphrase et de l'indignation faussement argumentée : il fallait être vraiment très faible pour ne pas récolter 4 points sur 8...)

 

Posté par geister, mercredi 27 juin 2007 à 04:00


quelques remarques d'un correcteur

Professeur en lycée je découvre avec intérêt votre site et me permets quatre remarques.

1) Je viens d'achever la correction de mes 98 copies (moyenne 9,18). Un tiers a pris le document en question et les notes ne sont pas brillantes (moins de 3 sur 8). J'avance 2 explications : - des réponses difficiles à évaluer (peu de référence précises; beaucoup de paraphrases) - les élèves qui ont pris ce doc ont généralement pris l'étude de doc qui inspire aussi les candidats limités en connaissances. Aussi suis-je amené à penser que les élèves les plus sérieux ont préféré le doc Plan Marshall pour lequel les connaissances à mobiliser étaient plus faciles à repérer.
Cependant, mises à part quelques "perles" rares (2 copies)sur le racisme de Ferry, les candidats ont respecté les consignes de prudence dans leurs jugements données par leurs professeurs

2) Je ne peux que constater et comprendre la faiblesse de la contextualisation économique et politique dans les réponses. La colonisation est programmée en Terminale S pour expliquer la logique de la décolonisation, dans un temps chronologique qui, pour le reste des thèmes, ne concerne que l'après 1945. Aussi, nous ne pouvons, dans l'heure consacrée "aux temps des conquêtes coloniales" qu'évoquer les passerelles avec les chapitres sur l'âge industriel et l'affirmation de la IIIe République étudiés.... l'année précédente, en première ! Il est regrettable que le processus de colonisation ne soit pas analysé dans son complexe contexte et soit ainsi programmée en TS, privilégiant, de fait, une vision "déterministe" de l'histoire. Le programme de Première L/ES est, quant à lui, mieux construit : la colonisation est intégrée dans l'âge industriel.

3) Achevant une thèse en histoire économique, je suis assez étonné que les facteurs économiques soient minorés par les historiens de la colonisation dans les années 1880-1885. Les pays d'Europe n'attendent pas 1892 pour se livrer à une véritable "guerre des tarifs" pour reprendre une expression de l'époque (Molinari Journal des débats, juillet 1885). La France, encore 2e puissance exportatrice en 1882 (au moins 20% de notre production industrielle était exportée d'après P. Verley), voit se fermer nombre de marchés depuis 1873, tandis que le climat social se dégrade en France dès la fin de 1883 ; la recherche de débouchés "coloniaux" pouvait donc apparaître logique à des gouvernements qui se sont appuyés sur l'économie pour faire accepter la République (Plan Freycinet entre autres). Une solution commerciale jugée d'ailleurs simpliste qui enflamma la polémique (voir Yves GUYOT, Lettres sur la politique coloniale, 1885). La question des débouchés dans le débat colonial semble donc avoir toute sa place en 1885.

[sur ce sujet : protectionnisme et expansion coloniale]

4) À noter enfin que la violence verbale et caricaturale de Clemenceau à l'égard de Ferry peut aussi se comprendre à l'aune d'une campagne électorale pour les élections législatives (octobre 1885). Nous avons vu récemment que ce genre de débats pouvait être outrageant. Et pour se faire une idée des réelles convictions anticolonialistes de Clemenceau, il serait intéressant de connaître le bilan ou les positions de sa politique coloniale lorsqu'il dirige la France de 1906 à 1909. Avez-vous des références à ce sujet?

Merci en tout cas pour la haute qualité de votre site.

Benoît NOËL
Lycée HQE (Léonard de Vinci), Calais

lyc_e_Calais

Posté par benoel, mercredi 27 juin 2007 à 07:43

- quelle histoire coloniale au Bac ? (13 juin 2007)

Diapositive1


- source de l'image du cargo Chandernagor

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 07:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 17 juin 2007

les armes de la colonisation

Diapositive1
canonnière le Yatagan sur le fleuve Rouge (Tonkin), 1884-1885



les armes de la colonisation

Sven LINDQVIST (1998)


Au début du XIXe siècle, la plus grande partie du monde habité se trouvait encore hors de portée de l'artillerie navale.
Ce fut donc une découverte de grande importance militaire lorsque Robert Fulton fit remonter l'Hudson au premier bateau à vapeur. Bien vite, on trouva des centaines de vapeurs sur les fleuves d'Europe. Et, au milieu du XIXe siècle, les vapeurs commencèrent à porter les canons européens bien à l'intérieur de l'Asie et de l'Afrique. Cela marqua une ère nouvelle dans l'histoire de l'impérialisme.

Et, de même dans l'histoire du racisme. Beaucoup trop d'Européens interprétèrent cette supériorité militaire en termes de supériorité intellectuelle, voire biologique.

Némésis est la déesse grecque de la vengeance, celle qui punit la présomption et l'arrogance. C'est une profonde ironie de l'histoire si le premier vapeur à remorquer les navires britanniques sur le fleuve Jaune et la Grand Canal en direction de Pékin, en 1842, portait ce nom.

Bientôt, les vapeurs ne furent plus utilisés comme remorqueurs de la flotte mais équipés d'une artillerie propre. La "canonnière" devint un symbole de l'impérialisme sur tous les grands fleuves - Nil, Niger, Congo -, permettant aux Européens de contrôler par les armes d'énormes régions jusqu'alors inaccessibles.

ancien01
canonnière Lynx, construite à Cherbourg en 1878, armée
de 2 canons de 140 mm et 2 autres de 100 mm.
Elle fit campagne en Extrême-Orient, participant notamment aux
opérations de l'amiral Courbet qui anéantit la flotte chinoise
sur le fleuve Bleu
(source)

Le vapeur était représenté comme porteur de lumières et de justice. Si, du haut du Paradis, l'inventeur de la machine à vapeur peut observer les progrès de son invention ici-bas, sur terre, écrivit Macgregor Laird dans Narative of an Expedition into the Interior of Africa by the River Niger (1837), dans ce cas, aucune autre application ne pourrait le réjouir davantage que de voir des centaines de vapeurs "apporter la paix et la bonne volonté entre les hommes dans les lieux les plus sombres de la terre où règne la cruauté".

C'était là la rhétorique officielle. À Omdurman [au Soudan, le 2 septembre 1898, victoire des troupes britanniques commandées par Kitchener contre les Soudanais dirigés par le successeur du Mahdi], il fut démontré que la canonnière était également en mesure de tuer d'une manière commode et sûre, d'anéantir ses ennemis en étant aussi intouchables que les dieux.

Jusqu'au milieu du XIXe siècle, les armes à feu du tiers-monde pouvaient se mesurer à celles de l'Europe. L'arme standard était un fusil, chargé par le canon, à canon lisse, qui était également fabriqué par les forgerons de village en Afrique.

Le fusil était une arme terrifiante pour ceux qui l'entendaient pour la première fois. Mais sa portée ne dépassait guère la centaine de mètres. Il fallait au moins une minute pour le recharger. Même par temps sec, trois coups sur dix faisaient long feu, et sous la pluie, l'arme cessait tout simplement de fonctionner.

Un bon archer tirait encore plus vite, plus loin et avec une plus grande précision. Il était seulement inférieur dans sa capacité à tirer à travers un blindage.

C'est pour cela que les guerres coloniales de la première moitié du XIXe siècle furent longues et coûteuses. Même s'ils avaient une armée de cent mille hommes [1] en Algérie, les Français progressaient lentement, puisque les armes de l'infanterie des deux camps étaient comparables.

030b
Auguste Raffet, Retraite de Constantine, lithographie, novembre 1836,
BnF, département Estampes

Mais avec la capsule fulminante [qui remplace la pierre à fusil], on obtint un fusil dont seulement cinq coups sur mille faisaient long feu. Le canon rayé améliora grandement la précision.

En 1853, les Britanniques commencèrent à remplacer leurs vieilles armes par des fusils Enfield, qui étaient efficaces jusqu'à 500 m et qui tiraient plus vite parce que la balle était contenue dans une cartouche à papier. Les Français introduisirent un fusil similaire. Les deux armes furent tout d'abord utilisées dans les colonies.

Mais ces armes étaient toujours lentes et difficiles à manier. Elles émettaient des bouffées de fumée qui dévoilaient la position du tireur, et les cartouches en papier étaient sensibles à l'humidité. En outre, le soldat était obligé de se lever pour recharger.

La Prusse remplaça ses fusils à chargement par la culasse, inventée par Dreyse. L'arme fut testée pour la première fois en 1866 lors de la guerre austro-prussienne pour l'hégémonie de l'Allemagne. À la bataille de Sadowa, les Prussiens étaient allongés sur le sol et tiraient sept coups avec leurs fusils Dreyse tandis que, dans le même temps, les Autrichiens, debout, tiraient un coup. L'issue était évidente.

Dreyse_infanterie_1862
fusil Dreyse

Les États européens se lancèrent dans une course pour remplacer les fusils anciens par des fusils à chargement par la culasse. Les Britanniques transformèrent la cartouche en une cartouche en cuivre, qui protégeait la poudre durant le transport, éliminait la fumée et propulsait la balle trois fois plus loin que celle du fusil Dreyse.

En 1869, les Britanniques abandonnèrent l'Enfield pour le Martini-Henry, la première véritable arme de la nouvelle génération : rapide, précise, insensible à l'humidité et aux secousses. Les Français produisient alors le fusil Gras, les Allemands le Mauser.

MartiniHenryMarkI_1871_1876
fusil Martini-Henry

Ainsi, les Européens étaient supérieurs à tout opposant possible des autres continents. Les dieux des armes conquirent un autre tiers de la planète.

Sven Lindqvist, Exterminez toutes ces brutes,
éd. Le Serpent à plumes, 1998, p. 73-76.

Exterminez_toutes_ces_brutes__520126

 


[1] L'armée de Bugeaud en Algérie comptait 75 000 hommes en 1841-1844 et finit par atteindre les 100 000 au début de 1847 ; cf. Jacques Frémeaux, La France et l'Algérie en guerre, 1830-1870, 1954-1962, éd. Economica, 2002, p. 102 (note Études Coloniales)



- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 16:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mercredi 13 juin 2007

quelle histoire coloniale au Bac ?

Diapositive1

 

 

quelle histoire coloniale au Bac ?

 

Le mercredi 13 juin 2007, les candidats au Baccalauréat, série S, ont trouvé dans le sujet de l'épreuve d'Histoire-Géographie, le texte suivant à expliquer.

_______________________________________________

 

Explication d'un document d'histoire
Sujet I

Georges Clemenceau répond

au discours de Jules Ferry sur la colonisation
(1)

M. Georges Clemenceau :

Messieurs, à Tunis, dans l'Annam, au Congo, à Madagascar, partout… et ailleurs, nous avons fait et nous ferons des expéditions coloniales ; nous avons dépensé beaucoup d'argent et nous en dépenserons plus encore ; nous avons fait verser beaucoup de sang français et nous en ferons verser encore. On vient de nous dire pourquoi. Il était temps ! (…)

Au point de vue économique, la question est très simple ; pour Monsieur Ferry (…) la formule court la rue : "Voulez-vous avoir des débouchés ? Eh bien, faites des colonies!, dit-on. Il y aura là des consommateurs nouveaux qui ne se sont pas encore adressés à votre marché, qui ont des besoins ; par le contact de votre civilisation, développez ces besoins, entrez en relations commerciales avec eux ; tâchez de les lier par des traités qui seront plus ou moins bien exécutés." Voilà la théorie des débouchés coloniaux. (…)

Lors donc que pour vous créer des débouchés, vous allez guerroyer au bout du monde, lorsque vous faites tuer des milliers de Français pour ce résultat, vous allez directement contre votre but : autant d’hommes tués, autant de millions dépensés, autant de charges nouvelles pour le travail, autant de débouchés qui se ferment (Nouveaux applaudissements) (…).

"Les races supérieures ont sur les races inférieures un droit qu'elles exercent, ce droit, par une transformation particulière, est en même temps un devoir de civilisation".
Voilà en propres termes la thèse de M. Ferry, et l'on voit le gouvernement français exerçant son droit sur les races inférieures en allant guerroyer contre elles et les convertissant de force aux bienfaits de la civilisation. Races supérieures ! Races inférieures, c'est bientôt dit ! Pour ma part, j'en rabats singulièrement depuis que j'ai vu des savants allemands démontrer scientifiquement que la France devait être vaincue dans la guerre franco-allemande parce que le Français est d'une race inférieure à l'Allemand. Depuis ce temps, je l'avoue, j'y regarde à deux fois avant de me retourner vers un homme et vers une civilisation, et de prononcer : homme ou civilisation inférieurs. (…)

"Ma politique, c'est la théorie, non pas du rayonnement pacifique, mais du rayonnement par la guerre. Ma politique, c'est une succession d'expéditions guerrières aux quatre coins du monde. Ma politique, c'est la guerre !" (Ferry)
Non pas la guerre en Europe – je ne veux pas donner aux paroles de monsieur Jules Ferry un sens et une portée qu'elles n'ont pas -, mais enfin, la politique qu'il nous a exposée, c'est une série d'expéditions guerrières en vertu desquelles on fera plus tard des actes commerciaux profitables à la nation conquérante. (…) Mais nous dirons, nous, que lorsqu'une nation a éprouvé de graves, très graves revers en Europe, lorsque sa frontière a été entamée, il convient peut-être, avant de la lancer dans des conquêtes lointaines, fussent-elles utiles – et j'ai démontré le contraire – de bien s'assurer qu'on a le pied solide chez soi et que le sol national ne tremble pas.

Source : Discours prononcé par Georges Clemenceau à la Chambre des députés
30 juillet 1885.

(1) En juillet 1885, les deux députés, G. Clemenceau et J. Ferry, s'opposent à la Chambre des députés, dans un débat sur la question coloniale.

 

 

Questions

1. À quel moment de l'histoire de la colonisation se situe ce débat parlementaire ?

2. Selon Georges Clemenceau, quels sont les arguments de Jules Ferry pour justifier les expéditions coloniales ?

3. Quelles sont les positions défendues ici par Georges Clemenceau ?

4. Comment peut-on qualifier les positions de Jules Ferry et de Georges Clemenceau dans le débat sur la question coloniale ?

sujet_Bac_Ferry_1

sujet_Bac_Ferry_2

sujet_Bac_Ferry_3
cliquer sur l'image pour l'agrandir

 

_______________________________________________




Diapositive1

 

quelques remarques sur un sujet de Bac

quand l'Inspection Générale "bidouille" un texte historique

 

Les lycéens, candidats au baccalauréat, ont peut-être été désappointés par ce document. Il en va ainsi pour tout examen ou concours... Mais leurs professeurs, et tout honnête historien, ont quelques bonnes raisons de se sentir offensés. Car le rédacteur de ce sujet (l'Inspection Générale...?) a "bidouillé", comme dit l'un de mes collègues, un texte dont la nature est pourtant largement connue.

On a donné à expliquer un discours de Clemenceau, typographiquement arrangé pour en inférer une interprétation politiquement correcte, du genre : la colonisation, c'est raciste, guerrier, égoïste et méchant... Ferry est un vilain, Clemenceau un gentil...

L'étude scolaire de l'histoire est censée former à l'esprit critique. Elle ne vise ici, par ce genre d'exercice, qu'à la restitution d'une "bouillie" de bons sentiments.

Analyse de ce sujet

 

1) Sur la forme du texte.

Il est curieux d'avoir adopté une typographie non conforme à l'édition originelle. Dans le sujet de Bac, on a ajouté des guillemets qui encadrent les propos de Ferry tels que les rapporte Clemenceau. Or, ces guillemets n'existent pas. Clemenceau ne s'astreint pas à une citation exacte. Il résume, à sa manière et en les exagérant, les propos de Ferry.

Diapositive1
cliquer sur l'image pour l'agrandir... et la reproduire

Ainsi, l'ancien Président du Conseil et ministre des Affaires étrangères n'a jamais dit "ma politique, c'est la guerre". D'ailleurs, à ce moment du discours de Clemenceau, deux députés prennent la parole dont le bonapartiste Paul de Cassagnac qui lance : "Oui, M. Jules Ferry a fait la théorie de la guerre !". À quoi, Ferry réplique : "Vous poussez ma théorie aux derniers excès, Monsieur, vous en faites une caricature".
En greffant des guillemets au texte de Clemenceau, on fait croire au candidat que Ferry est bien l'auteur des propos évoqués. On l'induit donc en erreur et on oriente à dessein son commentaire.

- le discours (avec coupures) prononcé par Jules Ferry
à la Chambre des députés, le 28 juillet 1885.

 

 

2) Sur le contenu du texte

Il existe deux transcriptions du discours de Clemenceau qui diffèrent. Notamment à propos de la formule "races supérieures, races inférieures" citée de cette manière dans le sujet de Bac, c'est-à-dire par la succession de deux termes distincts ("supérieures, inférieures"). Or il existe une autre transcription.
Pour Gilles Manceron, peu suspect de complaisance pour la politique coloniale de Ferry..., qui vient de publier 1885 : Le tournant colonial de la République (La Découverte, fév. 2007) avec l'édition (non complète) des débats parlementaires, la formule est : "Races supérieures, races supérieures ! C'est bientôt dit !" (redondance du mot "supérieures"). Il précise que ces textes sont "tels qu'ils ont été publiés à l'époque dans le Journal Officiel" (p. 25-26).
L'historien Raoul Girardet, dans son livre L'idée coloniale en France de 1871 à 1962 (1972, Poche-Pluriel, 1979, p. 92) évoque la même formulation : "Races supérieures, races supérieures, c'est bientôt dit !".
Mais Charles-Robert Ageron écrit : "Races supérieures, races inférieures ! C'est bientôt dit !" (L'anticolonialisme en France de 1871 à 1914, Puf, "dossier clio", 1973, p. 59). Alors... quelle est la bonne version... et comment les rédacteurs du sujet ont-ils choisi une version plutôt qu'une autre ?

Diapositive1
deux versions du même texte... quelle est la bonne ?

Mais, cela fait-il une différence ? En réalité, le discours de Clemenceau du 30 juillet 1885 révèle des appréciations qui relativisent son "anticolonialisme" et la profondeur de son désaccord avec Ferry (mais elles ne figurent pas dans le sujet de Bac) :

- certes, sa condamnation du distinguo "civilisations supérieures/civilisations inférieures" est nette ; mais s'adresse-t-elle vraiment à Jules Ferry ? Celui-ci utilise la distinction sans hétérophobie, sans penser qu'il y a, par essence, des peuples supérieures et d'autres, par essence, inaptes au progrès, voire même à éliminer pour cette raison ;

- le député républicain radical partage, avec Ferry et beaucoup d'autres, une vision du développement de la civilisation inévitablement inégalitaire, processus dont il faut tempérer les effets par l'action morale et politique : "il y a la lutte pour la vie qui est une nécessité fatale, qu'à mesure que nous nous élevons dans la civilisation, nous devons contenir dans les limites de la justice et du droit" ;

- dans sa critique de l'abus de la force, il établit lui-même une démarcation hiérarchique entre la "civilisation scientifique" et les "civilisations rudimentaires" ;

- enfin, on connaît sa réplique : "mon patriotisme est en France" ; ce qui autorise à penser son désaccord avec les républicains opportunistes (Ferry, Paul Bert...) en termes de conflit d'opportunité justement : "avant de me lancer dans des expéditions militaires, qui sont la caractéristique de votre politique, M. Jules Ferry, j'ai besoin de regarder autour de moi. (...) N'est-ce pas triste de penser que c'est en 1885, quinze ans après 1870, que nous sommes obligés de venir rappeler ces choses à la tribune française."

Les extraits choisis du discours de Clemenceau ne laissent pas apparaître toutes ces contradictions. Les candidats risquent d'opposer les deux personnages d'une manière caricaturale, plus inspirés par certaines modes intellectuelles que par la confrontation avec une réalité historique dont l'altérité dans le temps et la singularité ne seront pas appréhendées.

 

Ferry va apparaître comme un colonialiste "raciste"...

Ferry va apparaître comme un colonialiste "raciste" alors que l'un de ses arguments justifiant l'expansion coloniale est le pendant de son action scolaire en France. C'est la même logique qui préside à la politique d'éducation gratuite et obligatoire pour tous, et au "devoir de civilisation des races inférieures".

Le passage sur les débouchés coloniaux, sans être examiné à la lumière de références économiques réelles, sera réduit à une vulgaire politique de "trafiquant"... Le qualificatif de "néo-mercantilisme" qui pourrait lui être accolé est pourtant démenti par la chronologie :

- "La politique expansionniste de Ferry, qui s'affirme dès 1880, est chronologiquement très antérieure à l'adoption par la France d'une législation protectionniste, qui ne date que de 1892, et les débats qu'elle a suscités, aussi bien au Parlement que dans l'opinion, continuent à se situer dans des perspectives libre-échangistes. De surcroît, aucune concordance significative ne peut être relevée entre la courbe du commerce extérieur et le développement de la politique de conquête coloniale : “l'expédition de Tunisie eut lieu en 1881 au moment où le commerce général atteignit les chiffres les plus élevés depuis 1871“ ; plus tard la conquête de Madagascar de 1895, les interventions au Maroc en 1905 “se situèrent à des moments où le commerce était en pleine expansion“ (Henri Brunschwig, Mythes et réalités de l'impérialisme français, 1960). Dans la pensée de Ferry et des hommes de son école, les considérations politiques, les préoccupations de rang et de puissance, doivent être considérées comme prioritaires. En l'occurence ce n'est pas l'argumentation patriotique qui doit être considérée comme l'alibi des impératifs économiques, mais bien davantage la théorisation économique qui sert à légitimer les desseins nationalistes" (Raoul Girardet, L'idée coloniale en France de 1871 à 1962, éd. Pluriel, 1979, p. 87.

L'historien Charles-Robert Ageron développe les mêmes arguments dans son livre France coloniale ou parti colonial ? (Puf, 1978).

 

3) Sur les questions

Il est méthodologiquement contestable de tenter d'évaluer (question n° 2) les positions d'un personnage tel que Ferry à l'aune de leur seul résumé polémique par son contradicteur Clemenceau. Pourquoi ne pas avoir offert à la perspicacité du candidat le discours de Ferry lui-même...? Bien sûr, le résumé-déformation des positions de Ferry par Clemenceau peut présenter un intérêt. Mais est-ce une analyse appropriée à l'examen du baccalauréat, pour des élèves qui auront consacré quelques courts instants seulement à l'étude de cette période...?

Il en va de même de la question n° 4. Qualifier les positions de Ferry alors qu'elles ne sont pas directement connues n'est pas de grande rigueur historienne. On imagine le résultat : Ferry est un raciste (il parle de "races"...) doublé d'un militariste et Clemenceau est un humaniste antiraciste et pacifiste...

Or, l'usage du vocable "races", en 1885, n'est pas automatiquement l'indice d'une pensée raciste. Le terme est synonyme de peuple, de famille, de nation... Parler de "races inférieures", n'implique pas de jugement péjoratif sur les individus, c'est la conséquence d'une théorie évolutionniste du progrès de la civilisation, c'est tout simplement prendre acte de l'avance des sociétés européennes en matière technologique, intellectuelle, économique, sociale (accès d'un nombre croissant d'individus à des moyens d'existence garantissant la dignité et l'émancipation). Et cette avance crée, dans l'esprit d'un républicain, les devoirs de l'étendre. Le 28 juillet 1885, c'est ce que déclare Ferry :

- "Ces devoirs, messieurs, ont été souvent méconnus dans l'histoire des siècles précédents, et certainement, quand les soldats et les explorateurs espagnols introduisaient l'esclavage dans l'Amérique centrale, ils n'accomplissaient pas leur devoir d'hommes de race supérieure. (Très bien ! très bien !)  Mais, de nos jours, je soutiens que les nations européennes s'acquit­tent avec largeur, avec grandeur et honnêteté, de ce devoir supérieur de civilisation. (...) Est-ce que vous pouvez nier, est-ce que quelqu'un peut nier qu'il y a plus de justice, plus d'ordre matériel et moral, plus d'équité, plus de vertus sociales dans l'Afrique du Nord depuis que la France a fait sa conquête ? Quand nous sommes allés à Alger pour détruire la piraterie, et assurer la liberté du commerce dans la Méditerranée, est-ce que nous faisions œuvre de forbans, de conquérants, de dévastateurs ?"

On peut, aujourd'hui, critiquer les illusions de cette vision et noter qu'une grande partie de la réalité coloniale échappait à cet horizon. On peut aussi ajouter qu'elle accompagnait une politique de puissance et que les moyens employés pouvaient se retourner contre l'objectif proclamé. Mais on ne peut la qualifier de raciste, dans le sens que ce terme a revêtu au XXe siècle.

D'ailleurs, si on prend le soin de lire l'intégralité du discours de Clemenceau, on verra que sa protestation véhémente à l'évocation des "races supérieures" s'accommode chez lui-même d'un usage du mot "race". La "race jaune" est dite compétente en matière de diplomatie ; la "race française" est dite avoir du génie...

Michel Renard
professeur d'histoire
au lycée de Saint-Chamond (Loire)
blog "Études Coloniales"

 

- voir : des professeurs d'histoire parlent du sujet de Bac sur la colonisation

_______________________________________________

 

la_politique_coloniale_en_afrique_apres_1879_31
Jules Ferry en 1883 (© Arch. dép. Vosges)

 

quelques erreurs glanées sur internet

Sur un site dénommé lewebpedagogique, et animé par un professeur d'histoire-géographie, on trouve cet élément de correction du sujet Clemenceau/Ferry sur la colonisation :

Le risque majeur ici est celui de la paraphrase. Il fallait pour chaque question utiliser une citation courte (quelques mots), pas plus, mais aller jusqu’au fond de votre réflexion : en 1885 la France veut accentuer sa présence en Afrique et développer sa colonisation de l’Indochine (le Tonkin notamment).
Jules Ferry était ministre des colonies (il n’était plus ministre de l’Instruction publique) et demandait alors au Parlement une rallonge budgétaire pour la conquête de l’Indochine. L’occasion d’un échange passionné entre une vision du genre «fardeau de l’homme blanc» (Kipling), celle de Ferry et d’une grande partie des élites et de la population, et une vision plus modérée, hostile au développement plus avant de la colonisation perçue comme facteur de troubles en France et en Europe, celle de Clemenceau (qui siège alors à gauche, il était maire de Montmartre pendant la Commune de Paris en 1871 et appartient au groupe des Républicains radicaux, ceux qui veulent aller plus vite dans la républicanisation du pays).
La position de Jules Ferry est bien sûr coloniale et impérialiste, celle de Clemenceau n’est pas totalement anticoloniale mais hostile à la manière dont se développe l’impérialisme colonial officiel, et ses arguments sont assez nationalistes («bien s’assurer qu’on a le pied solide chez soi, et que le sol national ne tremble pas») : l’idée de Revanche contre l’Allemagne prédomine dans le discours anticolonial, et assez peu encore le discours moral antiraciste.

Tout n'est pas faux... mais.. :

1) Jules Ferry n'est pas "ministre des Colonies" en juillet 1885, seulement député.

2) Ferry ne demandait pas "une rallonge budgétaire pour la conquête de l'Indochine" - n'étant plus ministre, il ne le pouvait... L'ordre du jour de la séance débutée le samedi 25 juillet 1885 était l'ouverture d'un crédit extraordinaire pour les dépenses occasionnées par les événements de Madagascar.

3) "L'idée de Revanche contre l'Allemagne domine dans le discours anticolonial"... Non, c'est un élément, mais pas le principal. L'hostilité à la colonisation, à cette époque, est avant tout le fait des économistes, des libéraux. En 1885, l'économiste Charles Gide résume les objections des libéraux  l'égard des colonies : "Au point de vue financier, la fondation des colonies ne peut donc être une bonne affaire : elle sera une opération toujours coûteuse, souvent ruineuse, surtout si l'on considère que l'époque à laquelle la colonie atteint sa maturité et termine la période improductive de son existence est justement celle où elle songe à se séparer de la métropole" ("À quoi servent les colonies", Revue de Géographie, 15 octobre 1885, cité par Charles-Albert Ageron, L'anticolonialisme en France de 1871 à 1914, Puf, "dossier clio", 1973, p. 46).

Michel Renard

Jules_Ferry
Jules Ferry

 

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 18:21 - - Commentaires [10] - Permalien [#]


mardi 12 juin 2007

soutenances de thèse : David Lambert et Marie Coudé

Diapositive1



deux soutenances de thèse en Sorbonne :

David Lambert et Marie Coudé


sorbonne
salle Louis Liard à la Sorbonne



David Lambert

- David Lambert, Le Monde des prépondérants : les notables français de Tunisie et du Maroc de la fin du XIXe siècle jusqu'en 1939, Université Paris-I, sous la direction de Daniel Rivet, soutenance : mercredi 13 juin 2007, 9 h. 30, Université Sorbonne Paris-I.


quelques images de la Tunisie à l'époque coloniale


devant_la_mosqu_e_Tunis
Tunis à l'époque coloniale, devant la mosquée


Tunisie___colonies_fran_aises
un mélage d'imagerie et connaissances


Tunis_th__tre_et_caf_
Tunis, le théâtre et le café


Tunis_la_douaune
Tunis, la Douane


Tunis_la_R_sidence
Tunis, la Résidence


Tunis_quartier_europ_en
Tunis, quartier européen, place de la Gare du Sud


gafsa_tunisie_remise_de_la_cravache_au_caid_longo_
Gafsa, remise de la cravache au caïd Longo


Tunis_palais_de_Justice
Tunis, palais de Justice


________________________________________________


Marie Coudé

- Marie Coudé, Les Relations politiques et économiques entre la France et ses établissements de l'Inde, de 1947 à 1963, sous la direction de Jacques Marseille, soutenance : mercredi 27 juin, 9 h 30, Université Paris-I Sorbonne.


alliance93_small
Pondichéry


Louis_Bonvin_gouverneur
Louis Bonvin, Gouverneur
des Établissements français de l'Inde, 1938-1945

 

inde
Pondichéry, Karikal, Mahé, Chandernagor et Yanaon


rappel historique, 1890-1956

En 1740, Dupleix, gouverneur des établissements de la Compagnie française des Indes fondée par Colbert en 1664, cherche, à partir de Pondichéry et avec l’aide de soldats indiens, les cipayes, à étendre l’influence de la France sur le sud de l’Inde. Il parvient à contrôler la plus grande partie du Dekkan. Mais la Compagnie trouve ces conquêtes plus nuisibles qu’avantageuses ; le soutien de Louis XV, empêtré dans des guerres européennes, lui manque et surtout, la France n’a pas la maîtrise des mers.

Pourtant, au même moment, La Bourdonnais à partir de l’île Maurice (de France) et de l’île de la Réunion (Bourbon), avait fait des Mascareignes une base susceptible d’aider Dupleix. Ils sont tous deux désavoués et rappelés. Pendant la guerre européenne qui suit, Guerre de Sept Ans, Pondichéry est pris par les Anglais et le traité de Paris, en 1763, ne laisse à la France que cinq comptoirs : Pondichéry, Karikal, Mahé, Chandernagor et Yanaon qui furent rendus à l’Inde en 1956.

source : asnom


carte


gressieux_d_comptoirs_g



- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

lundi 11 juin 2007

Plaidoyer pour le respect de Lyautey (colonel Pierre Geoffroy)

Diapositive1



Plaidoyer pour le respect de Lyautey

et de la mémoire coloniale

outragés grâce à des fonds public

colonel Pierre GEOFFROY


Le 11 mai 2007

Chers ami(e)s,

Par lettre du 7 mai, j’ai demandé à M. le Président de la République Nicolas Sarkozy de bien vouloir abroger le décret du 16 novembre 2006 créant la “Cité nationale de l’histoire de l’immigration” au Palais dit de la Porte Dorée (12ème). Le Maréchal Lyautey l’avait fait construire au  moment de l’Exposition Coloniale de 1931 pour en demeurer le témoin et pour y abriter la mémoire coloniale.

J’ai le plaisir de vous adresser le texte servant d’argumentaire qui était joint à cette lettre sous le titre :

“Plaidoyer pour le respect de Lyautey et de la mémoire coloniale outragés grâce à des fonds public”

Chacun pourra, s’il le souhaite, s’en inspirer pour intervenir personnellement, par ses relations, ou par des associations pour donner plus de poids à cette démarche.

Bien cordialement

Colonel (er) Pierre GEOFFROY
Président de l’Association Nationale Maréchal Lyautey


Mus_e_Colonies__2_


Plaidoyer pour le respect de Lyautey

et de la mémoire coloniale outragés grâce à des fonds public

 

Sous nos yeux les détracteurs de l’épopée coloniale de la France continuent par tous les moyens leur ignoble Expositioncolniale1besogne au service de leur idéologie, avec des complicités connues, mais souvent aussi insoupçonnées sinon insoupçonnables. De nombreuses réactions indignées émanent des associations et des citoyens respectueux de la vérité historique qui composent la majorité dite silencieuse Elle est silencieuse, non pas parce qu’elle n’a rien à dire, mais parce que les médias les plus influents, rôdés à la désinformation, lui refusent la parole. Elle est silencieuse aussi parce qu’elle ne manifeste pas dans la rue pour se faire entendre. Elle se manifeste heureusement dans les urnes.

Nous pouvons désormais nous référer à l’esprit et à la lettre des déclarations et des discours du Président Nicolas Sarkozy pendant sa campagne et, en particulier, celui de Toulon le 7 février et celui de Metz le 17 avril 2007, dans lesquels il a cité le Maréchal Lyautey "ce grand soldat a-t-il dit à Metz, qui fut aussi un homme de cœur qui fit aimer la France partout où il la servit". En nous plaçant dans la perspective promise d'une "France fière de son histoire et d’une République fidèle à ses valeurs" nous attendons des signaux forts qui incitent au respect de la mémoire de tous ceux qui ont fait ce qu’on a appelé "la plus grande France" ainsi que de l’oeuvre humaine, sociale et économique qu”ils ont accomplie.

Le Maréchal Lyautey, compte tenu de sa personnalité marquante et de l’ampleur de son oeuvre, apparaît bien comme un des symboles forts de l’histoire coloniale. Et, à ce titre, l’abrogation du décret régalien du 16 novembre 2006 apparaîtrait comme un de ces signaux forts. Il y a urgence car, sur les 20 millions d’investissement accordés, des crédits importants ont déjà été engagés pour défigurer et détourner de sa vocation première le Palais, souvent appelé Palais Lyautey situé à la Porte Dorée, dans le 12ème arrondissement de Paris.

Ce décret créant l’Établissement public de la Porte Dorée - "Cité nationale de l'histoire de l'immigration”au Palais Lyautey, a pour conséquence d’outrager la mémoire de Lyautey, de contribuer de façon officielle à effacer tout rappel de notre passé colonial, d’institutionnaliser l’anticolonialisme et la repentance et d’offrir une plate-forme au terrorisme intellectuel.

Mus_e_Colonies__1_

En effet, dans l'idée de Lyautey et selon ses écrits, à la Porte Dorée le seul bâtiment destiné à survivre à l’Exposition Coloniale de 1931 devait abriter un "Musée permanent des Colonies". Il en confia la réalisation à l’architecte Albert Laprade qui fut l’un de ses collaborateurs au Maroc.
Que l’on ait voulu créer une "Cité nationale de l'histoire de l'immigration" c’est une chose. Mais, vouloir le faire au Palais de la Porte Dorée c’est autre chose : c’est à la fois une profanation des lieux et une provocation.

Il est urgent de suspendre les travaux en cours, d’abroger le décret en cause et de remettre tout à plat pour que le Palais de la Porte Dorée soit rendu à sa vocation première, tout en l’adaptant sans parti pris aux exigences de notre époque. Et ceci devrait être fait en concertation avec des associations non sectaires ayant une approche objective de l’histoire coloniale et le souci d’en préserver la mémoire. Nous voulons participer à la "remise à l’heure des pendules".

En voici les raisons :

Après une carrière bien remplie, le Maréchal Lyautey, un des plus grands artisans de la grandeur de la France, avait accepté en 1927, à l’âge de 73 ans, la responsabilité de Commissaire Général de l’Exposition Coloniale que lui proposait le Président Raymond Poincaré. Le succès populaire fut au rendez-vous, puisque plus de 33 millions de visiteurs affluèrent entre les mois de mai et de novembre 1931 et que de nombreux Chefs d’État y furent reçus.

1101310511_400
11 mai 1931

Dès la pose de la première pierre en 1928, il affirmait avec force : "qu’il ne s’agissait pas seulement d’une exhibition foraine, mais que le caractère d’office de travail prédominerait hautement, laissant une grande leçon d'action réalisatrice".

Sous le titre "Le sens d’un grand effort", Lyautey nous livrait sa pensée : "Il reste encore sur la terre de vastes champs à défricher, de pacifiques batailles à livrer à la misère, à l'ignorance, à toutes les forcesfrontExpoColoniale31 mauvaises de la nature. En montrant l'immense labeur déjà accompli par les nations colonisatrices, l'exposition montrera, par surcroît, qu'il reste encore beaucoup à faire.
Puisse-t-elle être comprise ! Puisse-t-elle insuffler à tous les peuples, mais d'abord aux peuples aînés, un esprit nouveau, une conscience nouvelle ! Coloniser, ce n'est pas uniquement, en effet, construire des quais, des usines ou des voies ferrées; c'est aussi gagner à la douceur humaine les coeurs farouches de la savane ou du désert
.

Comme en écho, dans son discours, lors de sa réception par le Maréchal Lyautey à l’Exposition, le 7 août 1931, S.M. le Sultan Mohammed ben Youssef, futur Roi Mohammed V, devait déclarer : "En venant admirer l’Exposition Coloniale, cette belle réalisation de votre génie, il nous est particulièrement agréable de profiter de cette occasion solennelle pour apporter notre salut au grand Français qui a su conserver au Maroc ses traditions ancestrales, ses moeurs et ses coutumes, tout en y introduisant cet esprit d’organisation moderne sans lequel aucun pays ne saurait vivre désormais.
Pouvons-nous oublier, en effet, qu’à votre arrivée au Maroc, l’Empire chérifien menaçait ruine ? Ses institutions, ses arts, son administration branlante, tout appelait un organisateur, un rénovateur de votre trempe pour le remettre dans la voie propre à le diriger vers ses destinées.
En ménageant la susceptibilité de ses habitants, en respectant leur croyances et leurs coutumes vous les avez attirés vers la France protectrice par vos nobles qualités de coeur et la grandeur de votre âme
".

Aujourd’hui, on devrait encore entendre résonner comme un fait d’actualité cet appel à l’union de Lyautey lancé à l’occasion de l’Exposition Coloniale : "UNION entre les races, ces races qu'il ne convient vraiment pas de hiérarchiser entre races supérieures et races inférieures, mais de regarder comme "différentes" en apprenant à s'adapter à ce qui les différencie. UNION entre les peuples, issus de notre civilisation, qui, en venant à nos côtés, dans cette Exposition, nous donnent une saine leçon de solidarité au lendemain des déchirements les plus sanglants de l'histoire".

Mus_e_Colonies__4_

Le Maréchal Lyautey avait donc voulu qu’un magnifique bâtiment, le "Palais permanent des colonies" dont il confia la réalisation à l’architecte Albert Laprade survive à l’Exposition Coloniale de 1931 pour abriter ce qu’il appellera un "Musée permanent des Colonies", puis une "Maison de la France d’outre-mer".

Après des travaux de réaménagement rendus nécessaires suite à la clôture de l’exposition, le Palais rouvrit d’abord partiellement, puis en totalité en 1935 sous le nom de "Musée de la France d’outre-mer". En guise de signal de la décolonisation, il fut dépossédé dans les années 60 de ses plus belles et plus évocatrices collections par André Malraux, ministre des Affaires culturelles. Il subsista un maigre musée des "Arts Océaniques et Africains" dépouillé dans les années 80 des souvenirs trop "coloniaux".

Par la suite, aucune des propositions faites pour valoriser le site en harmonie avec l’esprit de ses concepteurs n’a eu de suite jusqu’à ce que M. Jospin valide un projet rampant porté par Mme Guigou pour l’associaton "Génériques". Ce projet a été repris en 2002 par le Président de la République, Jacques Chirac et a fait son chemin avec suffisamment de discrétion pour échapper aux controverses. Vidé de son contenu en 2003, au profit du musée des Arts premiers, le Palais de la Porte Dorée, a été désigné, à la satisfaction du Maire de Paris, par le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin (discours du 8 juillet 2003) pour abriter ce qu’il a baptisé une "Cité nationale de l’histoire de l’immigration".

Mus_e_Colonies__6_

De ce fait, non seulement le Palais de la Porte Dorée se trouve détourné de sa vocation initiale mais, de surcroît, il va être occupé par un organisme dont les objectifs affichés, et, plus encore, ceux non avoués, sont incompatibles avec l’esprit des lieux. Une fois de plus, au fil du temps, Lyautey a été trahi, et avec lui tous ceux qui ont fait la grandeur de la France. Ils l’ont été par ceux-là mêmes qui avaient en charge le respect et la défense des valeurs que Lyautey a si souvent exaltées par ses écrits, ses paroles et son exemple.

Les adeptes de la pensée unique si néfaste ont comme les anarchistes des raisons d’en vouloir à Lyautey, demeuré jusqu’alors un symbole incontournable, lui qui écrivait : "j'ai horreur des idées toutes faites, des doctrines d'école, des théories de cabinet, de toute discipline "à priori" unique, uniforme, universelle. S'il n'est de philosophie que du général, pour moi, il n'est d'action que du particulier".

Déjà sur le site internet de la “Cité nationale de l’histoire de l’immigration” on peut lire ceci :
"Il s’agit donc avec ce projet et ce lieu, de déconstruire l’imagerie héritée de la colonisation, de retourner les symboles. De dire et de montrer que la page de la colonisation est définitivement tournée et détourner le bâtiment de sa vocation première"

On ne peut être plus clair. Et pour le prouver le nom de Lyautey ne figure dans aucun texte mis en ligne, même pas dans l’historique du Palais, ce qui est un comble ! Il s’agit bien d’un cadeau subtilement déguisé fait à tous ceux qui s’attaquent à l’oeuvre coloniale de la France et à ses acteurs à travers des associations militantes pour la régularisation des "sans-papiers", contre le racisme, contre l’esclavagisme, etc.... toutes visant à l’humiliation de la France et à l’affaiblissement du pouvoir.

Quel est donc le "réseau d’associations et organismes dédiés à l’histoire de l’immigration qui sont à l’origine et au coeur du projet" comme l’énonce le texte du décret ? Il n’y a pas de réponse : la discrétion est restée de rigueur pour faire avancer le projet sans effrayer. Mais aujourd’hui, nos suppositions et nos craintes se révèlent fondées, puisque la presse a annoncé la démission de leur poste d’une dizaine de fonctionnaires affectés à la mise en place de la "Cité nationale de l'histoire de l'immigration" pour protester contre la création du Ministère de de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Co-développement.

Mus_e_Colonies__3_

Autre signe de la volonté d’occulter toute une période pour permettre à certains de réécrire l’histoire en la travestissant, nous avons observé que dans le même temps, le projet abouti de Mémorial de la France Outre-Mer  que devait construire l'État à Marseille a été gelé. Décidément, bien des réseaux sont infiltrés et manipulés par les "forces du mal" au point de devenir leurs complices quand l’occasion se présente.

Pourquoi tant d’acharnement, de compromissions pour contribuer à faire table rase de ce passé ? Tout simplement parce que l'oeuvre humaine, et généreuse de la France réalisée outre-mer et l’exemple de Lyautey, symbole de toute cette époque, vont à l’encontre des thèses anticolonialistes. Trois exemples :

1 - Comment pourrait-on accuser Lyautey de racisme quand il proclame : "Union entre les races - ces races qu'il ne convient vraiment pas de hiérarchiser en races supérieures, mais de regarder comme “différentes” en apprenant à s'adapter à ce qui les différencie" ?

2 - Comment pourrait-on l’accuser d’avoir fait tort à l’Islam quand on relit son discours du 19 octobre 1922 marquant le début de la construction du Mihrab de la Mosquée de Paris ?

3 - Comment pourrait-on l’accuser d’avoir humilié et pillé le Maroc alors que les Marocains de bonne foi associent son nom à leur histoire ?

Ajoutons que Lyautey chassé du Palais de la Porte Dorée, comme tout ce qui peut perpétuer le souvenir de l’Exposition Coloniale de 1931 a toujours porté haut les valeurs de l’effort, du travail, du devoir social, de l’esprit d’équipe et d’entreprise ce qui fournit aux idéologues de la "deconstruction" des raisons supplémentaires de "retourner les symboles", comme ils l’affirment.

Il est urgent de maintenir les symboles debout avant qu’ils ne soient "retournés" et ne disparaissent, victimes d’un oubli programmé.

Colonel (er) Pierre GEOFFROY
Président de l’Association Nationale Maréchal Lyautey

11617215_p



colonel Pierre Geoffroy (à droite) en discussion avec Mostafa Basso,
ministre plénipotentiaire de l'ambassade du Maroc à Paris
photographie Jeune Pied-Noir ©


L_Illustration


- biographie Lyautey : cheminsdememoire.gouv.fr

- L'Exposition coloniale de 1931 : mythe républicain ou mythe impérial ? (Charles-Robert Ageron)

Diapositive1

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 07:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 10 juin 2007

Une thèse sur les maghrébins de Tunisie (Abdelkrim Mejri)

Diapositive1





Une thèse sur les maghrébins de Tunisie

 

Ce blog particulièremet intéressant et prometteur pourrait servir à merveille la recherche historique fancophone, arabophone et maghrébo-française ; à ce titre, il serait très utile pour tous ceux qui s'intéressent aux thèses relatives au Maghreb d'en faire un écho dans études-coloniales ; la priorité sera accordée aux thèses manuscrites et qui ne sont pas encore publiées ; je commence donc par annoncer la soutenance d'une thèse de doctorat d'État en histoire contemporaine à l'université de Tunis.

Cette thèse est préparée par le chercheur M. MEJRI Abdelkrim, maitre-assistant à l'université de la Manouba (Tunisie), dirigée par l'historien et le professeur émérite M. Mohamed Hédi CHERIF, elle porte le titre suivant :

LES COLONIES MAGHRÉBINES EN TUNISIE (1830-1929)

elle sera soutenue le mardi 12 juin 2007 à la Faculté des Sciences Sociales et Humaines de l'Université de Tunis devant un jury composé de :

        - M. Khélifa CHATER, président
        - M. Mohamed Hédi CHERIF, encadreur
        - M. Mohieddine HADHRI, rapporteur
        - M. Lazhar GHARBI, rapporteur
        - M. Abdesslem BEN HAMIDA, membre

Posté par Ahmed, dimanche 10 juin 2007 à 10:52

correspondance : Ahmed JDEY

__________________________________________________


- Abdelkrim Mejri : biobiblio

- Les socialistes français et la question marocaine, 1903-1912, L'Harmattan, 2004.


2747574881r


présentation éditoriale

À l'égard de la colonisation du Maroc, plusieurs tendances se sont manifestées au sein du parti socialiste (Jaurès, les guesdistes et Gustave Hervé). Depuis la crise de Tanger de 1905, la position de ces trois tendances évolua en fonction des circonstances. Cet ouvrage fournit un éclairage d'un très grand intérêt sur les débats menés au sein du parti socialiste sur le Maroc et d'une manière plus large sur la question coloniale. Un demi-siècle plus tard, sous la IVème République, les mêmes divergences se manifestèrent au sein de la SFIO sur le Maroc, et avec plus d'acuité sur le problème algérien.



- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 11:02 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

jeudi 7 juin 2007

Bidi Mohamed, né le 19 novembre 1933 à Guelma

Diapositive1



Bidi Mohamed, né le 19 novembre 1933

à Guelma en Algérie



demande de renseignement
[à propos du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier - Maghreb]

Salut. Je voudrais savoir si le nom Bidi Mohamed qui figure dans la liste est celui de Bidi Mohamed né le 19 novembre 1933 à Guelma en Algérie.

Le demandeur est son fils

Merci de me répondre.

Posté par bidi, jeudi 7 juin 2007 à 11:10

9561919_p



















Bonjour,

La notice du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier - Maghreb relative à BIDI Mohamed ne précise pas sa date de naissance. Voilà cette notice :


BIDI Mohamed

Né à Mila sans le Constantinois vers 1930, membre du MTLD, le pendant nationaliste à la CGT du Constantinois, de son camarade de classe, Lakhdar Kaïdi, communiste.

À l'école primaire entre ville ancienne et ville coloniale, Mohamed Bidi a pour camarade de classe Lakhdar Kaïdi [voir notice], plus jeune de deux ans, qui deviendra secrétaire général communiste de la CGT-UGSA, Maamar Dif qui sera lui aussi communiste comme son frère Mahfoudh Dif [voir notice] plus âgé. Ces trois garçons ont été exclus de l'école pour avoir écrit au tableau : "Vive l'Étoile nord-africaine" ; on était en 1934. Leur peine fut en réalité retardée pour (leur permettre) d'obtenir le certificat d'études et de poursuivre dans le secondaire. En ces années, suivaient aussi l'école à Mila, Abdelhamid Boussouf, dont la grande famille oscillait entre le Dr Benjelloul et Ferhat Abbas, et Lakhdar Bentobbal de famille locale plus modeste qui sera adepte du MTLD ; tous deux seront des figures majeures de la guerre de libération. L'autorité morale qui régnait sur Mila était celle du Cheikh M'Barek El Mili précisément, représentant les Oulémas.

Après la Deuxième Guerre mondiale, Mohamed Bidi est devenu employé de banque à Constantine ; il est syndiqué à la CGT. Après 947, il appartient au bureau de l'Union Départementale CGT du Constantinois. Il se tourne vers le MTLD tout en restant en amitié avec Lakhdar Kaïdi ; l'algérianisation des commissions, comités et bureaux de la CGT fait que les deux anciens camarades se retrouvent promus à la direction syndicale de l'Est. Communiste, Lakhdar Kaïdi devient ensuite secrétaire général de la CGT transformée en UGSA. Mohamed Bidi est, en second, la caution nationaliste. En 1952, il fait partie de la délégation de syndicalistes qui sont allés en République populaire de Chine à l'invitation des syndicats communistes chinois. Mohamed Bidi reste partisan de maintenir la participation syndicaliste algérienne dans la maison unitaire qu'est l'UGSA ; ce n'est qu'après sa création en 1956 qu'il ralliera l'UGTA.

sources : B. Bourouiba, Les syndicalistes algériens - N. Djabi, Kaïdi Lakhdar. Une histoire du syndicalisme algérien, entretiens, Chihab-éditions, Alger, 2005.

René Galissot
Dictionnaire biographie.
.., p. 139

- Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier - Maghreb. Algérie : engagements sociaux et question nationale. De la colonisation à l'indépendance, 1830-1962, dir. René Galissot, éd. de l'Atelier, 2006.

guelma_blvd_principale
Guelma aujourd'hui (source)


- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 11:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

mercredi 6 juin 2007

inspecteur de la Sûreté dans les années 1930 au Maroc

Diapositive1



inspecteur de la Sûreté

dans les années 1930 au Maroc


Bonjour,

J'ai des difficultés pour restituer le parcours de mon grand-père, né en Algérie et ayant occupé la fonction d'inspecteur de la Sûreté dans les années 1930 au Maroc. Qui peut m'indiquer où se trouvent les archives de ce personnel de l'administration française ?

Merci.
Azzedine Sedjal
sedjal@gmail.com


Police_alg_ro_marocaine
la police franco-marocaine à Oujda
carte postale ancienne ayant voyagée en 1908

_______________________________________________


Bonjour,

Merci de votre message.

Il faut s'adresser aux services des Archives dipomatiques françaises, et plus particulièrement au Centre des archives diplomatiques de Nantes (inventaires en ligne).

Mais, si ces services ne vous répondent pas précisément, il n'y a d'autre solution que d'y aller soi-même parce que la règle des recherches en archives est que la responsabilité de toute recherche revient à l'intéressé lui-même.

Bonne continuation.

Michel Renard
"Études Coloniales"


Police_Oujda
le poste de police à Oujda

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]