Diapositive1





Une thèse sur les maghrébins de Tunisie

 

Ce blog particulièremet intéressant et prometteur pourrait servir à merveille la recherche historique fancophone, arabophone et maghrébo-française ; à ce titre, il serait très utile pour tous ceux qui s'intéressent aux thèses relatives au Maghreb d'en faire un écho dans études-coloniales ; la priorité sera accordée aux thèses manuscrites et qui ne sont pas encore publiées ; je commence donc par annoncer la soutenance d'une thèse de doctorat d'État en histoire contemporaine à l'université de Tunis.

Cette thèse est préparée par le chercheur M. MEJRI Abdelkrim, maitre-assistant à l'université de la Manouba (Tunisie), dirigée par l'historien et le professeur émérite M. Mohamed Hédi CHERIF, elle porte le titre suivant :

LES COLONIES MAGHRÉBINES EN TUNISIE (1830-1929)

elle sera soutenue le mardi 12 juin 2007 à la Faculté des Sciences Sociales et Humaines de l'Université de Tunis devant un jury composé de :

        - M. Khélifa CHATER, président
        - M. Mohamed Hédi CHERIF, encadreur
        - M. Mohieddine HADHRI, rapporteur
        - M. Lazhar GHARBI, rapporteur
        - M. Abdesslem BEN HAMIDA, membre

Posté par Ahmed, dimanche 10 juin 2007 à 10:52

correspondance : Ahmed JDEY

__________________________________________________


- Abdelkrim Mejri : biobiblio

- Les socialistes français et la question marocaine, 1903-1912, L'Harmattan, 2004.


2747574881r


présentation éditoriale

À l'égard de la colonisation du Maroc, plusieurs tendances se sont manifestées au sein du parti socialiste (Jaurès, les guesdistes et Gustave Hervé). Depuis la crise de Tanger de 1905, la position de ces trois tendances évolua en fonction des circonstances. Cet ouvrage fournit un éclairage d'un très grand intérêt sur les débats menés au sein du parti socialiste sur le Maroc et d'une manière plus large sur la question coloniale. Un demi-siècle plus tard, sous la IVème République, les mêmes divergences se manifestèrent au sein de la SFIO sur le Maroc, et avec plus d'acuité sur le problème algérien.



- retour à l'accueil