jeudi 10 mai 2007

Nicolas Sarkozy se dément (Claude Liauzu)

Diapositive1



"En commémorant l'abolition de l'esclavage,

Nicolas Sarkozy se dément"

Claude LIAUZU

historien et directeur du Dictionnaire de la colonisation française

(éditions Larousse)

12615954

 

Nicolas Sarkozy a assisté avec Jacques Chirac à la journée de commémoration de l'abolition de l'esclavage. N'est-ce pas un signe de continuité du travail de mémoire dans la politique française ?

12059193Claude Liauzu - Cela peut être vu comme cela. Je pense que Nicolas Sarkozy avait intérêt à s'afficher aujourd'hui aux côtés de Jacques Chirac, parce que ce dernier a eu un certain nombre de gestes qui ont fait avancer dans ces questions de mémoire. C'est vrai pour Vichy, en particulier. C'est vrai aussi de Madagascar, mais aussi de certains aspects de la guerre d'Algérie.

Sur la mémoire, Jacques Chirac a réalisé des avancées importantes, alors que dans son discours de campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy s'est opposé à toute repentance. Il a même affirmé que la France n'avait commis aucun crime contre l'humanité. Or, si l'on en croit la loi Taubira, et les Nations unies, l'esclavage est un crime contre l'humanité.
Nicolas Sarkozy joue sur l'équivoque du mot "repentance". C'est un mot désormais à la mode, qui a du succès, notamment à cause de certains livres, dont celui de Pascal Bruckner [La Tyrannie de la pénitence]. Si la repentance signifie la "haine de soi", pour reprendre une expression de Nicolas Sarkozy, bien sûr qu'il faut la rejeter. Mais ceux qui se jettent des seaux d'ordure ou de sang sur la tête, les masochistes, sont une petite minorité.

Pouvez-vous donner des exemples ?

Claude Liauzu - Il y a des excès, y compris chez certains historiens, qui veulent faire porter à la République le crime de la colonisation. Par exemple Olivier Le Cour Grandmaison, auteur de Coloniser, exterminer. Assimiler la colonisation à l'extermination, c'est absurde. La colonisation, c'est d'abord exploiter des territoires et non pas les détruire pour le plaisir.
Nicolas Sarkozy joue sur les mots : s'il veut dire que la France est au-dessus de toute critique, on ne peut pas le suivre. La preuve, c'est qu'il est allé se recueillir ce matin devant un monument en mémoire de l'esclavage.

 

Vous estimez que Nicolas Sarkozy se dédit en commémorant l'abolition de l'esclavage ?

Claude Liauzu - Il se dément lui-même, car il a dit que la France n'avait jamais commis de crime contre l'humanité... Mais le plus important, plus que l'esclavage, c'est l'Algérie. La guerre d'Algérie fait problème.
Sur ce point, Nicolas Sarkozy a fait beaucoup trop de promesses aux associations qui se réclament deisly_03 l'Algérie française. Par exemple dans le cas des morts de la rue d'Isly : il y a eu en mars 1962 une fusillade qui a fait une quarantaine de morts dans la population française d'Algérie, due à l'armée française. L'Organisation de l'armée secrète (OAS), opposée aux tout récents accords d'Evian et enfermée dans un quartier pied-noir d'Alger, Bab-el-Oued, avait appelé la population d'Alger à venir briser l'encerclement de l'armée française. La population s'est déplacée, s'est heurtée à un barrage de l'armée et a été victime de tirs, dans des conditions que l'on connaît mal. On pense qu'il y a dû avoir une provocation qui a déclenché les tirs de l'armée.

Ces morts sont regrettables, évidemment, mais Nicolas Sarkozy a promis de faire de ces victimes des "morts pour la France". Or la même demande de reconnaissance de "morts pour la France" a été formulée par les familles de six instituteurs assassinés la semaine précédente par l'OAS. Le gouvernement auquel participait Nicolas Sarkozy a refusé de les reconnaître.
Si l'on suit cette logique, on continue la guerre d'Algérie pendant encore cent ans. On ira vers plus de surenchère, de mécontentement, de demandes... C'est à cela qu'il faut mettre fin.

 

Le refus de la repentance n'était-il pas pour Nicolas Sarkozy un simple discours de campagne, qui sera suivi de peu d'effets ?

Claude Liauzu - On peut le penser, ne serait-ce que parce que les relations France-Algérie sontimg_energie nécessaires. C'est un pays riche en gaz et en pétrole, et nous en avons besoin. On peut penser que le discours de M. Sarkozy sur la repentance était destiné à s'attirer des voix du Front national.

Mais ce type de discours est dangereux car il peut favoriser des phénomènes de xénophobie, même s'il n'est pas suivi d'une politique. C'est exactement la même chose quand on parle des "quartiers" où l'on égorge des moutons, l'on excise des filles, etc. Tout cela est très dangereux.

 

Si vous étiez président de la République, que feriez-vous pour améliorer la politique de la France en matière de mémoire ?

Claude Liauzu - ll faudrait faire ce qu'on a fait pour la Shoah. Il ne s'agit pas de dire que la France est une puissance criminelle mais de reconnaître la réalité de crimes commis pendant la guerre d'Algérie en particulier. C'est nécessaire. Et pour le reste, qu'on laisse les historiens travailler pour établir la vérité et que les politiques fassent moins d'histoire.

 

Concrètement, une telle reconnaissance doit-elle passer par une loi ?

Claude Liauzu - Pas forcément. Je ne suis pas spécialement pour. Une déclaration publique forte, de la part d'un président, comme le geste de François Mitterrand tenant la main du chancelier allemand Helmut Kohl, peut avoir une très très grande portée.

 

Propos recueillis par Alexandre Picard
lemonde.fr, 10 mai 2007

 

26MARSRUEDISLY
massacre de la rue d'Isly à Alger, 26 mars 1962



- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 16:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


mercredi 9 mai 2007

Opposé à la repentance, M. Sarkozy participe à la commémoration de l'abolition de l'esclavage (Le Monde)

Diapositive1

 

Opposé à la repentance,

M. Sarkozy participe à la commémoration

de l'abolition de l'esclavage

Le Monde, 9 mai 2007

 

Nicolas Sarkozy, le président élu, participera, jeudi 10 mai, au côté de Jacques Chirac, à la cérémonie de commémoration de l'abolition de l'esclavage et de la traite négrière. Le même Nicolas Sarkozy n'a pourtant eu de cesse de dénoncer le "mode exécrable" de la "repentance", qui "exige des fils qu'ils expient les fautes supposées de leurs pères et de leurs aïeux". Une pierre dans le jardin de M. Chirac, qui a fait du "devoir de mémoire" une constante de ses deux mandats.

"La présence, importante, de M. Sarkozy à la commémoration de l'abolition de l'esclavage, est tout à fait symbolique de l'esprit qu'il veut donner à sa présidence. Pour lui, il n'y a qu'une histoire de France qu'il faut savoir regarder sans sombrer dans la repentance : on peut commémorer sans se flageller", soutient Yves Jego, instigateur, au sein de l'UMP, du Cercle de la diversité républicaine. Pour lui, "la rupture (avec M. Chirac) se joue davantage sur le modèle économique et social, sur les rapports de la France aux autres, que sur la mémoire historique".

Secrétaire nationale de l'UMP chargée de la francophonie, Rama Yade, émanation des "minorités visibles" proche du futur président, explique l'insistance de M. Sarkozy à dénoncer la repentance "par son amour de la France. Pour lui, insiste-t-elle, si l'on hait la France, on se renie en tant que Français. Il veut rassembler le pays autour de cette idée". Dans les discours de M. Sarkozy, le thème de la repentance est, de fait, toujours associé à "la détestation de soi", au "communautarisme", à la "concurrence des mémoires".

 

"Disqualifier l'histoire"

Aux yeux de nombreux historiens, cela conduit cependant à une vision réductrice de l'histoire de France. "L'anti-repentance est une grille de lecture pour repenser l'histoire de France. M. Sarkozy veut construire une vision globale de l'Histoire de France, en gommant toutes ses aspérités, en laissant dans l'ombre la complexité des événements, les rapports de pouvoirs, les luttes sociales qui les ont forgés. Cela permet de ramener l'identité nationale à une essence, alors même qu'elle est en construction permanente", juge Nicolas Offenstadt, vice-président du Comité de vigilance face aux usages publics de l'Histoire (CVUH), collectif d'historiens créé au moment de la polémique sur la loi du 23 février 2005. Pour lui, "l'anti-repentance s'inscrit dans le prolongement du discours sur le rôle positif de la colonisation" inscrit dans cette loi.

Pour Emmanuelle Saada, historienne travaillant sur les thèmes de la colonisation, de l'immigration et de l'identité, "cette présentation des mémoires comme étant toujours dans l'affrontement, la confrontation au profit d'une histoire consensuelle, est un déni de l'histoire. C'est une façon de disqualifier, de nier l'histoire de nombre de personnes, qui a pourtant été fondamentale dans l'histoire de France".

"Les discours de M. Sarkozy pousse les Français dans une attitude de dénégation de pans entiers de l'histoire", appuie le sociologue du métissage créole, Michel Giraud, qui souligne l'attente pourtant forte de toute une partie de la population à aborder sereinement toutes les facettes de l'histoire. "La demande qui s'exprime n'est pas un appel à la repentance, ne consiste pas à ce que la France batte sa coulpe. S'exprime, en revanche, un besoin culturel et social de comprendre et de savoir, qui ne relève pas d'un mouvement idéologique", confirme Françoise Vergès, politologue, auteur de "La mémoire enchaînée, question sur l'esclavage". Et d'insister : "Répondre à cette demande d'une histoire partagée où chacun puisse se reconnaître contribue à l'apaisement et non à l'affrontement."

 

Laetitia Van Eeckhout, 9 mai 2007 
article paru dans l'édition du Monde datée 10.05.07

___________________

 

commentaire

- "L'anti-repentance est une grille de lecture pour repenser l'histoire de France. M. Sarkozy veut construire une vision globale de l'Histoire de France, en gommant toutes ses aspérités, en laissant dans l'ombre la complexité des événements, les rapports de pouvoirs, les luttes sociales qui les ont forgés. Cela permet de ramener l'identité nationale à une essence, alors même qu'elle est en construction permanente", juge Nicolas Offenstadt.

- L'anti-repentance peut être aussi une grille de lecture de l'histoire, non parasitée par les injonctions mémorielles et le politiquement correct. Et qui, précisément, est en mesure de restituer la complexité des événements, sans ramener la période coloniale à une essence exposée au seul jugement moral a posteriori. Ce qu'a montré Daniel Lefeuvre dans son ouvrage, Pour en finir avec la repentance coloniale.

Michel Renard

6981121_m

 

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 15:32 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

mardi 8 mai 2007

trois ouvrages sur le Maroc entre 1830 et 1912 (Daniel Rivet, 1985)

Diapositive1

 

trois ouvrages sur le Maroc

entre 1830 et 1912

Daniel RIVET (1985)

 

L'essentiel de ce que les Marocains ont été, de ce qu'ils ont dit et de ce qu'ils ont fait durant le long répit qui s'accumule sur près de trois quarts de siècle, entre la conquête de l'Algérie et 1912, a été cerné et mis en lumière dans trois ouvrages surtout, sans l'appui desquels les pages qui suivent n'eussent jamais été écrites.

get_attachment

 

Vingt ans après sa parution, le Maroc et l'Europe de J.-L. Miège continue de s'imposer comme une sorte d'encyclopédie du Maroc au XIXe siècle, rythmée - avec une précision parfois surchargée de micro-histoire - par le double récitatif, souvent entrecroisé, de l'événement et de la conjoncture économique.

Les Origines sociales et culturelles du nationalisme marocain d'A. Laroui constituent un point de passage obligé pour comprendre comment s'articulait, avant d'entrer en crise à partir de la seconde moitié du siècle, un "système marocain". Sans doute l'analyse philologique du discours de l'élite par l'auteur, inspirée de Benedetto Croce, tend-elle à s'essouffler au fil de la démonstration. mais sa morphologie des groupes sociaux, influencée par le concept wébérien, d'idéal-type, est éblouissante d'intelligence. On ne peut plus dessiner le canevas de la société marocain précoloniale sans s'adosser à ce schéma. Même si on lui reproche de privilégier l'élite urbaine au détriment des profondeurs rurales du pays et de négliger du coup l'apport des anthropologues anglo-saxons, en premier lieu E. Gellner et Clifford Geertz.

Parce qu'il débrouille, avec un art du raccourci et un sens de la synthèse exemplaires, la trame des événements qui s'enchaînent entre 1860 et 1912 et qu'il caractérise avec beaucoup de finesse le divorce qui s'accuse entre l'État et la société marocaine, le Prelude to Protectorate in Morocco. Precolonial Protest and Resistance, 1860-1912 d'Edmund Burke III complète, nuance, enrichit l'éclairage de Laroui sur la trajectoire du Maroc au XIXe. S'impose en particulier son approche de la révolte contre le makhzen, non seulement fronde des privilégiés ou fureur paysanne mais mouvement composite à plusieurs étages et temps sociaux, voué par conséquent à la négation plutôt qu'à l'affirmation et donc à l'éclatement rapide.

heb00870

D'autres ouvrages (1) contribuent à diversifier notre vision de ce long XIXe marocain dont le bruit et la fureur reçoivent une signification nouvelle à partir du moment où on n'y voit plus seulement la préhistoire annonciatrice du Protectorat, mais une période de transition au sens mêlé, confus, incertain : un moment historique non plus univoque mais pluridéterminé. Cette longue période de réaction à la "précolonisation" cristallise en effet des "lignes d'orientation, des zones de filtrage" (Laroui) à partir desquelles les Marocains se détermineront sous le Protectorat qui ne s'imprime pas à la surface de la société colonisée comme sur une page blanche.

Daniel Rivet, Lyautey et l'institution du Protectorat français au Maroc, 1912-1925
[thèse 1985], tome 1, éd. L'Harmattan, 1996, p. 83-84.




(1) Cf. en particulier J. Berque, L'intérieur du Maghreb, Gallimard, 1978 ; G. Ayache, Études d'histoire marocaine, Société marocaine des éditeurs réunis, Rabat, 1979 ; P. Pascon, Le Haouz de Marrakech, 2 T., Larose et Maisonneuve, 1978.




Maroc_ancien__3_
Fez, intérieur de l'Arsenal ; Le Maroc Illustré, 1913

 

Maroc_ancien__4_
Sousse

 

Maroc_ancien__5_
Telouet

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 07:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 7 mai 2007

Pour une nouvelle approche de la guerre d'Algérie en France

Diapositive1



Pour une nouvelle approche

de la guerre d'Algérie en France



Samedi 2 juin 2007

de 9 h à 17 h 30

amphithéâtre Dupuis, université Paris I, CHS, 9 rue Malher,

75004 Paris - M° Saint-Paul


38Il s'agit de faire l'histoire de la guerre d'Algérie en France dans l'objectif de réévaluer le rôle de l'espace métropolitain que l'historiographie présente trop souvent comme secondaire - base arrière du nationalisme ou siège d'une intense "bataille de l'écrit". Les travaux publiés surinvestissent la région parisienne au risque de réduire cette histoire à celle de la guerre à Paris. Cette journée d'études présente les recherches réalisées par les correspondants de l'IHTP.

avec : Raphaëlle BRANCHE, Sylvie THÉNAULT, Anne-Marie PATHÉ, Mireille CONIA, Danielle CHEVALIER, Gérard BOURDIN, Bertrand HAMELIN, Marc COPPIN, Alain TROGNEUX, Michel DLOUSSKY, Rémy FOUCAULT, Anne PASQUES, Alain MONCHABLON, Hélène CHAUBIN, Émmanuel BLANCHARD, Émilie ÉLONGBIL, ARTHUR GROSJEAN.

Institut d'Histoire du Temps Présent (IHTP)

Matinée (9h–13h)

Présidence : Fabrice d’Almeida (IHTP)
Discutante : Danièle Voldman (CHS)

9h – 9h45 : Introduction
• Raphaëlle Branche et Sylvie Thénault : «Cerner le vécu de la guerre en métropole : bilan d’une enquête»
• Anne-Marie Pathé : «Un renouvellement des sources ?»

9 h 45 – 11 h 15 : Découvrir
• Mireille Conia :«Les actions de solidarité envers les soldats» 
• Danielle Chevallier : «Les obsèques de soldats»
• Gérard Bourdin : «Les parrainages et jumelages, 1956-1962»

11h30 –13h00 : S’exprimer
• Bertrand Hamelin : «Les étudiants sont-ils des intellectuels ?» 
• Marc Coppin et Alain Trogneux : «Les réactions à certains événements marquants ayant lieu en Algérie»
• Michel Dloussky : «Référendum et élections»

Après-midi (14h –17h30)

Présidence : Annie Fourcaut (CHS)
Discutant : Denis Peschanski (CHS)

14h – 15h30 : S’opposer
• Anne Pasques : «L’École normale de Chartres pendant la guerre»
• Alain Monchablon : «L’Union des Grandes Écoles et la guerre d'Algérie»
• Hélène Chaubin : «L’OAS dans l’Hérault»

15h45 – 17h30 : Surveiller, Réprimer
• Emmanuel Blanchard : «Contrôler, enfermer, éloigner : la répression policière et administrative des Algériens de métropole»
• Émilie Elongbil : «Le centre d’hébergement de la Part-Dieu»
• Arthur Grosjean : «Le camp de Thol»

programme complet - cliquer ici    16

         





arton1261

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 07:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

dimanche 6 mai 2007

Histoire de la colonisation après les élections présidentielles (Claude Liauzu)

Diapositive1

 

L'histoire de la colonisation

otage des présidentielles : et après ?

Claude LIAUZU
Historien, professeur émérite Université Paris VII René Descartes,
directeur du Dictionnaire de la colonisation française (Larousse)

 

 

t_jacquesMartial 10 mai : la commémoration de l'esclavage et de son abolition devrait être relativement consensuelle, si l'on oublie les difficultés opposées à Christiane Taubira lors de la préparation de sa loi de 2001 et les retards dans son application.

Cette loi a eu le mérite d'attirer l'attention sur les insuffisances des programmes scolaires, sans imposer une vérité officielle. Malheureusement une instrumentalisation de son contenu a suscité une campagne honteuse contre un historien.

8 mai : c'est le 62e anniversaire des manifestations de Sétif et Guelma. Le jour où on fête la Libération, elles tournent à l'émeute et entraînent le massacre de dizaines de milliers d'Algériens. La dernière chance d'une évolution pacifique est perdue, et l'on s'achemine vers les sept ans de sale guerre, qui furent aussi une guerre civile où sombra la IVe et dont naquit la Ve, d'un coup de force, on l'oublie. L'ambassadeur de France a reconnu la gravité des faits en 2005, les travaux des historiens ont établi avec assez de précision les faits. Mais le silence officiel de Paris sur les crimes demeure.

Dans un discours à Lyon le 5 avril 2007, Nicolas Sarkozy déclarait : «...Je déteste la repentance qui veut nous interdire d'être fiers de notre pays...» Or, il faut rappeler aussi que sous le terme de « repentance »medium_Sarkozy_Reuters c'est toute critique du passé colonial, vichyste, antisémite qui est exclue par le nouveau président. Pire, dans sa lettre du 16 avril au Comité de liaison des associations de rapatriés, monsieur Sarkozy, qui lui promettait tout, prêchait pour un retour au «rôle positif» de la colonisation. «Vos ancêtres ont traversé la Méditerranée pour servir la France et pour bâtir un monde nouveau. Chacun peut porter sur leur oeuvre le jugement qu'il souhaite. Mais la France doit leur en être et vous en être à jamais reconnaissante.» Dans une phrase ambiguë, il affirme même qu'il est hors de question de «réécrire notre histoire avec l'Algérie», comme si cela relevait d'un pouvoir régalien. Une fois de plus, après la loi du 23 février 2005, les mêmes prétendent dicter leur copie aux historiens. Les mêmes restreignent l'accès des chercheurs aux archives, au point que des documents qui étaient consultables avant 2002 ne le sont plus.

Les historiens doivent crier casse-cou. Casse-cou contre l'article 3 de la loi du 23 février 2005 «portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés», qui crée une «Fondation pour la mémoire de l'Algérie et des combats d'Afrique du Nord», dont les fonctions prévoient des interventions dans l'enseignement. Singulier si l'on pense aux guerres de mémoires qui continuent à opposer rapatriés, harkis, anciens du contingent, activistes de l'OAS, immigrés et anticolonialistes ! Singulière fondation sur laquelle un rapport déposé en juin 2005 n'est toujours pas publié. Le risque est grand de voir les maigres crédits attribués aux universitaires détournés vers cette Fondation, où des associations représentant des nostalgiques extrémistes de l'Algérie française chercheraient, comme pour le Mémorial de la France d'Outre-mer à Marseille, à imposer leur point de vue et leur pouvoir. Fondation portée par un ministre des Anciens Combattants qui traite les historiens ayant protesté contre la loi de 2005 de «spécialistes auto-proclamés» et de «pseudo historiens».

anatole_france_1_sizedCasse-cou encore contre ceux qui oublient la belle formule d'Anatole France selon qui nous devons notre compassion aux victimes et la vérité aux vivants. Ce n'est pas mépriser la douleur des familles des victimes du 26 mars 1962 rue d'Isly à Alger que d'expliquer les conditions de ce drame. C'est à la demande des commandos de l'OAS, encerclés dans Bab el Oued, que la population d'Alger a cherché à imposer la levée du blocus du quartier par l'armée. Les tirs ont éclaté dans des conditions obscures faisant 46 morts et 200 blessés dont 20 mourront. La demande par des associations de rapatriés d'accorder le statut de «morts pour la France» à ces victimes est d'autant plus inacceptable qu'on a refusé ce statut à des enseignants chargés des centres d'éducation sociale, assassinés par l'OAS le 15 mars 1962, tels Feraoun, Ould Aoudia et Max Marchand. Il n'y a pas de bonnes et de mauvaises victimes. Il est temps d'en finir avec les manichéismes ! Les participants de la rue d'Isly ont été victimes aussi bien de provocations de l'OAS que du cynisme de la politique gaulliste.

Casse-cou aussi contre ceux qui s'obstinent, sous prétexte d'anticolonialisme, à assimiler coloniser et exterminer, à réduire la colonisation à un crime contre l'humanité, le colonisé au statut de «victime absolue» c'est-à-dire à considérer le FLN et le pouvoir algérien comme au-dessus de toute critique.

L'élection du candidat de la droite risque d'être saluée par des feux d'artifice de la banlieue de la «racaille», que les stéréotypes exploités dans la campagne présentent comme les quartiers où «on» voile ses femmes, «on» égorge le mouton dans son appartement, où «on» excise les fillettes. Douce France !

Autre chose est possible. Les citoyens doivent rappeler (et se rappeler d'abord) le modèle de rigueur moraleCARTE_NOUVELLE_CALEDONIE et l'effort de vérité et de justice qu'est le Préambule des accords de Nouméa en 1998. Il soulignait que la colonisation a été une domination étrangère imposée aux populations autochtones, qu'elle a été destructrice des sociétés et des cultures. Mais, sans céder à la démagogie de la «colonisation positive», il refusait de faire des Français de Nouvelle-Calédonie des boucs émissaires en montrant la diversité des raisons de leur émigration, de leur condition et de leurs comportements. Peut-être notre classe politique, si elle en a le temps, devrait-elle lire le manuel d'école primaire issu de ces accords et qui s'efforce d'aider les enfants des diverses communautés à élaborer un devenir commun.
Le gouffre entre les études historiques et la crise des mémoires de notre société (comme de la société algérienne) appelle un effort de notre métier, et d'abord l'exigence de la liberté totale de la recherche et de l'enseignement, d'un travail en commun des spécialistes des deux rives.

 

Claude Liauzu

- débat sur ce texte sur le site Marianne.fr

 

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 07:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


samedi 5 mai 2007

Si, l'histoire de la colonisation a été travaillée (CCV)

Diapositive1

 

Si, l'histoire de la colonisation

a été travaillée...

Catherine COQUERY-VIDROVITCH

Message commenté :  Une histoire française : Dictionnaire de la colonisation (L'Express)

Si, l'histoire de la colonisation a été travaillée

"Curieusement, le travail historique sérieux sur cette épopée est pauvre… Même le brillant ouvrage de Pierre Nora, Les Lieux de mémoire (Gallimard), ne lui consacre qu'un chapitre"

Je suis pour ma part choquée que ce journaliste, qui cite Les Lieux de Mémoire de 1985, ignore en revanche les travaux sérieux sur la question, dont en particulier (et entre autres) l'histoire, initiée par Jacques Marseille, en 2 gros volumes, par 7 historiens spécialistes, de la France coloniale publiée par Colin en 1991 et rééditée en livre de Poche en 1996 (Agora-Pocket, 3 vol.). Si peu lus qu'ils sont épuisés…

CCV

coquery

_______________________________________________

 

France_coloniale_AC__1_

 

France_coloniale_AC__2_

 

France_coloial_colin__4_   France_coloial_colin__3_    

 France_coloial_colin__2_

 

première édition

- Histoire de la France coloniale, des origines à 1914, Jean Meyer, Jean Tarrade, Annie Rey-Goldzeiguer, Jacques Thobie, éd. Armand Colin, 1990.

- Histoire de la France coloniale, 1914-1990, Jacques Thobie, Gilbert Meynier, Catherine Coquery-Vidrovitch, Charles Robert-Ageron, éd. Armand Colin, 1990.

 

en poche (actuellement indisponible)

- Histoire de la France coloniale, tome 1, la conquête, éd. Pocket, 1999

- Histoire de la France coloniale, tome 2, l'apogée, éd. Pocket, 1999

- Histoire de la France coloniale, tome 3, le déclin, éd. Pocket, 1999



- retour à l'accueil

vendredi 4 mai 2007

Sultans (souverains) du Maroc de 1631 à 1999

Diapositive1

 

 

Sultans (souverains) du Maroc

dynastie alaouite

 

Succédant aux Saadiens (1524-1659), les Alouites, venus d'Arabie en 1266, étaient installés dans la région du Tafilalet. Ils portaient le titre de chorfas, c'est-à-dire de descendants de Muhammad (Mahomet) par Alî et Fatima (la fille du Prophète).

img_pres_long_4505- "Les dynasties mérinide et saadienne qui gouvernèrent le Maroc montèrent au zénith, atteignirent leur apogée et déclinèrent. Leur trajectoire fut brillante, mais éphémère. Lorsque le dernier souverain saadien mourut en 1659, il laissait le Maroc dans une situation navrante. Si l'unité territoriale était disloquée, le pouvoir central ne l'était pas moins. Les limites du Maghzen n'avaient cessé de se rétrécir. Dans le Moyen Atlas, la famille Dilaî occupait Fès et tout le nord du pays. dans le Souss, la famille Filali avait érigé en capitale sa forteresse d'Iligh. Dans le nord-ouest du Maroc, des chefs militaires s'étaient arrogé des prérogatives exorbitantes, sous prétexte de lutter contre les Portugais et les Espagnols qui occupaient les côtes de l'Atlantique et de la Méditerranée. Les derniers souverains saadiens ne conservaient plus que Marrakech. Encore n'y exerçaient-ils que l'ombre du pouvoir...
Vers qui se tourner pour sauver le pays ? Des esprits éclairés estimèrent que seuls les Alaouites étaient en mesure de le faire. Ne descendaient-ils pas directement du Prophète ? N'étaient-ils pas investis d'une baraka qui avait déjà fait ses preuves ? Une délégation d'ulémas se rendit à Sigilmassa auprès de leur chef, Moulay Ali Cherif, qu'auréolait une atmosphère de sainteté. Ils le conjurèrent de prendre la situation en main.
L'heure historique des Alaouites avait sonné. Les dynasties précédentes s'étaient hissées au pouvoir par la force des armes et de leurs allégeances tribales. Eux étaient conviés à monter sur le trône en raison de leur ascendant religieux."

Histoire des Alaouites [1970], Perrin, 1994, réimpr. 2001, p. 65-66
Jacques Benoist-Méchin (1901-1983)

img_auteur_1837img_pres_long_4505

 









barghwata

 

 

- Moulay Cherif ben Ali : 1631-1640

1dynastie_G









Moulay Mohammed ben Cherif : 1640-1664

2dynastie_G










- Moulay Er Rachid : 1664-1671

3dynastie_G








 

- Moulay Ismaïl : 1671-1727

Moulay_20Ismaill_20Ibn_20Cherif

moulay_ismail02

430px_Moulay_Ismail
















- "Alors apparut sur la scène marocaine une des personnalités les plus fascinantes de son histoire, le Roi-Soleil d'un pays où le soleil brille d'un éclat particulier. On a souvent comparé Moulay Ismaïl à Louis XIV en raison de son goût du faste, de sa fureur de construire, de la longueur de son règne et des relations diplomatiques qu'il entretint avec la cour de Versailles. Mais serait-il plus juste de le comparer à Shah Jahan ou à Soliman le Magnifique, car la violence de son tempérament et ses réactions imprévisibles le rapprochaient davantage de ces grands conquérants que du fils de Louis XIII et d'Anne d'Autriche.

Dans l'histoire du Maroc, Moulay Ismaïl représente un sommet. À travers lui, toute l'énergie accumulée pendant des siècles dans les steppes du Tafilalet, explose comme un ouragan. S'il consacra vingt-six ans de son règne à réprimer les révoltes toujours récurrentes des Sanhaja, des Dilaï et des Aït-Atta - opérations au cours desquelles son armée, rentrant un jour de Marrakech, fut surprise et dispersée par une tempête de neige au col de Telouet (1679) -, cette activité guerrière lui permit de mener une foule d'autres tâches : création d'un vaste réseau routier, acquisition d'une flotte, renforcement de l'administration et réoganisation de l'armée. Ses déplacements étaient si rapides qu'il semblait posséder le don d'ubiquité. Étonnée de voir un seul homme paraître presque simultanément en tant d'endroits différents, la rumeur publique assura qu'il s'était rendu possesseur de l'anneau magique de Salomon et qu'il lui suffisait d'en tourner le chaton vers l'intérieur de sa main pour que les djinns accourussent de toutes parts pour se mettre à son service.

Bâtir était une de ses passions dominantes. On a calculé que, durant son règne, il a déplacé une masse de terre représentant huit fois le volume de la grande pyramide. De cette frénésie de constructions il nous reste le palais de Meknès, dont Moulay Ismaïl avait fait sa résidence.
C'est un ensemble cyclopéen d'une superficie de 475 000 mètres carrés, entouré de 42 kilomètres de remparts flanqués de bastions, à l'intérieur desquels se trouvent des bâtiments d'habitation, des jardins, des réservoirs d'eau, des greniers à blé et des écuries assez vastes pour contenir dix mille chevaux et soixante-dix mille cavaliers. Quant au palais lui-même, l'impression qui s'en dégage est celle d'une volonté de puissance proprement illimitée."

Histoire des Alaouites [1970], Perrin, 1994, réimpr. 2001, p. 70-71
Jacques Benoist-Méchin (1901-1983)

7102_36
Meknès, palais royal

 

- Moulay Ahmed Ed Dehbi  : 1727-1728

5dynastie_G

 








- Moulay Abdelmalek : 1728-1729

6dynastie_G








 

- Moulay Abdallah : 1729-1757

7dynastie_G









- Sidi Mohammed : 1757-1790

Moulay_20Mohammed_201er_20Ibn_20Cherif

 

 





 

- Moulay Yezid : 1790-1792

13dynastie_G









- Moulay Slimane : 1792-1822
mène une politique religieuse anti-confrérique après son adhésion au wahabisme

2897_1



















 

- Moulay Abderrahmane : 1822-1859

15dynastie_G

 

ill_delacroix_sultan















Delacroix

 

 

- Sidi Mohammed : 1859-1873

16dynastie_G

 







 

- Moulay Hassan (Hassan 1er) : 1873-1894 m. lors expédition contre rebelles

Copie_de_Hassan_1














 

 

 

les trois sultans qui lui succèdent sont ses fils :

- Moulay Abdellaziz : 1894-1907 monte sur le trône à 14 ans

file

Abdel_Aziz

 

medium_image_sujet6_196














 

- Moulay Hafid (frère du précédent) : 1907/1908 -1912
  confirmé par oulémas à Fez, le 3 janvier 1908
  c'est Moulay Hafid qui signe le traité de protectorat, le 30 mars 1912

Abdel_Hafid

 

 

Abdel_Hafid1















à gauche Si Kaddour ben Ghabrit

 

- Moulay Youssef  : 1912-1927
sultan depuis le 12 août 1912 (proclamé le 17 août à Fez)
mort le 17 novembre 1927
c'est lui qui inaugure la Mosquée de Paris en juillet 1926

sultan

 

 

 




1goum04










à gauche, à Paris en juillet 1926 ; à droite, en compagnie de Lyautey (derrière ce dernier, Si Kaddour ben Ghabrit)

 

- Sidi Mohammed Ben Youssef : 1927-1953/1961
déposé le 20 août 1953
retour le 16 novembre 1956
Roi sous le nom de Mohammed V le 15 août 1957
meurt le 26 février 1961

mohammed_V


















 

- Hassan II : 1961-1999

normal_hassan2HassanIIcover_normal_hassan_mohamed

 









- Mohammed VI : 1999

sm




















- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:43 - - Commentaires [28] - Permalien [#]

jeudi 3 mai 2007

Un dictionnaire pour décoloniser les esprits (Hervé Nathan)

Diapositive1
sur la route de Moussoro (Fort-Lamy), Tchad, 1935-1945 (base Ulysse, Caom)

 

Un dictionnaire

pour décoloniser les esprits

Hervé NATHAN

 

La loi du 23 février 2005 sur "l'enseignement positif de la colonisation" aura un enfant posthume et… involontaire : le Dictionnaire de la colonisation française, dirigé par Claude Liauzu, un des histoiriens qui lancèrent la pétition contre la loi scélérate. Le "dico" veut rompre avec la "mémoire", manipulée et manipulable, au profit de l'histoire. Le livre, écrit par une équipe pluridisciplnaire où l'on retrouve, outre Benjamin Stora, des chercheurs de gauche, de droite, issus du Maghreb ou de France, est un peu un catalogue des idées non reçues dans les enseignements officiels, ou les récits apologétiques.

Le premier article est ainsi consacré à Ramdane Abbane, le plus brillant idéologue du FLN algérien qui fut assassiné au Maroc en 1957, "sur ordre des dirigeants du FLN". On apprend qu'en 1954 la Ligue des Droits de l'Homme demanda… le rétablissement de l'ordre en Algérie après l'insurrection de la Toussaint !

Les pages les plus terribles sont consacrées aux rapports entre la colonisation et la République. D'où il ressort que la France a littéralement appris le racisme de son expérience coloniale. Il suffit de relire le Tour de France par deux enfants, manuel censé inspirer l'amour de la patrie aux enfants de la République qui enseigne que "la race blanche est la plus parfaite" et la race noire a "les bras très longs".

Mais, si le colonialisme fut largement accepté par les Français, il fut toujours un enjeu d'affrontement entre républicains. Il y eut les pour (Gambetta, Ferry), qui pensaient apporter la civilisation aux peuples attardés, et les contre, comme Clemenceau ou Anatole France qui écrivait : "Les peuples que nous appelons barbares ne nous connaissent que par nos crimes. […] Allons-nous armer sans cesse contre nous en Afrique et en Asie d'inextinguibles colères et des haines insatiables, et nous préparer des millions d'ennemis ?" Reste à savoir si la colonisation a été positive ou négative. Le dictionnaire aidera chacun à s'en faire une idée. Claude Liauzu reconnaît que la France laissera deux legs à ses ex-colonies : la naissance de l'État moderne et la notion d'individu. C'est déjà ça.

Hervé Nathan
Marianne, n° 523, 28 avril 2007

 

DAFANCAOM01_30FI069N005_P
équipe de travailleurs sur la route de Mouila-Onoï, Gabon
(base Ulysse, Caom)

 

- retour à l'accueil

mercredi 2 mai 2007

Réponse à Éric Roussel (Pierre Brocheux)

Diapositive1

  

la domination coloniale, une histoire

conflictuelle mais aussi transactionnelle

réponse à Éric Roussel (Figaro)

Pierre BROCHEUX

 

Je réagis à une recension du Dictionnaire de la Colonisation française publiée par Éric Roussel dans le Figaro (si je ne me trompe) et qu' Études coloniales a reproduite. Mais je limite mon intervention à l'objection faite par Éric Roussel à propos d'une notice que j'ai rédigée sur le Parti communiste indochinois.

Éric Roussel estime que nous aurions mieux fait d'accorder plus de place au PCF qu'à un long développement sur le PCI. À cela je réponds que :

1/ il est question du PCF dans 27 entrées du dictionnaire (et je n'hésite à dire que le "critique" a lu le dico en diagonale) ;

2/ M. Roussel ignore-t-il que la France et l'Indochine ont une histoire partagée et par conséquent le mouvement communiste indochinois (en fait vietnamien) et celui de France également ? En fait il a une conception archaïque et dépassée de la colonisation française conçue comme un processus univoque où les dominants sont les seuls acteurs et les dominés seulement des figurants. Au contraire, la domination coloniale fut un moment fort d'une histoire conflictuelle mais aussi transactionnelle, en un mot d'une histoire dialectique. Mais au fond, M. Roussel continue de penser sans doute, comme pas mal de gens en France, que les communistes vietnamiens étaient des agents de Moscou et de Pékin et par conséquent, ils ne nous intéressent pas.

Je rappelle quelques faits : Ho Chi Minh peut être considéré comme un des fondateurs du PCF (congrès de Tours 1920), le PCI fondé en 1930 fut jusqu'en 1931, une section du PCF jusqu'à ce qu'il soit admis membre à part entière dans la Troisième Internationale. Jusqu'à la seconde guerre mondiale, le PCI entretenait des relations privilégiés avec le PCF, la majorité des élèves de l'Université des travailleurs d'Orient, à Moscou, venaient de France et certains d'entre eux y retournèrent vivre. La puissance du Front populaire de France trouva sa réplique en Indochine, les mêmes décrets de 1938 qui frappèrent le PCF en 1939 frappèrent aussi le PCI. Pendant la guerre d'Indochine, il y eut une liaison permanente entre le PCF et la résistance vietnamienne. Ni l'influence chinoise ou soviétique n'ont extirpé complètement l'influence française : la République socialiste du VN a commémoré le bicentenaire de la Révolution française de 1789 comme peu d'autres pays  au monde l'ont fait.

Pierre Brocheux

11234588

 

 

 

le dernier livre de l'auteur

11234485

 

 

 

 

 

 

sur ce blog

 

indochine7grand
Manifestation à Paris en 1950 pour la fin de la guerre d'Indochine (source)

 

 

- retour à l'accueil

mardi 1 mai 2007

Réponse au compte rendu d'Éric Roussel (Claude Liauzu, Vincent Joly, Maria Romo-Navarette)

Diapositive1

 

 

Réponse au compte rendu d'Éric Roussel (Figaro)

à propos du Dictionnaire de la colonisation française 

Claude LIAUZU, Vincent JOLY, Maria ROMO-NAVARETTE

 

Qu’un livre de 646  pages et 700 notices contienne des erreurs, qu’il soit nécessaire de les corriger est une évidence ; affirmer que cet «ouvrage multiplie erreurs, lacunes et approximations» n’est pas juste et appelle une réponse.

Sur Boisson, nommé par la gauche, il sert fidèlement Vichy, en particulier en septembre 1940 quand il fait ouvrir le feu contre les gaullistes et les poursuit de sa haine jusqu’à son éviction en 1943, alors que Félix Eboué rallie la France libre,.

Sur Pierre Mendès France et la «trahison» de sa politique tunisienne, il faut lire le chapitre IV – «Carthage dépassé et trahi» - dans La politique de Carthage rédigé par Simone Gros en 1958 sous la dictée de PMF. On trouve les références dans les archives de PMF, utilisées par la thèse de Maria Romo-Navarrette que Éric Roussel ignore, et c’est dommage !

Les critiques de celui-ci concernant la notice de Gaulle (qui souligne l’évolution de sa pensée dans le volume restreint imparti) sont contradictoires avec la reconnaissance par le même du fait que «les développements d’ordre événementiel (guerre d'Indochine, guerre d'Algérie) apparaissent honnêtes et de bonne facture».

Quant au PCF, que Éric Roussel affirme ignoré dans ce dictionnaire, il fait l’objet de 27 occurrences ! Sétif en 1945, l’état d’urgence, le vote des pouvoirs spéciaux sont traités par des notices. L’ambiguïté du parti communiste face à la guerre d’Algérie est étudiée sans complaisance (pp. 322, 324, 326), et dans les notices Alger Républicain et Henri Alleg etc., contrairement à ce que laisse entendre le compte rendu.

Surtout, cette critique du Figaro (qui ne concerne que les aspects politiques métropolitains des années 1936-1962 pour un livre allant de la fin du XVIIIe aux décolonisations et traitant les réalités françaises mais aussi les pays colonisés) laisse de côté toutes les mises au point sur les principaux dossiers économiques et sociaux (traites, esclavage, capitalisme et colonisation, démographie, mutations sociales...) et les aspects nouveaux (le corps, les dimensions culturelles, l’histoire des femmes...) qui n’avaient pas été intégrés jusqu’ici dans une synthèse sur la colonisation.

Enfin, elle ne signale pas que ce livre se veut délibérément pluraliste et a donné la parole, avec comme seul critère leur compétence, à 70 spécialistes, dont 30 non métropolitains. Nous espérons que les lecteurs du Figaro auront connaissance de cette mise au point. Car notre objectif, refusant les guerres de mémoires et tout parti pris idéologique, est d’apporter des réponses aux problèmes que se pose une société en crise, en montrant la place du passé colonial dans le devenir de la société française.

Claude Liauzu,
Vincent Joly, Maria Romo-Navarrette

 

La guerre à Madagascar, Gali
Affiche en couleurs illustrée. Publicité pour le livre de H. Galli,
La guerre de Madagascar. Sur fond de carte de Madagascar, Un soldat
des troupes coloniales plante le drapeau français tricolore à Tananarive. 1897

(source : Caom, base Ulysse)

  

- Dictionnaire de la colonisation française, dir. Claude Liauzu, éd. Larousse, 2007. 

- retour à l'accueil