Diapositive1



la domination coloniale, une histoire

conflictuelle mais aussi transactionnelle

réponse à Éric Roussel (Figaro)

Pierre BROCHEUX


Je réagis à une recension du Dictionnaire de la Colonisation française publiée par Éric Roussel dans le Figaro (si je ne me trompe) et qu' Études coloniales a reproduite. Mais je limite mon intervention à l'objection faite par Éric Roussel à propos d'une notice que j'ai rédigée sur le Parti communiste indochinois.

Éric Roussel estime que nous aurions mieux fait d'accorder plus de place au PCF qu'à un long développement sur le PCI. À cela je réponds que :

1/ il est question du PCF dans 27 entrées du dictionnaire (et je n'hésite à dire que le "critique" a lu le dico en diagonale) ;

2/ M. Roussel ignore-t-il que la France et l'Indochine ont une histoire partagée et par conséquent le mouvement communiste indochinois (en fait vietnamien) et celui de France également ? En fait il a une conception archaïque et dépassée de la colonisation française conçue comme un processus univoque où les dominants sont les seuls acteurs et les dominés seulement des figurants. Au contraire, la domination coloniale fut un moment fort d'une histoire conflictuelle mais aussi transactionnelle, en un mot d'une histoire dialectique. Mais au fond, M. Roussel continue de penser sans doute, comme pas mal de gens en France, que les communistes vietnamiens étaient des agents de Moscou et de Pékin et par conséquent, ils ne nous intéressent pas.

Je rappelle quelques faits : Ho Chi Minh peut être considéré comme un des fondateurs du PCF (congrès de Tours 1920), le PCI fondé en 1930 fut jusqu'en 1931, une section du PCF jusqu'à ce qu'il soit admis membre à part entière dans la Troisième Internationale. Jusqu'à la seconde guerre mondiale, le PCI entretenait des relations privilégiés avec le PCF, la majorité des élèves de l'Université des travailleurs d'Orient, à Moscou, venaient de France et certains d'entre eux y retournèrent vivre. La puissance du Front populaire de France trouva sa réplique en Indochine, les mêmes décrets de 1938 qui frappèrent le PCF en 1939 frappèrent aussi le PCI. Pendant la guerre d'Indochine, il y eut une liaison permanente entre le PCF et la résistance vietnamienne. Ni l'influence chinoise ou soviétique n'ont extirpé complètement l'influence française : la République socialiste du VN a commémoré le bicentenaire de la Révolution française de 1789 comme peu d'autres pays  au monde l'ont fait.

Pierre Brocheux

11234588





le dernier livre de l'auteur

- Pierre Brocheux, Hô Chi Minh, du révolutionnaire à l'icône, Payot, 2003

11234485


sur ce blog

- biographie de Hô Chi Minh en langue anglaise

- à propos des souvenirs de Dang Van Viet, colonel Viet Minh

- à propos du quôc ngu et d'agression culturelle


indochine7grand
Manifestation à Paris en 1950 pour la fin de la guerre d'Indochine (source)


- retour à l'accueil