Diapositive1



à propos du manuel d'histoire

de Nouvelle-Calédonie

Ahmed de BOURAIL


Nous aimerions beaucoup savoir si le manuel d'histoire de Nouvelle-Calédonie intègre les données historiques et anthropologiques du Docteur en Histoire Mme Ouennoughi Mélica, sur l'histoire de la déportation maghrébine en Nouvelle-Calédonie, ceci est une thèse de doctorat bien connue maintenant sur le territoire calédonien et relate les insurrections algériennes, le code de l'indigénat en Algérie, la déportation des Algériens et Maghrébins, qui n'avait jamais été élucidé de manière histoirique et scientifique avant cette historienne.

On a lontemps pensé qu'il y avait 200 algériens déportés sur le territoire et cela est totalement faux, la recherche historique nous donne les éléments fondateurs et véritables, les listes émises par l'historienne donne un chiffe bien supérieur, et elle note que les déportés ont gardé leur culture, leur histoire et la descendance a hérité d'une culture ancienne algérienne, de la coutume, de la tradition par l'introduction du saint patron sidi moulay, du cimetière de Nessadiou au XIXe siècle et du palmier dattier.

Elle décrit une parenté ancienne arabo-berbère qui a permis aux familles de se constituer et ce phénomène d'introduction n'est pas récent comme certains historiens calédoniens pourraient le penser, faut de connaissance d'une Algérie ancienne de ses traditions, de ses rites et de ses coutumes voir même de sa politique culturelle et religieuse.

Rien n'avait été développé, n'a pu être décrit voir même initié aux étudiants, ou aux collégiens sur ces oubliés de l'histoire fortement de culture algérienne aujourd'hui depuis l'arrivée de leurs aieux sur ce territoire (1867 suite à l'insurrection des ouled Sidi Cheikh avant même l'insurrection de Hadj Mokrani en 1871).

Les historiens doivent consulter l'ouvrage historique de Mme Ouennoughi pour véritablement comprendre l'histoire des Algériens de Nouvelle-Calédonie, les listes des déportés sont inscrits au cimetière de Nessadiou par le travail minitieux entrepris par l'historienne. Les travaux sont rattachés au nouveau laboratoire d'histoire contemporaine de Nouméa et l'historienne donne une conférence au centre culturel Tjibaou de Nouméa le 31 mai, ainsi on ne pourra plus ignorer ces déportés politiques, leur descendants, leur culture, leur tradition et leur religiosité.

Est-ce que le manuel d'histoire nouvellement constitué à pris compte des donnés de recherche sur l'histoire des Algériens initié par Mme Ouennoughi ? Du point de vue scientifique, nous serions ravis de vérifier si cela a été respecté, sinon à quoi sert la recherche ? À quoi servent les historiens ?

Monsieur LIAUZU sait-il si de telles données ont-elles été respectées ?
Bref, un certain nombre de question que beaucoup de Calédoniens descendants d'Algériens se posent ? Quels enseignements là-dessus, et où est l'enseignante sur cette question ?

Ahmed de Bourail
message posté

- retour à l'accueil