Diapositive1



Massacres à Sétif et Guelma

Jean-Louis PLANCHE

 

"On ne massacre jamais que par peur, la haine n'est qu'un alibi",
Georges Bernanos (1937).

 

Comment peut-on faire, en à peine plus de huit semaines, le plus grand massacre d'innocents que la France ait connu dans son histoire contemporaine, 20 000 à 30 000 morts algériens, composés à plus de moitié de femmes, d'enfants et de vieillards ?

Pour qu'un massacre aussi peu glorieux soit devenu possible, dans un département alors français d'Algérie, le jour du 8 mai 1945, il fallait d'abord s'être persuadé qu'ils allaient renverser sur vous le monde, nommer leurs chefs, planter partout leurs drapeaux, et vous réduire en une sorte d'esclavage. Il fallait surtout, au-delà de la déraison politique, au-delà du racisme qui n'est qu'un mot, au-delà de l'envie, de la jalousie, se laisser submerger, puis emporter par la peur.

Mais une grande panique ne s'improvise pas. Elle se prépare des années durant, non par un complot, par une machination, ou par toute autre construction dérisoire de l'esprit, mais au contraire en s'abandonnant aux rumeurs, au travail de la frustration, au besoin de désordre, dans un monde que l'on ne comprend plus, où le familier se colore aux teintes de l'étrange, où plus rien ne paraît à sa place, où le silence d'un coup inquiète, et le calme sonne faux. Sétif, une ville où il ne s'est jamais passé grand-chose, et surtout Guelma, une ville où il ne s'est jamais rien passé, convenaient.

Policiers, militaires et gendarmes, administrateurs, sous-préfets, corrodés par l'ennui et l'indigence de l'événement, avaient perdu leurs réflexes et ne se souciaient plus de démêler le vrai du faux. Les plus ambitieux rêvent ou cauchemardent. Il suffit dès lors que, un matin, un emblème étrange, ce que l'historien Paul Veyne appelle "un objet biscornu", un drapeau vert et blanc, frappé d'une étoile rouge, apparaisse à Sétif dans une manifestation comme il s'en était formé ce matin partout dans le monde pour fêter la victoire des Alliés. Tout bascule.

On discute encore aujourd'hui pour savoir qui, d'un policier ou d'un manifestant, a lâché le premier coup de feu. Dans le pandémonium qui suivit, dans le massacre qui courut la ville, les manifestants tirés comme des bêtes qui s'enfuient, les Européens rencontrés dans leur fuite lynchés, puis la honte et la peur mêlées, tout le monde a oublié les quelques coups de feu tirés des balcons.

Qui va se soucier que deux ou trois fusils aient été placés là pour régler son compte au maire, ou à quelques adjoints, ou à Ferhat Abbas aussi, s'il passait par là ? Qui va se souvenir qu'au bruit des détonations d'autres ont couru décrocher leur fusil de chasse et se sont portés à la fenêtre, pour contenir, le temps qu'arrivent de leurs casernes soldats et gendarmes, l'insurrection depuis si longtemps annoncée ?

À 200 kilomètres de là, par-delà les montagnes, le sous-préfet de Guelma a été prévenu très vite. Il ne veut pas y croire. Ancien commissaire de la défense du territoire, mêlé à dix complots au temps de la résistance d'Alger, dont il a été un héros, retors, pervers, il perd soudain ses moyens et ne prend aucune disposition pour interdire la manifestation de la victoire qui se tiendra dans l'après-midi. Il glisse simplement dans sa poche une arme. Ce sera vraisemblablement lui qui, dans la cohue provoquée par l'apparition à nouveau de l'"objet biscornu" , abattra le porte-drapeau, un riche commerçant algérien des faubourgs.

Longtemps, dans les semaines qui viennent, les officiers de l'armée lancés dans la répression chercheront la logique entre les deux anecdotes pour comprendre comment l'"insurrection" a pu franchir en quelques heures les montagnes. Des officiers généraux envisageront un complot international, juif pour certains ! Le directeur de la Sécurité générale, à Alger, est persuadé quant à lui qu'il s'agit d'une révolution. Le gouverneur, Yves Chataigneau, agrégé d'histoire, arabisant, socialiste, est convaincu qu'il affronte une guerre sainte. Il est trop tard pour réfléchir.

Mais il faut prévenir Paris. Dans la journée du 9 mai, le gouverneur est averti par les renseignements généraux qu'un "véritable affolement ne tardera pas à se faire jour". On envoie coup sur coup deux télégrammes cryptés au ministre de l'intérieur. Ils décrivent une situation qui "paraît devenir alarmante" . Le ministre croit comprendre qu'il s'agit d'une "espèce d'insurrection" et propose des renforts.

Sommée d'intervenir, l'armée engage toute la puissance de feu disponible. Des colonnes de petits blindés très maniables, suivis de camions tout-terrain emplis de légionnaires et de tirailleurs sénégalais, appuyées par l'artillerie tractée, par l'aviation d'assaut, pendant dix jours écrasent sous les obus, déchirent sous les rafales, anéantissent sous les bombes antipersonnel des foules affolées, à l'armement dérisoire, rejetées par le feu d'une vallée à l'autre, persuadées que les Français sont devenus fous et veulent massacrer tous les musulmans.

La pression sur elle ne faiblira pas. Le 12 mai, le Parti communiste distribue dans les villes d'Algérie un tract comminatoire. Signé par cinq représentants du comité central, il exige de "passer par les armes les instigateurs de la révolte et les hommes de main qui ont dirigé l'émeute. Il ne s'agit pas de vengeance ni de représailles. Il s'agit de mesures de justice. Il s'agit de mesures de sécurité pour le pays". L'armée, qui a perdu son sang-froid, ne le retrouvera pas.

Chez les civils, c'est bien pire. Des milices patriotiques sillonnent les rues des villes. Des escouades de coureurs des bois terrorisent les campagnes, multiplient les exécutions sommaires et les pillages. Autour de Guelma, au lever du jour puis au crépuscule, les salves des pelotons d'exécution ponctuent le fil des heures. Mais le sens de la mise en scène sanglante qu'a le sous-préfet de la ville ne doit pas faire illusion. Ailleurs, on massacre plus discrètement. À la fin de l'été encore, à Constantine, la fosse commune ouverte au cimetière se remplit.

Il est trop tard pour arrêter. Si le ministre de l'intérieur a dès le départ émis des doutes sur la réalité d'une insurrection, de même que certains officiers après quelques jours de ce qu'ils refusent d'appeler des combats, si le Parti communiste comprend vite la situation, et en informe le gouverneur, il leur est impossible d'interrompre la tragédie. Elle suivra son cours pendant plus de huit semaines, jusqu'à épuiser ses forces.

Parmi les acteurs des massacres, certains en seront atterrés. La première proposition de libérer tous les "insurgés" arrêtés, au motif que leur internement n'a aucun sens, émanera du préfet de Constantine qui a dirigé la répression. De grands colons sont désespérés, certains que la colonisation n'y survivra pas. L'opinion française, plus ou moins informée, enfouit, sous les terribles difficultés de l'année 1945 et le retour des prisonniers et des déportés, un événement dont la mémoire est impossible à gérer

Mais de pareils massacres ne s'oublient pas. Ils sont non pas le premier acte de la guerre d'Algérie, mais son prologue, et ont continué de peser sur les consciences, sur l'histoire, de générer des comportements de fuite, comme on le verra en 1962. Aujourd'hui, alors que deux peuples adultes envisagent de regarder ensemble vers l'avenir, en négociant un traité d'amitié, le moment est sans doute venu d'en alléger le poids.

par Jean-Louis Planche, historien
Le Monde, 8 mai 2005

Jean_Louis_Planche_Caom









- comptes rendus du livre de Jean-Louis Planche sur dzlit

- sur Études Coloniales :
    - présentation éditoriale du livre et de l'auteur
    - venue de l'auteur à l'université Paris VIII

- sur Sétif-info : Poignant de bout en bout. Tel a été le témoignage de Jean-Louis Planche hier à notre rédaction. Accompagné de Yasmina Belkacem, directrice de la communication aux Editions Chihab, l’historien français nous a tout dit ou presque sur l’un des épisodes les plus tragiques de la colonisation française en Algérie. (lire la suite)

- dans le journal algérien : El Watan (8 mai 2005)

- dans le journal Le Soir d'Algérie, par Hakim C.

- un article de Lucien-Samir Oulahbib sur le site Kabyle.com

- dans le journal algérien El Moudjahid, 8 mai 2006

- un message sur africatime.com, 5 juillet 2006

- l'article de Chaffik Benhacene (La Tribune d'Alger, 8 mai 2006) sur le site tetedeturc.com


2262024332



- retour à l'accueil