Diapositive1



à propos des souvenirs de Dang Van Viet,

colonel Viet Minh

Pierre BROCHEUX


13g_1Commentaire sur le livre de Dang Van Viet, Souvenirs d’un colonel Viet-Minh. 1945-2005, Paris, Indo-Éditions, 2006.

Dang Van Viet, issu d’une lignée mandarinale prestigieuse, a dirigé le régiment de l’Armée populaire vietnamienne qui a infligé au Corps expéditionnaire français sa première grande défaite en 1950 (selon le gal Yves Gras, Histoire de la guerre d’Indochine, Denoël 1992) sur la Route coloniale n°4 reliant Cao Bang à Langson. L’ouvrage est très intéressant au triple point de vue militaire, sociologique et politique mais mon commentaire se réfère au seul chapitre XXIX intitulé «Héritage de la culture française au Viet Nam», p. 208-218, qui relève des préoccupations d’Études coloniales.

L’auteur exprime l’opinion de quelqu’un qui s’est entièrement consacré à la lutte pour l’indépendance puis à la construction économique de son pays. Son rôle dans la lutte contre la domination coloniale française mérite que nous nous arrêtions sur son opinion. Si Dang Van Viet affirme le caractère fondamentalement oppressif du régime colonial, il remarque, cependant, l’ambiguïté qui a marqué les 80 années de cette domination. Il n’hésite pas à écrire que la colonisation française eut «un côté positif et une part utile» (expression qui ne manquera pas de scandaliser les «anticolonialistes à quatre sous» comme disait l’historien Jean Chesneaux).

L’auteur admet que les Français ont initié la modernisation de son pays, recomposé la société et surtout, introduit une réforme «révolutionnaire» (pour oser un paradoxe) de la culture. Les porteurs de cette nouvelle culture ont pris la tête de la lutte pour affranchir leur pays du joug français. En d’autres termes, les Français ont engendré les fossoyeurs du régime qu’ils avaient instauré : une intelligentsia dont Dang Van Viet fait partie et dont les aspirations, les revendications et les actions avaient suscité, dès 1926, la mise en garde d’un gouverneur général, le socialiste Alexandre Varennes (encore une ambiguïté).

Selon celui-ci, il fallait accorder des droits «au Tiers-état annamite» sinon il les réclamerait de lui même. Une minorité agissante de cette intelligentsia dirigea le mouvement de libération nationale tandis que la majorité rallia le soulèvement d’août 1945 qui aboutit à la proclamation du premier État indépendant vietnamien du XXe siècle.

Ce livre exprime une vision du colonialisme proche de celle que Karl Marx exposa sur l’intervention britannique en «Indoustan». Une approche dialectique de l’Histoire a du bon.

Pierre Brocheux

8799695_p


13g

- commander ce livre

- photos du colonel Dang Van Viet, de son éditeur et de son préfacier

- photos du colonel Dang Van Viet à Hanoï

- les ouvrages de l'éditeur Indo éditions


DangVanViet200
le colonel Dang Van Viet (source)

 

Dang_Van_Viet_portrait
le colonel Dang Van Viet à Paris (source)


- retour à l'accueil