Diapositive1
Constantine, quartier arabe, début des années 1900


Institut d'études de l'Islam et des Sociétés du Monde Musulman

Fatima Guechi,
 professeur à l'Université Mentouri, Constantine


Dans le cadre de la chaire sécable de l'IISMM
et de l'axe  "Transformation du droit dans le monde musulman"


Les habous en Algérie :

pratiques juridiques et pratiques

de gestion.

Le cas de Constantine au XVIIIe siècle


Diapositive2
Constantine, rue arabe


 Mercredi 17 janvier de 17h à 19h,

salle de réunion de l'IISMM, 96 bd Raspail


Diapositive3
Constantine, petite mosquée - photo prise à deux dates (?) différentes

___________________________________________________________________


tlemcen


document sur un habous à Tlemcen (XVIIIe siècle)


BEL Alfred, "Note sur une inscription de habous du musée de Tlemcen", Paris, 1911 ; extrait du Bulletin archéologique, 1910 (11 pages).

(...) Voici donc la traduction de l'inscription :
"Au nom d'Allâh, clément et miséricordieux ! qu'Allâh répande ses grâces (sur Mahomet) ! L'éminent, le très cher, l'excellent, l'heureux Commandeur des Croyants, notre maître Hasan Bey a acheté cette maison - qui avoisine le four de la Zmâla et la maison de Ben Wârits, et qui est connue sous le nom de maison d'Ibn el-Hadjj ‘Achoûr - à El-Mokhtâr el-Tchenâr, pour (la somme de) soixante mitsqâl d'or, de la frappe d'Alger, y compris les dépendances du premier étage ; (cette maison se trouve) à l'entrée de la rue.
(Le bey Hasan) l'a constituée en habous en faveur de l'ami de Dieu, le saint Moulaye Et-Taïyeb demeurant à Wâzzân, fils du Cheikh, el-Baraka, Moulaye Mohammed ben Abdallâh ech-cherîf.
(Ces actes ont eu lieu) en présence de Yahîa ben Hadji es-Salmâni et du sieur Mohammed Es-Seqqâl, qui a donné l'ordre de tracer l'inscription sur cette pierre, l'an 1173 (1759-1760 de J.-C.)."

(p. 6-7)

(...)

L'inscription qui nous occupe est à la fois un acte d'achat d'une maison sise à Tlemcen et de donation de cette maison en habous, au profit de Moulaye Et-Taïyeb (mort en 1767 ; a donné son nom à la confrérie actuelle de Taïyebïya dérivée de la grande confrérie des Chadouliya), fondateur de l'ordre des Taïyebïya. Or l'inscription a été retrouvée précisément dans la zaouïa de cette confrérie à Tlemcen. Cette maison répondait au signalement sommaire qui en a été donné ici ; elle avait un étage composé de logements pour les étrangers ; elle était sur l'entrée d'une rue ancienne. Jusqu'au jour où cette demeure fut démolie, elle avait conservé sa destination première, puisqu'elle appartenait aux adeptes de l'ordre religieux fondé par le réel bénéficiaire du don, Moulaye Et-Taïyeb.
C'est la seule inscription commémorative d'une donation pieuse, datant de l'époque turque, que renferme le Musée archéologique de Tlemcen, et c'est aussi la seule qui ait pour bénéficiaire un personnage religieux. (cf. W. Marçais, Catalogue du Musée de Tlemcen, Paris, Leroux, 1906, p. 1 et 2, où sont indiquées les autres inscriptions de habous du Musée de Tlemcen).

(p. 8-9)

note de lecture, Michel Renard


tlemcen


- Répertoire des historien(ne)s du temps colonial

- retour à l'accueil