jeudi 28 avril 2011

la kouba de Nogent (1919) enfin reconstruite

58943555

 

la kouba reconstruite est inaugurée

ce jeudi 28 avril 2011

 

La kouba de Nogent-sur-Marne, édifiée en 1919, effondrée en 1982, est reconstruite. Elle est inaugurée ce jeudi 28 avril 2011. N'ayant pu m'y rendre, pour des raisons personnelles, je me sens représenté par l'allocuation de Daniel Lefeuvre, mon ami.

Je le remercie pour tous les effots auxquels il a consenti pour faire faire aboutir ce projet que j'avais conçu en découvrant le dossier de la kouba aux Archives d'Outre-Mer à Aix-en-Provence et en retrouvant l'héritier du marbrier de 1919.

Je remercie tous ceux qui ont conjugué leurs efforts pour que cette résurrection voit le jour.

Des jeunes gens de vingt et quelques années sont venus mourir "pour la France" dans la boue des tranchées lors de la Première Guerre mondiale. Il s'est trouvé alors quelques esprits pour leur rendre hommage, en dehors de toute sollicitation officielle. Aujourd'hui, d'autres esprits généreux, ont additionné leur dévouement pour que l'édifice soit à nouveau debout. C'est une fidélité qui mérite le respect.

Nous avons fait un peu plus que les concepteurs de l'édifice premier. Nous avons pu ajouter les versets du Coran que le consul Émile Piat et les imams algériens présents alors à Nogent avaient imaginés sans avoir eu les moyens de les faire figurer au fronton de l'édifice.

Cette refondation de la kouba de Nogent-sur-Marne témoigne que la France n'est pas "islamophobe", que l'engagement aux côtés de ses principes n'a ni couleur ni religion, que seule compte l'adhésion à ses principes émancipateurs - ceux-là fussent-ils malmenés en certains temps et en certains lieux. Car nul idéal ne se déploie sans contradictions.

Michel Renard
professeur d'histoire
"découvreur" scientifique de la kouba de 1919

 

58942885

 

- Qu'est-ce que la kouba de Nogent ?

- témoignage de Marc Arazi, conseiller municipal (28 avril 2011)

 

allocuation de Daniel Lefeuvre, président de l'association Études Coloniales

Il y a bientôt cent ans, entre 1914 et 1918, près de 450 000 soldats – volontaires et conscrits -, venus de toutes les colonies de l’empire français, participèrent, aux côtés des Poilus métropolitains et des Alliés, aux combats meurtriers de la Première Guerre mondiale et contribuèrent par leur courage à la victoire finale.

Si ils n’ont pas servi de «chair à canon» pour l’armée française, contrairement à une légende tenace, leur sacrifice, à l’égal de celui des combattants français, a été particulièrement élevé : 70 800, soit 13 % des effectifs mobilisés, ont donné leur vie pour défendre la France.

À Nogent-sur-Marne, lors du conflit, a été implanté un hôpital colonial destiné à soigner ces soldats, blessés lors des combats ou gravement malades. Ceux qui n’ont pu être sauvés, malgré les soins attentifs du personnel médical, reposent ici, dans ce cimetière.

C’est pour leur rendre hommage, que trois personnalités nogentaises, M. BRISSON, le maire de la Ville, M. HERICOURT, entrepreneur de monuments funéraires et le consul général Emile PIAT, décidèrent d’édifier une kouba, monument qui, dans la tradition islamique, honore un pieux personnage.

Inauguré le 16 juillet 1919, mais peu entretenu les années suivantes, l’édifice dû être rasé en 1982.

Mais, grâce au travail d’un historien, mon collègue et ami Michel RENARD, ces traces ont été retrouvées, aux Archives d'Outre-mer à Aix-en-Provence, puis chez le descendant de M. Héricourt, M. Gilles Martin, qui en a conservé précieusement les témoignages.

Aussi, dès sa création, l’association Études coloniales, a-t-elle décidé d’entreprendre les démarches pour la reconstruction de la kouba. Cette entreprise n’aurait pu aboutir sans l’appui déterminé d’un certains nombre de personnalités et d’associations auxquelles je voudrais rendre hommage. En premier lieu,

- à l’actuel maire de Nogent, M. Jacques MARTIN qui a immédiatement apporté son soutien «enthousiaste» à cette initiative.

- à M. Sébastien Eychennes, maire-adjoint chargé de la Mémoire, qui a suivi avec une attention toute particulière ce dossier et qui a contribué avec obstination à son avancement.

- Je voudrais également remercier les successifs ministres de l’Immigration, de l’Intégration et de l’identité nationales, messieurs Brice HORTEFEUX et Eric BESSON qui ont appuyé le projet de toute leur autorité et qui ont pris en charge une part élevée de son financement.

- Le Souvenir français, son président général, le contrôleur général DELBAUFFE, son délégué départemental, le colonel Hamon et son Comité nogentais doivent également être remerciés pour leurs contributions importante.

- M. Gilles CARREZ, député. Grâce à son intervention une subvention importante du ministère de la Défense a été obtenue. Je tiens également à souligner l’appui apporté par Jacques TOUBON, président de la CNHI, par le Comité d’Entente des Anciens Combattants et Victimes de Guerre de Nogent-sur-Marne, par l’association des Amis de Raoul Salan, par l’Association Mémoire et Souvenirs de l’Armée d’Afrique ainsi que par l’Union nationale des Anciens combattants musulmans.

- Je n’aurais garde d’oublier M. Gilles MARTIN qui, fidèle à l’engagement de son aïeul a accepté d’entreprendre et d’achever les travaux de reconstruction, sans que le financement de l’opération n’ait été pleinement assuré.

Enfin, un certain nombre de contributeurs privés, que je ne peux tous citer aujourd’hui, se sont associés à ce projet. C’est grâce à cet effort commun, que la kouba est aujourd’hui reconstruite et qu’ainsi, la République assure, à travers le temps, son devoir de mémoire à l’égard de tous ceux qui ont sacrifié leur vie pour défendre ses idéaux.

Je vous remercie.

Daniel Lefeuvre
Professeur des Universités
Président d’Etudes coloniales

___________________________________________________________

 

texte du bulletin municipal de Nogent :

Le Conseil municipal, par délibération du 23 décembre 1917, avait décidé de l’érection d’un monument dans le cimetière communal, destiné à honorer les militaires musulmans morts pour la France au cours de la guerre 1914-1918 et inhumés à Nogent.

C'est principalement à Émile Piat, consul général, attaché au cabinet du ministre des Affaires étrangères et chargé de la surveillance des militaires musulmans dans les formations sanitaires de la région parisienne, que l'on doit la construction de la kouba de Nogent. Grâce à l’assistance de M. Brisson, maire, et à un généreux donateur, M. Héricourt, entrepreneur de monuments funéraires, ce monument est construit en 1919. Inauguré le 16 juillet, mais peu entretenu dans les années qui suivirent, il fut détruit en 1982.

La reconstruction de la kouba du cimetière de Nogent en 2011 a été réalisée par l’entreprise funéraire E.L. Martin. Ce projet décidé par Jacques J.P. Martin, maire de Nogent-sur-Marne, suivi dans sa mise en oeuvre par son adjoint Sébastien Eychenne et l’association Études Coloniales, marque comment la République assume, par-delà le temps, son devoir de mémoire à l'égard de tous ceux qui ont donné leur vie pour défendre ses idéaux.

Le monument reconstruit sera inauguré sous le haut patronage du ministre de la Défense et en présence de Jacques J.P. Martin, maire de Nogent-sur-Marne, Sébastien Eychenne, adjoint au maire délégué au devoir de mémoire, Daniel Lefeuvre, président de l’association Etudes coloniales et des associations d’anciens combattants.

Du 28 avril au 19 mai, une exposition se tiendra dans le hall de l’Hôtel de Ville.

Cimetière de Nogent
134, rue de la Paix - Le Perreux-sur-Marne


Jeudi 28 avril à 10 h - source

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


mardi 18 janvier 2011

une kouba en métrople, 1919-2010

Diapositive1


la kouba de Nogent (1919)

reconstruite en 2010 et inaugurée en 2011

Michel RENARD


P1080032
la kouba dans le carré musulman à Nogent-sur-Marne le 11 novembre 2010


P1080033
la kouba dans le carré musulman à Nogent-sur-Marne le 11 novembre 2010

À l'été 2004, aux archives d'Outre-mer, à Aix-en-Provence, poursuivant mes recherches sur la présence musulmane en métropole, j'ai découvert une correspondance entre Émile Piat, consul en région parisienne, responsable des formations sanitaires accueillant des combattants de confession musulmane, et le capitaine Jean Mirante, du service des Affaires indigènes à Alger. Il était question de l'édification d'une kouba en l'honneur des soldats musulmans de l'armée française morts lors de leur séjour à l'hôpital de Nogent-sur-Marne.

J'ai expliqué ici ce qu'était une kouba et les épisodes de cette histoire, l'inauguration du monument en 1919, ainsi que les démarches entreprises pour tenter de la faire reconstruire après son écroulement dans les années 1980. Avec mon ami Daniel Lefeuvre, professeur à l'université Paris-VIII, nous avons multiplié les initiatives (surtout lui ces dernières années) qui ont fini par aboutir après un appui initial du président Nicolas Sarkozy (la Gauche se foutant carrément de cette affaire, bravo les défenseurs des immigrés...!) :

- Appel et souscription pour le reconstitution de la kouba de Nogent-sur-Marne (2007)

- Projet de reconstitution de la kouba (1919) du cimetière de Nogent-sur-Marne (Michel Renard, 2005)

- Versets du Coran sur la kouba de Nogent

- Lettre adressée à Hamlaoui Mekachera (9 mai 2005)

- Lettre adressée à Dalil Boubakeur (10 mai 2005)

- Réponse de Dalil Boubakeur (24 mai 2005)

En 2004, j'avais retrouvé le marbrier, descendant de celui qui avait bâti la kouba, et tout a commencé comme cela. Aujourd'hui, la kouba a été reconstruite.

Elle avait été édifiée à la fin de la Première Guerre mondiale grâce à une conjonction d'initiatives : la politique de gratitude et de reconnaissance de l'institution militaire à l'endroit des soldats venus du domaine colonial, l'empathie d'un consul entreprenant et l'entremise d'un officier des affaires indigènes en poste à Alger, le soutien d'un édile communal et la générosité d'un marbrier. Cette osmose dépasse toute politique d'intérêts au sens étroit.

C'est ce surplus de signification qui en fait un symbole d'une mutuelle reconnaissance qui a toutes raisons d'être rappelée aujourd'hui. C'est aussi cela l'identité nationale en France.

Michel Renard

27813487_p
en 2004

57036465_p
construction en cours à l'été 2010

57037383_p
à l'été 2010


- blog sur la reconstruction de la kouba de Nogent-sur-Marne

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 21:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 14 janvier 2011

un téléfilm de 2005 sur le 17 octobre 1961

00797936_photo_affiche_nuit_noire_17_octobre_1961




17 octobre 1961,

téléfilm d'Alain Tasma et Patrick Rotman

note critique du général Maurice FAIVRE


Nuit noire, 17 octobre 1961, Alain Tasma. Scénario de Patrick Rotman,
Téléfilm de 2005, durée 1h50, France 3, 17 octobre 2010 à 20h35.

FR3 se distingue à nouveau dans la manipulation historique (1), en diffusant ce film pro-FLN sur la manifestation du 17 octobre 1961 à Paris. Les protagonistes de cette bataille de Paris sont les policiers français dirigés par l’ignoble préfet Papon (sic), et les "pacifistes" de la Fédération de France du FLN.

L’accent est mis sur la violence des policiers (2), qui commence bien avant le 17 octobre. Vexations, tabassages, contre-terroristes pratiquant l’étranglement et la noyade, tir à balles sur les manifestants. Papon et son adjoint Somveille dirigent une répression sanglante en imposant un couvre-feu illégal ; ils réquisitionnent stades, gymnases et autobus parisiens. En ordonnant de rendre 10 coups pour un, ils couvrent les bavures. Faute de médicaments, les soins médicaux ne sont pas assurés.

Quant à de Gaulle, il négocie dans le dos de Debré et juge secondaire et inacceptable cette manifestation. Alors que la guerre du FLN a été portée en métropole en 1958, et que certains militants revendiquent l’assassinat des policiers, les dirigeants de la Fédération de France ordonnent une manifestation massive, pacifique et obligatoire : «Nous sommes en guerre, il faut passer à l’action et retourner l’opinion française». Les Algériens sont embrigadés dans les bidonvilles, les récalcitrants sont abattus, ainsi que ceux qui refusent l’impôt révolutionnaire.

On ne voit pas dans le film les femmes qui devaient défiler en tête, mais l’on montre les porteuses de valises et celles qui fabriquent de faux papiers. Ce film est présenté comme une fiction, pour la raison qu’aucune image n’a été tournée. La presse recueille cependant les dépositions des humanistes qui dénoncent leurs collègues. Certains chiffres sont exacts : opposés à 1 640 policiers, 20 000 manifestants dont 11.000 sont arrêtés. Mais le nombre des victimes est multiplié, il n'y a pas 50 à 200 Algériens tués, dont 50 dans une cour de la Préfecture de Police, mais une dizaine sûrs, selon Brunet et Mandelkem. Certains ont été pendus, mais on ne les voit pas. Les noyades en revanche sont filmées.

Maurice Faivre
le 18 octobre 2010

18833448
image du film


P.S. Le dénombrement des morts, et la propagande mise en oeuvre par le FLN font l’objet d’une mise au point de l’historien François Dosse et de Catherine Segurane, qui s’appuient sur les travaux de Jean-Paul Brunet, du Conseiller d’Etat Mandelkem, de l’Avocat général Geronimi et de Sylvie Thénault. Leurs conclusions sont disponibles sur Agoravox.fr.

1 - après le film Les porteuses de feu, à la gloire des poseuses de bombes en Algérie, et un débat très orienté par Béatrice Schönberg, à la suite du film de Costelle-Clarke sur la tragédie des harkis le 20 septembre 2010.

2 - noter que les harkis de Paris ne sont pas mis en scène.

18453080
image du film

2334310283
Patrick Rotman et Alain Tasma


_______________________________________________________

9782080676917FS

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 17:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

jeudi 28 octobre 2010

Maghrébins dans le cinéma en France

affiche_sanslogos20101011_copie



Dans le cadre des rencontres cinématographiques du "Maghreb des films",

Génériques a le plaisir de vous inviter

aux journées d'études intitulées

"Images et représentations

des Maghrébins dans le cinéma en France"


les 15 et 16 novembre 2010

à la Mairie du 2e arrondissement,

8 rue de la Banque à Paris (Métro Bourse/ Grand Boulevard),

de 9h30 à 17h00

(voir le programme en pièce jointe).

Bien cordialement,

Sarah Clément

_____________________________________________________


1191826521_11
"L'ennemi intime"

5
"La bataille d'Alger"


18673
"Le porteur de cartable"

choix iconographique : Michel Renard

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 24 septembre 2008

un livre sur le 17 octobre 1961

Diapositive2



sur la méthodologie et la déontologie

de l'historien.

retour sur le 17 octobre 1961

Jean-Paul BRUNET

Initialement paru dans la revue Commentaire (été 2008, vol. 31, n° 122), cet article est reproduit ici avec l'accord de cette publication et un titre rectifié. En effet, à la suite d'un dysfonctionnement, les titre et sous-titre originels de l'article avaient été malencontreusement modifiés. Il fallait lire : "Sur la méthodologie et la déontologie de l'historien. Retour sur le 17 octobre 1961". Il s'agit d'une lecture critique de l'ouvrage de Jim House et Neil MacMaster, Paris 1961. Les Algériens, la mémoire et la terreur d'État (Tallandier, 2008). Études Coloniales

octobre_1961_2


Depuis quelques années, la répression menée par la police parisienne, le 17 octobre 1961, contre la manifestation des Algériens du FLN, fait l’objet de controverses. Pourtant les auteurs qui ont écrit sur cette affaire s’accordent sur un point capital : l’ampleur et la violence de cette répression. Le livre que j’ai consacré à ce drame il y a plusieurs années atteste amplement cette sauvagerie (1).

J’ai insisté sur «l’engrenage infernal» qui s’était mis en place : victimes d’attentats quasi permanents de la part du FLN (47 tués, 140 blessés en total cumulé), les policiers parisiens, gangrenés par le racisme, ne faisaient plus de distinction entre Nord-Africains et FLN. Ils crurent tenir leur vengeance le 17 octobre 1961. Ce soir-là, la Fédération de France du FLN avait ordonné à tous les Algériens de la région parisienne de descendre dans la rue pour manifester de façon pacifique leur opposition au couvre-feu que le préfet de police Maurice Papon venait de décréter à l’égard des Nord-Africains. Inadmissible en droit, ce couvre-feu avait pour but de priver le FLN d’oxygène, ainsi que de mettre un terme aux assassinats répétés qu’il commettait à l’encontre des Algériens qui refusaient sa tutelle (2).



faire le point sur les controverses

Sur quoi portent les controverses ? Sur des points comme la valeur des sources policières, qui pour certains seraient de nature «douteuse», et sur le nombre de morts : on estime parfois que l’évaluation à laquelle je suis parvenu de plusieurs dizaines (de 30 à 50, en comptant large (3)), minimiserait la responsabilité de Maurice Papon… La parution d’une étude de deux auteurs britanniques fournit l’occasion de faire le point sur ce drame d’octobre 1961, en revenant sur la méthodologie et la déontologie dont l’historien ne saurait se départir (4).

9782847344912Tout au long de leur livre, J. House et N. Macmaster émettent les critiques les plus nettes à l’égard des archives policières, qui seraient «falsifiées» dans leur constitution même  et qui semblent rendre impossible à l’historien la tâche «de découvrir la vérité» (p. 143). Étonnante assertion, car y a-t-il des archives qui ne portent pas la marque du milieu qui les a produites, avec ses a priori voire ses «falsifications» ?

J’ai par exemple montré que les rapports de l’Inspection générale des Services (IGS) conservés aux Archives de la préfecture de police de Paris (APP) révèlent une partialité qui confine au cynisme et qu’en ce qui concerne les sévices à l’égard des Algériens, il existait une connivence générale du monde policier. Mais l’IGS avait aussi parfois beau jeu de démonter les dossiers de plainte déposés par les avocats du FLN : certaines de ces plaintes ont été «arrangées» et regroupent des griefs envers la police qui ont été avancés en diverses circonstances par des plaignants différents. Dans ce combat qui touchait aussi la propagande et la contre-propagande, tous les coups étaient permis. En tout cas, minimisés ou maximisés, ces dossiers doivent être utilisés après une critique adéquate.


Un autre exemple montre l’information dont peut être riche un document de police : Maurice Legay, directeur général de la police municipale, lance à ses services, dans la nuit du 17 au 18 octobre, à 1 h 50,  l’ordre de lui faire connaître pour 4 heures le nombre de Nord-Africains tués, blessés et arrêtés lors de la manifestation. Les chiffres détaillés qui arrivent sont les suivants : 2 morts [un 3e va s’y ajouter très vite], 1.200 blessés et 11.538 détenus. Des morts ont-ils été dissimulés par les services de district ?

Tout un faisceau d’arguments laisse à penser qu’il n’en a rien été : depuis longtemps la culture policière rejetait toute dissimulation de cadavre ; des responsables de police alors en poste et dont la parole n’est pas suspecte (tels les commissaires Jacques Delarue et Paul Roux (5)) affirment que jamais un officier de police n’aurait couvert de pareils agissements et que c’eût été d’ailleurs une faute extrême
et un motif de révocation. Ensuite, les policiers du rang étaient censés s’être fait attaquer par les manifestants, et tout l’appareil de l’État, depuis arton226le général de Gaulle jusqu’au préfet, considérait qu’il était du devoir de la police d’empêcher une manifestation susceptible de faire évoluer au détriment de la France le rapport de force qui l’opposait au FLN. Enfin aucun autre document ne laisse apparaître la moindre contradiction avec les réponses faites au directeur de la police municipale. Nous pouvons donc tenir les chiffres avancés pour authentiques. À une importante réserve près : les chiffres des morts, des blessés et des détenus reflètent la situation enregistrée à quatre heures du matin, ce qui n’exclut en rien que d’autres morts et surtout d’autres blessés ne viennent s’y ajouter.


au sujet de la disqualification des sources policières

J. House et N. Macmaster, qui ne pratiquent guère ce type de raisonnement méthodologique, préfèrent disqualifier les sources policières. Ils me reprochent en outre d’accorder plus de crédibilité aux archives officielles et à la parole d’anciens  commissaires de police qu’au témoignage d’Algériens et de militants anticolonialistes. Relevons au passage que ces deux auteurs ne recourent jamais aux sources orales et qu’ils procèdent souvent à des empilements de références non recoupées qui, pour un historien, n’ont  jamais fait des vérités.

Parfois même (cf. p. 170-171), ils considèrent des faits comme établis, alors qu’ils ne reposent que sur une référence unique et fort douteuse (6). Par ailleurs, sans en apporter la moindre preuve, J. House et N. Macmaster croient pouvoir affirmer que la police s’est livrée, durant quelque huit semaines, à partir du 29 août 1961, à des «assassinats de masse» sur la population algérienne, dont les 17 et 18 octobre auraient été «un pic plus visible» (p. 142) ; qu’il n’y avait pas alors d’ «assassinats fratricides» dans cette communauté et que «le chiffre de 108 à 121 morts reflète  quasi intégralement les violences policières» (p. 210-211) (7).


Tout cela est pur produit de l'imagination. Car nos auteurs gardent un silence total sur une source capitale, que j’ai abondamment utilisée et discutée, les dossiers de procédure de la police judiciaire. Sans doute est-ce à cette documentation énorme qu’ils font allusion en glissant, de façon bien légère, qu’il faudrait, pour exploiter les archives relatives au 17 octobre, «toute une équipe de chercheurs, plusieurs années de travail et une base de données informatique» (p. 205).

Rappelons ce que sont les procédures judiciaires. Ouvertes en principe après toute mort suspecte ou toute tentative d’homicide suivie du dépôt d’une plainte, elles sont instruites avec la méthode et la méticulosité de professionnels. Bien entendu, il ne convient pas d’en accepter les conclusions sans une critique méthodique, mais on ne saurait les écarter sans examen, car ce ne sont en rien des ragots de police. Elles contiennent les procès-verbaux d’audition des membres de la famille de chaque victime, de son entourage professionnel, de ses amis, de son voisinage. Ces procès-verbaux sont sans doute recueillis par des policiers et rédigés en langage policier, mais dans le cadre d’enquêtes qui restent sous la responsabilité d’un juge d’instruction, où le travail est codifié par une longue pratique administrative et encadré par une hiérarchie tout à fait différente de celle de la police municipale (8).



des victimes qui ne furent pas toujours

celles de la police parisienne

En faisant mon travail d’historien, c’est-à-dire en effectuant la critique méthodique de cette source (j’y ai trouvé et j’ai souligné dans mon livre des cas de partialité patente), il m’a semblé certain que de nombreux cadavres de Nord-Africains, parmi les 140 qui ont été enregistrés à l’Institut médico-légal en septembre et en octobre 1961, n’ont aucun rapport avec la police parisienne.

Certains sont ceux de harkis ou d’anciens harkis, de membres ou d’anciens membres du Mouvement national algérien, de «traîtres» divers refusant d’obéir aux directives du FLN-: anciens combattants de l’armée française, maris de métropolitaines refusant de le rejoindre ; Algériens n’acceptant pas de payer la capitation mensuelle exigée par le Front ; Algériens rétifs à la loi coranique, par exemple s’adonnant à la boisson et refusant de s’amender, ou faisant appel aux tribunaux français pour régler un litige, etc. Tout cela, je l’ai longuement écrit et argumenté. Or sur ce point J. House et N. Macmaster restent d’un mutisme absolu. Non seulement il ne glissent aucune allusion à ce que j’ai cru établir, mais ils font comme si la source n’existait pas ! Pourquoi donc – c’était le moins qu’on pouvait leur demander – n’ont-ils pas au moins cherché à consulter par sondage tel ou tel dossier de police judiciaire, afin de vérifier ce que j’avais avancé ?


on attend leurs preuves

Sur cette pente glissante, nos auteurs ne s’arrêtent pas en chemin. J’avais souligné l’importance de la «violence périphérique» en considérant comme vraisemblable qu’au cours des mois de septembre et surtout d’octobre 1961, nombre d’Algériens avaient été victimes d’équipes de policiers et parfois de civils, les premiers agissant soit en service, soit dans le cadre d’équipes de «parapoliciers» qui entendaient pratiquer elles-mêmes une manière de justice distributive. House et Macmaster (p. 217) me reprochent à cet égard d’avoir exonéré en partie «la préfecture de police de la responsabilité des meurtres», car pour eux, c’était la préfecture qui actionnait ces commandos… On attend leurs preuves.

En outre à leurs yeux, des Algériens tués par la police ont  probablement été «enterrés en secret par des amis et des proches» (p. 157) – hormis peut-être quelques cas extrêmes, on voit mal comment dans un pays démocratique cette éventualité aurait pu se produire et comment, après presque un demi-siècle, des restes humains n’aient pas été retrouvés. Des cadavres d’Algériens auraient aussi pu dériver sur la Seine et se perdre à jamais, hypothèse dont j’ai montré l’aspect invraisemblable… (9)


Dans ces conditions, après une «histoire» écrite de la sorte, les deux cents autres pages sur «Octobre et sa mémoire revisités», titre de la deuxième partie de l'ouvrage, ne reposent-elles pas sur une base fragile-? Une attitude de «politiquement correct» a pu naguère encourager des auteurs de divers horizons à pratiquer une telle dénaturation de l’histoire. Mais la réalité de la répression policière d’octobre 1961 a été assez terrible pour qu’on évite de tomber dans des exagérations outrancières. Sur ce sujet, les jeunes historiens ont encore devant eux de nombreux travaux à mener. Il est à souhaiter qu’ils le fassent avec la méthodologie et la déontologie spécifiques à notre science.

Jean-Paul Brunet, Professeur émérite à l’Université Paris-IV
ancien directeur du Département d’histoire de l’École normale supérieure

9782080676917FS

_________________________________________________________

(1) Police contre FLN. Le drame d’octobre 1961, Flammarion, 1999. Dans Charonne. Lumières sur une tragédie, Flammarion, 2003, j’ai consacré les deux premiers chapitres à faire le point sur ce sujet.
(2) François Maspero écrit que la Fédération de France du FLN a manipulé la population algérienne que, pour des raisons purement politiques, elle a exposée sciemment à des risques tragiques (postface à Paulette Péju, Ratonnades à Paris, La Découverte, 2000, p. 199).
(3) À l’issue d’une analyse nominale, je distingue 13 cas «certains ou quasi-certains» de décès dus à la répression policière (dont plusieurs blessés décédés par la suite), 8 cas vraisemblables et 4 probables – d’autres décès sont à attribuer à la «violence périphérique», due à des policiers ou à des civils, et qui a largement débordé le «17 octobre».
(4) Jim House and Neil Macmaster, Paris 1961. Les Algériens, la terreur et la mémoire, Tallandier, 2008.
(5) Jacques Delarue est devenu l’historien et le témoin bien connu ; homme de gauche, Paul Roux  fut Directeur général des RG en 1981, puis préfet – il a ensuite exercé les fonctions bénévoles d’expert auprès de la Ligue des Droits de l’homme. D’autres témoignages vont dans le même sens.
(6) Parmi leurs erreurs «annexes», Debré, Frey et Papon sont d’emblée  qualifiés d’«ultras» (p. 20)... Un peu plus loin (p. 131), en affirmant qu’à partir du 5 septembre «plus de cinq cents hommes» allaient être «arrêtés chaque jour, contrôlés au CIV et, dans quelques cas, internés dans des camps ou déportés en Algérie», ils confondent contrôles d’identité et arrestations.
(7) Il s’agit des cadavres de Nord-Africains passés par l’Institut médico-légal – on s’interroge sur le sens de l’expression «quasi intégralement».
(8) Les originaux de cette source devraient se trouver aux Archives du ministère de la Justice. Ce sont les doubles qui avaient été conservés quai des Orfèvres, et qui ont été versés aux APP il y a quelque trois ans.
(9) Les auteurs connaissent l’existence du barrage de Suresnes, dont ils tiennent compte dans leur «argumentation», mais pas celle de celui de Bezons. Sur ce point, voir Charonne, p. 30-31.

9782080683410FS


- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 07:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


lundi 18 août 2008

exposition temporaire de la Cité de l'histoire de l'immigration

Diapositive1



1931. Les étrangers au temps de

l’Exposition coloniale

(Exposition coloniale, immigration,

sans-papiers ?)

Jean-Pierre RENAUD


item_img_1284_fr_affiche_expoUne amie m’avait décidé à aller visiter cette exposition  Dans un lointain passé, j’avais fréquenté le palais de l’ancien Musée des Arts d’Afrique et d’Océanie, et surtout son aquarium, avec mes enfants. Je me demandais quel rapport pouvait exister entre ce palais de style décoratif de l’Exposition coloniale de 1931 et celle présentée en 2008. Peu familière de la chose coloniale, mon amie fut surprise, en plusieurs points, par le contenu de cette exposition. Les questions s'accumulaient.

Quelle était tout d’abord la justification du choix de l’année 1931 et de la relation pouvant exister entre exposition coloniale et immigration ? On y voyait en effet beaucoup d’Européens, des Italiens, des Polonais, des réfugiés espagnols, aussi des Arméniens, mais presque pas d’Africains.  Et pourquoi cette fameuse année 1931, alors que le contenu de l’exposition couvrait un champ temporel qui allait du début du XXe siècle à nos jours ? Jusqu’à nos sans-papiers d’aujourd’hui, qui sont effectivement souvent d’origine africaine.

Et quel rapport entre immigration et chasse aux juifs, telle qu’elle est décrite par l’exposition ?

Il est vrai que dans la présentation qu’en fait le journal, on vous explique qu’il était difficile d’échapper au destin originel de ce palais qui fut effectivement construit à l’époque des colonies, modeste symbole de sa gloire passée, en avançant un raisonnement fondé sur trop de contorsions intellectuelles pour pouvoir en discerner les claires intentions.

Ceci dit, comment ne pas regretter que les salles consacrées à l’évocation de l’Exposition coloniale n’aient pas présenté une synthèse historique critique sérieuse sur l’événement, au lieu d’une succession de panneaux insuffisamment éclairants, par exemple ceux consacrés à la contre exposition, anticolonialiste, qui fut un bide, ce qui n’est pas dit.

bigCappielloJobEn quoi les belles affiches de Cappiello [ci-contre] apportent un élément de réflexion sur l’Exposition de 1931 ? J’ajouterais volontiers, on a évité le pire en ne présentant pas les affiches de l’exposition Négripub (1987), considérées comme l’illustration des fameux stéréotypes, évoqués plus loin, dont personne aujourd’hui n’est encore capable de mesurer leur place dans le corpus des affiches, leur diffusion, et leur audience.

Les salles de l’exposition coloniale constituent donc une sorte de fourre-tout.

Comment écrire par ailleurs dans «Le journal de l’exposition» : "Au terme du voyage dans l’année 1931, un certain nombre de silences demeurent. Si l’image du colonisé est particulièrement présente dans notre imaginaire collectif, souvent réduite d’ailleurs à quelques caricatures, les traces du vécu des immigrants coloniaux en France dès l’entre deux guerres attendent encore de voir leur histoire écrite".

Plus haut, le même journal écrivait : "Les stigmatisations héritées de la période Leonetto_Cappiello_Cafe_Martin__1921_5412coloniale et postcoloniale sont loin d’avoir disparu de l’inconscient collectif français". Précisément, l’enjeu est ici de battre en brèche ces stéréotypes en questionnant les relations entre immigration et colonisation en France métropolitaine au début des années 1930.

Manque de cohérence intellectuelle dans le schéma de cette exposition, mélange des genres dans le temps et les concepts, une exposition par ailleurs très bien faite, et agréable à parcourir, truffée d’images intéressantes, sûrement, mais aussi une interrogation : ses auteurs sont-ils en mesure de produire les preuves scientifiques de l’existence effective des stéréotypes qu’ils dénoncent ?

Pourquoi ne pas avoir saisi l’occasion de cette présentation pour procéder à un sondage auprès de ses visiteurs à ce sujet ? Peut être ne connaissaient-ils même pas, avant, l’existence de ce palais et de l’exposition de 1931 ? La Cité Nationale jpg_etrangers_au_temp_de_l_expode l’Immigration, émanation des pouvoirs publics, serait à ce point de vue, bien inspirée de financer un sondage national, sous le contrôle de l’Insee, afin de mesurer la véritable connaissance qu’ont, en 2008, les Français, de leur histoire coloniale. Si les fameux stéréotypes existent réellement ? Et lesquels ?

Jean-Pierre Renaud
18 août 2008

________________________________________________


00002702


- présentation de l'exposition sur le site de la Cité de l'histoire de l'immigration

Diapositive1

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 2 février 2008

morts en Indochine originaires de Foix

Morts_Indochine___Foix_d_tail




monuments aux morts en Indochine



Morts_Indochine___Foix
commune de Foix dans l'Ariège (source)




- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 30 novembre 2007

«Il faut savoir ce que l’on veut et où l’on va» dixit Lyautey

Diapositive1


 

«Il faut savoir ce que l’on veut et

où l’on va» dixit Lyautey

Colonel (er) Pierre GEOFFROY


Que s’est-il passé depuis l’envoi au Président de la République du Plaidoyer pour le respect de Lyautey et de la mémoire coloniale outragés grâce à des fonds public ?
 
Le 10 octobre 2007 un simulacre d’inauguration a installé l’imposture au Palais Lyautey dit de la “Porte Dorée”
 
Les initiateurs et les réalisateurs du projet de “Cité nationale de l’histoire de l’immigration” ont voulu inaugurer, après plusieurs reports, des dissensions internes et malgré des travaux inachevés, leur installation au Palais Lyautey.
 
Que la création d’une “Cité de l’immigration”, comme le titre la presse, soit une bonne ou un mauvaise idée, ça peut se discuter.
 
Ce qui est inquiétant, ce sont les buts poursuivis et les moyens de les atteindre, car dès le départ, il y a amalgame entre immigration et colonisation et une volonté de “communautariser” les immigrés.
 
Ce qui est infamant, c’est l’installation de cet organisme au Palais de la Porte Dorée avec la volonté de faire oublier, avec cynisme, la raison d’être de ce lieu de mémoire.
 
Ce magnifique bâtiment, seul témoin à Paris de l’architecture de son époque et seule survivance de9bbb_1_sbl l’Exposition coloniale internationale de 1931 avait été voulu et réalisé par Lyautey avec le concours de l’architecte Laprade et du sculpteur Janniot.
 
Si les adeptes de la repentance et de l’humiliation de la France n’y avaient pas fait obstacle, ce palais devrait présenter aujourd’hui avec les Savorgnan de Brazza, Laperrine, Faidherbe, Galliéni, Lyautey, et tant d’autres jetés aux oubliettes, ce qu’Arthur Conte a dépeint dans un livre sous le titre L’épopée coloniale de la France.


 
Défigurer les lieux pour mieux se les approprier
 
Le projet de cité de l’immigration a cheminé non sans mal, mais avec discrétion pour éviter les réactions. Une fois validé par décret du 16 novembre 2006, il fallait faire vite pour s’approprier le site, en défigurer l’intérieur pour mieux en faire oublier l’histoire et l’auto-inaugurer pour tenter de rendre irréversible la situation créée.
 
Les interviews donnés à cette occasion reflètent l’auto-satisfaction et la manipulation de l’histoire. La recette pour abuser l’opinion est simple : fournissez un dossier de presse tronqué, trouvez des “historiens” et des “philosophes” adeptes de votre idéologie pour valider vos propos, ainsi que des comparses pour servir de faire-valoir, puis livrez-vous à des journalistes qui ne vous poseront que les bonnes questions.
 
Nous avions adressé sous forme de Plaidoyer une lettre ouverte au Président Sarkozy pour qu’il fasse arrêter le gâchis historique, architectural, politique et financier de cette affaire. Outre les arguments forts, malheureusement confirmés par les faits, que nous avions mis en avant, il faut en ajouter un de poids, à savoir le jugement porté par un visiteur averti comme Jean-Pierre Rouart de l’Académie française sur ce suicide culturel. (article paru dans le quotidien Nice-matin du 14 octobre 2007).
 
Il écrit : «Un couscoussier, une machine à coudre, un fer à repasser, des valises en carton, des théières marocaines, et des scoubidoubidous : c’est ce dépotoir dont aucun marché aux puces ne voudrait qu’on ose nommer musée. Eh oui, les Musées de France lui ont donné ce label. L’État est-il devenu fou ? Je manque de mots pour exprimer mon indignation au sortir de la visite de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration

Diapositive1

 
Le ministère de la Culture finance la non-culture
 
Ce bric à brac, est, en fait, à l’image de ceux qui l’ont pensé  pendant de nombreuses années comme devant participer à “l’empoisonnement” de notre culture et de notre civilisation et J-M Rouart discerne les composants de ce mélange tout à la fois poison et explosif : «On aura rarement mêlé sans aucune pudeur le népotisme présidentiel, l’instrumentalisation de la culture à des fins politiques et la gabegie financière.»  Le gouvernement précédent a accordé vingt-trois millions pour les travaux, plus sept millions pour le budget annuel de fonctionnement. On pourrait poser la question  À qui profite le crime ? si on ne connaissait pas la réponse.
 
Confiants dans la volonté de rupture avec les archaïsmes, l’immobilisme, les inepties et les dérives affichée par le  Président de la République , nous nous sommes adressés à lui. Nous n’avons pas encore reçu de réponse, ce qui laisse supposer qu’il a sans doute des dossiers plus urgents à résoudre, mais aussi que le remède est difficile à trouver, tant le mal a des racines profondes et difficiles à extirper.
 
Ce qui est certain et rassurant, c’est que ni le chef de l’État, ni les membres du gouvernement n’ont cautionné de leur présence la pseudo-inauguration du 10 octobre portant outrage à la mémoire de Lyautey, chassé des lieux, ainsi qu’à la mémoire coloniale piétinée.
 
Il n’y avait d’ailleurs pas besoin de cérémonie d’inauguration pour que se crée tout naturellement un lieu de rendez-vous, utilisé le jour-même, pour manifestations hostiles à la maîtrise de l’immigration, donc hostiles à l’action du gouvernement. Mais c’est bon, c’est même tout bon ! puisque c’était prévu ainsi par ceux qui veulent “retourner les symboles”, soutenus par le précédent ministre de la culture (non réélu député). En effet, il a laissé la “Cité de l’immigration” mettre en ligne sur son site  internet ces propos :
«Il s’agit donc avec ce projet et ce lieu, de déconstruire l’imagerie héritée de la colonisation, de retourner les symboles. De dire et de montrer que la page de la colonisation est définitivement tournée et détourner le bâtiment de sa vocation première.»

087

 
“L’espoir changea de camp, le combat changea d’âme”
 
Au moment où je terminais cette chronique mon attention a été attirée par la nouvelle d’un discours du Président de la République Nicolas Sarkozy prononcé au Palais Royal Marshan à Tanger le 23 octobre 2007, sur le thème de l’Union de la Méditerranée, dans lequel il citait Lyautey et son rôle de visionnaire.
 
N’ayant trouvé aucun écho de cette citation dans les médias, ni de la part de ceux qui habituellement dénigrent tout ce qu’il y a de positif, ni de ceux qui ont traité de raciste le discours de Dakar, j’ai fait appel à internet ce qui me permet de reproduire l’extrait suivant de ce discours.
 
- «Comment venir au Maroc pour un chef de l’État français sans évoquer la grande figure de Lyautey, ce grand soldat placé par le hasard des circonstances à la tête d’un protectorat et qui n’eut jamais d’autre objectif, à rebours des préjugés et de l’idéologie qui dominaient alors les esprits, que de protéger le peuple marocain, parce qu’il l’aimait et parce qu’il le respectait, de valoriser la richesse de votre patrimoine et la grandeur de votre civilisation, et d’apprendre aux Marocains et aux Français à s’aimer et à se respecter.
 
Lyautey avait compris avant tout le monde que nul ne pourrait s’opposer à l’aspiration des peuples à disposer d’eux-mêmes et il s’était fait un devoir de les accompagner sur le chemin de cette liberté.
 
Il fut l’un de ceux qui ont préparé l’avènement du Maroc moderne.
 
Il fut l’un de ceux grâce auxquels un sentiment de fraternité a pu s’établir entre le Maroc et la France, malgré les fautes et parfois les crimes que le protectorat avait engendrés.
 
Cette fraternité, elle sera scellée par le sang versé des vingt-cinq mille soldats marocains morts pour la France et pour sa liberté.
 
C’est sur cette fraternité que la France veut fonder sa relation avec le Maroc.
 
Cette fraternité, c’est celle qui unit deux peuples que leur histoire a portés à l’ouverture aux autres, à la tolérance, au respect de la dignité de la personne humaine, à des formes d’humanisme beaucoup plus proches l’une de l’autre que les apparences pourraient le laisser croire

On peut parler d’une rupture du Président avec la pensée unique. On peut attendre une cohérence entre parler et agir, Il y aurait incohérence à rendre au Maroc un hommage appuyé et justifié à Lyautey  et, dans le même temps en France, à  laisser financer ce qui contribue à effacer sa mémoire et celle de l’action coloniale, tout en favorisant l’anti-colonialisme et le communautarisme. Il y a là aussi matière à rupture avec l’incohérence politique souvent dénoncée.

Colonel (er) Pierre GEOFFROY
Président de l'Association Nationale Maréchal Lyautey

- http://www.lyautey.fr

courriel : chateau-lyautey@wanadoo.fr


chateau_lyautey_vue_general


- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 26 novembre 2007

Mohammed Bedek, militant nationaliste algérien

Diapositive1



Mohammed Bedek, militant nationaliste

algérien à Lyon dans les années 1930



Bedek Mohamed

Dans cette liste des personnalités historiques du mouvement anti-colonialiste, je vois le nom de Bedek Mohamed qui fut effectivement l'un des membres fondateurs de l'Étoile Nord-africaine à coté de Imache Amar et Messali Hadj. Ce personnage est de ma région, Béni-Doual en Grande Kabylie, plus exactement du village Aguemoune de Béni-Aissi. Je souhaite connaitre, si c'est possible, au moins un petit aperçu de sa biographie car il est méconnu en Algérie et même dans sa propre région. Tous mes remerciements.

Posté par ath douala, lundi 26 novembre 2007 à 14:34


Lyon_usine__1_
l'Éclairage électrique, usine de matériel de guerre à Lyon (années 1916-1917)


cba_guerre_1914_18


réponse

Émigré en France, Mohammed Bedek travaille dès les années 1920 aux usines Berliet à Lyon [ci-contre, en 1914-1918].
Il est le principal fondateur de l'Association des travailleurs algériens de Lyon, rejoignant en 1934 l'Étoile Nord-Africaine (E.N.A.) qui devient le parti de Messali.

Il organise le meeting qui accueille Messali à Lyon en mars 1934 et rassemble, selon la police, 400 participants sur les 8 000 travailleurs nord-africains de laChekib_ARslan région lyonnaise à l'époque. Il devient alors le principal animateur de l'E.N.A. dans la région. Il assiste au Congrès islamo-européen organisé par Chekib Arslan [ci-contre] à Genève en septembre 1935 ; à l'occasion du congrès, il expose avec Messali et Imache le programme de l'E.N.A. dans les salons de l'hôtel Victoria de Genève.

Sous le gouvernement de Front populaire, lors de l'assemblée générale de l'E.N.A. à Lyon en octobre 1936, il se prononce contre le projet Blum-Viollette qui promettait un élargissement très mesuré de la citoyenneté française ; il le qualifie "d'instrument de division et de luttes fratricides" et s'élève "contre les lenteurs que met le gouvernement de Front populaire à mettre en application les maigres réformes réalisées.

Alors qu'il est dans la région lyonnaise, le principal animateur et responsable du P.P.A., dès sa création en 1937, il manifeste des désaccords avec la direction parisienne du Parti en 1938, et cède le premier rôle à Akli Aksas. Ses positions sont d'un nationalisme exclusif ; Mohammed Bedek ne réapparaît pas dans l'action politique après 1945.

Algérie : engagements sociaux et question nationale (1830-1962),
dir. René Galissot, "Le Maitron", éd. de l'Atelier, 2006, p. 88.


Aguemoune_village
village d'Aguemoune (Algérie)


- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 19:04 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

mardi 13 novembre 2007

la colonie en province (Corrèze et Haute Vienne), v.1830-v.1939 (Reine-Claude Grondin)

Diapositive1



la colonie en province :

diffusion et réception du fait colonial

en Corrèze et en Haute Vienne,

vers 1830 - vers 1939

Reine-Claude GRONDIN


Mme Reine-Claude Grondin soutiendra sa thèse sur La colonie en province : diffusion et réception du fait colonial en Corrèze et en Haute Vienne (v.1830-v.1939) le vendredi 23 novembre prochain à 14 heures, salle des Lombard à l'Institut d'Études de l'Islam et des Sociétés musulmanes (IISMM-EHESS), 96 bouvevard Raspail  Paris 6ème.

aof58
Marcel Treich-Laplène, né en 1860 à Ussel (Corrèze) et mort
au large de Bassam en 1890 ; explorateur et "fondateur de la Côte d'Ivoire"


Le jury sera composé par :
- Jean-François Chanet, professeur à l'université Charles-de-Gaulle- Lille III
- Sophie Dulucq, professeur à l'université Toulouse II
- Herman Lebovics, professeur à l'université de l'état de New York
- Nadine Picaudou, professeur à l'université de Paris 1
- Daniel Rivet, professeur émérite à l'université de Paris 1 et directeur de thèse.


Souvenir_colonial   treich_lapl1


ci01_04b
Marcel Treich-Laplène, né à Ussel


1079620263


Trech_Laplene_avec_ses_miliciens_en_1887


- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]